Récit de la course : Le Tour du Mont d'Or 2018, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Le Tour du Mont d'Or

Date : 17/6/2018

Lieu : Metabief (Doubs)

Affichage : 697 vues

Distance : 48km

Objectif : Se défoncer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail du Mont d'Or 2018

 

 

J'en aurai fait de belles rencontres au cours de toutes ces années a bourlinguer à vélo et en running. C'est sur les brevets qualificatifs du PBP2011 qu'il organisait à Besançon que j'avais fait connaissance avec Fabrice Milanési. Quelques semaines plus tard j'avais pu constater que le Doc était un sacré numéro quand il enfilait les running, je m'étais gravement fait enrhumer sur le Trail des Forts. Nous nous sommes revu par le plus grand des hasards au cours d'un Endurance Trail ou nous avions fait un bout de chemin ensemble, a papoter de nos expériences respectives ... Fafa et sa douce Laulau étaient alors venus poser leur camp de base à Poucetland a l'occasion d'un THK et il était entendu qu'il y aurait un match retour un peu plus tard dans la Haut Doubs. Mais j'avais du renoncer a faire le déplacement a l'automne dernier pour cause de cheville en vrac, ce qui m'avait donné l'occasion de faire connaissance avec la rigueur d'une organisation Suisse installée dans les parages ... Même blessé, pas question d'un report de dossard sur l'année suivante. Tout se monnaie, y compris l'assurance forfait a laquelle je n'avais pas souscrit. Bref, triste expérience qui en dépit d'un attrayant parcours autour du Lac de Joux m'avait incité aller voir ailleurs ... C'est donc au Printemps que j'avais coché une bonne date pour aller enfin découvrir le terrain de jeu à Fabrice et Laulau dont le grand chalet blotti dans un cadre enchanteur au pied du Mont d'Or, a deux pas de la frontière Suisse , respire la tranquillité ...

Dans ce pays du Haut Doubs, les montagnes présentent un relief qui s'apparente a celui de nos Vosges. Mais les paysages y sont pourtant très différents. J'avais déjà eu l'occasion de parcourir cette région a vélo mais ou jamais encore de m'y aligner sur un trail. Samedi soir à l'heure de la pasta, Fabrice et Laurence m'auront décrit le parcours du lendemain dans le menu détail ...

Les conditions météo était parfaites Dimanche matin. Le temps de d'installer le kakemono et les flyers du THK bien visibles sur le site de départ et nous avions récupérer nos dossards en quelques minutes. A vrai dire j'étais un peu surpris de voir une assistance aussi clairsemée, nous étions je crois seulement 174 coureurs au départ du 48 km.

Avec Fabrice, encore tous frais ...

Et pourtant j'y ai rencontré quelques connaissances ... A peine étions nous parti qu'une jeune fille vient a ma hauteur et me lance un "Salut Gilles" enthousiaste. Oups, honte a moi,il m'aura fallu quelques minutes pour faire la connexion et reconnaître Victoria j'ai plutôt l'habitude de la voir dans le Val de Villé, avec une frontale, a l'occasion des NOC d'Olicoach !!! Puis un peu plus tard c'est l'ami Cyrille Lefevre qui vient me taper dans le dos ... "une bonne roue" qu'il annonce a qui veut bien l'entendre avant d’échapper tel un chamois,comme à son habitude, Mais le père Cyrille je le connais par cœur, et l'histoire se répète invariablement ...

Je n'avais pas fait grand chose depuis l'Ultra de Haute Provence , couru 5 semaines plus tôt avec la cheville droite en sursis.Juste quelques footings légers et une "petite" grimpette du Trophée des Vosges pour décrasser le moteur. Ces derniers temps j'avais plutôt les fesses sur le vélo, et donc je partait un peu dans l'inconnu ... Finalement ma course s'est déroulée suivant le scénario habituel : départ poussif, le Poucet asphyxié dans la première montée,et puis progressivement des sensations qui reviennent au fur et a mesure que les heures passent ...

Première grimpette c'est dur ...

On bascule et c'est beau ...

Allez Victoria ...

 

Je n'ai pas pour habitude de faire les choses à l'envers, mais pour le coup j'ai vraiment pris le temps de déguster mon Mont d'Or, présenté cette année en hors d'oeuvre, pour être pointé 93ème de l'autre coté. Vraiment pas de quoi en faire un fromage. Et puis je me suis retrouvé un peu enfermé au milieu d'un troupeau suite a un petit cafouillage à un carrefour ... C'était l'occasion de sortir de ma boite et plutôt que de descendre cahin caha a la queue leu leu le coupe gorge qui suivait, je suis passé devant et j'ai enquillé au taquet. Bilan en bas : une cheville qui tient bon, une confiance décuplée et plus grand monde derrière ... La dessus on enchaînait sur une section de montagnes russes globalement courables avant d'aborder le fameux Suchet dont m'avait tant parlé Fabrice et Laurence. Je n'avais jamais entendu parlé de ce sommet ... Par le versant ou nous l'avons aborder c'est assez long mais la pente n'est jamais difficile : un profil idéal pour mettre en route ma petite foulée qui ne ressemble pas a grand chose mais qui permet toujours de remonter tous les gars déjà un peu entamés.

Sympa les encouragements dans ce hameau ...

Un papa trailer qui a du avoir des frissons ...

La montée du Suchet ...

Un petit coup en Suisse ...

D'ailleurs vers la mi Suchet j'ai aperçu au loin le maillot orange fluo de l'ami Fabrice. Normalement je n'aurais jamais du le revoir, mais notre champion avait encore dans les canes les 105 pitons du Swiss Canyon Ultra couru 8 jours plus tôt et terminé évidemment sur la plus haute marche du podium V3. Au passage le Fafa a bien tenté le coup du 1/4h culturel, mais bon, à ce moment je n’étais plus en mode touriste et le diesel tournait plein pot ... Ceci dit, s'il y a interro un jour prochain je suis mal, parce que je n'ai pas retenu le nom de l'arbre quatre fois centenaire sur la droite juste après la ferme !!!

La fin de l'ascension devient ensuite un peu plus sportive, quand on arrive dans les prairies pour rejoindre la crête ... Le panorama est extraordinaire, a refaire absolument en mode rando pour prendre le temps. Malheureusement de gros nuages noir viennent quelques peu encombrer le ciel, le vent est frais, il ne faut pas traîner la haut. J'ai maintenant un nouveau maillot orange en ligne de mire. Cette fois je reconnais la silhouette de Cyrille ...

Le début de la descente est assez technique et j'attaque prudemment, d'autant que les crampes dans les mollets ne sont pas loin ... Au détour d'un lacet voilà déjà le Cyrille, completement a l'arrêt, perclu de crampes. Un petit mot d'encouragement et j'embraye. Je me dis a ce moment que le podium V2 n'est peut être plus être très loin. Las, j'apprendrais en bas que Cyrille est passé V3 ...

En revenant sur Jougne j'ai bien tenté une dernière petite pause photos. Mais bon, ça revenait fort derrière. Heureusement il restait un petit raidard pour sortir du village et j'ai sorti mon joker favori : embrayer petite foulée en faisant semblant d'être facile. Ouf un peu de répi. Mais bon, vraiment pas moyen de finir tranquille. Dans la dernière descente j'entendais à nouveau des applaudissement dans mon dos et il aura fallu faire le dernier kilomètre a bloc pour sauver cette 35ème place sur le fil !!! S'il est de bon ton d'assurer que le classement et secondaire, cela aurait quand même été trop bête de se faire bouffer si prêt de la ligne.

Pas de regret. J'ai pris énormément de plaisir sur ce parcours varié, ludique, plaisant, j'ai donné la maximum sur la fin, j'ai doublé pas mal de jeunes mais pas assez de "vieux" et pour échouer a 5' du strapontin V2 !!! Et vraiment trop content que tout se soit si bien passé, sans bobos. Enfin si, j'ai quand même "tué" mes Xodus. Dommage, je m'entendais bien avec celles là ... Idylle de courte durée, a peine quelques courses courses en une année. Décidément, ces chaussures qu'on nous vend si chères sont vraiment trop fragiles : semelles toujours impeccables mais mesch complètement explosés !!!

Notre Fafa est arrivé lui en parfait état, à peine quelques minutes plus tard, après une belle remontée également pour remporter sans coup férir la catégorie V3 !!! 

scratch

Nous avions alors tout le temps de profiter des douches bien chaudes, d'un très bon plateau repas et de l'animation autour des podiums !!! Puis de la quiétude d'une fin d'après midi partagée en toute amitié autour d'une passion et de quelques valeurs communes ....

Merci a toute l'équipe du trail du Mont d'Or pour cette très belle organisation ...

Merci Fabrice, Merci Laurence, bon vent sur vos beaux projets de l'été.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran