Récit de la course : Trail de la Cotière 2018, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Trail de la Cotière

Date : 14/10/2018

Lieu : Beynost (Ain)

Affichage : 380 vues

Distance : 22km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Toukoul à Beynost.

Toukoul à Beynost.


Le trail de la cotière à Beynost est un mauvais et un bon souvenir pour moi.

Je m'étais fait mal au genou en tirant trop sur la machine lors de l'édition il y a 3 ans.

 

J'étais sur la petite distance de 12 kil et j'avais vraiment tiré sur la couenne pour finir premier v2 … le bon souvenir.

 

Aujourd'hui tout va bien.

Je vais y aller molo calmo sur les 22 km avec presque 600 de D+

 

Je retrouve Gérard toujours souriant.           

On est à la déconne pas du tout stressé.

 

On nous file une casquette (encore). A Ambérieu, on en avait déjà eu une.

Il y a aussi un coupon pour une bière à l'arrivée mais cela je ne le trouverai qu'une fois rentré chez moi en ouvrant les pubs. "Lol" ou plutôt "et merde".

 

Le départ est en commun pour les 3 distances après un échauffement collectif organisé par les gars d'appart fitness du coin.

 


Nous taillons sous les 2 viaducs, tgv et autoroute et nous montons à gauche.

 

Quelques personnes marchent. Etant parti dernier, j'en double, ici, un paquet plus quinze.

 

Un joli single s'en suit.

La séparation pour les 7,5k arrive vite.

Cela fait du monde en moins.

 

Plus loin, après une montée, c'est le ravito et la séparation, cette fois ci, entre le 12 et le 22 kil.

Beaucoup de coureurs s'arrêtent. J'en profite et taille en n'en laissant une louche sur place.

 

Encore un beau single.

 

Nous sortons des bois et taillons pendant 5 bornes sur la route.

C'est long, ça ne sert à rien, c'est monotone et en plus on a le vent dans la tronche sur la fin.

 

Un gars de Balan avec qui j'ai fait un bout est là bas devant.

Un gars en short kilt me passe.

La fille que nous avions presque rattrapée ne se laisse pas faire.

Je ne la verrai que de loin, comme Alain.

 

Nous sommes, enfin, de nouveau dans les bois.

Nous repassons des écluses anti-crues.

Le court est à sec mais cela doit raviner quand ça pleut ici.

Cela monte descend plusieurs fois pour les passer.

 

Sur le chemin suivant il faut relancer.


Une fille me passe en me disant que le plus dur est fait.

La côte jusqu'au ravito n'est pas encore avalée.

La voilà et je marche.

Faut pas déconner non plus.

 

Je relance à l'approche du point d'eau.

Deux filles font un pit stop de formules un.

Elles se tirent la bourre.

 

Je repars sur la route en les voyants au loin.

Après le moto cross cela tourne et elles disparaissent.

Nous redescendons vers l'itinéraire de l'aller.


Plus personne ne me double depuis le ravito.

Faut pas pousser non plus.

 

Le retour par les quartiers sur la route est long.

Nous arrivons finalement au complexe sportif où l'arrivée nous attend ainsi que les mascottes M and M's.

 



Gérard m'a mis un quart d'heure.

J'en ai mis autant à certains avec qui je suis parfois.

Tout va donc très bien madame la marquise.

 

Un coucou à Manu au chrono.

Je repars cette fois ci sans coupe mais avec mon genou.

Encore un bon dimanche.

4 commentaires

Commentaire de L'Dingo posté le 31-10-2018 à 23:00:33

Mille Mercis Gibus pour la non-utilisation d'une police 0.5 minuscule ;-)).
Enfin on lit sans décrypter. ;-)
.
Au fait, il me semblait que les mascottes de l'arrivée étaient Hémo et Globine :-))

Commentaire de Gibus posté le 31-10-2018 à 23:58:20

Oui c'est vrai que moi itou je vois ce que j'écris (hi hi)

Tant pis pour les mascottes à l'arrivée, je les ai mangées.

Commentaire de Arclusaz posté le 01-11-2018 à 13:06:33

C'est vrai que tu ressembles à Alain....

Commentaire de Gibus posté le 02-11-2018 à 22:11:05

Ah ah, de vachement loin ...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran