Récit de la course : Ultra Tour des 4 Massifs - 100 Master 2018, par yoyotito

L'auteur : yoyotito

La course : Ultra Tour des 4 Massifs - 100 Master

Date : 25/8/2018

Lieu : Uriage Les Bains (Isère)

Affichage : 511 vues

Distance : 95km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Fromage BELLEDONNE Dessert CHARTREUSE

Nouvelle course, nouveau défi !!! Après avoir échoué fin Juin à l’Ultra Marin, me voilà assis dans le TGV en direction de Grenoble. Un gros morceau m’attend, L’UT4M Master et ces 95 Km pour 5500 de D+, une vraie course de montagne.

Arrivé à 13h à Grenoble, je suis tout d’abord émerveillé par les massifs entourant la ville. Quel beau terrain de jeux ! Direction, l’Esplanade François Mitterrand, devant le musée de Grenoble où se positionne l’arrivée et le retrait des dossards. Un contrôle de l’intégralité du matériel obligatoire est fait et voici mon sésame le Dossard 2212, avec le descriptif du parcours.

Ensuite je récupère ma chambre louée qui s’avère être à 100 mètres, une sacrée chance tant pour le départ que pour l’arrivée. 18h place au briefing d’avant course, on nous annonce que le temps sera clément pour ce périple, même si dans la nuit de Samedi à Dimanche il est attendu des températures à 2000 mètres proche de 0° avec des rafales de vent à 70km/h

Retour dans l’appartement, tout en organisant mon sac de course et mon sac d’allégement, je discute avec un participant qui fera la même course, un breton qui vient de faire 10h de voiture. 20h30 je me sens fatigué, une bonne chose pour m’endormir, je mets mon réveil à 3h15 pour aller prendre la navette de 4h. Une bonne nuit s’impose ! Mais à 2h, je me réveille, impossible de me rendormir, les endorphines sont déjà là. Petit déjeuner, préparation et hop direction la navette qui nous fait arriver à 4h30 à Uriage où le départ sera donné à 6h. Une attente d’1h30 va se faire, il ne fait pas très chaud, et malheureusement il n’y a pas de boisson chaude. Je discute avec plusieurs coureurs certains sont venus faire leur premier Ultra, d’autres en nombre sont venus chercher les 5 points pour l’UTMB, l’ambiance est fort agréable. Pour rentrer sur la ligne départ on nous oblige à montrer les 4 éléments du matériel obligatoire : couverture de survie, Pantalon, Seconde couche et Veste imperméable. Dans l’attente du départ je vois un Buff Kikourou, je fais la connaissance de RICO69, on discute rapidement et voilà que le départ est lancé.

Comme à mon habitude je m’installe à l’arrière du peloton, qui va piano va Sano ! Après 500 mètres je retrouve Rico69 avec qui je fais 2 kilomètres, il m’explique qu’il l’a déjà fait et m’indique qu’il ne faut pas se cramer dans la première partie. Ok compris capitaine !Après 3 Km les choses sérieuses commencent, une belle montée sur le massif de Belledonne. Le premier ravitaillement est atteint en 3h, les 13 Km et les 1300 mètres de D+ sont avalés. Le temps est idéal, pas très chaud du fait que nous sommes dans la brume, j’enlève donc mon tee-shirt et mets la seconde couche pour continuer cette aventure. Je poursuis l’ascension pour me rendre au second point de passage la Croix de Chamrousse à 2245 mètres d’altitude. La montée ne se fait plus dans la forêt, le paysage de haute montagne fait son apparition, peu d’arbres et pas mal de pierres. Les participants du Master 100 rejoignent ceux de l’XTREM 169 km, du CHALLENGE et du 40 KM Belledonne, un sacré petit monde sur les chemins. Je trouve ça très sympa !  L’arrivée à la croix se fait dans une brume épaisse où on ne voit pas à 5 mètres, pour voir le paysage on reviendra Cool. BIP 5h15, 23km, 2300 de D+ et 485 ième. Un groupe de personne joue des percussions, ça permet de danser pour continuer à être chaud tout en mangeant et en rechargeant les gourdes. 5 min d’arrêt, un énorme BIG UP au concert et je ne traine pas.

La descente n’est pas simple mais pas trop technique. Je trottine gentiment lorsque le terrain le permet et Direction le refuge de la Pra dans 6 km avant d’aborder un gros morceau. On ne voit toujours pas grand-chose :