Récit de la course : Lyon Urban Trail LUT by Night - 26 km 2017, par Khioube

L'auteur : Khioube

La course : Lyon Urban Trail LUT by Night - 26 km

Date : 4/11/2017

Lieu : Lyon 01 (Rhône)

Affichage : 648 vues

Distance : 26km

Matos : Nike Vomero
Ceinture Sammie

Objectif : Se défoncer

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Heureux sous la pluie !

Il est des courses que l'on aborde plus sereinement que d'autres, sans que l'on puisse toujours mettre des mots sur les sensations qui nous traversent au moment d'accrocher un dossard et d'enfiler des baskets. Alors que je m'étais présenté sur la ligne de départ du semi-marathon de Lyon avec la boule au ventre, persuadé de vivre un enfer, j'aborde le LUT by Night avec sérénité et enthousiasme - comme on devrait aborder chaque course, du reste. Le chrono de Run in Lyon (1h28) m'a donné confiance en mes capacités, et puis j'ai fait de bonnes séances depuis, seul ou avec les camarades de la Team.
Le départ est pris aux côtés de Tom, l'éternel acolyte, et de son ami Rob qui a quitté ses terres versaillaises pour l'occasion. Nous renonçons à tout échauffement au vu de la météo : comme beaucoup nous préférons nous abriter le plus longtemps possible, et puis le parcours nous propose une belle mise en jambes avec une belle descente puis trois ou quatre kilomètres de plat, ce qui réveillera largement la machine. À une vingtaine de minutes du départ, nous trouvons une place dans la première vague. Pour une fois, j'ai envie de jouer le jeu du speaker, de crier et de lever les bras, et pas seulement pour éviter de geler sur place : je suis content d'être ici avec mes potes et de passer quelques belles dizaines de minutes sur mon terrain de jeu habituel.
Si le LUT by night ne soulève pas autant d'interrogations techniques et stratégiques que la Saintélyon, les conditions étaient tout de même propices à quelques petites prises de tête de dernière minute. Je reste fidèle à mon choix initial, à savoir les chaussures de route. Tant pis si je peine sur les quelques chemins que j'arpenterai, ils seront rares et je n'ai pas envie d'user mes crampons pour rien. Je pars léger, avec une flasque d'eau plate et une compote dans la ceinture. Au dernier moment je quitte mon coupe-vent, persuadé (à raison) que le froid sera rapidement oublié et que les conditions s'avèreront idéales en définitive.
Les fauves sont lâchés, c'est parti. La descente se fait à allure modérée en ce qui me concerne, essentiellement parce que le peloton est encore dense. Et puis il faudra en garder un peu sous le pied, le dernier tiers du parcours étant nettement moins roulant que les deux premiers, donc je reste patient. Tout roule, les sensations sont bonnes, les montées vers Sainte-Foy se font à allure raisonnable, du moins en termes de sensations (Strava me dira que je suis allé un peu plus vite qu'à mon habitude). Qu'il est plaisant d'avoir l'impression d'être rapide et solide (avoir l'impression, j'ai dit) ! Comme souvent on me fait remarquer que j'ai un vrai phare sur le front, ce que je confirme avec plaisir, étant ravi de mon Armytek. Dès les premiers sentiers je suis soulagé de voir que mes Nike Vomero tiennent le coup, les sensations sont même suffisamment bonnes pour que je me dise qu'elles doivent être bien sur un ultra. Puisque je suis en pleine bourre et que le moral est au beau fixe, je fais un ravito express à la Thévenard : j'attrape juste deux tucs, que je mange en montant le Park aventure. Autour du 14 ou 15e kilomètre, je commence à ressentir les premiers signes de fatigue, un peu de lourdeur dans les jambes. Je décide de temporiser un peu, en essayant de me concentrer sur ma respiration. Je rattrape une coureuse qui, au vu de son intérêt pour le classement, joue manifestement le podium. Pour m'occuper la tête, je la fais profiter de ma bonne connaissance du parcours (pour une fois que je ne suis pas complètement à l'ouest). Là tu peux relancer, là il faut monter tranquillement... Elle restera à moins de 30 secondes de moi jusqu'à l'arrivée. Les dernières bosses sont redoutables, d'autant plus que mon ventre commence à se faire remarquer et que la pression de ma ceinture n'arrange rien. Préférant relancer en haut (et n'étant pas vraiment capable de faire mieux, de toute manière), je monte en marchant aussi vite que possible façon papi randonneur un brin énervé. Je perds quelques places, mais il y a aussi quelques coureurs en perdition, la faute aux crampes essentiellement, alors je ne m'inquiète pas trop. La montée dans les jardins de l'ECAM me paraît interminable, je n'ai plus assez de jus pour appuyer sur les cuisses. Je continue pourtant d'aller plutôt vite sur les parties plates, et en quittant Fourvière je place une dernière accélération pour assurer ma 131e place, en 2h25.
Je croise des visages familiers, notamment celui de la fusée Reg qui m'a mis quelques minutes dans la vue comme à chaque épisode du LUT. Chapeau à lui, encore ! Tom et Rob arrivent une petite demie-heure plus tard, contents eux aussi de leur petite aventure. Une bien belle soirée !
Je suis vraiment content de ma course, j'aurais évidemment pu faire mieux sur la fin mais je n'ai pas perdu de place dans les dix derniers kilomètres, alors pas de regrets. J'ai pris du plaisir, je me suis senti à ma place dans ce quasi top 100 alors que je finissais 350e trois ans plus tôt, avec presque deux km/h de moins en moyenne à l'époque. Voilà qui est de bon augure pour la Saintélyon, il reste quelques bonnes grosses séances à faire pour tenir la distance mais ça va le faire, j'en suis sûr !

Merci encore aux coaches, aux partenaires d'entraînement, aux bénévoles, aux proches et à tous ceux qui m'ont encouragé et/ou félicité !

10 commentaires

Commentaire de Benman posté le 06-11-2017 à 22:14:51

Une course carrée, tu passe la surmultipliée à la fin. bravo Khioube.

Commentaire de Khioube posté le 06-11-2017 à 22:37:08

Merci, c'est bien aimable !

Commentaire de Arclusaz posté le 07-11-2017 à 08:16:33

Facile Guillaume !!!!! très joli temps.
Une question me taraude cependant : j'ai le même matos que toi, la combinaison Vomero/Armytech mais je vais nettement moins vite. Tu as eu une série limitée "zavion" ?

Commentaire de Khioube posté le 07-11-2017 à 08:29:51

Merci, Laurent !
C'est le slip qui fait toute la différence, mais il serait indécent d'en dire plus en ce lieu. Un indice, toutefois, c'est le même fabriquant que celui qui fait les hauts résille de Lalan... :D

Commentaire de Reg posté le 07-11-2017 à 09:44:08

Bravo Guillaume, très belle course, superbement gérée. Il faut je me méfies, tu te rapproches dangereusement :) Et excuse moi, je n'ai vu ton appelle que bien plus tard dans la soirée, mon portable a pris la flotte je ne pouvais plus m'en servir. Bonne récup' l'ami !

Commentaire de Khioube posté le 07-11-2017 à 17:31:42

Merci Régis ! Tu as de la marge, mais pour te faire progresser je vais tâcher de faire en sorte que tu sentes mon souffle dans ta nuque la prochaine fois ! Quant à l'appel, ce n'est pas grave: mon téléphone aussi avait pris la flotte et avait décidé de n'en faire qu'à sa tête. Sacrée coïncidence qu'il ait choisi de t'appeler, quelques minutes seulement après que nous nous sommes croisés pour la première fois depuis des mois ! Bizarre bizarre...

Commentaire de Papakipik posté le 07-11-2017 à 10:50:09

Bravo, belle progression ;-) Moi, je reste désespérément stable en place (404 en 2015, 418 en 2017) mais en 8 mn de moins ! Le niveau d'ensemble progresse, ce que tu démontres parfaitement !

Commentaire de Khioube posté le 07-11-2017 à 17:33:33

Merci ! Félicitations pour ta constance, malgré le progrès général ! Mon bond dans le classement est révélateur de progrès mais aussi de mon éternelle irrégularité à l'entraînement. Je vais tâcher de me stabiliser un peu, en suivant ton exemple !

Commentaire de Trixou posté le 19-11-2017 à 20:11:56

Bravo ! Progression constante, c'est tout bon !

Commentaire de karanbole posté le 19-09-2018 à 18:14:21

Wow, belle perf !
Je fais la même course cette année et pensais étrenner mes nouvelles chaussures de trail à crampons, mais vu ce que tu racontes sur les Vomero je peux éventuellement prendre le risque! C'était pas trop juste côté stabilité / accroche, surtout sur les terrains un peu gras ? J'ai les Vomero 12 et on peut pas dire que ce soit des 4x4.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran