Récit de la course : Trail des Crêtes de l'Eau Noire - 33 km 2017, par MysterYo

L'auteur : MysterYo

La course : Trail des Crêtes de l'Eau Noire - 33 km

Date : 9/7/2017

Lieu : Pesche (Belgique)

Affichage : 322 vues

Distance : 33.2km

Matos : - Casquette
- Solaires
- Tour de cou
- Ensemble BV SPORT Compression (maillot + cuissard)
- Sur short KALENJI
- Chaussettes INJINJI Trail
- VIBRAM Spyridons Elite
- Mitaines
- Manchettes

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des crêtes de l'Eau Noire 2017, 33,2km 1100+, une 9ème édition sous un soleil de plomb

Ce dimanche 9/07 avait lieu comme chaque année, le Trail des crêtes de l'Eau Noire, à Pesche, commune de Couvin en Belgique. Deux parcours proposés aux sportifs, 19km 500+ ou 33km 1000+. Ce n'est pas la première fois que je viens, la troisième en fait, et me suis toujours frotté à la distance la plus longue.

130km pour 2h30 de route depuis la maison, je démarre au petit matin vers 6h45 et arrive sur place vers 9h20. Départ commun des deux tracés à 10h.
Au fil des kilomètres en voiture, j'avais vu le thermomètre partir vers le haut. A 10h nous avions déjà 19°C et un soleil radieux.

Je me rends dans la cour de l'Institut Sainte Marie (équivalent collège / lycée en france) afin d'y retirer mon dossard, le 514, lieu de départ / d'arrivée du trail, et vois que la place grouille de monde.
J'ai sur moi 1€ pour le gobelet plastique sérigraphié car aucun gobelet jetable n'est disponible aux ravitaillements, manque de bol, ils n'en ont plus...Heureusement que j'avais prévu le mien.

Je retourne à la voiture afin d'y effectuer les derniers préparatifs, mise en place du dossard, carte mains libres et téléphone en pochette zippée et dans la trousse de ma ceinture d'hydratation (petite précision qui vaut de l'or, j'ai été téméraire pour le coup en emportant qu'une ceinture de 2x600ml), enfilage des VFF Spyridons Elite, lunettes de soleil et casquette, bâtons. Je repars dans la cour de l'institut afin d'y attendre le départ.

10h, l'organisation procède aux consignes de balisage et de sécurité puis le départ nous est donné simplement par un décompte de 5.

Nous quittons tous l'institut par son arrière cour et nous dirigeons vers la sortie du village par la route. Un peu plus d'un kilomètre après, nous entrons dans le vif du sujet, nous quittons la route pour ne la retrouver que dans 30km. Il s'en suivra une succession de chemins forestiers avec des cotes parfois bien raides. La température va crecendo...L'organisme est déjà en souffrance au premier ravitaillement (km10 1h00 de course 25°C). J'ai beaucoup bu, je refais les niveaux, bois et mange un peu mais ça ne passe pas très bien, et repars en trottinant sur ce long sentier d'épineux.
Au km12, un peu d'histoire, je passe devant l'ancien bunker d'Hitler à Brûly de Pesche, je vous invite à vous informer sur cette histoire peu ragoutante...Je poursuis ma route, il fait vraiment très chaud, les passages ombragés sont pour le peu apaisants mais dès lors qu'on attaque une portion dégagée en plein soleil, une chaleur sèche m'oppresse tout de suite. Heureusement, nous longeons et traversons des rivièrettes qui permettent de refroidir les pieds voire la tête et les bras si nécessaire, j'y serai immortalisé d'ailleurs par les photographes à l'affût. 15ème kilomètre, j'en viens à demander à quelle distance se trouve le second ravitaillement à un pauvre hère qui me dépasse, il n'en sait rien et poursuit son chemin. Les jambes se font lourdes malgré l'hydratation stricte que je m'impose. 20ème kilomètre, je commence à trouver le temps long, j'alterne course et marche, je suis dans le rouge. J'en profite pour manger une compote. 23ème kilomètre, je suis sauvé, j'aperçois le ravitaillement. J'y prendrai vraiment tout mon temps pour manger, boire remplir mes bidons. Là encore les bénévoles sont au top, très souriant et « chaleureux ». Il fait tellement chaud (environ 27°C à 13h) que le stand avec les fruits est envahi par les guêpes. J'en suis à 2h51 de course. Plus que 10km. La blague ! Je repars lentement en mangeant une barre énergétique, elle m'aidera sans doute à mieux finir ma course. Les chemins pierreux massent les pieds, les raidillons décoincent les crampes aux mollets. 25...30...31, toujours en alternant course et marche, je quitte la végétation forestière pour terminer sur du sol bien dur, sans la moindre partie ombragée. Je doublerai quelques personnes dans l'intervalle mais ça ne rattrapera pas la flopée qui m'a dépassé avant. Je rentre dans le village de Pesche, puis par l'arrière cour de l'Institut Sainte Marie pour franchir la ligne d'arrivée en 4h36, rincé, certainement dans le bas du tableau. 148ème du classement général sur 179, 62ème SEH sur 70. Je visais moins de 4h, je suis de la revue mais content de l'avoir terminé à peine un mois après mon ultra de 80km. La montre m'affiche 33,2km 1135+. Publicité mensongère...

Je prends le temps de souffler, puis vais au ravitaillement d'arrivée pour me désaltérer, manger. Je rends ensuite mon dossard contre un ticket repas. Je file à la voiture pour y récupérer mon linge et direction la douche. En attendant mon tour et une douche salvatrice sans eau, je discuterai avec des traileurs éreintés comme moi. Douche sans eau oui, fallait vraiment doser le savon pour éviter un rinçage épique. J'irai ensuite manger un cornet de pâtes aux 4 fromages en espèrant être tiré au sort pour le séjour à Mondorf dans un hôtel luxembourgeois, malheureusement, malgré les nombreux sportifs tirés au sort et repartis sans attendre, je ne serai pas l'heureux gagnant du tirage...

Je quitte donc les festivités pour reprendre la route, courbaturé.

Une bien belle journée sportive même si l'organisme a pris un sacré coup de chaud.

Comme je l'ai dit en début de récit, sans être un habitué de cette manifestation chaque année (3 fois en 4 ans...Bon...presque un habitué), l'organisation de cette course, qui fait partie intégrante du Challenge Trail de la Forêt du Pays de Chimay, est toujours conçue sur des bases solides que sont la convivialité, l'esprit sportif et la simplicité. Depuis 2014, année de ma 1ère participation, par bouche à oreille, il faut dire que j'ai quand même 2h30 de route pour y venir, je n'ai jamais été déçu, même si je soupçonne que le tracé des fameux 33km n'ait pas bougé d'un iota durant cette période. La région est splendide, les hauteurs atteintes, bien qu'on ne soit bien évidemment pas en montagne, nous offrent des paysages en constant renouvellement. Le circuit est costaud, j'ai tendance à l'oublier, verdoyant aussi, un véritable plaisir pour les yeux, et les mollets...Un balisage parfait, mais perfectible par la mise en place de l'éco-responsabilité, peut être dans un avenir proche ?
Je parle du trail proprement dit mais n'oublions pas de saluer les membres de l'équipe organisatrice pour le travail colossal et le résultat est bien là. Mais aussi, et surtout, chaque bénévole, sans qui, rien ne serait possible, vous participez tous à ce que cette journée, ces quelques heures dominicales, soient une réussite. Bravo à vous. Merci pour tout.

 

Alimentation / Hydratation : 

- 1 ceinture bidons 2x600ml (1 bidon isotonique / 1 bidon eau pure)

- 1 barre énergie

- 1 compote

- 1 barre céréales simple (non consommée)

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran