Récit de la course : Raid Le Puy - Firminy 2018, par Jedj

L'auteur : Jedj

La course : Raid Le Puy - Firminy

Date : 18/11/2018

Lieu : Le Puy En Velay (Haute-Loire)

Affichage : 644 vues

Distance : 69km

Objectif : Faire un temps

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

50eme édition du Raid Le Puy Firminy

Ben tiens, une course de nuit que j’ai jamais faite, en plus l’hiver à 20 minutes de chez moi…. Y a qu’à ! en plus ca correspond à mon nouveau plan de carrière : arrêter le trail au moins 6 mois pour apprendre à courir par ce qu’il y a pas mal de parties roulantes et pas que pour un Espagnol à Chamonix

Le parcours Relive ici http://www.relive.cc/view/1972085981 - avec les photos rares (mon téléphone s’étant définitivement éteint après avoir refusé de faire des photos) parce que je sais toujours pas les mettre dans la page kikou.

 

Si on revient au début, avant ce « petit » compte rendu, je m’étais inscrit dans la tête (parce que c’est une course où tu t’inscris à peu près quand tu veux à l’ancienne via courrier postal ou le jour même) pour faire de la route, m’habituer à courir pour progresser en trail où l’arrêt à la barrière horaire du TGV m’avait démontré que quand t’es lent à la montée, correct en descente mais leeeeeeeeeennnnnnnt sur le plat qu’il soit faux ou pas, ben ca passe pas.

 

Du coup, à partir de septembre c’est planifié avec gentil coach Franck pour un entrainement progressif sur de l’allure, de la VMA et tout ça, avec une course tests deux semaines avant à Marseille Cassis. Bien parti puis stoppé à 4 semaines du départ par un Kangal agressif sur le trottoir qui me dechiquette la cuisse et après un passage aux urgences me prend deux semaines et demi d’entrainement, plus un no show à Marseille. Bref, septembre bien, octobre de bonnes sensations et puis juste avant la course une reprise avec sur 10j des sorties lentes pas très longues pour pas me blesser avant la course.

Aller à Firminy se fait bien d’ordinaire sauf que le samedi 17 c’est journée nationale gilet jaune qui court pas …. Du coup je prends un peu d’avance et j’arrive tranquille à la caserne des pompiers sur un parking minuscule qui sert de casse aux pompiers à 21h soit 3/4h avant le départ des bus. Je récupère ma carte de course (pas de dossards ni puces sur cette course), un petit café avec les Pommes, je rattrape Stéphane et c’est l’heure des navettes avec nos sacs pour nous changer au départ au Puy. 22h on part pour une arrivée légèrement retardée par un rond point de justiciers en jaunes équipés de bergers allemands et de palettes au milieu de la haute Loire…. Bref …. 23h15 après un babla continu avec Stéphane on arrive au stade pour aller se changer dans les vestiaires, tranquille. Il ne fait pas très froid (à peu près zéro) mais c’est bien humide. La météo a l’air stable, donc short avec cuissard compressif et un gros tas de nok sur les cicatrices encore sensibles de la morsure, Tshirt ML base layer xBionic, un TShirt MC fétiche et un coupe vent, un sac d’hydratation avec deux flasques sans change. Ca devrait suffire les ravitos sont assez rapprochés et il ne pleuvra pas, par précaution une paire de gants et deux buffs tete/gorge.

Plan de route : partir mollo jusque Beaux un peu avant le 30eme km, en un peu plus de 6h puis tenir serrer les dents, marcher un minimum (jamais en descente !) pour finir en 10h ou 10h30 max.

J’aime bien quand un plan se déroule sans accrocs mais ….. pourtant ca se passe presque bien le départ, le favori de la course me salue humblement dans les vestiaires, très décontracté, je suis pris en photo par la presse, Elodie qui apprend à faire des photo cherche un mannequin et m’oblige à poser … ensuite sur la ligne de départ je me retrouve de nouveau à côté de Cedric Gazulla pour discuter chiffon avec lui et Stéphane, jusqu’à ce que j’entende le starter faire son speech et réaliser (non mais quel c** !) que je suis devant … donc que je vais me faire piétiner par un troupeau de furieux, donc je m’excuse et je pars à l’arrière du peloton qui est tout véner parce que le starter n’arrive pas à déclencher le pistolet. Un vrai saumon, et il s’en est fallu de peu que sur les photos de départ avec 3 minutes de retard je sois à contre courant …. Bon bref la première demi heure je me fais doubler par du lourd comme Hervé le Sanglier ou des coureurs qui vont me mettre 2h dans la vue, sans panique je reste à mon rythme et sans subir je prends les bosses en suivant mon petit bonhomme de chemins. Au bout de 12 km à Malrevers, premier ravito où j’arrive en 1h32 au lieu de 1h30, je fais tamponner mon carton, un petit thé et ca repart. Toujours pas besoin du bonnet ni des gants. Le tronçon suivant devient bien froid et humide, les doigts sont à l’abri de la veste, le brouillard et la bruine s’installent c’est dommage car lune et étoiles disparaissent et le paysage devient fantomatique irréel avec une absence spatiale de repères parfois assez étrange, magique, surtout seul ou presque. Certaines intersections seront à prendre avec précaution pour bien repérer les panneaux d’autant que la route devient très très glissante par endroit. Ceci dit je me vautre en cherchant les étoiles dans le premier chemin venu …. Mon plan disait Beaux à 4h j’y arrive cool et fais tamponner à 3h57, je fais une petite pause pipi au chaud, remplis mes flasques, prend deux trois trucs à manger et une petite soupe chaude pour repartir au plus vite. Hasard (ou coïncidence…) je m’assois en face de Stéphane les yeux pas rieurs limites pas frais, la barbe tombante il a les adducteurs en vrac, vu le parcours restant il met le clignotant c’est dur pour lui, j’essaye deux trois mots de réconfort, en restant avec lui en allant lui chercher une soupe mais je prends froid rapidement et je choisis de repartir avec des gants. Cette longue pause me permet de bien tester la différence entre le gymnase chauffée et dehors…. Heureusement ca repart dans la boue en descente, yeahhhhh

Il y a quand même une ou deux descentes tricky où j’envoie bien en doublant finalement pas mal de groupes ce qui ne m’empêche pas 1/ de tomber à nouveau car une coureuse que je double prend peur avec mon pas doucereux de sanglier et fais un écart, pour l’éviter paf la boue 2/ en fin de descente le bandeau de la frontale se détache et je vois plus grand-chose devant moi, un coureur sympa me donne de la lumière pour régler à nouveau le bandeau. Ça vallonne et je suis plutôt dans le rythme mais je commence à piocher en arrivant à Confolens Beauzac où après le ravito garage, le ravito arrêt de bus, le ravito gymnase on fait un ravito amicale des boulistes. 3 minutes de débours sur mon plan donc ça va, mais j’ai franchement du mal à repartir les jambes sont un peu raides, du mal à trottiner tout simplement et donc à me réchauffer. Je trouve les environs du Pont du Lignon très pénibles ….la montée ensuite m’achève même si après la descente l’entrée de Monistrol et sa longue ligne droite ne me fait pas trop de mal sauf que je mets un temps fou à remonter sur des randonneurs partis de Beaux qui vont à largement plus de 6km/h, et moi péniblement à 8-9. J’arrive en 7h15 au lieu de 7h30 malgré un changement de piles de frontale (impec le changement sur les Armytek !) mais je suis bien bien entamé, le plan était maintenant au 50eme km de lâcher les chevaux … Bon en regardant bien il doit me rester un quart de demi poneys pouilleux …. Ceci dit après Monistrol beaucoup ont eu l’air de souffrir, à tout niveau. En ce qui me concerne quand je ressors de la salle, je n’ai plus besoin de la frontale et je sais que le vainqueur et déjà douché et au lit …. Grosse misère pour monter la Chapelle d’Aurec où je ne m’attarde pas trop avec désormais un débours de 25min sur un plan certainement trop optimiste, arriver en 10h c’est fini à cet endroit, les 10h30 sont jouables si j’arrive à mettre un peu de rythme, la descente sur les gorges puis la remontée sur Lafayette se passe très moyennement je mets 1h30 pour faire un peu moins de 8km/250d+ ! Je suis cramé, et plus de crêpes à Lafayette elles sont en train d’être faites ! je repars avec toujours le même mantra depuis La chapelle : si un coureur me double je dois en doubler 2 ! mais bon y a pas grand monde je double un peu des groupes cuits bouillis… Les 5 derniers kilomètres sont peu agréables avec la descente sur Fraisses interminable avec une vue dégagée au loin sur Firminy. Il faut encore passer sous l’autoroute et monter les deux derniers kilomètres où je m’arrache à un petit 8km/h pour tenir 10h30, mais je finirai en 10h34 chrono, 10h37 pendule après la dernière descente d’escaliers et le dernier coup de tampon. Je me paie une petite bière non incluse dans le prix de la course faut pas déconner non plus, parce que franchement sans même parler du prix indécent les bénévoles sont top, les ravitos très corrects (manque de soupes, mais du vrai bon saucisson …), et c’est très bien signalisé si tu vas pas très vite, dans une belle ambiance roots.

Au-delà des remerciements à tous ceux/celles qui m’ont encouragé avant/pendant/après et particulièrement à mon coach Franck qui pouvait pas prévoir cette coupure d’entrainement, je dis un grand bravo à Cédric Gazulla du club de St Chamond, le vainqueur qui s’impose en tant que favori et local de l’étape, et à Stéphane le Ducks barbu Accroche toi !!

14 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 22-11-2018 à 22:25:36

Ah bin dis donc, on a du se croiser, forcément, j'ai du te rattraper à un moment ou un autre car j'étais plutôt en 4h15 à Beaux....et 10h28 à l'arrivée

Commentaire de Jedj posté le 23-11-2018 à 09:02:51

oui c'est clair :) tu dois etre un des deux qui m'a topé après ou dans la Chapelle d'Aurec peut etre - bravo à toi pour ta course !

Commentaire de bubulle posté le 24-11-2018 à 14:55:26

Hmmm, la Chapelle d'Aurec, je n'ai rattrapé qu'un coureur : un qui m'avait dépassé dans le long plat descendant après Monistrol et que je gardais en point de mire.

De toute façon, j'étais facile à reconnaître : des marcheurs nordiques y'en avait pas des tas...enfin, pas autour de 10h30

Commentaire de coco38 posté le 23-11-2018 à 10:12:13

sympa ton CR. On est une peu dans les même temps de course sauf que tu as passé moins de temps dans les ravito ! Bravo pour ta course et à se recroiser.
JC
A+

Commentaire de Jedj posté le 23-11-2018 à 10:30:11

sachant que j'ai passé d'après Strava plus de 50min à l'arret aux ravitos tu m'inpressionnes !

Commentaire de coco38 posté le 23-11-2018 à 11:22:50

1h20 à l'arrêt pour mon fils et moi !.. on a bien profité des pauses !

Commentaire de Jedj posté le 23-11-2018 à 11:26:05

je pensais pas pouvoir etre battu là dessus :)! après ca doit tre un peu dur de repartir à chaque fois ca caillait bien en sortant des abris

Commentaire de Kirikou69 posté le 23-11-2018 à 10:25:22

J'ai dû faire voiture commune avec ton pote Steph (facile à reconnaitre;) ) pour arriver dans les 10iers à Firminy :(
Bravo pour ta course et merci pour ton récit.
Kirikou : abandon à Beaux

Commentaire de Jedj posté le 23-11-2018 à 10:30:41

ah merde pas grave? remets toi bien !

Commentaire de Mazouth posté le 25-11-2018 à 12:44:25

Tu n'as même pas eu droit à THE crêpe :( Il va falloir que tu reviennes du coup ;) Bravo pour ta course !

Commentaire de Jedj posté le 27-11-2018 à 07:58:09

yes !!! pas l'année prochaine mais avec une prépa un eu plus complète ...

Commentaire de Jean-Phi posté le 25-11-2018 à 19:16:11

L'essentiel est de terminer, ce que tu as fait. Bravo ! Belle course !

Commentaire de Gibus posté le 07-12-2018 à 22:36:23

Bravo, tu l'as fait.
J'ai pareil que toi avec cette arrivée à Confolens euphorique puis un gros coup de mou après sous le viaduc.
Gibus

Commentaire de Jedj posté le 09-12-2018 à 19:28:00

merci à toi - l'essentiel état de finir en bon état :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran