Récit de la course : La Course internationale du Kaisersthul 2018, par poucet

L'auteur : poucet

La course : La Course internationale du Kaisersthul

Date : 11/3/2018

Lieu : Ihringen (Allemagne)

Affichage : 254 vues

Distance : 18km

Objectif : Se défoncer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Kaisertuhl beautiful

Kaiserstuhl beautiful

J’ai dû user le ciel a force de le scruter Dimanche matin. “Risque d’averses” selon la météo … Oui, mais encore ? A quelques jours du Printemps j’ai comme des fourmis dans les jambes, et finalement j’ai choisi l’option vélo pour me rendre de l’autre côté du Rhin pour y disputer la Course du Kaisertuhl. Départ plutôt laborieux puisque j’ai d’abord trouvé mon vélo avec un plat au garage … Qu’à cela ne tienne. Et puisque je me suis débarrassé de mon sac pour la réparation, au bénéfice du doute, j’en profite pour y glisser un sur-pantalon étanche.

Et hop, c’est parti le cœur léger … Tellement léger qu’après quelques kilomètres je réalise que j’ai oublié de remettre le sac sur mon dos. Vous avez dit ballot ??? Y a pas que les jambes qui ont pris un coup de vieux, la tête aussi !!! Demi-tour express avant de repartir en accélérant un peu le rythme et en prenant la voie la plus directe … Heureusement la suite du trajet s’est déroulée sans encombre, avec un semblant de rayon perçant derrière les nuages.

La Course du Kaisertuhl fait bien partie du Trophée des Vosges, mais il n’y a pas de quoi en faire une montagne. Je participe au Trophée un peu par habitude, pour le plaisir d’y retrouver les copains sur des épreuves à taille humaine, aux quatre coins de notre belle région … L’idée du jour c’était surtout de retrouver des sensations.

J’aime l’ambiance en Allemagne, j’apprécie ce parcours qu’il est d’usage de qualifier roulant … Il est vrai que les coureurs y sont plus à leur affaire que les trailers pur jus. Mais attention, le vieux volcan est une mine à raidards pour mettre le feu aux guiboles. C’est vrai à vélo, les finishers du Trirhena en savent quelque chose. C’est vrai en course a pied également.

Sur la Course du Kaisertuhl les deux gros coups de cul sont situés dans le dernier tiers et s’enchainent assez rapidement. Pas très longs mais purée, que c’est dur. C’est là que la tête prend le pas sur les jambes … Petite foulée, on serre les dents, pas lâcher, pas lâcher … Ouf, la bascule. Il reste à gérer le retour, relancer dans les vignes quand la vue se dégage à nouveau sur la Forêt Noire et les Vosges, puis dévaler sur le bitume pour rejoindre la Kaiserstuhlhalle au Centre du Village d’Ihringen ... Un coup d’œil sur la Fenix me confirme les impressions du jour : un peu moins d’1h28, ça fait bien longtemps que je ne m’étais pas senti avec de vraies jambes de coureurs !!!

Le temps de refaire la course avec les copains, d’engloutir un sandwich et c’est déjà le retour de la pluie … Inutile de trainer par-là, je repasse la tenue de vélo et hop c’est reparti dans l’autre sens. Vent plutôt favorable et en évitant cette fois les grands axes, quitte à rallonger un peu la sauce. Trop content de cette belle journée !!!

De bon augure avant de retrouver le Petit Ballon Dimanche prochain. Avec le Fan Club … En attendant, repos !!!

 

2 commentaires

Commentaire de PhilKiKou posté le 13-03-2018 à 20:12:31

Une bonne mise en jambes pour vérifier que la t^te et les jambes fonctionnent bien !! ;-)

Bon p'tit ballon...

Commentaire de poucet posté le 14-03-2018 à 07:21:06

Merci Philippe !!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran