Récit de la course : Oxy'Trail - 13 km 2018, par DavidSMFC

L'auteur : DavidSMFC

La course : Oxy'Trail - 13 km

Date : 24/6/2018

Lieu : Noisiel (Seine-et-Marne)

Affichage : 320 vues

Distance : 13km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon 100ème dossard et un week-end magique !

Pfiou quelle journée !! Rigolant

D'abord, le 13km magique où j'accompagne Julie pour sa deuxième course, la 1ere de plus de 10km... Elle finit 1ère cadette en 1h21'54 Sourire
Je pouvais difficilement espérer mieux pour fêter mon 100ème dossard en course Rigolant

Ensuite, le 5km pour me défouler... Un final difficile mais un résultat qui me satisfait : 19eme en 19'13, 5eme senior Sourire

Puis pour finir, serre file à vélo sur les 3 courses enfants, comme l'an dernier Sourire

 

Mon récit est disponible ici :

http://mesexperiencessportives.over-blog.com/2018/06/24/06/2018-oxy-trail.html

 

---

 

[24/06/2018] OXY TRAIL

L'Oxy Trail, c'est la course que j'attends le plus chaque année. Et en 2018, la symbolique est encore plus forte. Il y a 5 ans, en octobre 2013, je portais mon premier dossard en course à l'occasion de la première édition de l'épreuve, sur le 13km. Depuis, j'ai participé à toutes les éditions, en tant que coureur (3 fois le 13km, 2 fois le 23km) et en tant que bénévole (retrait des dossards ou sur les courses enfants notamment). Cette année, je porterai mon 100ème dossard en course sur le 13km à nouveau !

Comme tous les ans, le programme est très chargé en ce dernier week-end du mois de juin. D'abord, nous organisons à Chelles le Mini-Trail de la fête de l'Ecole Municipale des Sports le samedi matin. Puis, direction le Parc de Noisiel pour une première approche de la course en tant que bénévoles au retrait des dossards du 13km avec Julie. Nous distribuons les dossards aux participants qui se sont inscrits à la course et nous en profitons pour récupérer les nôtres également.

Ensuite, dimanche 24 juin 2018, c'est la journée de la course... ou plutôt des courses pour moi cette année. En effet, je participe dès 9h00 à la course de 13km sur laquelle je vais accompagner Julie qui porte aujourd'hui son deuxième dossard et le premier sur plus de 10 kilomètres. Puis, à 12h00, je vais m'élancer sur le 5km pour la première fois, afin de me défouler un peu. Je terminerai ma journée Oxy Trail par du bénévolat sur les courses enfants cette fois, en étant serre-file à vélo comme l'an dernier.

Avant-course

Je pars de chez moi vers 7h30 pour me rendre à vélo au Parc de Noisiel. Je n'ai qu'un peu plus de 7 kilomètres à parcourir pour rejoindre le village de la course et la météo est parfaite ce week-end bien qu'un peu fraîche ce matin mais c'est naturellement que je privilégie ce moyen de transport à la voiture, d'autant qu'un parking à vélos est mis en place au village. C'est l'un des très nombreux services proposés par une course au succès grandissant et chaque année parfaitement organisée. Une vrai fête de la course sur le territoire où je vis depuis 23 ans maintenant, la Communauté d'Agglomération de Paris Vallée de la Marne.

J'arrive sur place avant 8h00 avec ce petit échauffement dans les jambes. Je retrouve mon frère, Nicolas ainsi que Philippe, qui font partie des bénévoles présents depuis tôt ce matin. Respectivement responsables de la distribution des dotations aux coureurs et des consignes, ils ont du boulot sur ces 2 jours, tout comme l'ensemble de l'équipe de bénévoles et d'organisation de la course qui mobilise pas moins de 500 personnes. C'est qu'il faut pouvoir les accueillir les plus de 5000 participants aux épreuves !

Je retrouve un peu plus tard Julie, venue avec sa mère puisque toutes les deux s'alignent sur le 13km et je croise quelques connaissances dont Benoît de l'association Sports & Vous ainsi que Mike, Michel et Sandrine que je connais de l'UCPA. J'aperçois pas mal de têtes connues et mes parents sont aussi dans le coin aujourd'hui. Pour la première fois depuis 2013 où ils m'avaient accompagnés pour ma première course, ils sont présents ce week-end pour venir profiter du village de la course et nous encourager.

Nous finissons de nous préparer et rejoignons, avec Julie, l'aire de départ où nous retrouvons une bénévole avec qui nous étions la veille au retrait des dossards et qui participe également au 13km. Il faut dire que nous serons pas loin de 2000 à prendre le départ de cette première course de la journée donc si proche de la maison, il y a forcément des personnes que l'on connaît. Nous nous positionnons vers le milieu du peloton très fourni qui remplit le sas pourtant bien long.

[24/06/2018] OXY TRAIL

Parc de Noisiel - Château de Champs

Il est 9h00 donc, 5 minutes après le départ anticipé de la joëlette Handi Fun Sport, c'est parti pour 13,5 kilomètres de course avec des conditions météorologiques absolument parfaites puisqu'il fait très beau mais avec des températures très raisonnables. Il faut quelques secondes pour commencer à marcher puis trottiner afin de franchir l'arche de départ et enfin nous élancer réellement sur le superbe parcours qui nous attend. Méfiance dès les premières centaines de mètres effectuées dans l'herbe puisqu'il y a quelques petits trous piégeux et même une courte portion de sable en plein milieu qui fait toute la largeur du chemin.

Nous nous retrouvons au sein d'une marée humaine pleine de coureurs de tous types, des favoris au podium à ceux qui disputent leur première course, avec des tranches d'âge très différentes. Julie fait partie des plus jeunes puisqu'elle est dans la catégorie d'âge la plus basse acceptée sur cette course étant donné qu'elle est cadette. C'est impressionnant de voir un tel peloton s'étirer devant et derrière. Le cadre du Parc de Noisiel est très chouette, ça sent la course parfaite pour savourer ma 100ème épreuve officielle chronométrée.

Nous partons prudemment car nous savons que la route est longue. La bénévole que nous avons retrouvée avant le départ nous suit et nous échangeons quelques mots. Le premier kilomètre est très favorable, dans l'herbe et sur chemin mais sur du plat puis en descente. Il y a un peu de sable et des cailloux donc il faut faire attention mais ce n'est pas très technique. En revanche, que nous sommes nombreux ! Nous ne risquons pas de nous retrouver seuls.

Nous atteignons le bas du Parc de Noisiel avec une nouvelle zone d'herbe non-ombragée mais un léger vent nous évite de trop ressentir la chaleur du soleil. Encore un peu de descente avant de passer sur une large passerelle en bois par-dessus l'eau et de nous retrouver sur le chemin qui va nous mener jusqu'à la sortie du parc. Nous ne longeons pas directement la Marne car le chemin sur la droite est rendu inaccessible à cause des risques d'éboulement. Nous franchissons le deuxième kilomètre de la course, tout va bien.

Le parcours est différent des années précédentes, nous ne rejoignons pas directement le parc du château de Champs à cause des dégâts causés par les fortes intempéries de ces derniers temps. Une portion a été rendue impraticable donc nous allons contourner le parc pour y rentrer plus loin, après être sortis du Parc de Noisiel. Du coup, il nous faut prendre un chemin où les accès sont plus compliqués, à l'entrée et à la sortie, avec les barrières mises en place pour empêcher les véhicules de l'emprunter. Cela crée de légers embouteillages mais c'est de courte durée.

Nous atteignons rapidement le troisième kilomètre avant d'entrer dans le fameux Parc du Château de Champs et ses belles allées. C'est là que nous franchissons la première difficulté de la course, une petite montée où certains coureurs un peu en difficulté se mettent à marcher. C'est là que nous croisons Michel et Sandrine qui font la course ensemble. Julie semble avoir un peu plus de mal mais elle reste plutôt efficace en montée. J'essaie de la motiver pour tenir bon jusqu'au ravitaillement où elle pourra souffler un peu.

Au sommet de la petite bosse, nous poursuivons en direction du château et passons le quatrième kilomètre de la course. J'en profite pour saisir mon portable que j'ai pris avec moi puisque je dois prévenir Christophe, journaliste du Parisien, lorsque j'approche du Château où il se situe pour me prendre en photo. Nous nous sommes rencontrés la veille grâce à l'organisateur de l'Oxy Trail, Benoît Ponton, qui m'a présenté à lui car il était à la recherche de différents profils de coureurs pour son article au sujet de la course. L'aspect symbolique de ma participation à toutes les éditions avec mon 1er et mon 100ème dossard sur l'Oxy Trail a convaincu Christophe, un honneur pour moi.

Photos par Christophe Lacaze-Eslous (Le Parisien)Photos par Christophe Lacaze-Eslous (Le Parisien)
Photos par Christophe Lacaze-Eslous (Le Parisien)

Photos par Christophe Lacaze-Eslous (Le Parisien)

Nous arrivons bel et bien en face du château, par la gauche et je croise effectivement Christophe avant de poursuivre mon chemin avec Julie jusqu'au premier ravitaillement de l'épreuve situé à la sortie de l'enceinte du Château. L'ambiance est géniale avec un des nombreux groupes de musique présents sur le parcours, quel régal. Nous nous arrêtons quelques instants, le temps pour Julie de s'hydrater et de s'alimenter ainsi que de s'étirer un peu. Je bois aussi un coup et mange un morceau d'orange et un morceau de banane ainsi qu'un petit bonbon (oups !) avant de saisir une éponge grâce à laquelle j'humidifie ma casquette.

[24/06/2018] OXY TRAIL

Château de Champs - Ferme du Buisson

Nous relançons tranquillement dans la ligne droite en herbe en léger faux-plat montant qui suit et nous nous rendons compte que nous ne sommes plus que tous les deux, nous avons lâché sans nous en rendre compte la bénévole qui nous suivait depuis le départ. Elle nous dira après la course qu'un peu moins bien, elle a un peu ralenti et nous a laissé filer.

Au bout de la ligne droite, nous passons le cinquième kilomètre de la course. Je me sens très bien, mes sensations sont bonnes. Evidemment, je ne suis pas à mon rythme habituel de course sur ce type d'épreuve mais je ne ressens pas de fatigue particulière et surtout, les jambes ont l'air de plutôt bien répondre donc c'est bon signe pour la suite de la course et pour le 5km que je courrai ensuite. Julie a un peu peiné avant le ravitaillement mais semble plutôt bien désormais, requinquée par ce petit arrêt aux stands !

Tant mieux, l'aventure continue et quel bonheur franchement. Je profite vraiment de la course, de la bonne ambiance avec quelques échanges avec d'autres concurrents. C'est sympa, la bonne humeur se ressent malgré l'effort et tout le monde est heureux d'être là. Nous retrouvons les bois un peu plus loin, alors que nous retournons en direction de Noisiel. Les kilomètres défilent plutôt bien avec de nouveaux groupes de musique pour rythmer notre avancée. Septième puis huitième kilomètre, nous nous approchons déjà de la fin de course.

Nous sortons de la forêt pour rejoindre une descente que je connais par coeur puisque je l'ai énormément empruntée à vélo lorsque j'étais petit avec mes parents puis plus récemment en solitaire ou même une ou deux fois avec Julie. J'ai mes repères, je sais ce qui nous attend pour toute la fin de la course. La descente se fait en deux temps avant de tourner à gauche pour rejoindre la Ferme du Buisson où se trouve le deuxième ravitaillement de la course. Même si elle semble avoir de plutôt bonnes sensations depuis la sortie du Parc du Château de Champs, nul doute que cette petite pause va faire du bien à Julie.

Nous sourions ensemble à un photographe de l'organisation puis nous arrêtons au niveau des tables du ravito. Contrairement à mes récentes courses où j'ai complètement zappé les ravitaillements, je prends cette fois bien le temps de m'hydrater avec de l'eau et de manger un peu de fruits... A vrai dire, je fais exactement comme au premier avec un morceau d'orange, un de banane et.. un bonbon (re-oups) ! Je pars tranquillement en marchant pour aller déposer mes déchets dans les grandes corbeilles prévues à cet effet puis Julie me rejoint en trottinant et nous repartons pour un peu moins de 5 kilomètres qu'il nous reste à parcourir.

[24/06/2018] OXY TRAIL

Ferme du Buisson - Mairie de Noisiel

Nous franchissons le neuvième kilomètre et retrouvons le chemin en descente que nous avions quitté un peu plus haut, la Promenade de la Chocolaterie. C'est parti pour quelques dizaines de mètres sur une piste cyclable où les racines des arbres ont créé il y a quelques années quelques petites bosses qui font vibrer à vélo ! Là, ça passe plus facilement en courant. Au bout, virage serré à droite pour attaquer une petite grimpette par-dessus le Cimetière.

A la fin de la montée, nous atteignons le kilomètre 10 ! Je regarde mon portable et je découvre que nous n'avons mis qu'un peu plus d'une heure pour parcourir ces 10 premiers kilomètres, c'est pas mal du tout. J'encourage Julie à tenir bon en étant très optimiste pour la suite même si la fin de parcours n'est pas simple. Je sais que sauf pépin majeur, nous irons au bout. Maintenant, l'idée de faire un temps correct commence à arriver de plus en plus sérieusement et je suis sûr que Julie l'a dans un coin de la tête depuis le départ.

Nous enchaînons avec une descente assez pentue dans l'herbe avant de retrouver la partie du parcours que nous avons eu l'occasion de repérer la veille à vélo avec Julie en se rendant au Parc de Noisiel. Nouvelle portion descendante mais sur le bitume cette fois puis un virage à droite pour longer un lac avant de passer dans un petit tunnel. Nouveau virage sur la gauche cette fois pour longer un autre lac avant de remonter près de la route où un groupe de musique est posté. De la musique entraînante très motivante !

Nous filons ensuite en direction de l'Amphithéâtre extérieur dont nous allons franchir les marches, comme tous les ans ! J'avais pris le soin de prévenir Julie la veille. Elle va gérer ce passage tranquillement en marchant puisque les autres concurrents marchent. De mon côté, j'en profite pour tester ma forme en franchissant plutôt les grandes marches bien hautes des gradins et à vrai dire, cela passe nickel ! Petite accélération sur les dernières petites marches de l'amphithéâtre et en haut, j'attends que Julie me rejoigne, en espérant ne pas avoir écœuré les concurrents qui étaient devant.

Cela repart avec un petit chemin puis une descente sèche dans l'herbe tondue, sur la gauche. L'occasion de relâcher un peu les bras, comme dans chaque descente du parcours. Julie suit ma trajectoire, nous avançons bien. C'est rare depuis le début de la course mais nous avons là un peu de bitume puisque nous passons sur la route un court instant pour rejoindre le troisième et dernier ravitaillement de la course, devant la Mairie de Noisiel. Un panneau nous indique le franchissement du onzième kilomètre, une coureuse tique en regardant sa montre, elle n'a que 10,5 kilomètres au compteur. L'essentiel, c'est de savoir qu'il ne nous reste plus que 2,5 kilomètres à parcourir.

Cette fois, Julie décide de s'hydrater uniquement tandis que de mon côté, je fais comme précédemment avec un peu de fruits et un peu d'eau. Nous repartons assez vite à l'assaut du final de la course !

Mairie de Noisiel - Arrivée

Après ce petit crochet vers le ravitaillement, nous retrouvons une portion du parcours que nous avons faite la veille avec Julie, la toute fin de la course. Nous connaissons donc ces deux derniers kilomètres avec une montée finale qui sera dure pour tout le monde. A la traversée de la route, un peu plus loin, c'est un policier qui motive les troupes, cela fait sourire !

Nous arrivons à la bifurcation du 13 et du 23km. Cette année, hors de question d'aller à droite en direction de la Base de Torcy, nous prenons bien à gauche pour retourner vers le Parc de Noisiel. Nous longeons la Marne en passant à côté du barrage puis sur plusieurs passerelles, un cadre très agréable. Nous attaquons désormais le dernier kilomètre de la course.

Je le sens bien, cela commence à être dur pour Julie et elle m'avait dit en début de course qu'elle marcherait très certainement dans la dernière montée mais je suis convaincu qu'elle peut courir jusqu'au bout et qu'elle sera bien plus fière d'elle si elle y parvient. En plus, on ne sait pas du tout où se trouvent les autres cadettes alors il serait dommage de louper un podium pour si peu. Je me positionne quelques mètres devant elle et je fais le lièvre, au train. Je n'accélère pas mais je continue de courir et nous doublons du monde, ce qui motive sans doute beaucoup Julie.

La montée se fait en deux temps. Il y a d'abord une courte portion mais assez raide puis la deuxième partie est bien plus longue mais moins pentue. Elle est à l'ombre donc il ne fait pas trop chaud, c'est agréable. Autour de nous, c'est pénible pour tout le monde. Beaucoup de concurrents marchent, certains pestent ironiquement. C'est dur. Je l'avoue, je me sens vraiment bien ici moi, je pourrais doubler à foison mais l'objectif est évidemment de finir avec Julie et surtout de la motiver à tenir bon.

C'est de plus en plus compliqué, les jambes sont lourdes, la fatigue se fait fortement sentir car Julie n'a pas l'habitude de courir autant de kilomètres et aussi longtemps donc sa performance est vraiment top, comme aux Foulées de Beauchamp, sa première course. Julie ne marche pas, elle ne s'arrête pas et nous arrivons au sommet de la montée, à un peu moins de 200 mètres de l'arrivée.

Nous franchissons la petite bute puis il reste une grosse centaine de mètres dans l'herbe avec l'arche rouge d'arrivée en ligne de mire. Je suis toujours devant Julie qui souffre dans cette dernière ligne droite. J'essaie de l'encourager le plus possible, mes parents et sa mère font de même. A quelques pas de l'arrivée, après le franchissement de la fameuse petite portion de sable passée en début de course, j'attends que Julie me rejoigne afin qu'elle finisse juste devant moi, en 1 heure 21 minutes et 54 secondes ! Un chrono très honorable et un classement anecdotique au scratch (nous finissons 1135 et 1136èmes sur 1933 classés) mais pas en catégorie puisque Julie termine 1ère cadette !! 3 minutes devant la deuxième.

Je pouvais difficilement espérer mieux pour mon 100ème dossard que de voir Julie monter sur le podium de l'Oxy Trail, comme j'ai eu l'occasion de le faire à deux reprises lorsque j'étais en catégories Jeunes (2ème Junior en 2013 et 1er espoir en 2015 en sachant que depuis 2014, seul le premier de chaque catégorie est récompensé). Quelle magnifique conclusion pour cette course !

[24/06/2018] OXY TRAIL
[24/06/2018] OXY TRAIL
[24/06/2018] OXY TRAIL[24/06/2018] OXY TRAIL

Après-course du 13km et avant-course du 5km...

Après l'arrivée du 13km, je croise d'autres connaissances dont Nicolas Guy, vainqueur de la course en moins de 46 minutes ! Il est venu avec pas mal de membres de la Team FunRun dont Erwann, 1er Junior en moins de 49 minutes et évidemment Marylin qui a terminé en moins d'une heure ! De très belles performances.

Je salue aussi Maxence, un espoir de Villenoy que je vois régulièrement sur les courses de Seine-et-Marne ainsi qu'Eric Leblacher, organisateur de l'Armentiéroise et ancien coureur cycliste professionnel. Ils feront tous les deux le 5km. Ce dernier le fera avec sa femme qui va à cette occasion disputer sa première course.

J'assiste ensuite avec grand plaisir et de la fierté au podium de Julie, ravie ! Puis je commence à me préparer tranquillement pour ma deuxième course de la journée après avoir assisté au succès du Champion du Monde de Trail 2015, Sylvain Court, sur l'épreuve de 23 kilomètres qui est, depuis cette année, devenue une manche du Trail Tour National.

Cette fois, je me positionne de bonne heure à proximité du sas d'entrée vers l'arche de départ car je compte bien me placer dans les premières lignes du peloton pour le 5km. J'ignore si ma forme physique sera bonne pour réaliser une course correcte mais je veux mettre toutes les chances de mon côté pour faire un résultat correct et ne pas me retrouver gêné au départ. Je suis donc du coup le premier à rentrer dans le sas et à me placer sur la ligne de départ.

Malgré cela, impossible de rester en première ligne car des concurrents qui profitent des minutes restantes pour s'échauffer en profitent également pour bien venir se coller devant moi avant le départ, sympa. Sur le fond, je m'en fiche, ça ne changera pas grand chose mais c'est sur le principe que cela me dérange. Soit tu fais l'effort de venir te placer devant directement, soit tu respectes les autres et si tu n'arrives qu'après, tu te places légèrement derrière... m'enfin, tout le monde ne pense pas comme cela.

[24/06/2018] OXY TRAIL

C'est donc du coup en deuxième ligne que je m'élance, tout de même idéalement placé pour prendre un bon départ devant plus de 600 concurrents. Cela part évidemment très vite puisque les favoris pour la victoire ne sont pas les derniers venus ! Moi, bien loin de rivaliser avec ceux qui courent en moins de 18 minutes, je vais être opposé à pas mal de petits jeunes qui vont vite et sans doute les premières féminines.

Le premier kilomètre se fait à vive allure. Je connais bien le parcours puisque les deux premiers kilomètres sont communs avec la course de ce matin mais je ne les foule bien sûr pas du tout à la même allure. Je pars à bloc pour ne rien regretter, même si je dois exploser plus loin. Je sais que la fin de course sera dure, je profite de la portion la plus favorable pour envoyer. Je suis déjà loin des premiers mais je m'en fiche.

A grandes foulées, nous dévalons d'abord la ligne droite de début de course sur l'herbe puis la bonne petite descente sur chemin pour rejoindre le bas du parc. Tout se déroule parfaitement jusqu'au panneau du kilomètre 1. Après, le passage en plein soleil sur l'herbe est plus rude, je subis davantage la course et c'est là que la première féminine me... dépose, il n'y a pas d'autres mots. Elle finira une bonne minute devant moi ! Il faut dire qu'elle avance bien.

De mon côté, j'ai quand même mine de rien les 13 kilomètres de ce matin dans les pattes, le vélo du trajet aller et des jours précédents ainsi que la fatigue accumulée également qui pèsent sur mon corps mais je me sens plutôt bien pour autant. J'atteins le deuxième kilomètre en stabilisant bien mon allure, assez isolé désormais même si j'aurai durant toute la course des concurrents en ligne de mire et d'autres à mes trousses !

J'arrive ensuite à la bifurcation entre les grands parcours et le 5km avec un virage très serré sur la gauche. Nous parcourons une longue portion relativement plate avec juste quelques faux-plats, à l'ombre. Je garde un bon rythme et je me concentre sur ma respiration. Je sais qu'il faut que je continue de dérouler comme ça jusqu'à la montée finale si je veux faire un temps potable pour moi. Mais je sais aussi que le parcours ne me permettra pas de m'approcher de mes 18'27 de la semaine passée à Brie-Comte-Robert.

Je rattrape un jeune coureur qui m'avait pourtant dépassé avec beaucoup d'assurance en début de course et je le dépose gentiment dans la courte bosse qui suit avant de le distancer progressivement à la relance. Nous arrivons ensuite au niveau du croisement entre les chemins, d'où nous sommes venus par la droite peu avant le kilomètre 1 tout à l'heure alors que nous allons désormais atteindre le kilomètre 4 de la course en poursuivant tout droit.

C'est ensuite au panneau du kilomètre 4 que nous prenons sur notre gauche pour redescendre vers le bas du Parc de Noisiel où nous rejoignons le parcours commun avec le 24km. C'est donc parti pour un pac-man en slalomant entre tous les concurrents de la course longue qui en terminent. C'est à ce moment que deux jeunes me rattrapent et me dépassent, juste avant le début de la difficulté majeure de la course.

Me revoilà engagé dans la montée finale du Parc de Noisiel avec la fameuse pente bien raide mais relativement courte au début.. C'est dur mais je tiens bon avec trois jeunes en ligne de mire et du monde du 24km à doubler. La relance derrière est difficile avant d'attaquer la deuxième partie de la montée, plus longue mais moins pentue.

Je reste déterminé et, malgré les jambes lourdes, je conserve un rythme correct dans cette montée. Les dernières dizaines de mètres sont très pénibles mais il faut tenir bon. Je connais ce final par coeur, il ne reste quasiment plus rien à parcourir. Au sommet, je reviens sur un petit jeune du club de Val d'Europe Athlétisme qui a complètement craqué dans la fin de la montée. Je le passe dans la petite bute avant d'accélérer dans la ligne droite finale.

J'arrive à grandes foulées jusqu'à l'arche d'arrivée où j'échoue tout proche d'un autre jeune, un minime que j'ai eu très longtemps en ligne de mire pendant la course. Après un départ très rapide, il a stabilisé son allure et nous nous sommes retrouvés à progresser à la même vitesse sur presque tout le parcours.

J'en termine en 19 minutes et 13 secondes soit un chrono très correct pour moi dans ces conditions, avec la chaleur et la fatigue ainsi qu'un beau petit dénivelé sur ce parcours mine de rien. Je finis 19ème au scratch sur 649 classés, avec plus d'une minute d'avance sur la deuxième féminine finalement. Enfin, je suis 5ème de ma catégorie en Seniors Masculins.

Maxence termine en 20'48, 40 secondes après Mario que j'ai côtoyé tout l'après-midi la veille au retrait des dossards. J'assiste également à l'arrivée de Patrick, fidèle à l'Oxy Trail mais engagé sur le 5km cette année car en manque d'entraînement et de forme pour prétendre à plus. Mais il est quand même venu !

Départ et ultime virage du 5km !Départ et ultime virage du 5km !Départ et ultime virage du 5km !

Départ et ultime virage du 5km !

Je termine la journée par du bénévolat sur les courses enfants en faisant le serre-file sur le 1km, le 1,5km et le 2km comme l'an dernier. De beaux pelotons de jeunes au départ de ces courses pas faciles dans le Parc de Noisiel avec un parcours assez vallonné mais au bout, la médaille en récompense et la satisfaction d'avoir fini la course. Et pour moi, toujours autant de plaisir de vivre l'Oxy Trail jusqu'au bout en ayant profité pleinement de cette magnifique journée que je finis tout de même bien fatigué !

 

Comme tous les ans, un grand grand merci à l'organisation et à tous les bénévoles. L'Oxy Trail est une course superbe à laquelle je suis très fortement attaché. Ce fût encore un grand plaisir que d'y participer avec de superbes accomplissements. Un week-end riche et intense. Maintenant, un peu de repos avant les prochaines aventures et... rendez-vous le 30 juin 2019 pour la septième édition de l'Oxy Trail !

Le Parisien 77 du 25 juin ! :-)

Le Parisien 77 du 25 juin ! :-)

Seul point négatif, nullement lié à l'organisation de la course, c'est pour les photos de la course. C'est une société privée qui se charge de prendre des photos sur la course à plusieurs points pour les vendre sous la forme de packs. J'ai déjà auparavant acheté 5 packs chez eux malgré les prix à mon goût trop élevés (29€ le pack de photos OxyTrail, peu importe le nombre de photos qu'il y a à l'intérieur). En 2016 et en 2017, j'ai fait l'effort financier pour garder des souvenirs visuels de l'épreuve puisque les photos sont de qualité et me permettent d'illustrer mes récits notamment. Je l'ai aussi fait sur la Corrida de Houilles (2 fois) et les Foulées de Vincennes.

Cette année, j'ai envoyé un mail cordial à PhotoRunning pour savoir s'il serait possible de mettre les photos de mes deux courses dans un seul pack afin que je puisse les acheter toutes ensemble. J'accepte de payer 29€ pour ces beaux souvenirs mais certainement pas 58€. Or, il m'a sèchement été répondu que ce n'était pas possible avec une argumentation bancale et tout sauf professionnelle. Du coup, j'ai tout de même acheté le pack du 13km en souvenir de ce 100ème dossard en compagnie de Julie, 1ère de sa catégorie, avec les photos aux 3 endroits (Château de Champs, Ferme du Buisson et arrivée soit 8 photos) mais je n'aurai pas celui du 5km (13 photos !! ... uniquement à l'arrivée !!!) car les coûts sont à mon goût très exagérés ! Tant pis... (merci Richard de PhotoRunning...)

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran