Récit de la course : La Montagn'Hard - 125 km 2018, par Cheville de Miel

L'auteur : Cheville de Miel

La course : La Montagn'Hard - 125 km

Date : 6/7/2018

Lieu : St Nicolas De Veroce (Haute-Savoie)

Affichage : 734 vues

Distance : 140km

Objectif : Pas d'objectif

13 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

MH3, une Nouvelle Les Tappes

MH3, une nouvelle Les Tappes

 

Je pense que c’est d’avoir mal vécu notre MH2 avec Antoine qui nous a poussé à nous réinscrire rapidement à cette MH3. Antoine arrêté pour déshydratation a 20km de l’arrivée et pour ma part une somme de détail qui m’auront fait tourner du mauvais côté du chemin.

Pour ce parcours anniversaire, 126Km et 11000 de D+ sont annoncés mais aussi et surtout une grosse armée de Kikoureurs qui font de cette course un rendez-vous a part ou le partage et les rencontre font aussi partis de la course. Puis j’ai envie d’aller voir le Beaufortin et c’est tout con, mais cette fameuse tente du Bolchu qui m’intrigue. Le parcours s’annonce plus Montagnard ce qui n’est pas pour me déplaire. Il reste qu’en 39H pour 126Km c’est déjà plus de 3,2km/h de moyenne sans compter les pauses qui seront obligatoires. Le départ à 00H00 est aussi dangereux à gérer, cela nous programme 14 ou 15H de nuit ou l’on a tendance à aller moins vite qu’en journée. C’est en fait 2 nuit complète à subir, on est donc devant un vrai Ultra et il faut se préparer pour.

Pas Geek pour un sous, nous profitons d’un atout de poids en la personne de Bubulle pour nous offrir généreusement des Road Book précis et précieux. Là c’est un peu la douche froide, ce n’est plus 126km mais plutôt 140Km. De la technicité en plus, des km en plus, il faut donc prévoir des pauses en plus pour pas se griller, et le tout toujours en 39H….ce qui donne une allure à tenir de près de 4km/h pour arriver dans les clous avec 11000D+ dans les guibolles quand même. Rapidement avec Antoine on s’attend à ce qu’il est des coupes ou un rallongement significatif du temps de course sinon c’est pratiquement intenable pour 80% du peloton.

La dernière semaine nous conforte dans notre pensé.  Toute les parties techniques rajoutées sont remplacées pour cause de névés et à la dernière minute 1H est rajouté au BH.  Mais le nouveau RB est toujours à 140Km. Et ce qui faisait le charme de cette édition, même si pour cause de sécurité tout a fait compréhensible,part aux oubliettes. On prie pour que ce ne soit pas que du chemin forestier et des Up and Down pour garantir les Km et le D+. Et l’on se persuade encore que ce n’est pas tenable et qu’obligatoirement une boucle sera zappée par l’orga. Sachant tout cela nous aurions du partir sur un RB JALBAC, mais Antoine pense qu’il est trop juste au niveau des BH, et nous piquons donc celui de Bubulle sur une base de 36H12. Un mot d’ordre, interdiction d’être devant Bubulle.

Côté prépa j’arrive à la MH avec  50000D+ dans les jambes depuis janvier et 3 sorties en montagne, la Skyrace de Matheysin course magique qui remets bien les idées en place sur ce qu’exige un trail de montagne malgré ses 27km et 2000D+, une sortie avec  Bertrand et Numax et surtout un bloc de 3 jours chez Ju pour plus de 80km et 6500D+. Vu que j’avais rien fait en Novembre/Décembre, syndrome post enchainement EB/Diagonale, j’avais besoin de cela pour reprendre goût à l’entrainement. J’ai rattaqué 4/5 scéance de CAP par semaine à partir de janvier mais rarement plus de 10km juste pour me remettre dans le rythme avant de monter en volumétrie sur les mois suivant qui sont tous entre 250 et 270km. Bref c’est la forme avant d’arrivée à cette MH, juste deux petites contrariété, mon genou qui tire toujours un peu, mais pour la première fois je vais courir avec des semelles et un traitement antibio lié à un Erythème migrant. Tique chopé lors du week end Choc.

Je monte chez Antoine en prenant Mazouth au passage afin de co-voiturer et surtout éviter de conduire seul après 2 nuits dehors. On arrive vers 19H a St Nicolas, c’est très calme (trop ?), les dossards sont pris rapidement et nous nous posons au bar afin d’attendre tranquillement le départ. D’ailleurs la salle communale aurait pu être ouverte pour les coureurs, cela aurait permis une attente plus confortable pour ceux qui venaient directement comme nous.

A 23H15 on se bouge, de toute façon le Bar va fermer. Changeage, il fait frais, 12°c environ, des conditions idéals pour courir, surtout pour moi qui transpire comme une vache dès que je passe les 90puls. On retrouve toute la bande de kikou et l’on démarre le bazard en se positionnant dans le dernier quart, en prenant soin de ne pas passer notre ami Bubulle.

 

 

Au départ avec les dernières consignes de Maitre Bubulle et Mazouth

Comm’hab dès le départ c’est Nawak, ça part en fusée de partout, même Bubulle va bien vite. Faut dire que les batonneux, malgré nos remarques bien lourdes, sont près à nous embrocher dès les premiers mètres. Ça l’énerve encore plus que moi le Bubulle qui les mine  1 par 1 malgré sont genoux qu’ils nous annoncés mal en point. Vu que c’est rapidement trop vite, je ralenti et attends mes acolyte Antoine et Mazouth pour reprendre les 900D+ qui compose la première montée.

Levé du jour....

Jusqu’au plan ce n’est clairement pas le plus jouissif, c’est très très roulant et il faut se freiner sans cesse pour ne pas accélérer dans ses chemins forestiers qui se succèdent. Je comprends qu’il y en a qui aime bien, mais pas moi. Heureusement c’est la nuit, ça permets d’atténuer les pelleteuses et le goudron. On arrive au Plan à 3H55 à peu près dans le Road Book mais déjà à plus de 5,5Km/h de moyen. On doit pointer 160 en se disant déjà que ça va être une Boucherie plus loin. On y retrouve bubulle qui abandonne ne voulant pas jouer avec son genou et sa santé. On devrait néanmoins le voir tout au long du parcours.

Un avec une belle foulée souple, l'autre bah, Nawak

La partie suivant est comme l’autre a fini, du chemin et encore du chemin et malgré un rythme correct au prends du retard sur le RB. On commence déjà à beaucoup doublé, on n’a pas fait 30 km et les gars sont dans le dur. On arrive au Toile encore à 3 pour se pauser 10minutes dans les 130.

C'est quoi ce truc déjà???

Heureusement derrière l’enchainement du Prarion jusqu’à Miage est beaucoup plus Montagnard. Cette partie fait un peu oublier le reste mais on est encore persuadé qu’une boucle va être coupée. Plus ça va plus on double du monde sans jamais se faire passer. Mazouth commence à être dans le dur. Je préfère ne pas l’attendre car d’une part la BH de Miage ne permet pas de folie et que deuxièmement, repartir à chaque fois frais avec lui qui est dans le dur va lui donner le sentiment d’exploser et nous de faire que d’attendre. On est vraiment à l’aise avec le père Antoine et l'on double des wagons de coureurs du 126, du 65 et du 40, l’occasion de voir pas mal de Kikous. 

 Bionassay

Tricot Check et descente en 23mn sur Miage ou l’on retrouve la Team Bubulle. On est frais, on avait bien anticipé la longue section sans flotte en ayant prévu des contenants sup (j’ai bu 4l des Toiles à Bionassay, puis rechargé à Bionnassay 1l jusqu'à Miage). Ce qui n’est pas le cas de tout le monde, j’ai du « me fâcher » pour faire comprendre au bénévoles qui annonçaient 2H/2H30 entre les 2 qu’il fallait plutôt prévoir 4H sans qu’il me prenne au sérieux. C’est déjà l’hécatombe, on est 90 ou 100 à Miage avec un taux d’abandon important. Et c’est que le début.

 

Consignes avec le Patron a Miage

 

On repart en trottinant avec Antoine avec 30mn de retard sur le RB mais plutôt en bonne forme et toujours avec le sourire. Faut dire qu’on va aller boire notre Bière à Trè-la Tête.

Même si c’est toujours un peu long, on arrive encore frais au rendez-vous du bagnard. On a trottiné tout le chemin en balcon et même si l’on ne va pas très vite en montée, on continue de passer des dizaines de coureur, principalement des 60. Toujours rigolo de voir leur tête quand ils se rendent compte qu’ils se font croquer par un « bleu ». Je craignais un peu la descente jusqu’au Conta, dans mes souvenirs j’avais bien subi. Mais je là je trottine a bon rythme et nous continuons sur ce tempo jusqu’au Pontet. Antoine me dis que c’est quand même fou que l’on arrive à tenir sereinement. C’est vrai que je n’ai jamais été comme ça non plus, on doit encore être encore à 4,5km/heure de moyenne avec 80km dans les jambes. On se demande si c’est l’effet low carb. Arrivé au camping, on repère les douches, au cas où on avait prévu serviette et gel dans le sac d’allégement, ça c’est le top.

Mais la plupart des coureurs que nous croisons serviettes autour du ventre nous dise qu’ils ne savaient qu’il y allait avoir une douche. Par contre pas de Kiné, pas de podo, pas d’ombre, donc on ripe et on se met au Bar. Pas de Bière mais un Orangina bien frais. Il y a aussi la famille Bubulle avec qui nous passons des moments sympa. Donc Douche, changeage complet et l’on repart au bout d’une grosse heure passée. Je change de chaussure en ayant un doute, la base de vie ayant été changé au dernier moment, j’ai laissé mes chaussures light dans le sac d’allégement, j’espère que ça fera quand même la maille pour finir. Je test le nokage très léger des pieds ou lieu des grosses tartines que je me mettais avant. Beaucoup moins d’échauffement et pas de trace d’Ampoule.  

Il doit être dans les 18H30 quand on se remet en route et il fait encore bien chaud, direction le Joly pour la deuxième fois de la journée. On repart en mode marche pour ne pas se cramer tout de suite, par contre c’est la merde du côté d’Antoine. On a laissé la clef de voiture à Bubulle pour qu’il la donne à Mazouth qui a ses affaires dans la voiture car celui à stoppé à Miage. Sauf qu’il part le soir même et qu’il a donné la clef à William que l’on ne connait pas. Il a bien trainé avec nous au bar avant la course mais cela inquiète Antoine qui passe son temps à envoyé des messages et à appeler pour savoir ou son ses clefs et comment il peut les récupérer. Mais qui suis pas d’un naturel inquiet, je me dis qu’il se fait du mouron pour rien. Arrivé proche de la bifurque on a enfin des nouvelles. William est avec Arclusaz et les clefs vont être posées au PC course. Mais dans l’histoire j’ai l’impression d’avoir perdu Antoine qui commence à me parlé de bifurquer. J’insiste un peu et l’on monte en passant le chemin qu’il ne faut pas regarder…..Derrière la montée au Joly est assez impressionnante vu du bas, mais ce n’est finalement pas très technique. On a l’impression d’être dernier malgré notre classement qui doit nous donner dans les 40. La boucherie qui nous craignons c’est avéré encore pire que prévu, on doit être à cet instant moins de 70 en course…..

 

Du Joly au soleil couchant

Nous passons la crête tranquillement au couché du soleil, la vue est splendide et n’allumons les lampes que pour basculer dans la descente des Tappes. Descentes bien technique dans des chemins à Vache, je n’avance pas très vite, c’est typiquement le terrain ou je ne suis pas à l’aise. Bon an mal an nous nous approchons des Tappes. A quelques centaine de mètre du ravito, Antoine me dis qu’il en marre et qu’il veut arrêter. Il nous reste encore 14/15H à faire, une troisième montée au Joly…..Il est 23H30 et je commence à me laisser convaincre par ses arguments qui sont censés, pourquoi ne pas se préservé en vue de l'objectif de l'année. Nous avons fait plus de 99Km et 7800 de D+ en moins de 24H, je ne suis jamais allé aussi vite. J’ai mal au quadri mais rien qui n’empêche de continuer. Il n’y a pas de Kiné qui aurait permis de se remettre les jambes à neufs. J’essaye de lui dire que l’on peut dormir une heure mais sans mettre la volonté nécessaire, j'ai aussi basculé. Pour finir il aurait fallu que j'aille chercher encore beaucoup de force et d'energie et sans doute tapper dans des reserves que je souhaite garder pour une autre course. Le rythme aurait sans doûte été trop lent pour Antoine. Et nous n'avions pas la volonté ni l'un, ni l'autre de finir seul.

Les Bénévoles nous annonce une BH à 1H, on leurs montre les RB, pour leur dire que ce n’est pas ça mais que c’est 3H10, il se renseigne et nous dise 4H10. On est sortie de la course, est ce que nous étions  vraiment rentrés dedans ?  2H30 à attendre la voiture pour nous ramener à St Nicolas, le temps de voir arriver FreeWeelinNat peu de temps après nous dormir 20mn pour repartir avec une volonté de fer.

Dormir 3H dans la voiture et rentré à la maison.

Je pense que si la MH avait été l’objectif de l’année, nous aurions continué et fini. Dans quel état ? Aucune idée. Il fallait l’aborder comme un 100miles avec une orga d’un 24H. Seul ceux qui avait une volonté sans faille de la finir l’on fait, ce n’était pas notre cas. Quand je vois que le 15ème est à plus de 35H de course….

L’année dernière ma décision m’a sans doûte permis de finir l’EB et la Diag, même si elle m’a piqué sur le coup. Là je n’ai que peu de regret, il est jeudi, les pieds sont nickels, pas une courbatures et déjà une énorme envie de recommencer à courir. J’ai fait d’énorme progrès en descente et les montées sont « faciles », a part quelques maux de ventre du aux Antibios et un échauffement des pieds liés aux chaussures numéro 2, la gestion de près de 24H de course c’est passé nickel.

En fait on a bien rigoler quand même et j'espère que l'on a transmis nos sourires à tous ceux que l'on a croisé, coureurs, Bénévoles, accopagnants.

Un grand merci aux Kikous qui nous ont accompagné tout au long de la course, aux bénévoles malgré les quelques erreurs de communications, a tous ceux qui nous ont encouragés, aux organisateurs qui j’en suis persuadés ont fait le mieux qu’ils pouvaient.

Et bien sur à ma femme et mes enfants pour leurs soutiens et leurs amours.

Un jour j’irais quand même voir la tente du Bolchu……

13 commentaires

Commentaire de JuCB posté le 12-07-2018 à 16:43:44

Bien concentré au départ sur la photo !!
Sûr que tu peux arrêter de te considère comme un minot de l'ultra !
Jolie gestion de votre périple.
Vous faîtes un bien beau binôme.

Bolchu : c'est la misère pour rentrer en voiture, obligation de rentrer à pied... Mais tu le sais déjà.

Sinon, va voir en Andorre : c'est encore mieux que dans les récits !!

Arvi

Commentaire de Arclusaz posté le 12-07-2018 à 17:21:32

Tu m'inquiètes Rémi, tu es tout mègue, faut bouffer du gras.....

Commentaire de Cheville de Miel posté le 12-07-2018 à 17:31:10

J'arrête Pas! 78kg pour 1.76m, J'ai de la marge! Un regret de pas s'être croisé!

Commentaire de Antoine_974 posté le 12-07-2018 à 17:32:09

On s'est bien marrés quand même... On est des loches, faut assumer !
Vivement début septembre...

Commentaire de Mazouth posté le 13-07-2018 à 00:24:34

J'y repense en lisant ce récit, ça m'a fait un peu ch.. pour les clés. J'ai hésité un instant entre William et le PC course... et je n'ai pas fait le meilleur choix pour la sérénité de tout le monde, dsl de t'avoir inquiété, je n'avais plus tous mes neurones samedi :|

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 12-07-2018 à 17:47:27

Vous êtes superbes sur la dernière photo!
Ravie de vous avoir rencontrés, même brièvement!! Juste une précision, je n'ai pas dormi aux Tappes, impossible vu le barouf ambiant...
Il est sage d'avoir arrêté si l'envie n'y était plus, d'autant plus que l'Objectif est ailleurs ;-) ...
Bravo à toi, belle course malgré les impondérables!

Commentaire de L'écureuil posté le 12-07-2018 à 18:55:20

Bravo Rémi pour ce 100 bornes et 7000 D+ en 24 quand même !
Tu vas te régaler en septembre

Commentaire de CédricP posté le 12-07-2018 à 19:15:23

Joli CR qui donne envie...
Vraiment dommage tous ses chemins larges...
L'année prochaine je reprendrai du service, et ton aventure me
donne encore plus envie de rallonger les distances.
En tout cas c'est pas plus mal que tu es coupé , au moins tu es en forme pour d'autres
aventures!

Régale toi, A bientôt
Céd

Commentaire de chirov posté le 12-07-2018 à 21:29:12

Bonne décision, vous avez fait une bonne balade, bien profité, faut maintenant se préserver pour l’objectif. Vous allez vous régaler :)

Commentaire de Arclusaz posté le 12-07-2018 à 22:24:28

C'est vrai que la dernière photo est superbe, on voit tout le plaisir que vous avez d'être là. On fait un beau sport et c'est encore mieux entre copains.

Commentaire de Mazouth posté le 13-07-2018 à 00:22:52

Vous aviez une sacrée patate tous les deux, et tu as maintenant un sacré niveau, bravo ! Sinon c'était pas la peine d'aller à Tré, y avait de la bière au ravito de Miage, suffisait de demander gentiment aux bénévoles (et d'abandonner là, aussi...) ^^

Commentaire de bubulle posté le 13-07-2018 à 09:33:11

Bravo Rémi! Vous étiez beaux comme des camions tous les deux, toute la journée et j'étais persuadé que vous alliez aller au bout. C'est vrai que cette histoire de clés a été certainement une perturbation pour Antoine...et ça montre encore que, quand y'a un truc qui se débranche, c'est super dur de le rebrancher. C'est aussi cela, l'ultra. Vous n'êtes quand même pas des masses à avoir fait le Joly en entier. Et, finalement, l'un dans l'autre, vous avez à peu près terminé une Montagn'hard "classique !

La tente du Bolchu, 'toute façon, elle est toute pourrie...:-)

Commentaire de Benman posté le 13-07-2018 à 14:28:45

J'ai suivi par procuration l'histoire de la clé puisque j'ai un peu fait auberge poir SDF samedi soir! Ce qui était bien sympa. Bon, vu l'heure, j'aurais eu du mal à vous proposer...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran