Récit de la course : Trail Ubaye Salomon - 42 km 2017, par Albacor38

L'auteur : Albacor38

La course : Trail Ubaye Salomon - 42 km

Date : 6/8/2017

Lieu : Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence)

Affichage : 612 vues

Distance : 42km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Superbe Ubaye

(La vidéo officielle : Elle vaut tous les longs discours)

 

Je pense que beaucoup de Grenoblois sont comme moi et connaissent finalement mal les Alpes du sud.

Peut-être que de saluer l'un de nos 4 massifs en ouvrant les fenêtres le matin (non non ce n'est pas un placement produit subtil pour l'UT4M !) ne nous incite pas plus que ça à aller visiter ces "autres" Alpes pourtant pas si éloignées que ça du Dauphiné puisque seul le Champsaur nous en sépare.

 

Pour ma part, en tout cas, à part un unique passage il y a quelques années pour une expérience de rafting, je n'avais jamais eu l'occasion de toiser ces sommets et c'est finalement un peu sur un coup de tête le 31 Décembre dernier et sur recommandation du Bouk (le local de l'étape) que j'avais pris un dossard. D'autant qu'il était imbattable (le prix du dossard hein pas le Bouk) : 15€ pour 42 KM avec repas d'après course ne cherchez pas c'est sans concurrence.

 

Le hasard et la destinée nous a conduit au Sauze à l'hôtel "l'Equipe" (ça par contre c'est du placement produit et pas du tout subtil !) pour notre périple sur Barcelonnette. Choix judicieux, quoique que totalement fortuit : les patrons sont adorables, la cuisine excellente et le trail passant au col de Gyp et au col de Fours juste au dessus de la station, les remontées mécaniques étaient gratuites pour les accompagnants souhaitant encourager les coureurs ! Confort total pour la petite famille...

 

Après une veille de course bien sympatique où je découvre la sauvage (la bière locale) et les imitations très convainquantes de flipper le dauphin par le Bouk dans la piscine familale voici enfin le moment de s'attaquer à ce beau morceau c'est le trail Ubaye Salomon.


(Saucisson's cup spirit)

 

Au matin de la course notre Juju est stressé comme une pucelle le soir de ses noces. Impressionnant. Pour le coup je suis beaucoup plus serein même si je n'ai pour ainsi dire fait que du cyclo en Juillet après un Grand Duc de Chartreuse qui m'avait bien bien calmé sur les sorties longues en trail...

 



A proximité de la ligne de départ pas trop de têtes connues. Ca parle beaucoup "avé-l'assent-peuchère". On fait tout de même connaissance avec un Nantais-Réunionais très sympatique, preuve de l'attractivité de ce trail au delà des frontières des Hautes-Alpes / Alpes de Haute-Provence.

 


Dès le coup de sifflet toute pression est évacuée... Je fais l'accordéon pendant 3-4 KM avec un Bouk bien en jambe avant de passer devant sur les toutes premières rampes qui suivent le golf de Barcelo.

 


La montée en sous-bois après Uvernet fait bien monter le cardio et je découvre un peu à mes dépends l'une des caractéristiques de ce trail : Il doit y avoir à peu près 80% de singles ! C'est un peu à double tranchant car d'un côté c'est vraiment sympa mais doubler est une pure galère et on a vite fait de prendre un faux rythme... Les premières gouttes accompagnent ma réflexion et en levant le nez je découvre un ciel aussi noir qu'il était bleu au petit matin... La veste de pluie est resté à l'hôtel. C'est ballot. Je vais en prendre plein la gueule :)

 


Peu à peu les sous bois laissent place à des passages à découvert qui fleurent bon la montagne. J'ai le souvenir de quelques passages engagés où il vaut mieux avoir le pied sûr et c'est l'arrivée au ravito n°2 (le premier, très proche du départ ayant été snobé par 90% du peloton).

 



Ca pisse dru à ce moment là. Les bénévoles sont rincés.

 



La montée à la Croix se fait au train et sans trop de difficultés. C'est vraiment très beau et je dégaine à plusieurs reprise le smartphone pour immortaliser ces moments en photo.


C'est aussi ce que doit se dire l'orga qui a positionné ici un drône. On fait ensuite la jonction avec les gars du 23KM avant de se séparer de nouveau après le ravito 3.

 


C'est ensuite le morceau de bravoure de ce trail avec une montée sur le chapeau de gendarme où il faut pour ainsi dire monter avec les mains. J'ai 2 morceaux de bois à la place des jambons qui sont tétanisés par l'effort. Tout le monde est dans le dur sur cette partie. Autant vous dire qu'on est content d'arriver là haut à 2500m et des brouettes...

 





Cette partie sur les sommet est grandiose. Technique. Aérienne. Elle vaut à elle seule une inscription sur ce trail.

 



On plonge alors littéralement sur Barcelonnette que l'on devine depuis le sommet si loin, si bas dans la vallée. Passage sur les pistes du Sauze et Super-Sauze. Je retrouve alors la petite famille au ravito n°4. Il doit rester 9KM. Ca commence à sentir bon.

 




Sur la fin de parcours l'expérience du long me sert car ça commence à coincer / cramper pas mal au sein des troupes. Je profite des 2/3 derniers kilomètres pour gagner quelques places et débouche presque par surprise (car je n'ai même pas 40KM à ma montre) dans le parc où je passe la ligne d'arrivée en 6:16

 


Douche, repas, debrief avec Julien et nous prenons (en voiture hein...) la route pour le col de la Bonette-Restefond (plus haut col d'Europe avec ses 2680m) : Je prends alors ma deuxième grosse claque de la journée tellement cette route est belle, improbable, féérique, imposante, préservée et chargée d'histoire avec ses forts et ses blockhaus.

 

Au soleil couchant j'ai l'impression d'être sur la lune ou sur le toit du monde. Depuis cette date je n'ai plus qu'une obsession : Faire ce col à vélo ! (La fenêtre est étroite la route n'étant ouverte que de Juin à Octobre, haute montagne oblige).


(Recup' active en DH à Pra-Lou pour le Bouk au lendemain du trail)


8 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2017 à 23:04:15

Moi qui disais à une époque "jamais le 42", maintenant j'ai plus envie de retourner sur le 23...
Ou alors avec mon cousin!!

Merci de t'etre delocalise ça en valait la peine!!!

Commentaire de Benman posté le 15-08-2017 à 00:53:20

Bon, la cime de la Bonnette fait 2860m; mais le col n'est pas le plus haut: le plus haut col est l'Iseran (2764), juste devant le Stelvio et le col Agnel. Cela dit, je ne demande qu'à le découvrir ! Bravo pour cette belle course. Dommage de ne pas avoir de vidéo de flipper le dauphin (blanc ?)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-08-2017 à 11:17:50

Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr !!!

Commentaire de Arclusaz posté le 15-08-2017 à 08:13:58

J'allais écrire la même chose que Ben !!!!! La Bonette, c'est la plus haute route goudronnée de France mais pas géographiquement le col le plus haut d'Europe (qui est bien en Savoie !).
http://www.ledauphine.com/haute-provence/2014/05/24/restefond-la-bonette-la-plus-haute-route-d-europe. Mais, je suis bien d'accord le coin est magnifique. Si tu fais la route en vélo, ne fais pas comme le Sud Africain au Tour de France 2008 http://www.ina.fr/video/I13123785
et sinon bien sur, bravo pour ta course, ça semble tellement facile qu'on en oublie la dureté du truc.

Commentaire de Noruas posté le 15-08-2017 à 16:58:10

Je n'ai qu'une chose à dire, SNIF !

Commentaire de richard192 posté le 17-08-2017 à 09:53:48

Belle course les amis et superbes paysages. ça donne envie d'aller découvrir le coin du Bouk

Commentaire de Trixou posté le 17-08-2017 à 10:26:09

Belle course, beau récit, belles photos...

Commentaire de Albacor38 posté le 17-08-2017 à 22:46:33

Merci pour vos messages :)
(Laurent le sud'af il revient de loin et il est tombé au bon endroit
A mon avis par contre ils cherchent encore le vélo)
Bon a part ça dans 3 semaines c'est l'UTV faudrait que je songe à ranger le BBQ et le cubi de rosé maintenant...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran