Récit de la course : Munster Trail - 72 km 2018, par Boutts67

L'auteur : Boutts67

La course : Munster Trail - 72 km

Date : 20/10/2018

Lieu : Munster (Haut-Rhin)

Affichage : 374 vues

Distance : 72km

Objectif : Terminer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un ultra autour de Munster

Mon 1er Cr soyez indulgent Embarrassé 


Tout d'abord abord commençons par la genèse de cette course: une envie de se refaire la cerise après l’abandon a Samoëns et une envie d’en découdre sur cette distance pour mon pote après 2 ans de blessure.

Le choix c’est naturellement porte sur une course local, avoir à faire 1h de train après une journée de travail, plutôt que 5h-6h de voiture. C’est du bonheur!

La veille repas du sportif: pâtes et bières. Après des calculs d apothicaire nous partons sur une base de 2h30 par bosse. 

 Réveil 4h30, un gâteau sport décathlon, un thé citron et des gâteaux petit dej et rendez-vous sur la ligne de départ. Niveau matériel, j’ai pris 2 * 750 ml d’eau, des pommes potes et des barres Cliff. D expérience ça me suffit en plus des ravitos.

5h30 départ à la frontale, une petite boucle de 500m dans Munster et on est direct dans le vif du sujet, le terrain n’est pas technique mais en single, droit dans la pente jusqu'au petit ballon. C’est sympa de voir l’autre versant par rapport au trail du petit ballon. La descente se passe sans encombre, il faut juste être vigilant dans le noir. On choisit de zapper le 1er ravito, les gourdes étant encore presque pleines.

On attaque la montée vers le Schnepfenried, ça monte bien en single. Pas de difficulté particulière, arrivé à la station de ski, on a droit à un ravito aux petits oignons (bretzel, tuc, saucisson, fromage) on se laisse servir, les personnes se proposent même de recharger les gourdes qui commençait à être à sec. Royal!

On repart assez rapidement et là, petite surprise on monte une piste (rouge?),  accompagné d’un Jack Russel. Pour ensuite mieux la redescendre un peu plus loin, la descente se fait à travers la forêt sur des chemins sans grande difficulté, tjrs accompagné de notre nouvel ami.

 Arrivé a Mittlach, on commence la montée vers le Gaschney, on s arrête 2 fois en chemin, mon pote étant dans le dur. On décide de monter chacun à notre rythme et de se retrouver au ravito suivant. La montée est longue mais régulière, le soleil est au rendez-vous sans cogner trop fort, les paysages sont sympas mais un peu couverts. Je commence à voir le Hohneck, je m’y dirige en mode rando-course en discutant avec plusieurs coureurs le temps de quelques mètres. 

Au Hohneck pas de ravito, j’étudierai mieux le parcours la prochaine fois, on commence à redescendre vers l’autre versant et la surprise une petite butte a remonter, dans la descente je commence à entendre de la musique puis une petite auberge. 2nd ravito solide, encore plus accueillant que le premier avec comme spécialité locale une soupe de potiron délicieuse. Au moment de repartir qui je ne trouve pas accrocher a un banc, le Jack Russel qui aura fait pas loin de 20km et 1000d+, je croise également mon pote qui va un peu mieux mais qui préfère qu’on aille chacun a notre rythme.

 La descente vers Stosswihr est toujours roulante, l’avantage quand t’es en forme c’est que tu peux dérouler, l’inconvénient quand t’es pas en forme c’est que t’as l’impression que c’est interminable (cf. les Alpes).

Avant d attaque la dernière montée nous faisons des montées/descente dans les alentours de Soultzeren. Cette partie du parcours est un peu longue et monotone, d'autant plus que je ne croise pas un chat. La dernière montée se fera à un rythme plus lent, je double 2-3 personnes et me refait doubler en retour par d autres. Je remarque également que lorsqu'on a un coup de mou et qu’on double quelqu’un qui n’est pas au mieux, ça a un côté revigorant (oui je sais pas c’est pas très fair-play comme esprit). Arrivé (presque) au bout de la monté, je sors de la forêt ou un bénévole nous accueille pour nous annoncer que oui le ravito est juste la devant sur la droite mais qu’avant ça il faut aller sur la gauche et remonter une piste (noir ?) sous un tire fesse. Ils ont de l'humour au MunsterTrail :)

Dernier ravito solide, on me remplit les gourdes, je déguste la spécialité local (une sorte de purée de patate). Au moment de repartir, mon pote arrivé je décide donc de l’attendre pour terminer ensemble. On repart donc tranquillement, on passe le lac Vert, le lac des truites toujours sur les hauteurs direction le dernier ravito liquide qu’on partage avec les coureurs du 18. A l’approche du ravito, mon pote me dit d y aller vu que j’ai encore les jambes, j’attaque donc les 8 derniers km a un bon rythme, ce qui me permet de rattraper 4-5 coureurs dans la dernière descente et accessoirement me faire fumer par les 1er du 18 qui volent sur ces sentiers.

Je termine donc en 10h45 content et mon pote en 11h content également. Finalement nous avons fait mieux que ce qu’on avait pronostiqué et ça, ça fait plaisir au moral.

Un beau parcours, une ambiance sympa, des bénévoles au top. Je conseille cette course pour bien finir la saison trail. 

3 commentaires

Commentaire de Titus73 posté le 02-11-2018 à 12:14:27

Beau CR, j'ai fini en 10h40 et ai donc vécu la même chose que toi, on a du se croiser sur un des ravitos pas possible autrement (dossard 7 pour moi). Cette course est belle, pas trop engagée (surtout après le TAR) et les bénévoles adorables. Quand tu vois l'impression de facilité que dégage le vainqueur du 18km quand il te dépasse...tu pleures :-P
Bonnes courses futures

Commentaire de Boutts67 posté le 05-11-2018 à 13:19:48

Effectivement on a du se croiser à minima au ravito et/ou bien tu m'as doublé dans la montée avant le dernier ravito où je me suis fait passé par quelques personnes.
En tout cas c'est un bon chrono :)

Commentaire de Shoto posté le 06-11-2018 à 07:29:54

sympa ton 1er CR. Bravo pour ta course et ton récit. Le Jack Russel traileur ... a t il été finisher ? ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran