Récit de la course : Trail de la Fontaine des Ânes - 36 km 2017, par wakayama

L'auteur : wakayama

La course : Trail de la Fontaine des Ânes - 36 km

Date : 11/6/2017

Lieu : Rivolet (Rhône)

Affichage : 557 vues

Distance : 36km

Matos : Hoka One One Mafate Speed 2
Guidetti Diagonale des Cimes
Sac Kalenji
Maillot/short/chaussetes Kalenji

Objectif : Balade

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un belle balade dans le Beaujolais

Je connais plutôt bien la première moitié du parcours pour y faire la plupart de mes sorties. J'avais hésité entre le 17km et le 36km mais je choisis de prendre le départ sur le 36 pour effectuer une bonne sortie longue.
C'est un peu osé 15 jours après la Marathon Race mais je pense faire ce trail à un rythme alternant marche/course, en gérant au mieux les passages difficiles. Je choisis de prendre les bâtons pour épargner mes cuisses et finir ainsi un peu plus vite.

J'arrive vers 7h ce dimanche matin, une heure avant le départ pour retirer le dossard et une bouteille de Beaujolais.
Le temps est superbe, le ciel très bleu et on se dirige vers une journée chaude.

Je croise Fabien, un ancien collègue, au départ qui s'est inscrit seulement 2 jours avant et qui prépare le 80km du Mont Blanc.
On discute un peu, je suis content de le revoir en attendant le départ.

C'est parti à 8h en traversant le village de Rivolet. Au bout du village, la première montée apparaît en lacets au milieu des vignes.
Je prends un rythme pour faire ce passage et je remarque que je suis déjà dans le dernier quart.

On redescend brièvement pour remonter par un autre chemin au village de Montmelas Saint Sorlin où mon seul regret est de ne pas passer au niveau du château.
Un ou deux coureurs me doublent que je reprends au train dans la montée : je me dit que s'ils commencent comme cela, la suite va être dur pour eux.
On traverse la route pour débuter la montée vers la chapelle de Saint Bonnet avec une vue sur toute la vallée de la Saöne (alt. 635m).
Le sentier est caillouteux avec une pente bien raide et les bâtons m'aident bien. Je ne fait pas une super montée, un peu en dessous de ce que j'ai l'habitude de faire mais j'arrive à la Chapelle où je touche le mur (rituel).

Chapelle de Saint Bonnet, 0h40 pour 4,3km / 332 m D+ cumulé

Pas trop de le temps de profiter de la vue à la chapelle, je me dirige au pas de course vers le col de Saint Bonnet bien connu des cyclistes du coin et que j'ai monté un grand nombre de fois par tous les côtés.
La suite reprend avec la montée vers le col de Failly (688m) qui s'effectue au milieu du bois. On ne prend pas le chemin le plus difficile ce qui me va bien à ce moment où je fait partie d'un petit groupe.

Col du Failly : 0h57 pour 6,3km / 427m D+ cumulé

Arrivé au col, je descends ensuite par un premier chemin caillouteux bien pentu où je lache mon petit groupe, le travail en descente paie. La suite s'effectue par du chemin forestier plus large et moins difficile.
Je rejoins un autre petit groupe de 3 coureurs et je les suis pour descendre ainsi au fond d'une petite vallée. Je trouve la descente agréable car je suis bien calé derrière sur un bon rythme. On longe un ruisseau sur quelques centaines de mètres. Passage très tranquille mais assez humide où une concurrente se tord la cheville : rien de grave, elle peut repartir
Au 10ème kilomètre, on débute la remontée, direction Saint-Cyr le Chatoux. Je ressors petit à petit du sous-bois et le soleil commence à bien taper, l'herbe est assez haute et gène avec les bâtons.
On finit par une bonne côte dans le bois. Je me souviens de la fois où je suis passé ici cet hiver et où il fallait enjamber tous les troncs des arbres qui étaient tombés suite à une tempête. La suite est plus facile dans un chemin pour rejoindre le 1er ravito au 12ème km où je me recharge en eau gazeuse.
On bascule pour descendre en bas de Saint Cyr le Chatoux que l'on rejoint par une montée sur route bien sévère jusqu'à l'église (alt. 648m).

Saint-Cyr le Chatoux, 1h56 pour 13 km / 741mD+ cumulé

Depuis Saint-Cyr, on peut profiter de la vue avant de rentrer dans la forêt de la Cantinière. On redescends où nous attends une bonne côte sur 2km environ et 250m de D+ qui me fait un peu mal.
C'est la partie que je trouve la plus difficile et je suis bien heureux d'arriver en haut à 780m. La descente qui suit sur 3km est difficile pour moi où j'ai du mal à relancer : pas de douleurs mais jambes "lourdes". Cela va se confirmer pour la suite malheureusement.
A la fin de cette descente, on atteint une route aussi bien connue des cyclistes, la D116 qui relie Chambost-Allieres à la Saule d'Oingt.

La Cantinière, 3h10 pour 21km / 1050m D+ cumulé

Second ravito après avoir traversé la route. Celui-ci je m'y arrête 5 minutes pour recharger en eau et souffler un peu.
On part dans une descente sur 2km où je sens que je vais beaucoup moins vite, me faisant dépasser par quelques  coureurs et je fais la montée qui suit un peu dans ma bulle, me concentrant uniquement sur mon rythme.
Cette boucle nous ramène finalement pas loin de La Cantinère, au col du Joncin (alt. 660m) situé sur la même départementale.

Col du Joncin, 4h19 pour 27,3km / 1328m D+ cumulé

Je suis bien heureux d'être ici, un petit ravito d'eau ajouté me fait du bien.
Un chemin longe ensuite la départementale jusqu'au Col du Chatoux et je n'arrive pas à me motiver assez pour courir dans cette partie. Au bout, un bénévole me dit que le ravito est vers la fontaine. Je connais bien le chemin qui va nous y mener et il est particulièrement difficile : cailloux et pente entre 15 et 22%. Il est assez court et j'ai la chance de ne pas être seul pour suivre le rythme d'un autre.
Le tracé nous fait monter au plus haut en passant devant la fontaine des Anes d'où ce trail tient son nom. C'est assez petit et c'est facile de la louper. Le dernier (gros) ravito est en face.
Comme il reste 6km et principalement de la descente, je ne m'arrête que quelques secondes.
Quand ma montre affiche 790m d'altitude, je sais que maintenant, cela sera de la descente tout du long, parfois difficile. J'ai au sommet une vue magnifique à 360%, on est au Crêt Lacrampe (cela ne s'invente pas).

Crêt Lacrampe, 4h58 pour 30,4km / 1522m D+ cumulé

J'essaie de me lancer dans la descente mais j'ai vraiment du mal et ce qui devait être agréable et ludique se transforme rapidement en "je regarde ma montre pour voir les mètres défiler".
J'aurai bien aimé la faire un peu plus vite mais de toute façon, cela ne changera pas grand chose au temps final. Je profite d'un dernier petit ravito d'eau ajouté au 32ème km.
On voit ensuite le clocher de Rivolet et je commence d'entrendre la sono. Une dernière descente par un petit chemin rectiligne et j'arrive au bout du village. J'accélère dans les derniers mètres comme quoi, il y a sans doute un peu d'effet psychologique dans mes jambes "lourdes".

Rivolet - Arrivée, 5h40 pour 36km / 1522m D+ cumulé

205ème sur 222 arrivants.
Je pensais plutôt être vers 5h et si j'avais trouvé un peu plus de ressources dans les descentes, c'était faisable.

Cela reste une belle balade dans le Beaujolais :)

Voilà, j'espère que ce récit vous aura donné envie de venir voir cela de plus près l'année prochaine.
L'organisation et les bénévoles sont top. Le tracé est très sympa et peut faire autant plaisir aux confirmés qu'aux débutants à mon avis.

Note: le denivelé, les distances et les altitudes ont été relevés sur ma montre Garmin.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran