Récit de la course : Solida Trail Sherpa - 24 km 2017, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Solida Trail Sherpa - 24 km

Date : 9/9/2017

Lieu : La Thuile (Savoie)

Affichage : 757 vues

Distance : 25km

Objectif : Pas d'objectif

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Tellement près... et tellement loin !!!



SOLIDA SHERPA TRAIL : Tellement près (géogrphiquement)... et tellement loin (du Chasse-Neige) !!!






SOLIDA SHERPA TRAIL…

« SOLIDA SHERPA TRAIL »… késako ?

C’est quoi ce nom de course !

Cette course, dont la première édition s’est courue dans un sacré anonymat (pas de fiche course kikourou !!!) ?

Cette course, pourtant proche de chez les DTTNistes savoyards ?

Cette course, qui a le culot de se tenir… le jour de l’UTV et le week-end du Trail de la Combe Bénite ??

 

 

Réponse Rock Hunter : c’est une petite coursette, enfin un vrai trail, organisé par le Club Alpin Français dans le petit village de la Thuile dans les Bauges, en solidarité avec le Népal !

 



 

En tout cas : on y est ! Le DTTN y est présent pour sa manche numéro 4 organisée par Manak, le local de l’étape pour le coup. Seul membre manquant à l’appel notre fabuleux Albacor dont l’infidélité ne peut être que comprise (monsieur fait l’UTV !), et remplacé dans nos cœurs par deux valeureux guerriers : Saucissoneur premier (Noruas !) et la Lotte (Pamela dont on cherche toujours un plus beau pseudo, avis !).

 

 

Le gîte est extra.

Le restau du vendredi soir fabuleux.

Mais voilà, ce samedi matin, le temps est… menaçant.

Pffff

Décidément, c’est le Namtar qui me maudit ! Surtout que, naïvement, je pensais y échapper, la pluie n’étant annoncée que dans l’après-midi… Et pour le coup je n’ai aucune « affaire » de pluie.

 

 


Namtar dossard 1301

Bouk dossard 1302 (oui oui on est « VIP » !)

Les autres DTTNistes Manak Brick Campingou Faizan Corne Chasse-Neige Noruas Namtar et donc, Pami. On retrouve quelques têtes connues quand même : Gwen Masson-Schaeffer (quand même !!), ce bon Caral, et… ce pitre de Pirelli, qui partira dernier car môssieur a oublié sa bouteille dans sa voiture, il est aujourd’hui la nouvelle honte du sport lol !

 

 

Pub de la corne au micro de superfifi pour le chouette Trail de Montagnole et direction l’aire de départ on doit être une centaine, nous nous plaçons bien à la fin avec Pam Noruas Namtar et c’est partiiiiii

 


 

Km1-Km6 la mise en branle

Trop bien puisqu’après 150 mètres il y a un virage et nous voyons Manak aux avants-postes avec GMS, tandis que déjà nous échangeons avec… le serre-file !

 

 

Premières montées, premières bosses, il va falloir gérer puisque l’ascension du gros morceau est au kil 9 : la galoppaz. Et je dois dire que je suis inquiet, surtout après avoir entendu Caral dire « oui je prends mes bâtons, il y la Galoppaz à grimper quand même ».

 

 

Et mon objectif au fait ?

Fumer Namtar

Ne pas me faire fumer par Pam

Noruas je le pense pas prenable aujourd’hui

Chasse-Neige on oublie

 

 

On échange un peu avec Pam, enfin elle échange car moi je dois garder mon souffle, Namtar commence à décrocher mais dans la Galoppaz on verra ce qu’il donne (il a ses bâtons), tandis que Noruas commence à partir, suivi de Pam… Heureusement je ne suis pas complètement seul, d’avant-dernier on commence à reprendre les « excités du premier kilomètre », ouf

 

 


Km1.5 : youpi, première descente, et Pamela qui descend doucement houlà l’ouverture je me mets en mode « enjambées de Faizan » histoire de prendre un peu de repit c’est ça de pris. Tant et si bien que je raccroche à Noruas mais le bougre ne laisse pas passer, soit, je reste derrière et d’ailleurs je suis pas ralenti, loin de là.

 

 

On rattaque une montée, l’occasion de faire un mini état des lieux, je vois quelqu’un derrière mais impossible de savoir si c’est Pam tandis que, forcément, en mode montée je lâche sur Noruas et le duo qu’il a raccroché…

 


 

Heureusement c’est pas bien long et on attaque une longue section entre plat et faux-plat descendant, je m’emballe un peu, je VEUX creuser sur Namtar et Pam, tant et si bien que soudain j’entends une des deux pipelettes me faire « BOUUUK », oh, c’est iron-myth qui est présent ! Décidément, que de kikous aujourd’hui ! Je file, on se reverra me dis-je

 

 

On annonce le ravito, tiens, si tôt ?

Et oui, kil4.5 déjà le ravito ! J’arrive en trombe, alors que Noruas en repart, tant pis je m’arrête quand même moi. Il est suivi de deux gars, je bois, prends du chocolat et file dans la descente assez cassante avec pierres et dalles.

 

 

J’ai eu l’impression de m’arrêter 40-50 secondes, et pourtant je colle tout de go au trailer en jaune ! Il n’a pas l’air à son aise en descente lui ! Puis ça devient plus « souple », un lacet, deux lacets, et on remonte en face, qui est au loin en face le Noruas ! Accompagné…

 

 

Et cette petite remontée moi je dis bof, je n’aurai pas rattrapé le gars en noir de devant, voici les bénévoles « c’est bon on l’a passé la galoppaz » ils rigolent de ma blague nulle et ça repart en mode grosse montée, aïe, pas bon pour le (gros) Bouk

 

Dans la tête de Noruas...

 


Je lâche un peu prise, devant ça file, le contact visuel avec Noruas se rompt, tandis que le mec en jaune me reprend facilement, à chacun ses forces hein !

 

 

Flûte la montée continue bien, avec du champs, une fois en haut je fais quoi ? Je me retourne, ou pas ? Au final je me retourne et CROTTE je vois iron-myth et son pote, grrrrrrr

 

 

Hourra on refile en descente, là je mets les watts, reprends le trailer jaune (décidément), un trailer en noir pas rejoint tout à l’heure, un autre qui a mis le clignotant ( ?) et on rejoint… la route ! Kilomètre 7, et qui est juste devant ?? NORUAS !!

 


 

Je gueule, je beugle un rire, mais c’est que de l’esbrouffe et il le sait, sur un faux plat comme ça je suis pas à mon avantage. Et pire : ça dure 2 kilomètres !!! Il creuse facilement, tandis que mon jaune me reprend, il pleut à foison, « on n’est pas bien là » je sais pas si c’est du lard ou du cochon ! La bonne nouvelle quand même : derrière on a mis le large…

 

 

Km 9, 1h05 de run, et on attaque le (ggros) morceau du jour l’ascension de la Galoppaz. Le jaune à bâtons prend vite le large, le gars au clignotant tout à l’heure me remonte facilement et dépose tout le monde, redoutable. Non, vraiment, il ne reste que mon trailer en noir que je suis à distance.

 

 

Montée pas encore « franche », on remonte une large piste 4x4, je commence à m’interroger sur l’intérêt du parcours de ce trail qui me rappelle un peu le funeste et insultant Trail des Hauts-Forts de Morzine-Avoriaz : peu de single, pas mal de bitume, et beaucoup de larges pistes 4x4.

 

 

Heureusement kilomètre 12 on vire à droite toute et le voici le single qu’on attend ! Hélas, ma montre a décroché et je suis perdu sans mes données de D+… Et qui dit single dit qu’on grimpe plus fort. Nous sommes en forêt on sent un peu moins la pluie, je suis encore un peu au contact du black-trailer, par contre je distingue en bas un binôme que j’entendais papoter de loin tout à l’heure donc ça doit être iron-myth

 

 

Km13 je croise deux randonneurs-bénévoles qui descendent, alors que je grimpe vraiment péniblement « on est encore loin » (oui parce qu’on distingue rien… !), « oh, ben, il faut encore sortir de la forêt, puis il reste une grosse montée, mais gardez ce rythme ça va bien ! »

 



 

Et bien voilà, j’arrive à une espèce de col, les marques au sol roses ne sont pas bien claires quand j’entends devant moi dans le brouillard « VOUS ÊTES OU », ça doit être mon black-trailer mais il parle à ceux de devant ou à moi ? Dans le doute je repars en arrière pour re-regarder par prudence les marques roses, aïe, j’ai mal interprété, il faut bien prendre à gauche dré dans le pentu, et voilà qu’apparaît le black-trailer « j’étais au milieu des vaches » !!

 

 

On file en binôme, le brouillard se dégage par micro-secondes, on voit le sommet je crois deviner une petite colline « ouf on y est ! », « non, t’es fou, t’as vu ce qui nous attends », et en regardant mieux on distingue les silhouettes, oh là là que j’ai mal vu, on a encore pour 10-12 minutes d’ascension ! Pas facile de distinguer qui est devant, je vois que le trailer jaune avec ses bâtons.

 


 

Mon black-trailer semble exténué, « je suis crâmé », allez je prends le relais mais à notre allure de randonneur on reste au contact, nous sommes les prochains à atteindre le sommet quand soudain le brouillard se dissipe un peu, AAAAAAAAAAAAH ils sont 7-8 à nos trousses, dont une voix féminine : PAM !!! Je reconnais son imper ! J’ai pas plus que 5 minutes d’avance. Normal, en ayant fait les descentes énergiquement, mais avec une vitesse ascensionnelle pas terrible.

 

 

Au sommet je rencontre donc les deux bénévoles frigorifiés à qui je quémande de l’eau, j’ai vidé mon bidon malheureusement, ils m’offrent gentiment un bol de thé sucré qui fait du bien, ravito dans 4 kil.

 

 

Mon acolyte lui n’a pas pris la peine de perdre du temps et a filé.

Il faut vite le recoller car avec ce brouillard je vais me perdre facilement…

 

 

Et quelle début de descente : de la boue à foison, il faut mettre les mains et glisser/surfer au moins pire !!! Au moins je vois l’acolyte devant, sans toutefois le recoller.

 

 

Plus loin Col de la Buffaz, ah merde, je croyais remonter quelqu’un mais non ça doit être un bénévole qui descend, en rouge et avec ses bâtons.

 

 

Puis, en fait, il descend plutôt fort car il reste avec mon black-trailer !!

Grrr il faut vite recoller ce binôme svp !! Et au Chalet de la Buffaz ça devient plus « sympa » avec de la piste 4x4 plus descendante, il pleut grave

 

 


Quand soudain, en sortant d’un virage : JE PERCUTE !!! C’est ni plus ni moins que Noruas qui est avec mon black-trailer !!! Ca alors ? Je ne m’explique pas comment on lui a repris autant (il a chûté en fait…)

 

 

Enfin je les colle et les dépasse tandis qu’on rejoint un premier larron puis un deuxième !

Façon « Trail de l’Epine », si je reprends Noruas maintenant, ça sent bon pour la suite !

 

 

Km17 voici le R2, je remplis mon bidon et refait le plein de victuailles, on est 5 trailers mais il n’y en a qu’un qui attends personne et qui saute le ravito : NORUAS (oui vous l’aviez deviné).

 


 

Du coup en repartant du ravito, vite, rejoindre Noruas ainsi que le trailer jaune qu’on avait rejoint. Quelle course ! Etonnamment c’est en faux plat montant que je le rejoins enfin, avant d’entamer ce qu’on croit avoir enfin droit (et qu’on attends avec impatience) : un SINGLE !!! 

 

 

C’est le Col du Lindar, le bénévole annonce 7 kil restants (et non 6 comme le dit ma montre), et… tu parles, le single doit faire 600m avant de re-re-re-rejoindre une piste 4x4, mais là j’envoie les watts je DOIS distancer le trailer jaune (je me fais moins de souci), Noruas (saucissoneur 1er, rappelons-le, mais peut-être va-t-il être prudent suite à sa chûte), et le black-trailer que j’enterre pas mais qui doit être loin quand même.

 


 

En tout cas c’est monotone, mais il n’y a plus de contact visuel, tant mieux…

Et je me mets à rêver : et si le Chasse-Neige était le prochain ??

Surtout que ça fait 3 heures qu’on court, sous la pluie, on entame le money time !!!

 

 

Km22.5 nous voici au Col de Marocaz, la voici la fameuse « dernière bosse » de 60m de D+ avant le final.

Et là : retournement… Qui me gueule « BOUUUK », juste derrière ?? Le Noruas !! Pire que le sparadrap du Capitaine Haddock celui-là m’enfin ?? Pourtant pourtant j’ai pas traîné en descente… Fais chiez, voilà un peu de stress alors que je pensais la course pliée avec l’objectif atteint.

 

 

Je tente quand même de trottiner mais c’est juste de l’intox

Et qui déboule du sommet ? Le campingou !! Bordel, il a déjà fait 3 kil dans l’autre sens, la honte pour nous !!! « dis, bouk, tu me parraines sur hellobank ?? », grrrrrr

Puis il repart et découvre le Noruas, et ouais, il est en plein cœur de l’affrontement !!

 

 


La bascule !

Allez c’est maintenant !

Je file, et veille surtout à ne pas me perdre.

On revient sur le premier ravito, je bois quand même un coup, les remercie, et file dare-dare !

 

 

Nous voici donc dans un kil déjà pris à l’aller dans l’autre sens, avant de filer à droite, tiens, du single (enfin…) et on déboule dans le village de la Thuile, ok, je connais, le dernier kil c’est du bitume, je passe devant le Gîte il pleut des trombes d’eau et j’en termine en 3h31, cool, un chrono de 3h45 était envisagé…

 

2 minutes derrière déboulent Noruas ET le black-trailer, et, surprise, qui vient nous féliciter, tout propre tout sec ? Le Namtar !!

Déçu qu’il ait dû abandonner.

Mais… comme je le lui dis : il a fait la plus belle partie du parcours, les 6 premiers kilomètres.

 

 

Au final, je suis ravi d’avoir réussi à braver la météo, heureux d’avoir atteint un bel objectif « sportif » (noruas namtar et pam derrière), par contre je planais complet, le CN est 21 minutes devant……. Et malheureusement même si je suis content d’avoir découvert ce coin je reste déçu du tracé où la part est belle pour les pistes 4x4 et pas assez de mono-sentiers ! Par contre les bénévoles tous sympas (surtout vu la météo, merci à eux !!!), et ambiance intra-coureurs parfaite également !

 

 


Merci le solida sherpa trail et rdv pour la finale au Trail Muzolais !

15 commentaires

Commentaire de elnumaa[X] posté le 16-09-2017 à 13:10:57

très épuré , non franchement , comme la crème fraiche zero %

Commentaire de Pirelli posté le 16-09-2017 à 13:42:09

Une phrase qui résume la situation, malgré le sort qui s'acharne, il faut garder le sourire. C'est beau :)...sinon en vrai tu t'es pas foulé!! (pré-retraite?)

Commentaire de Phénix posté le 16-09-2017 à 13:42:15

Bouk version frisée comme un mouton sur le dessus ! quelle belle ménagerie !

Commentaire de JuCB posté le 16-09-2017 à 15:18:43

Quand je pense que je me suis inscrit sur kikou pour les récits du Bouk....

Bientôt il va attaquer les tournées, genre montées sèches ou trucs du genre !!!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 16-09-2017 à 15:33:49

Putain si c'est vrai c'est pas une demi-molle que j'aurai... JuCB-La-légende !!!!!!!!

Commentaire de Trixou posté le 16-09-2017 à 21:31:09

Toi aussi tu fais baywatch en orange, le soucis du détail ? Merci pour ce CR.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 18-09-2017 à 13:51:37

A ton service :*

Commentaire de ironmyth posté le 17-09-2017 à 17:18:52

Ah ben je pensais pas que tu étais pas loin devant nous dans la montée à la Galoppe...ça pique toujours autant d’ailleurs !
Pour notre part, on a un peu commencé à lâcher l'affaire en descendant du sommet, la boue, le froid et la pluie ont eu raison de ma motivation...
Je te rejoins complètement sur la quantité de bitume et de pistes, c'est dommage...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 17-09-2017 à 18:07:08

Mais tu pensais bien !!!
Dans la forêt je suis presque certain que c'est vous les ombres que je voyais.
Et en atteignant le sommet de la Galoppaz vous étiez nos suiveurs directs j'en suis sûr !
Je confirme, elle pique bien celle-là !!! A la revoyure :)

Commentaire de Corne de chamois posté le 18-09-2017 à 12:23:50

saleté de bouk

Commentaire de Albacor38 posté le 18-09-2017 à 22:41:57

Pendant que je fais de la rando vous turbinez comme des guépards.
Je vais prendre cher au Muzolais...

Commentaire de Phénix posté le 19-09-2017 à 20:39:17

Ouin ! Ouin ! Je vais devoir faire forfait chez MOI ! M.... ! J'ai une belle ténosynovite à la jambe droite ! car apparemment j'ai lacé trop fort mes chaussures ( dixit toubib !) Je commence la kiné demain ! J'essayerai tout de même d’être là pour vous encourager...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 19-09-2017 à 21:01:58

Blessé aussi...

Commentaire de Phénix posté le 19-09-2017 à 21:13:51

Mince alors ! Rien de grave au moins ?

Commentaire de Noruas posté le 22-09-2017 à 19:17:37

Soigne toi bien !
Revanche au Trail Muzolais !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran