Récit de la course : Trail du Revermont - La cascade - 10 km 2006, par NoNo l'esc@rgot

L'auteur : NoNo l'esc@rgot

La course : Trail du Revermont - La cascade - 10 km

Date : 24/9/2006

Lieu : Ceyzeriat (Ain)

Affichage : 2441 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

To trail or not to trail ?

Depuis vendredi, je guette le moindre bulletin météo. Le trail d'aujourd'hui emprunte des chemins en terre et patauger dans la boue ne m'enchante guère. Pas que je sois délicate, non, mais je redoute les glissades… Mais, nous sommes chanceux, à peine quelques gouttes samedi soir et ce matin, pas de quoi détremper le terrain. Je me lève donc avec le sourire, je vais enfin faire ce trail de "la Cascade", 10 km pour 290 m de dénivelé positif, dont les 200 premiers s'étalent sur les 3, 4 premiers km… Mouais… Ca va grimper, et pas qu'un peu. Je sais que mon niveau est un peu juste pour y participer, mais, j'ai déjà fait le parcours la semaine dernière en entraînement, et je sais que les côtes sont de vrais murs… Mais, le parcours est si beau, et je me dis que je dois le prendre comme une balade. Et me voilà inscrite, mon dossard épinglé au maillot. C'est drôle, je commence à croiser un peu toujours les mêmes têtes sur les courses maintenant. "Tiens ! Salut !" je sais même pas son prénom… pareil 100 m plus loin… "Tiens, t'es là ?!" … On est pas moins de 450 aujourd'hui, je serai donc sur le 10km avec Christelle et Nadège. Franck, Thierry et un collègue seront sur le 21km, 680 m de dénivelé, aaaahhhhh la la ! Les fous !!!Patate (alias Pascale) s'est inscrite sur la marche des 21 km, lâcheuse…

Pascale & Sandrine

Départ de la marche

Marie-Agnès, Christelle & les enfants

Profile du parcours (je n'ai pas su refaire le tracé, les femmes et le sens de l'orientation...!)

Allez, reste 30 mn pour s'échauffer un peu, car le parcours démarre en faux plat dés le 1° km, et je voudrais pas être carbonisée au 1° km, quand même ! Quelques petites séances d'étirement et des tours de terrain feront l'affaire. Je me sens bien, le temps est favorable, toujours pas de pluie et pas de soleil, l'idéal, quoi ! 10h10, on nous appelle pour le départ commun au 10 km et au 21 km. Avec un peu de chance, je ne serai pas toute seule dés le départ, va bien y'avoir quelques coureurs du 20 qui vont partir pépère… ? Tiens, Annie, partenaire du marathon de Viriat par équipe, est là, elle fait le 21. A peine le temps de se parler... Allez ! c'est parti, on se souhaite "bonne route" et, chacun pour soi ! Je pars très cool - Christelle a insisté, comme si je m'entraînais, car sinon, je ne monterai jamais. Et je ne suis pas la seule, devant, derrière, ça trottine. Evidemment, le groupe de tête est déjà bien loin, parti comme une fusée, moi je suis dans le dernier wagon, en habituée… Je sais que je vais marcher, je me suis fait une raison depuis le début. Et quand la première côte un peu raide arrive, je ne cherche même pas à l'attaquer en trottinant, d'ailleurs, mon voisin, qui lui trottine, ne va pas plus vite que moi en marche active. Je cours sur les petites portions pas trop pentues, jusqu'à ce qu'on attaque le plat de résistance :"The côte" !

(*)

L'image est trompeuse : ça monte vraiment !!! Eh oui, mais j'étais prévenue ! Celle-ci, y'a pas grand monde qui la fait en courant, ni même en trottant d'ailleurs. C'est la "côte qui tue", que même en marchant, t'es au bord de l'épuisement !!! J'essaie de marcher activement encore car j'ai déjà perdu beaucoup de temps dans les autres petites côtes, mais, c'est dur… très dur. Pu…mais qu'est-ce que je suis venue faire dans cette galère !je sais que je suis pas au niveau… Aaaahhhh…. Elle doit faire pas loin d'un kilo cette montée… et ça dure, et ça dure… et c'est dur, et c'est dur ! Mes mollets se rappellent à mon bon souvenir, aïe-aïe-aïe… J'ai des envies d'abandonner, c'est trop dur, pourtant je sais qu'une fois passé ce mur, c'est quasi que de la descente, mais… Pu… mais qu'est-ce que je suis venue faire dans cette galère !Je sais que je suis pas au niveau…Qu'est-ce que je peux râler aujourd'hui, je déteste… Mais où il est ce sommet ? J'comprends pas, ça devrait être bientôt… Et si j'allais plutôt ramasser des champignons, des petites tromp... NON ! Pu… mais qu'est-ce que je suis venue faire dans cette galère !Je sais que je suis pas au niveau…J'aurais du faire la marche, éh oui… J'aurais du écouter Patate… J'attends tellement la fin de cette côte que j'en oublie de profiter du paysage… Aaargggh ! Il est pourtant beau ce parcours…

(*)

Pu…(etc…)Vous saviez que je suis pas au niveau ? ah, oui ?… Ah ! J'aperçois 2 signaleurs… Ca y est, on y est, on y est ! Enfiiiiiiin ! Je sais, qu'après, c'est que de la descente, presque… Et dire que sur la gauche, c'est la route pour les 21 km, encore 300 m de D+…. Hop la ! je me trompe pas,je vire à droite toute ! Et je retrouve le moral petit à petit. Je redescends, prudemment, car le chemin est pierreux et je me remets doucement de la montée, il faut reprendre le rythme. Je me suis fait décrocher durant l'ascension. Par moment j'aperçois un T-shirt loin devant. Je vais essayer de recoller. Je vais de mieux en mieux, le chemin pierreux se transforme en sentier de terre et un peu moins pentu. Il faut que je recolle… J'oublie la beauté du paysage, je regarde où je mets les pieds, je voudrais pas finir sur une patte, ou, ne pas finir du tout ! Je double quelques marcheurs qui sont obligés de s'écarter pour nous laisser passer et j'ai droit à quelques encouragements. Le T-shirt derrière les buissons se rapproche. Allez, Christelle a dit d'allonger la foulée dans la descente. Je fais gaffe quand même, je suis pas très bonne descendeuse. Pas bonne dans les montées, mauvaise descendeuse… Eh ben, c'est pas gagné !!!Yessssss ! Les voilà ! 3 féminines en retard. J'accroche le wagon, ça serait bien de ne pas finir toute seule comme d'hab ! Elles me proposent gentiment de se pousser pour que je les double. "Bah… merci, je vais rester derrière, pô grave…" 'Savent pas que je suis au taquet, là…! Trop contente de leur emboîter le pas !!! On entame la descente la plus difficile. Là, plus question d'allonger, faudrait plutôt retenir un peu les chevaux pour pas passer le c.. par dessus tête ! C'est à cet endroit que je me rends compte du "pourquoi mettre des runnings de trail ?" ! La vache, les pierres roulent sous les pieds, je manque plusieurs fois de me vautrer, et pourtant je ne vais pas vite. Et m… je prends un point du côté droit, à chaque foulée, j'ai un mal de chien…Manquait plus que ça, j'essaie de respirer à fond, pas moyen, et ça empire… Je marche sur 100 m, la douleur se calme un peu et je reprends à trottiner car la pente est moins raide. C'est mieux, je sens que ça va passer, en plus on arrive sur le petit pont de pierre, on sera de nouveau sur le plat dans pas longtemps.

(*)

On traverse la Nationale et il faut maintenant redescendre jusqu'à la fameuse cascade. Je jette un œil à mon chrono, 58 mn, mais incapable de me dire si c'est bien ou pas… Je colle toujours les 3 dossards devant moi, on continue à descendre. Je ne suis pas à la rue, enfin, je suis pas non plus de toute fraîcheur, mais ça va, je gère bien… ça me change !On est maintenant au point le plus bas, la cascade, ou du moins ce qu'il en reste, car l'eau coule à peine…

(*)

Il va maintenant falloir remonter : 80 marches pour rejoindre le chemin…

(*)

Ffffff… et de 10… Ffffff… encore 10 … Je suis obligée de me tirer avec les bras sur la rambarde… Fffffff… Qui est le tordu qui a pondu ce parcours ?… Ffffff… encore 10… Ma voisine fait une pose de 10 secondes, je reste avec elle… Ben oui, je ne vais quand même pas l'abandonner… dans cette nature hostile… à la merci d'un éventuel pervers… ou des loups… ou je ne sais quoi encore… Hein ? J'en peux plus non plus ? Non, non…!On repart ? Déjà ? Bon… Dans le genre "casse-patte" y'a pas pire, c'est une horreur, ces marches… Mais si, le pire est à venir : une fois en haut, reprendre la course est un vrai combat. La tête veut bien, mais pas les jambes ! Il faudra bien plusieurs centaines de mètres pour relancer la machine. Mais, Dieu merci, elle repart ! Ma collègue d'escaliers et moi, on s'est un peu fait distancer du coup. Ne traînons pas, je sais que l'arrivée est toute proche, il faut s'arracher un peu… un 'tit peu ! Le rond point, une ligne droite et à gauche dans le stade. Ca descend léger, j'allonge un peu la foulée. "Allez maman !" Oh ! ma fille, Camille, est là. Je recolle les 2 dossards de tout à l'heure pour la forme, preuve que je ne suis pas si carbonisée que ça, même si j'ai hâte d'en finir ! Et voilà ! je passe sous l'arche en 1h15 et quelques. Compte tenu du dénivelé, je ne suis pas si mécontente(même si, secrètement, je visais plus 1h10… ). Il faut savoir être raisonnable ! Surtout que…je sais que je suis pas au niveau…!!! Le temps de se doucher et on assiste à l'arrivée de nos 3 courageux sur le 21.

Franck

Le repas des cavets est offert à chaque coureur. Philippe et les enfants se sont aussi inscrits pour le repas. C'est donc en dégustant saucisson au vin et pommes de terre qu'on assiste à la remise des prix. On repart, sous la pluie, qui a attendu que tout soit fini pour arriver !!! Bonne idée !

Merci de m'avoir lue, et bon run.

(les photos avec un (*) sont celles du repèrage du 16/09)

8 commentaires

Commentaire de béné38 posté le 24-09-2006 à 22:13:00

Bravo Nono !!
j'ai souri en lisant ton récit, je suis sûre que tu feras de même en lisant le mien... on a eu un peu les mêmes sentiments chacune sur notre course. C'est bien de ne pas avoir abandonner et d'avoir recoller aussi !
Et voilà, yapluka recommencer !!
Récupères bien.
Bizatoi
Béné

Commentaire de l'ourson posté le 25-09-2006 à 14:33:00

Bravo Nono l'Escargot !!

Je vois que tu en as bavé... Félicitations pour avoir tenu jusqu'au bout sur un tel parcours !

L'Ourson_bonne_récup_tente_le_21_l'an_prochain;-)

Commentaire de espace_marathon88 posté le 25-09-2006 à 21:35:00

Les premiers trails sont toujours difficile et meme en ayant bien souffert la premiere fois ont fini toujours par en refaire et au fil du temps on choisi des parcours de plus en plus long.

Car finalement, il n'y a rien de plus beaux qu'une course en pleine nature. Fini le regard sur le chrono, oublier les kilometres et ne penser plus qu'au paysage et au plaisir de finir la course.

Bonne recuperation et longue histoire dans le monde des trails...

Commentaire de totote01 posté le 27-09-2006 à 08:46:00

AHHHH !!!! on prend toujours autant de plaisir à lire tes CR, même si on souffre avec toi...on va jusqu'au bout!!
super ton chrono avec le dénivellé!

Commentaire de taz28 posté le 27-09-2006 à 16:38:00

Toujours un régal tes récits Nono...J'ai enfin pris le temps de te lire, et je ne regrette pas !!
Je "connaissais" la Nono joyeuse...Voici la Nono râleuse !!! :-) mais tu as su dompter tes faiblesses, tu peux être fière de toi !
Bisous

Commentaire de raideur69 posté le 30-09-2006 à 02:37:00

Encore bravo!!!!!NoNo tu souffres mais tu te déglonfles pas(tiens sa me rappel l'air d'une chanson,pour ceux qui connaissent)tu vois que c'est tout dans la tête....aller NoNo à quant ton 1er ultra,attaque!!!!!!! j'attends avec impatience tes CR(trop bon/beau)et je ne suis pas le seul je crois, tu a des fans........une star est née A bientôt au 9 clochers

Commentaire de aie mac posté le 01-10-2006 à 12:09:00

bravo pour ta course et ton CR
et si tu penses être au niveau do, dis-toi que tu vas monter dans la gamme ;-)
@++ sur les chemins (jogiles?)
marc

Commentaire de CLG posté le 19-10-2006 à 15:16:00

BRAVO ! Je comprends et je sais ce que tu veux dire par "mais qu'est ce que je fou dans cette galère ??", je me pose souvent la question en période de galère (en course) mais l'arrivée, après avoir subit tout ça, en vaut le coup ! BRAVO pour le chrono ! bon, va falloir que je fasse mieux moi aussi dimanche prochain en 10 km !!
Bon courage !
CLG - qui post du boulot :) :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran