Récit de la course : Ultra Trail du Vercors 2017, par Albacor38

L'auteur : Albacor38

La course : Ultra Trail du Vercors

Date : 9/9/2017

Lieu : Villard De Lans (Isère)

Affichage : 841 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Rincé !

 

Allez j'y vais moi aussi de mon récit de course comme ça quand je serai encore plus vieux je me souviendrai combien j'étais encore plus con quand j'avais encore des jambes, du souffle et une prostate et ça me mettra en joie au moment de chausser mes charentaises...


(It's time to rest...)


~~~~

 

Ce dossard solo s'imposait presque de lui-même : Après 2 éditions en relais à 4 et un relai à deux l'an passé c'est bien le solo qui me faisait envie cette année pour cet UTV où j'ai tant de beaux souvenirs. Les appels du pied de Samontetro (Et Dieu sait s'il chausse grand ! ) sur le forum et l'inscription du Kéké ont très rapidement eu raison de mes ultimes hésitations.

 

Seul regret : je suis obligé de sacrifier une nouvelle fois la manche DTTN du Manak qui a lieu le même jour : La Thuile ! A croire qu'il le fait exprès le bougre...

 


A la différence du Grand Duc je n'ai pas eu la lente montée en pression qui précède traditionnellement les grands rendez-vous. Avec le tourbillon de la rentrée c'est presque par surprise que je me retrouve la veille de la course à Villard-de-Lans pour l'AAB Kikourou. J'ai beau être préparé du fait d'un été sportif j'ai quand même le sentiment d'arriver sur la course à la rache. Encore quelques jours auparavant je n'avais pas la moindre idée du parcours...

 


Mais heureusement il y a le forum Kikourou où l'on trouve ça:

 


AAB (Appel A Bouffer) très sympatique qui est l’occasion de retrouver les copains et de faire connaissances avec quelques illustres figures de Kikourou (dont FreeWheelinNat qui dégage plus d'énergie et le peps qu'une pile à combustible dernière génération) et de faire le plein de glucides et d'anti-oxydants : Le kikou tournant plutôt à la bière c'est pratiquement tout seul que je tombe la quille de Saint-Jo'. Et paf. Strike.

 

Courte nuit pour Coco38 et moi qui partageons un appart sur place mais c'est au final en pleine forme que sur le coup de 4h30 nous nous apprêtons à rejoindre la ligne de départ.

 

Dès que l'on met le nez dehors une surprise de taille : il fait « chaud ». 14°C à cette heure et à 1000m d'altitude c'est étonnant … cet effet de foehn, bien connu des Grenoblois, est à coup sûr le signe précurseur du mauvais temps. Nous voilà prévenus…

 

(Je fais du traïlle et j'ai la banane...)


Retrouvailles avec le Kéké, Peno38 et 'Ricard192'.


Traditionnelle photo de groupe et à 5 heure pétante c’est parti pour une grosse journée.

 

Ca part évidemment à balles. Je me laisse évidemment prendre par l’ambiance. Je me maudis évidemment d’être aussi con. Mais bon, évidemment, j’accélère. La montée au col vert est l’occasion de profiter d’un moment sympa façon Sainté-Lyon avec des nuées de frontales dans la nuit. Superbe.

 

De violentes bourrasques nous attendent au passage du col. Je mets 10 plombes à mettre mon coupe-vent qui se prend pour une manche à air hystérique. On attaque alors le sentier des balcons que je ne connais que dans la partie plus au sud entre le pas de la Balme et le pas de Berrièves pour y être allé voici quelques années en rando avec mes 2 frangins et mon papa.


Avec le jour qui se lève on peut apprécier pleinement la beauté de la vue depuis ce sentier. C’est juste grandiose.




Quelques kilomètres et une tempête de grésil plus tard (meteonawak.com) je dois faire une nouvelle fois le constat que je suis parti trop vite. Je suis dans un gros gruppeto qui avoine pas mal. A se demander si les gars sont au courant qu’il y a 87 kils. Ou alors, tout comme moi, ils avancent sans trainer pour ne pas bloquer les mecs derrière eux sur ce long monotrace où il est impossible de doubler. Syndrome d’hystérie collective en somme.

 



A l’approche du pas de la Balme tout de même le chemin s’élargit. J’en profite pour sortir le smartphone et immortaliser cet endroit qui est de toute beauté. D’ailleurs, une fois le pas franchi, je ne peux m’empêcher de lâcher un « Wooouuuhhhhaaaaa » tellement l’endroit est grandiose. Le photographe de l’orga est là signe que c’est un bon spot pour immortaliser nos gueules d’ahuris.

 



C’est par là aussi que je passe TekRunner alors qu’il est en train de vider sa vessie tout en jetant un regard contemplatif sur les crêtes.

 



La grosse descente sur Corrençon est la seule que je vais apprécier puisqu’à ce moment-là j’ai encore des genoux. 5 bonnes minutes d’arrêt au ravito histoire de papoter un bout avec Fox qui tient la boutique et Claire inscrite sur un relais 4 (« 2 gars, 2 filles ») et de refaire le plein les flasques bien entamées après 3:45 de course.

 



Après ce premier relais somptueux la jonction avec Méaudre est un peu terne. Très roulante avec pas mal de portions bitume qui, si elles ne m’ont pas gêné, n’ont bien sûr pas la magie des crêtes. Un petit regret de ne pas être passé par le village martyr de Valchevrière tout proche afin de rappeler à tous que le Vercors est aussi une terre d’histoire (d’ailleurs certain d’entre vous on peut être noté une plaque commémorative au pas de la Balme).

 



Les kilomètres passent, les premiers duos nous déposent, la pluie fait son apparition et mes douleurs aux genoux, comme de coutume hélas, font leur apparition à l’approche du 40ème kilomètre. Mais bon sinon tout va bien.

 

A Méaudre c’est Ludo PELLE qui fait l’animation. Pas de doute Ludo t’as pas râté ta vocation Clin d'œil

Mais bon même s’il est plus à l’aise baskets aux pieds que micro en main il faut reconnaitre que le bougre connait bien son monde. Il annonce déjà le passage des seconds du relais à 4 qui passent, bien sûr, comme des fusées sans un regard pour le ravito.

 

Au sortir de Méaudre j’entends un « Allez les Kikous » (Je pense que c’est Béné38). La pluie s’intensifie. On a signé pour en chier. Maintenant et après 6 heures de course y’a plus l’ombre d’un doute…

 

KM44 : la descente sur Autrans par les tremplins et la luge d’été est un calvaire. J’ai vraiment les genoux fusillés et il pleut maintenant des cordes : c’est le déluge. Je suis trempé jusqu’aux os. Mais au ravitaillement, alors que ce sont littéralement des murs d’eau qui s’abattent sur nous, je joue ma carte atout : Je change de T-shirt et troque mon coupe-vent pour une vraie veste de pluie : me voilà de nouveau au sec et au chaud (merci le sac congélation étanche à 15 centimes d’€). Véro (Mme Peno) m’annonce 40mn de retard sur le groupe Kéké-Peno qui apparemment courent en binôme. Je croise également NumaX qui m’annonce son DNS sur le relais après ce qui ressemble à une intoxication alimentaire au … surimi !!! (du surimi .. quelle drôle d’idée…)

 

La bonne nouvelle pour moi c’est qu’après Autrans ça remonte sec (c’est bien le seul truc qui l’est !) sur le plateau de Sornin. Mes genoux apprécient d’être ainsi moins sollicités. Un moment de répit jusqu’au KM55 où l’on fait la bascule. Mais là pas moyen de courir. Ce n’est pourtant pas l’envie qui manque dans ces grandes prairies mais bon … no way. Alors on la fait en mode randonneur pressé. Au moins je risque pas de me casser la gueule sur les lapiaz transformés en savonnettes…

(Merci les genoux dans le GIF)


Au final ça marche pas si mal et je fais le yo-yo avec d’autres solos sur des kilomètres.

 

Cette portion jusqu’à Engins aura vraiment été mon chemin de Croix (je suppose que dans tout ultra il en faut un)… A Engins des bénévoles me demandent même si je veux abandonner. Ai-je si mauvaise mine ? En tout cas, avec plus de 2 heures d’avances sur la barrière horaire, même pas en rêve mes cocos (Avec le recul je pense que c’est parce qu’il y a eu tellement d’abandons entre Engins et Saint Nizier que j’ai eu ce sentiment étrange qu’il nous fallait presque signer une décharge pour continuer « genre : non mais vous êtes vraiment vraiment sûrs que vous continuez ? »).

 

Et c’est là, à ce moment de la course, qu’il se passe ce truc étrange : Voilà que désormais je me sens de mieux en mieux : j’arrive de nouveau à courir, le pas du curé passe crème et j’arrive à Saint Nizier en courant sous les hourras de la foule à la vitesse vertigineuse de … 6,5 km/h. Ouéééé….

 

Long arrêt à Saint Nizier où je me descends 2 bols de soupe de pates et où me rejoignent Emeraldas et le Panda. J’apprends de manière confuse que le passage au pic Saint Michel est annulé à cause de la neige, qu'il y a eu de la casse en tête de course et qu’il y aurait eu nombres d’hypothermies... C’est vrai qu’il fait désormais un froid de canard.

 

En tout cas Pic Saint Michel ou pas, neige ou pas : je suis au taquet. Je repars la fleur au fusil bien décidé à boucler cette affaire. La forme est là et j’envoie autant que je le peux dans une montée au Moucherotte tracé droit dans la pente et la boue par un esprit pervers (Samontetro si tu me lis c’est pour toi, c’est cadeau...) Rigolant

 

Beaucoup beaucoup d’encouragements de la part des duos et des relais à 4. Il y a parfois des moments de magie et un respect mutuel en trail qui font la grandeur de ce sport.


A propos d’encouragement j’ai ceux de Petit Franck au Habert des Ramées (KM72) : Merci Franck ! puis ceux de Cyss et de sa tribu au Ravito des Allières (KM76). Cyril m’annonce un Kéké dans le dur. J’abrège donc le ravito (tant pis pour la soupe de pâtes) et repars le couteau entre les dents. On ne sait jamais. Sur un malentendu…

 



A ce rythme je reprends pas mal de monde. Solos à l’agonie ou même duos dans le dur. Dans ma quête du Graal j’aurais même droit à quelques moments de magie avec un soleil enfin au rendez-vous pour illuminer d’un soleil rasant les prairies du Machiret.



 

A l’approche de Villard toujours pas de Kéké. Je rattrape un dernier solo et termine juste avant la nuit dans la foulée d’un autre : 85KM / 4250 D+ enfin bouclés en 15:16 …

 

A peine la ligne d’arrivée franchie j’apprends que les 2 Philippe sont arrivés tout juste 2mn devant ! Il s’en est vraiment fallu de peu que nous finissions tous les 3 ! (Je pense que l’on aurait pas été beaux à voir dans le sprint final si vous voulez mon avis)…


(Y'aurait pas comme un peu de fatigue ?)


18 commentaires

Commentaire de Phénix posté le 18-09-2017 à 06:20:38

Chapeau Christian ! Super compte rendu qui confirme vraiment mon impression que l'on a vécu une course similaire. Mêmes douleurs aux genoux, un peu plus tard que moi tout de même, même chemin de croix, et résurrection dans les mêmes eaux... et pourtant tu as fait un temps extra ! Félicitations! Penses tu pouvoir prendre le départ à Saint Jean de Muzols ? Pour moi cela semble de plus en plus compromis.

Commentaire de Trixou posté le 18-09-2017 à 09:45:43

Bravo Christian, belle course, beau CR, et du negativ split :o)

Commentaire de o[Bob] posté le 18-09-2017 à 09:55:53

Super récit, et belle résurrection. Comme quoi, (quasi) finir les assiettes de pâtes des autres, ça paye ! ;-)
Bravo pour tout !

Commentaire de Arclusaz posté le 19-09-2017 à 18:25:54

Non ? sans dec ? y a quand même des signes qui ne trompent pas, l'atavisme ça existe.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 18-09-2017 à 09:59:27

Tu es un grand champion !!!

Commentaire de Corne de chamois posté le 18-09-2017 à 12:22:31

bravo la conserve
tu viens te faire fumer dans 13 jours ???

Commentaire de jano posté le 18-09-2017 à 14:36:58

t'es au pastis à l'arrivée, toi ?

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 18-09-2017 à 16:35:03

Les doigts dans le nez! (ou presque! ;-) )
Merci pour ce chouette récit!
Et oui, beaucoup d'encouragements de la part des relais, si j'étais plutôt rafraîchie, ça m'a fait chaud au coeur !

Commentaire de coco38 posté le 18-09-2017 à 20:12:25

Le Saint Jo est plus efficace que la bière... la prochaine fois je sais ce qu'il me reste à faire (et prendre la bonne tenue aussi !). Bon ben bravo pour cette course bien gérée et rendez-vous en 2018 sur le Grand duc et l'UTV. D'une façon ou d'une autre j'espère bien y être.
A bientôt.
Jean-Claude

Commentaire de bchar posté le 18-09-2017 à 21:01:28

Très bon récit, comme d'hab!
Et très belle course sous les trombes d'eaux!
Félicitations pour ce nouvel ultra terminé avec succès.

Commentaire de bchar posté le 18-09-2017 à 21:40:48

Très bon récit, comme d'hab!
Et très belle course sous les trombes d'eaux!
Félicitations pour ce nouvel ultra terminé avec succès.

Commentaire de loiseau posté le 18-09-2017 à 21:52:26

Bravo Christian pour ta course, malgré les genoux ! J'aurais bien aimé voir la tête du kéké si tu l'avais doublé !! Ça sera pour la prochaine fois... Tu continues à progresser en tout cas (ou le_kéké recule ??)
Pourquoi PP1 avait un panneau d'interdiction sur la tête ???

Commentaire de samontetro posté le 18-09-2017 à 21:54:19

Le traceur pervers serait il un marabout guérisseur de genoux et les "rampes bénies" du pas du curé un germe de ta résurrection ? Où alors c'est tout simplement le bain prolongé d'argile froide ? En tous cas le rush final est très impressionnant! Kéké, va falloir monter des rétros sur la casquette!

Commentaire de richard192 posté le 18-09-2017 à 22:10:55

Pas mal les running des retraités, je ne sais pas où t'as trouvé ça.
Sacré baptême du feu des ultras cette saison, du grand duc technique à souhait et puis un UTV mode warriior pour suivre. Que va t il te rester à faire désormais?
Bravo Christian pour cette belle saison, qui n'est pas encore finie. L'ouverture de la chasse au kéké est ouverte depuis le week end dernier.

Commentaire de Arclusaz posté le 19-09-2017 à 18:30:11

On retient donc que passer une nuit avec Coco38 est un gage de grande forme le lendemain.
Lui, il a eu mal au dos.... mais je n'en tire pas de conclusions hâtives.
Bravo en tout cas, de plus en plus fort. Fais juste gaffe aux genoux en leur offrant "un peu" de repos cet hiver....

Commentaire de Albacor38 posté le 20-09-2017 à 08:43:28

Merci à tous pour vos encouragements et commentaires.

Merci également à Coco38 pour la coloc' ça m'a évité de prendre le volant à 3h du mat j'avoue que j'avais pas trop le goût.

Merci enfin à Albal de faire des sacs congélation bien étanches :)

Commentaire de le_kéké posté le 20-09-2017 à 13:38:14

Content que de me savoir agonisant juste la devant t'a aidé à finir en trombe, à force tu y arriveras à me passer devant mais c'était pas encore mon jour. Je suis pas inquiet avec ton entrainement de semi-pro le grand jour va arriver mais je vendrais toujours cher ma peau ...

Commentaire de fcorset posté le 27-09-2017 à 18:17:30

Chapeau Christian !
Toujours un plaisir de te lire... Vraiment une épreuve cet UTV cette année.
Belle saison avec l'enchaînement GD - UTV...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran