Récit de la course : Ultra Trail du Vercors 2018, par nanard7th

L'auteur : nanard7th

La course : Ultra Trail du Vercors

Date : 8/9/2018

Lieu : Villard De Lans (Isère)

Affichage : 519 vues

Distance : 86km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

UTV 2018 ... Un train de sénateur !!!

UTV 2018 ... Un train de sénateur !!!

Mon UTV n'a pas démarré à Méaudre ce Samedi 8 Septembre mais ... 15 jours plus tôt à Seyssins !!! 

Ce Vendredi 24 Août à 16h, en effet, je suis au départ de l'UT4M Extrem, mon objectif de l'année.
J'ai toujours pensé que j'étais incapable d'aller au bout d'un 170km, mais impossible de le savoir sans essayer au moins une fois dans sa vie (et à 56 ans il vaut mieux ne pas trainer !), alors cette année je me suis décidé à tenter le coup.
Et je me suis entrainé comme jamais ! 52 000m de D+ et 1400km à fin Juillet, les recos complètes du Vercors et de l'Oisans sans compter les sorties dans Belledonne et Chartreuse me font penser que l'impensable est peut-être réalisable ... 

Et ce 24 Août, je suis bien au départ de l'UT4M Extrem 2018 …
Après un départ ultra prudent en toute fin de peloton, j'aborde la première nuit dans le Vercors (un massif que je connais par cœur) en pleine confiance. Une discussion (rencontre improbable mais très sympa) avec Samontetro (traceur de l'UTV) sur les pentes du Pic Saint Michel me conforte dans ma décision de partir prudemment. Cette nuit dans le Vercors se passe comme dans un rêve et j'arrive à Vif, fin du premier des 4 massifs, frais comme un gardon. 

C'est sur la descente vers Lafray après la difficile montée au col de Lachal que je commence à avoir des étourdissements. Un début d'hypoglycémie ? je prends mon temps au ravito et je repars requinqué vers la Morte. Mais dans la montée, je n'ai soudain plus de jambes ... impossible d'avancer ... c'est incompréhensible ... près de 20 coureurs vont me dépasser alors que je suis déjà en queue de peloton ... un long calvaire que je décide d'abréger en arrivant à La Morte. Poudrant mon fils est là pour m'accompagner sur la deuxième partie de l'Oisans mais le brouillard sur les sommets et un tout petit mental me dissuadent de repartir. 

Une belle rando course de 65 km et 4600m de D+ tout de même ... 

Le lendemain, je monte à la rencontre de Philippe (Peno38) qui en termine de son UT4M. Je pars de Grenoble pour le rejoindre en dessous du Rachet. Ensemble, puis bientôt rejoint par le Keke (qui lui aussi a abandonné lors de cet UT4M), nous descendons en courant vers Grenoble. Je suis admiratif de la perf de Philippe mais aussi déçu rétrospectivement de mon abandon prématuré, la veille vu ma forme du jour ... 

Quelques jours plus tard, lors d'un échange avec Samontetro à propos de cet UT4M, j'évoque mon regret de ne pas m'être inscrit à l'UTV cette année ... A ma grande surprise, il me propose un dossard invité ...
Je suis vraiment heureux de cette proposition (ce qui ferait huit éditions consécutives ...) mais quelle folie !
J'hésite quelques ... secondes ... et .... Banco !
Il y a deux ans, après un UT4M100 épique mais terminé, j'avais tenté l'UTV, 3 semaines plus tard ... et j'avais abandonné justement à … Méaudre, épuisé ... Là, il n'y a que 2 semaines pour la récupération ... une folie !

 Alors pendant les deux semaines qui suivent, je vais tenter de me persuader que mon UT4M n'a été qu'une sortie longue idéale pour la préparation à l'UTV ...
Oui Bernard ... I D E A L E ! 

J'avais décidé de ne rien dire à personne pour ne pas me mettre la pression mais voilà, je n'arrive pas à tenir ma langue et là, le stress arrive au galop. Alors que je n'ai rien à perdre pour cette course absolument pas programmée, je me rends compte que je veux vraiment aller au bout.
J'en perds le sommeil, les douleurs reviennent et mes deux dernières sorties d'entrainement sont catastrophiques ...

Samedi 8 Septembre 3h13 ... je me réveille 2'avant la sonnerie, j'ai dormi 4h comme un bébé, plus aucune douleur ... incroyable comme je me sens bien !!! 

4h45 Méaudre : je retrouve Yannos avec joie (nous avions passé quelques heures ensemble l'année dernière en début de course et sous des trombes d'eau). Nous allons essayer de faire la course ensemble.

5'avant le départ, surprise, je suis appelé par le speaker qui me présente aux coureurs puis il me donne le micro. Je bafouille 2 ou 3 mots incompréhensibles puis je lance le décompte. 10.. 9.. 8.. 7.. 6.. 5.. 4.. 3.. 2.. 1.. GOOOOOOOOOOOOO
Comme un spectateur installé au premier rang, j'assiste au départ de la course !
Bon, tout le monde est passé ... il faut y aller et je rejoins Yannos qui m'a attendu !

 

Méaudre - Saint-Nizier Relais 1

Pour une fois, nous attaquons cet UTV en douceur, d'abord par un faux plat montant puis par trois petites côtes à travers les Buissonnières et Val Claret, idéales pour nous chauffer les cuisses (il fait quand même assez frais à 5h du mat).
Avec Yannos nous avons décidé de partir prudemment contrairement au gros du peloton qui est parti en trombe, comme d’habitude !
Néanmoins nous arrivons en à peine plus d'une heure à Autrans pour le premier ravitaillement.


Oulà, 15' d'avance sur mon plan de route, il va falloir se calmer !

Autrans 7,5km 325mD+ 06h05 (6h20) 

Un arrêt rapide et on attaque tout de suite le tremplin Olympique et ses 200 (au moins) marches, et là, ça calme ! La montée se fait tranquillement en suivant des coureurs qui commencent déjà à souffler. C'est plutôt sympa cette montée à la frontale sur ce long escalier éclairé par des mini torches. Au sommet, un joueur de cornemuse met un peu d'ambiance.
Après une descente rapide on attaque notre première véritable difficulté de la journée : la Montée vers le pas de Bellecombe (500m de D+) ... Facile ! je me cale sur le tempo de Yannos et je le suis sans problème. En moins d'une heure on arrive au sommet et là miracle, on assiste au lever du soleil sur le Vercors ... C’est magique !!! 


 Pas de Bellecombe 14,3km 1015mD+ 7h20 (07:50) 

Dès le début de la descente j'en profite pour prendre des photos du Pas illuminé par le soleil : splendide ! 


Cette descente qui passe par les Merciers pour rejoindre Engins est plutôt facile et elle épargne nos genoux ce qui est très appréciable à ce moment de la course. Ça n'empêche pas Yannos de se gameller méchamment. Il se relève choqué et un genou en sang. On passe alors en mode "économie" et pour la première fois depuis le départ je me dis que je me sens vraiment bien !

On arrive aux Jaux (Engins) pile après 3h de course pour attaquer la raide montée sur le Pas de la Corne en direction de St Nizier.
Sur un terrain sec, la montée ne pose aucune difficulté et seul un passage un peu exposé sur la fin mais avec une main courante nécessite un peu d'attention. St-Nizier est vite là, je suis étonné mais un peu inquiet ... j'ai vécu ce premier relais de l’UTV comme dans un rêve ... Ça ne vous rappelle pas quelque chose ???

Yannos se fait soigner, on prend notre temps et on repart "as usual", tranquillement ! 

Saint-Nizier (R1) 21,3km 1355mD+ 8h32 (9h05) (247/270)

 

Saint-Nizier - Lans en Vercors - Relais 2

Pour fêter le 50ème anniversaire des JO de Grenoble, notre traceur préféré a ajouté au parcours une autre montée de tremplin ... c'est la deuxième couche, je repense à L'UT4M (on y montait) et j'arrive au sommet encore une fois, sans essoufflement aucun ... 

Commence la descente rapide du sentier écologique. Là je suis une coureuse pas très sure de ses appuis. A peine je l'ai dépassée, elle tombe durement... je fais demi-tour mais elle se relève soutenu par d'autres coureurs ... on termine la descente au bas du tremplin avant de se lancer dans un chemin qui traverse le Bois de Poussebou puis c'est parti pour 850m de D+. Ce sera mon juge de paix même si cette « ascension »  arrive relativement tôt dans la course ...

Cette montée au Moucherotte est sans doute la voie "classique" la plus difficile. On est gâté cette année ! Je me sens bien alors je prends mon rythme, je dépasse pas mal de solos et même un relais 4 en perdition ! la chaleur commence à être bien présente et Yannos se fait distancer victime d'un petit coup de chaud, je l'attendrai au sommet !


Au bout d'une heure 30, j'y suis ... près 600m D+/h, vu le terrain difficile, ce n'est pas si mal ! Petite halte avant le sommet du Moucherotte, la vue sur Grenoble y est époustouflante !


 ... Yannos me rejoint et nous entamons la descente vers Lans en Vercors. 

On traverse les Ramées direction la croix. Le paysage est magnifique, l'état de grâce se poursuit !


On passe le pas de la Tinette puis un peu plus bas on traverse la ferme des Jeu, le paysan, gardien des lieux et célèbre figure locale vaque à ses occupations sans même nous jeter un coup d'œil ... je me rappelle d'un UTV ou, en passant ici de nuit, je m'étais retrouvé face à d'énormes cochons !!! On traverse la départementale à hauteur de la Chénevarie pour attaquer une portion plate qui nous amène à Lans. 

Là, je suis accueilli par le speaker du départ qui me tend le micro pour que je donne mes impressions sur la course. Je dois irradier de bonheur à ce moment-là ...

Lans en Vercors (R2) 39,4km 2480mD+12h24 (12h50) (229/262)


Lans en Vercors – Clos de la Balme - Relais 3

Avec Yann, on a prévu un sac de repli qui me permet de changer de tee short et de chaussures. Je fais aussi la recharge de compotes (j'ai décidé d'arrêter les poudres lors de cet UTV) on prend notre temps et après un bon quart d'heure on repart sur ce troisième relais de l'UTV, le plus long et le plus difficile.

Anticipant la difficile montée au Sentier Gobert je propose à Yann de marcher tranquillement jusque-là. Sur cette longue portion en faux plat montant j'ai mon coup de mon bien habituel avant la mi-course. Un couple de coureurs nous dépasse en courant. Soudain l'homme trébuche et tombe ... peu après la femme est prise de nausée ... eh bien, ils ne sont pas rendus ces deux-là ! ... On discute pas mal avec Yannos ... du coup on avance bien et finalement on dépasse la mi-course et la forme revient ! 

Peu avant d'arriver aux Herauds, on prend à gauche direction du Collet du Furon ... 400m de D+ bien raides. J'essaye de suivre Yann mais il me distance peu à peu alors je m'accroche … Que c'est long, j'ai peur du coup de pompe fatal comme celui de l'UT4M mais non, il ne vient pas … je fatigue un peu, tout simplement.

On rejoint les Ailières et on prend le sentier des Anciens. On arrive enfin au début du sentier Gobert. Yann m'a attendu. Je me sens mieux et je décide de courir sur ce sentier en balcon magnifique que je connais par cœur ! Yann est en retrait mais suit sans problème. Je ne vais pas beaucoup plus vite en courant mais au moins je cours !
Les sensations sont toujours bonnes, néanmoins notre avance sur mon roadbook a fondu et nous arrivons à Roybon à 15h15 avec tout juste 5' d'avance ... 

Là, je retrouve mes enfants et Bat le chien (compagnon de canicross) qui vont m'accompagner jusqu'au col des Deux Soeurs. Nous repartons en groupe. Yannos s'éloigne inexorablement et je musarde un peu en chemin avec les enfants. Tout en discutant, j'avance sereinement. On est loin de la souffrance de 2012 ou j'avais explosé sur ce même parcours ... cependant, tous ensemble, on avance vraiment doucement !


Le paysage se fait de plus en plus minéral et sauvage, c'est carrément incroyable.


Je ne vois plus Yann, loin devant maintenant. Il fait chaud mais heureusement les nuages cachent le soleil donc on ne souffre pas trop. Plusieurs fois on a l'impression d'arriver au sommet mais non, ce n'est qu'un mirage ! A un moment, un bénévole nous indique "plus que 250m de D+" mais comme la pente est faible on n’en voit jamais le bout de ces satanés 250m de D+. On saute de rochers en rochers, il faut être très attentif. Il n'y a plus de chemin tracé alors il faut chercher les marques au sol ou les rares fanions, un vrai jeu de piste ! Et il faut faire attention de ne pas tomber dans les nombreux trous (scialets) qui parsèment le parcours ... 


Enfin le col des deux sœurs est là, j'échange quelques mots avec Petit Franck et les bénévoles et je fais le point. 

Il est 17h42, j'ai maintenant plus de 20' de retard sur mon plan.
Les bénévoles et Petit Franck m'affirment qu'il ne reste que 4 km jusqu'au Clot de la Balme (prochain ravitaillement) mais je sais très bien qu'il en reste 6,5 km plus quelques petites montées. Mais pas de panique, c'est largement jouable en 1h15 ! 

Après avoir quitté ma petite famille, j'entame la descente sur Corrençon. Là, une douleur au genou droit (le premier petit pépin physique depuis le début de la course) me fait comprendre que ce ne sera pas si simple !!! Alors je calcule et je gère. Bon il faut d'abord bien passer les deux petits coups de cul qui précèdent la descente vers le lac artificiel du Moucherolle, j'y tremperais bien les pieds comme certains l'on fait, mais je n'ai pas le temps ! Je passe ces quelques mètres de D+ sans problème.

Peu après le lac, un Bouquetin m’attend au bord de la route. Je m'en approche à moins de 10m tout en le photographiant et il ne bouge toujours pas. Ses bois sont incroyables ! Il est dans son domaine et me jette un regard dédaigneux ...


Allez, il faut rester concentré sur l'objectif !!! Il me reste 50' et un peu plus de 5km pour la BH, ça devrait passer. Rapidement on délaisse les pistes de ski caillouteuses et assez raides pour aborder un magnifique single en forêt qui nous emmène au Clos de la Balme. Et même si je perds un peu de temps dans la barre rocheuse et derrière un relais4 perclus de crampes qui hurle de douleur à chaque appui, après une belle descente, j'arrive à la fin de ce 3ème relais avec 6' d'avance sur la BH, finalement pas si loin du temps prévu. 

Corrençon - Clos de la Balme (R3) 65,5km 3915mD+ 18h54 (18h50) (209/215)

 

Clos de la Balme - Méaudre - Relais 4

Yannos n'est pas là, dommage (j'apprendrai plus tard que je n'ai loupé son départ du ravito que de quelques secondes ...).
Je ressens de la fatigue certes mais rien à voir avec ce que je ressentais à l'UT4M à la Morte ... 

Je m'arrête une petite dizaine de minutes puis je repars doucement en direction de Corrençon bientôt dépassé par le dernier coureur en piste. Inévitablement, je suis rejoint par les serre-files sur le début de la montée du Peuil. Là je ralentis soudainement et un serre file m'assène un "oulà, tu as les jambes bien lourdes" qui fait mal au mental. Pourtant je m'accroche, je viens d'avoir Philippe au téléphone et je lui ai promis que j'allais terminer. A un embranchement, un bénévole qui enregistre les N° de dossard me reconnait et les serres files préviennent Samontetro que je suis toujours en course avec eux. Ils me répètent ses paroles : "ne rien lâcher, ne rien lâcher " ... L'effet est immédiat, tout en discutant avec les serre-files, j'accélère, il est hors de question que je lâche quoi que ce soit !

Je rejoins et je laisse sur place l'avant dernier coureur, je cours dans la descente du Peuil, la douleur au genou a disparu, un bénévole m'indique que Samontetro vient à ma rencontre pour m’aider à arriver avant la BH, j'accélère encore ! je dépasse un autre coureur puis un troisième dans la piste de luge de Villard. Quelle descente incroyable et que c'est long ! je n'aurai jamais pensé qu'une piste de luge (certes Olympique) pouvait être aussi longue. J'allume la frontale : c'est magique ! peu après, je vois enfin Samontetro qui arrive. Il me guide en courant au travers de Villard ... je suis en transe, à fond. Samontetro me demande de ne pas me mettre dans le rouge, ah ah ah, la bonne blague ! Mais je suis à bloc moi ! L’œil rivé sur le chrono, comme promis, je ne lâche rien ! 

On arrive finalement 2' avant la BH de 21h accueilli comme des héros par les bénévoles !

Là, à ma grande surprise et avec beaucoup de joie, je retrouve Yannos arrivé juste quelques minutes avant moi !

Je suis finalement le dernier à passer avant la BH !

Villard de Lans 75,5km 4290mD+ 20h58 (21h00) (202/202)

La pause est de courte durée !
Nous sommes 4 coureurs à repartir avec les serres files (dont Samontetro qui se tape comme d'habitude le dernier relais). 

Nous arrivons à la montée du Meillardot (ma hantise depuis le début de la course), près de 400m de D+ bien raide.

Yannos a pris la tête du petit groupe et monte à belle allure (il m'avouera qu'il s'est positionné en tête pour éviter qu'un de nous trois impose un rythme trop rapide. De mon côté, il n'y avait aucun risque !) 

Samontetro, tout en débalisant avec sa collègue, nous fait une montée commentée des lieux et c'est assez drôle parce qu'on ne voit absolument rien (sauf les qqs mètres éclairés par nos frontales). Un sacré bavard et à ce moment de la course, c'est un vrai bonheur de l'écouter. En à peine 45' nous arrivons au sommet : 500m/h de D+ avec 80km dans les jambes. Pour un gruppetto, je suis épaté ! D'autant que nous sommes tous les 4 très lucides et en pleine forme.

Nous passons le col de la Croix de Chabaud. Sur le long faux plat descendant qui suit, j'aimerai bien courir (ou plutôt trottiner) pour arriver plus vite mais mes camarades ne sont pas vraiment chauds pour cela. Du reste ils vont pratiquement aussi vite que moi lorsque je cours ! Samontetro nous promet 3' de bonification si nous trouvons des cèpes au bord du chemin qui, parait-il, abondent dans le coin ... Déjà que je ne trouve jamais de champignons, alors à la frontale ...
Enfin nous atteignons la descente puis nous retrouvons la route que nous avions quittée 18h plus tôt au petit matin. 


Peu avant l'entrée du Village, les bénévoles nous attendent, au bord de la route les flambeaux à la main.

Après celle de 2015, c'est ma deuxième arrivée aux flambeaux sur l'UTV ... alors je me laisse un peu distancer par mes compagnons du gruppetto pour encore plus apprécier ce moment ! Puis les bénévoles courent avec nous vers l'arrivée pour nous faire une autre haie d'honneur près de l'arche ... J'ai les larmes aux yeux ... Tous les 4, Yann, Paulo, Florent et moi, on refait un dernier passage bras dessus, bras dessous ... Inoubliable !

Méaudre 86,0km 4800mD+ 23h25 (23h00) (199/200)

Voilà, l'aventure se termine ... je ne me suis jamais senti aussi bien au cours et à la fin d'un Ultra ... Un Ultra que je n'aurai jamais dû faire ...

Ma 8ème participation ... et 4 fois finisher sur les 5 dernières années ...


Quelques remerciements

- Au Vercors, pour nous offrir un terrain de jeux tellement sublime !

- A la météo, parfaite et même aux nuages qui m’ont empêché d’avoir trop chaud sur la montée au col des deux Sœurs. Quelle différence par rapport à l’année passée !

- Aux organisateurs et aux bénévoles, qui années après années, parviennent à maintenir un esprit authentique à cette course, très loin du grand barnum des courses de l’été …

- A Samontetro (et aux organisateurs, encore) pour m’avoir permis de participer à cette huitième édition, j’ai tout fait pour me rendre digne de ce beau cadeau !

- A Sameontetro (encore) qui m’a aspiré/guidé/poussé jusqu’à Villard et grâce auquel je suis arrivé avant la BH,

- Au serre files avec qui j’ai passé quelques heures cette année et qui ne comptaient pas leurs encouragements,

- Aux organisateurs et aux bénévoles pour cette arrivée au flambeau complètement dingue. C’est certain, sur l’UTV les derniers sont les vrais héros de la course !!!

- A Yannos avec qui j’ai passé une grande partie de cet UTV… Yan, j’ai vraiment hâte de te retrouver pour faire encore un bout de chemin ensemble … LA STL cette année ?

- A mes enfants pour leur présence sur la montée au col des deux sœurs et qui ont mieux compris une passion, moi qui le « gave » avec mes trails depuis tant d’années ! Et à mon ainé, Johannès, qui m’a attendu à Méaudre à une heure tardive,

- Et finalement à mon corps, qui années après années, me porte, me supporte, souffre avec moi et qui, lorsque qu’il le faut vraiment, répond toujours présent (ce qui n’est pas toujours le cas de ma tête ! )

Le lien vers les photos prises au cours de la journée :

https://photos.app.goo.gl/nZvXGLTtuY1zc1Ex5

La vidéo officielle de l’UTV 2018 :

https://www.facebook.com/ultratrail.vercors/videos/254765231819939/

La superbe vidéo d’un Kikourou (Jeanpitre), tellement proche de ce qu’ai vécu !

https://www.youtube.com/watch?v=IAZwB2tv9-s

La Vidéo de David (avec qui j’avais terminé l'UTV 2015 et aussi fait un bout de chemin sur l’UT4M Extrem, cette année) et qui a abandonné au col des deux sœurs.

https://www.youtube.com/watch?v=6Pbqv4pxjCk

 

 

5 commentaires

Commentaire de peno38 posté le 16-09-2018 à 19:28:09

Bravo Bernard; L'UTV c'est ta course ... et je doutais bien que tu allais avoir un peu de pression avec cet'invit' mais grâce à ta belle course tu as fait honneur à cette invitation. Toute la famille a suivi tes pérégrinations à distance ... et tes passages 'just in time" des BH, quelle maitrise :)

Ben maintenant tu n'as plus le choix : 4 - 4 il faut faire pencher la balance du côté des finishers :)

Commentaire de peno38 posté le 16-09-2018 à 20:31:55

Bravo Bernard; L'UTV c'est ta course ... et je doutais bien que tu allais avoir un peu de pression avec cet'invit' mais grâce à ta belle course tu as fait honneur à cette invitation. Toute la famille a suivi tes pérégrinations à distance ... et tes passages 'just in time" des BH, quelle maitrise :)

Ben maintenant tu n'as plus le choix : 4 - 4 il faut faire pencher la balance du côté des finishers :)

Commentaire de carapauch posté le 16-09-2018 à 20:39:30

Super récit Bernard. Je suis d’accord avec toi sur le fait que tu peux aller plus sur l’Ut4M mais l’essentiel reste le plaisir est sur l’UTV tu en prends!
A bientôt pour la préparation Sainte-Lyon ;-)

Commentaire de yannos69 posté le 17-09-2018 à 15:15:29

Un grand Bravo Bernard ! Ravi d’avoir partagé ces bons moments avec toi, un bon duo :-)
Tu n’as rien lâché, reparti du Clos de la Balme tout seul, j’étais un peu inquiet mais très content de te voir arriver à Lans !
Ta joie faisait plaisir à voir, la fin de course était super sympa.
Rdv le 1er décembre ….

Commentaire de samontetro posté le 29-09-2018 à 19:13:03

Plusieurs fois que je lis et re-lis ce récit avant de poster un com'. On ne s'en lasse pas!
Quand j'ai compris ton envie de revenir sur l'UTV, t'inviter s'est rapidement imposé comme une évidence après tes 7 participations en 7 éditions. Mais le cadeau pouvait être empoisonné, c'était un des parcours les plus difficiles qui était au menu cette année. Puis ton "j'aimerai bien cette année atteindre le 4/8" en terme de "boucler la boucle" s'est aussi révélé être un défi pour nous! On ne pouvait être tes jambes mais on pouvait ajouter encore un peu plus de notre énergie que l'on dépense sans jamais compter à vous accueillir et vous emmener dans nos montagnes: devenir ton "Monsieur plus". Et le défit tu l'as relevé, les jambes étaient lourdes dans les dernières côtes, mais le traileur avait mangé du lion et le Meillarot n'avait qu'à bien se tenir!
Bravo Bernard pour cette superbe course, pour n'avoir rien lâché (faudra juste revenir pour les cèpes) et surtout un énorme merci pour être venu partager 8 fois ce samedi de début septembre sur nos sentiers... en 8 éditions!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran