Récit de la course : La Ronde du Furon - 12 km 2006, par béné38

L'auteur : béné38

La course : La Ronde du Furon - 12 km

Date : 24/9/2006

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 1444 vues

Distance : 12km

Matos : cardio frequence mètre Polar S120.

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ronde du Furon 2006 – dimanche 24 septembre 2006

Cette ronde du Furon je la connais comme ma poche ! c’est mon parcours d’entraînement, de ballade, de promenade avec le chien… bref je sais comment la gérer en course, du moins je crois savoir.

Ca fait quelques mois que j’essaye de m’entraîner régulièrement pour améliorer mon temps d’il y a 2 ans, j’avais mis 1h18. J’ai essayé d’alterner fractionné court, sortie endurance, et parcours en lui-même, plus quelques séances de VTT pratique (faire une partie du chemin pour aller au boulot en VTT). Bon, cette semaine j’étais un peu plus orientée organisation, faisant partie des bénévoles organisateurs, alors entre courses pour le ravito, promotion et préparation des récompenses, des radios, du balisage… je n’ai pas eu trop le temps de peaufiner mes entraînements. Mais peu importe, j’ai envie de courir, et mes filles aussi vont courir, c’est pour la bonne cause…et puis au départ je retrouve Samontetro, Cyril21, les autres kikoureurs… Connaît pas ! ! (brl38 par ex)et pleins de copains et copines.

Le temps n’est pas super ensoleillé, menaçant même, il y a eu beaucoup de vent cette nuit et il y en a encore mais c’est un vent du sud, et il fait chaud (18° ce matin à 8h).

Sans vraiment l’avouer je m’étais fixer pour objectif les 1h15.
Je me lance donc au milieu des autres coureurs à 10h30 et quelques, je n’ai même pas vraiment entendu le départ, pas grave, je déclenche mon chrono on verra bien. J’ai décidé de partir vite car je sais que ça descend très rapidement après le départ et je gérerai après. Je me sens bien, pas eu le temps de me mettre la pression, juste de quoi m’échauffer un peu. Samontetro me double en deux enjambées .

Anne Floriet la championne olympique handisport de ski de fond et biathlon est parmi nous, quel courage, mais elle assure Anne, ce n’est pas sa première participation. Et puis elle est marraine de cette Virade sur le plateau du Vercors, elle voulait vraiment courir.

Le parcours commence par quelques mètres de goudron, et puis 1er virage à gauche et nous prenons un petit chemin en descente. Petit le chemin, nous sommes 160 inscrits sur ce parcours, et là il faut gérer la descente au coude à coude. Moi la descente c’est mon truc. Que ce soit en vélo ou en ski, j’adore la sensation de vitesse en descente. Alors j’attaque tout de suite, je ne suis pas venue là pour rigoler… et hop ! 4 coureurs doublés jusqu’au bas du chemin.

Et puis les escaliers, argggg…. Les escaliers, je n’ai jamais compté les marches, parce que je suis toujours passée sur le tout petit sentier à côté. Ca monte raide, alors petit braquet, on mouline…ça passe tout seul j’arrive en haut pas trop mal, je remonte les bras souffle un coup, regarde au loin, et j’allonge ma foulée… tiens Samontetro est encore dans mon champs de vision avec son tee-shirt jaune fluo (à défaut de casquette on se repère comme on peut !) re-petit morceau de goudron, juste de quoi traverser la route et on reprend un chemin hyper roulant, en légère descente. Je maintiens mon rythme comme à l’entraînement, et j’essaye de me trouver un coureur à doubler ou au moins à garder à distance…

Le chemin remonte un peu jusqu’à la grange verte où on prend à gauche pour aborder du plat sur environs 100 mètres, et là re-descente bien technique, avec des pierres et des ornières, comme je les aime… chouette, je mets la gomme et me maintiens dans un groupe… puis arrive la première petite bosse, celle-là je l’avale sans m’arrêter à un rythme lent, et j’entends souffler dans mon dos, un souffle qui se rapproche, pour finalement arriver à ma hauteur et me double… damned ! c’est un couple que je connais bien, elle, elle a l’air facile, lui par contre il a du mal…je le redouble, non mais ! elle je la prends en ligne de mire, bon, je sais qu’elle fait du VTT mais je ne savais pas qu’elle courrait ! ! ! Faut pas qu’elle me distance, ah non je ne vais pas me laisser faire… bon, elle fait aussi du ski de fond, mais quand même ! ! moi je cours, je fais un peu de VTT, je suis plus jeune qu’elle ! ! ! et puis je connais le parcours. Je vais la suivre, et dans la descente je me la mange ! Nous entrons dans la forêt du Bec de l’Aigle mon cardio est à 180.

Oui mais ça monte encore ! ! ! elle marche ! ! punaise là je me la fais ! !! je tiens, je cours, enfin… je trottine, pas plus vite qu’elle d’ailleurs, je cherche dans ma p’tite tête les ressources qui vont me motiver pour tenir, et je tiens… oui mais elle est repartie pile en haut de la bosse ! ! ! Pffff ! ! ! sur la petite partie de plat je mange une pâte de fruit, étant sujette à des hypo, mon petit déj est déjà loin (eh oui c’est que je me suis levée tôt moi, j’ai déplacé des barrières, accueilli les premiers concurrents, j’ai brassé ce matin…), cette petite sucrerie est la bienvenue… je boirai un verre au ravito… je sais qu’on va attaquer une bosse costaude mais faisable, je l’ai déjà faite sans marcher ! ! juste avant le virage j’aperçois mon mari qui est signaleur, « aller, Laurence est juste devant toi, tu peux la rattraper », euh oui, mais là c’est pas mon objectif du moment. Finalement je fais la montée en marchant vite, en appuyant sur les cuisses, en faisant des petites enjambées, comme je l’ai lu dans vos récits… O merci amis kikoureurs de m’avoir fait partager votre expérience ! ! ! en haut de cette bosse à travers bois où nous avons croisé quelques ramasseurs de champignons, j’arrive à repartir sans trop de mal.

Et nous voici sur le ravitaillement basé à la Croix Lichou. Je m’arrête boire un verre. La nana qui était devant moi, en boit 2 ou 3, puis mange et attend son mari…. J’y vais, je fonce, c’est l’occase où jamais (pas très sport peut-être mais ça me donne la pêche). La petite descente dans la prairie avant de traverser la forêt qui va nous mener à Plaine vie offre un sol très amortissant, je suis à fond, coup d’œil au cardio, toujours 180, on n'est pas à mi-parcours, oui mais ça descend, un peu de plat histoire de souffler, et ça redescend encore dans la prairie d’abord, et puis en sous-bois ensuite, des pierres, des racines, des cailloux, des racines, de la boue… tout ce que j’aime, je mets les gaz, elle doit être loin derrière moi…, je vole, je suis bien, je m’éclate, en bas de la Chenevarie je prends à droite et je sais que ça remonte sur la grange verte, hop hop hop, faciiiile la montée, les bénévoles m’encouragent, Eric que je connais bien me dit « aller c’est bon ».

Juste le temps de souffler…. La revoilà…. Là derrière moi…elle me redouble… merde alors, elle était juste derrière moi ! moi qui croyais avoir de l’avance ! ou alors elle a accéléré pour me rattraper… Sur la portion que nous avions faite à l’aller et qui nous mène au retour jusqu’à la ferme des Drevets, je vais rester juste derrière elle. Une pluie fine commence à tomber, et ça refroidit bien…

A la ferme nous prenons à gauche direction les Jailleux sur un petit kilomètre de goudron plat (ou à peine montant). Comme elle marche à nouveau, je me dis qu’elle a dû vraiment beaucoup donner pour me reprendre et que c’est le moment de la repasser. Je maintiens mon rythme comme je peux, je pense à ces enfants atteints de mucoviscidose et je me dis que je n’ai pas le droit de me plaindre, que je peux avancer encore un peu plus vite, et arrivée à sa hauteur, nous échangeons quelques mots puis elle repart avec moi et nous continuons ainsi jusqu’à la route de St Nizier que nous traversons en trottinant, puis nous prenons à droite le petit pont au-dessus du Furon, et après la dernière maison de l’impasse du Furon, nous attaquons une montée hyper raide. Elle marque un temps d’arrêt face à cette pente vraiment très impressionnante, tandis que moi je sais déjà à quoi m’attendre.

Nous attaquons la montée en marchant, c’est impossible de courir après tant d’effort, nous marchons elle devant, moi derrière. Il y a une bifurcation, puis un sentier de pays qui nous mène dans une prairie à travers un sous-bois. J’essaye de relancer, mais les jambes ne répondent plus. Elle, elle est repartie en trottinant. Deux lacets nous guident jusqu’au bas de la prairie, puis il faut remonter à gauche direction l’école de cascade de glace sur le sentier du patrimoine.

J’arrive à relancer un peu mais pas longtemps car nous attaquons encore une bosse en sous-bois à nouveau, puis c’est la dernière grosse bosse à la sortie du sous-bois. Je relève le nez et vois le groupe dans lequel j’étais, là juste devant moi….. ils marchent tous… Alors je marche aussi, je sais que c’est la dernière côte, après c’est pour moi, après ça descend facile jusqu’à la route. Je regarde mon cardio attentivement : 180, 1h05 de course. Je peux atteindre mon objectif mais faut pas traîner. Je me jette dans cette descente avec l’espoir de pouvoir enfin reprendre cette concurrente, m’arrête 10 secondes au ravito pour avaler ½ verre d’eau, elle a fait pareil, elle est toujours devant même dans la descente du Peuil. Nous arrivons au carrefour du Peuil et terminerons sur le bitume le dernier kilomètre.

J’arrive au chemin du milieu et aperçois encore Christophe mon mari qui m’encourage, dans la dernière petite descente j’essaye d’allonger et de relâcher aussi, mais rien, le compteur est bloqué, les premières féminines terminent leur récup lorsque j’attaque l’allée des Peupliers. Tiens un faux plat montant ! Je ne m’en souvenais plus de celui-là ! 1h10 de course, je peux toujours… Elle prend de la distance et est maintenant 5 mètres devant moi, j’aperçois Samontetro qui part à la rencontre de sa femme et m’encourage « aller Béné c’est fini », elle est 10 mètres devant moi. Qu’est-ce que je fous bon sang, je ralentis ou c’est elle qui sprint ? Je prends à droite et remonte l’avenue Léopold Fabre quand j’aperçois mes filles au loin qui crient à plein poumons « allez maman, allez maman », même leurs camarades sont là et m’encouragent. Ma petite Clarisse a les yeux qui pétillent de fierté, je ne dois pas la décevoir, et dans un dernier élan j’accélère pour passer la ligne en 1h13’57.

Je suis cuite de chez cuite, mais tellement heureuse. Je vais voir Cathy, celle que j’ai gardée toute la course en ligne de mire. Nous nous embrassons et nous félicitons mutuellement. Notre compèt l’une contre l’autre nous a motivées. Elle a terminé en 1h13’36. Ma fille accourt, « maman tu es 31ème féminine et moi 29ème au scratch ! ! »m’annonce-t-elle fièrement. Moi aussi je suis fière d’elle. Ma grande aussi a fait un temps tout à fait correct elle est 5ème de sa catégorie en 8’54’’03 (elle a fait le 2 km). Tout le monde est donc content de sa journée…

Mon analyse après course : c’est la première fois que j’arrive à me motiver mentalement pour atteindre mon but. C’est quelque chose de nouveau pour moi, parce que jusqu’à présent je me contentais de me dire que je n’y arriverai pas. C’est la première fois aussi que je n’ai pas de point de côté malgré les changements de rythme, le mental y est, le souffle aussi, ce sont les jambes qui ne suivent plus. J’ai donc quelque chose à travailler de ce côté. Je suis contente de moi et de ma course, j’ai passé une super journée, mon mari est fier de nous aussi. Nous sommes tous épuisés mais heureux !

Je n’ai pas de photos du parcours à vous proposer pour l'instant, mais comme je vais le refaire pour vérifier le dé balisage prochainement, et que je vais aussi avoir un petit appareil photo numérique, je ferais des photos que je mettrai après-coup sur mon récit.

Merci de m’avoir lu jusque là, maintenant j’attends vos commentaires.

Bénédicte
PS : Cyril21 a fait un podium !

3 commentaires

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 24-09-2006 à 22:30:00

Va Va Voum, Béné !
Ben dis-donc, t'avais la pêche !
Génial ! Bravo pour ton parcours,
ta motivation, et ton temps !
Ca ne rigole plus ...
Noëlle_toujours_loin_derrière !

Commentaire de samontetro posté le 25-09-2006 à 11:00:00

Bravo Bene! Quelle course et quel récit!
Quand je t'ai appercue dans la dernière ligne droite j'ai vu toute ta concentration et ta volonté de donner ton maximum sur ce parcours.
Maintenant il faut te trouver une chronométreuse supléante pour le mois de juin 2007 ;-)!

Commentaire de le_kéké posté le 27-09-2006 à 17:26:00

Bravo Béné pour ce CR, quelle volonté, ça fait plaisir à lire.
L'année prochaine j'essaierais de venir à cette ronde (on pourrait pas rajouter qq kms ??)
On se voit de toutes les façons à l'orientalpin pour tes premiers pas dans le raid (vivement le CR :-)
A+ Philippe

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran