Récit de la course : Les Foulées des Droits de l'Homme - 6 km 2017, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Les Foulées des Droits de l'Homme - 6 km

Date : 12/11/2017

Lieu : Montbazin (Hérault)

Affichage : 431 vues

Distance : 6km

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Des Droits de l'Homme toujours aussi ensoleillés.

Dans le cadre de l’alternance-marche nordique-course à pied, c’était cette dernière que je reprenais-après le 8km d’Halloween Run à Villeneuve-lès-Maguelone le 31/10- à Montbazin ce dimanche 12 novembre, où se déroulaient les 27è Foulées des Droits de l’Homme, organisées par la section d’Amnesty International du Bassin de Thau. Je ne les ai pas toutes faites mais chaque année, à pareille époque, je retrouve les mêmes parcours à l’extérieur de ce charmant petit village, proche de Frontignan et de Montpellier. Quand j’étais plus jeunes ( !!!) je faisais le 12km. Cette année le 6km suffisait largement au Vétéran 4 que je suis désormais. Et j’insiste bien car juste avant le départ, un brave collègue que je ne connaissais pas, vient me trouver et me demande « Tu es V5 ? » « Oh là, non, pas encore, quand même ! » lui ai-je répondu. « Seulement 4 » Non seulement il voulait savoir combien il avait de rivaux pour le podium final mais il me prenait pour un plus de 80 ans. Aïe, aïe…les cheveux blancs me font peur !

Parti le matin avec une glycémie de 1,35g et 8,5 unités d’insuline après le petit déjeuner, Montbazin a été vite atteint. Mais à 9h, le site habituel était désert ! Curieux. Nous redescendons au village, gorgé de voitures, nous garons tout en bas et je vois tous les coureurs monter aux écoles, en demandant à droite et à gauche où sont les dossards. Je les suis. C’est bien à l’endroit habituel. Je prends le dossard et redescends à la voiture en guise d’échauffement, pour remonter nous garer un peu plus près du départ, comme d’habitude. Mais alors, tout le quartier est désormais encombré et se garer devient très difficile. Quelques flèches bien posées par l’organisation, avec signalisation auraient pu empêcher toutes ces allers et venues.

Je vais poursuivre l’échauffement sous un soleil de bon aloi, toujours fidèle au rendez-vous de ces Foulées, et rencontrer pas mal de têtes connues.

Les futurs gros pelotons des Foulées des Droits de l'Homme sont là!

Les enfants, très nombreux-plus de la centaine, sûrement- auront leurs deux courses avant le départ des adultes pour le 12 et le 6 à 10h. Le speaker au micro est déchaîné et va apporter encore plus de chaleur à l’ambiance, le ravitaillement d’arrivée est plantureux et les gilets fluo jaunes d’Amnesty sont omniprésents au départ,  sur tout le parcours, au podium et à l’arrivée.

J'admire beaucoup l'ami Louis Barbiero (T-shirt blanc à droite), qui court avec le même esprit que moi, mais sur le 12.

Nous serons 381 en tout au départ (140 sur le 6 et 241 sur le 12). Il faudra quelques centaines de mètres avant de se sentir à l’aise sur le bitume puis sur les pierres et les chemins de terre de la garrigue, sur lesquels le peloton s’allonge. Je vais marcher quatre ou cinq fois pour reprendre mon souffle. La séparation du 6 et du 12, en bas d’une légère descente sur route, arrive à mi-parcours pour le 6 et je vais continuer en gardant un petit rythme, pratiquement jusqu’à l’arrivée, avec la montée finale à travers le village,  vers les écoles

Un "petit"Pierrot34 du dimanche, qui a encore trop marché (mais pas nordiquement!) pour être au-dessous du 10km/h

, pour finir en 36mn32 alors que j’avais dit à Mme Pierrot34 que si je faisais plus de 45mn, je serais déçu. Petite satisfaction donc, avec cette 105è place sur 140, même si le 10km/h n’est pas tout à fait atteint. Mais le test est concluant : je peux encore courir le 5km de St Jean-de-Védas dimanche prochain. Glycémie de 1,43g, pompe à insuline toujours branchée, après deux verres de jus de fruits à l’arrivée : pour le diabète, sans anicroche la nuit, c’est toujours acceptable.

Quelques signalements de  valeureux « locaux » sur le 12km :

Louis Berenguer, le célèbre sétois « Lulu de tous les records » est 10è en 45mn28, Philippe Paysserand, le policier municipal de Frontignan 13è en 46mn44, Christophe Guesnier, qui s’occupe des jeunes à Frontignan, 110è en 1h 47secondes et l’ami sétois Louis Barbiero, mon vétéran 4 préféré, que j’envie, pour ses capacités intactes, 209è en 1h12mn. Il m’aurait sûrement battu, si j’avais fait le 12km, mais j'espère que j'aurais au moins battu au sprint mon vétéran 5, qui finit 241è en 1h22mn.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran