Récit de la course : L'Albacorne 2017, par Albacor38

L'auteur : Albacor38

La course : L'Albacorne

Date : 25/5/2017

Lieu : St Ismier (Isère)

Affichage : 772 vues

Distance : 40km

Objectif : Pas d'objectif

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Time to fly



Ma première traversée des hauts plateaux de Chartreuse en 2015 avec le Kéké et Peno est restée gravée comme l'une de mes plus belles expériences de trail.


Ca faisait du coup un moment que l'envie me tenaillait de rééditer cette sortie et c'est au final Corne de Chamois qui va m'en donner l'occasion en me faisant remarquer que, l'un comme l'autre, habitons au pied de la Chartreuse respectivement sur les côteaux Isérois et Savoyards de notre cher massif... Ainsi est née l'Albacorne...


Si l'idée originelle était de relier Saint Ismier (Albaland) à Cognin (Réserve du Chamois le plus imbuvable .... heu... sauvage .... des Alpes Françaises) nous avons un tout petit peu adapté le parcours pour rester dans un format accessible à tous : Nous relierons donc Lumbin à Montagnole via Saint Hilaire du Touvet pour les moins friands de D+




Au final c'est tout de même un menu complet composé de 40 kilomètres et 3200D+ qui est au programme. La trace est calée sur nos expériences passées pour la partie jusqu'au col du Granier et un peu au doigt mouillé pour la fin de parcours.





Au petit matin du 25 Mai par une journée littéralement estivale nous voici donc partis CampdeDrôles, Le kéké, Peno et moi-même à l'assaut du Pal de Fer (remember Grand Duc 2016) dans une bonne humeur contagieuse. Le kéké, malin comme un vieux singe, se laisse intelligemment décrocher laissant le soin à l'Allevardin de tracer un passage au milieu des rideaux de pyrales du buis. Cette montée, pas si difficile, qui longe pour partie la voie du funiculaire est magique et réveille en douceur le cardio histoire d'arriver chauds comme la braise à Saint Hilaire.



Sur place on retrouve La Corne, qui a passé la nuit sur place pour s'acclimater à l'altitude ainsi que Bipbip et le Manak. Et c'est parti pour l'un des morceaux de bravoure de la journée avec le Pas de Rocheplane (remember Grand Duc 2016 - bis -) qui au sortir de la forêt emprunte un passage improbable et aérien à souhait, dré dans la falaise, et qui nous mène à 1915m d'altitude.


Et paf un KM vertical !




Surprise 2KM seulement après le départ et malgré un départ en fanfare (qui a dit un départ de fanfaron ?) voilà la Corne qui semble dans le dur... encore 500m plus loin (ou 500m plus haut au choix) le garçon est juste à l'agonie. Il a la couleur et l'odeur d'un sachet de spiruline (c'est dire comme il pue) et se fait même fumeZ par Renée et Georges du club de gymnastique volontaire du Touvet qui ne manquent pas de lui mettre la main au cul en le passant à l'approche du sommet.




J'ai beau lui dire que Bubulle et Vik lui adressent leurs plus chaleureux encouragements et lui proposer une rasade de Genepi : rien n'y fait, le bougre ne veut plus / ne peux plus avancer. Je préférerais pourtant le voir poursuivre jusqu'au chalet de l'Aulp et redescendre sur le Col de Marcieu par sécurité mais il préfère redescendre par Rocheplane ce qui n'est pas pour me rassurer au vu de son état de décomposition avancée.




Nous poursuivons donc sans lui notre périple : RIP la Corne...




Le passage par les crêtes (au final nous ne redescendrons pas à la Cabane de Bellefond) commence par un de ces choix hasardeux dont j'ai le secret, au droit de la falaise, où toute glissade est interdite sauf à vouloir rencontrer précipitamment Saint Pierre. Et voilà qu'après la Corne nous sommes à 2 doigts de perdre le Kéké d'un arrêt cardiaque. Ca commence fort pour notre petit groupe qui est désormais scindé en 2.




Au col de Bellefond tout de même  tout le monde se retrouve et l'on y croise, et c'est juste incroyable-en-fait-quand-on-y-pense-dis-donc, un Jo-la-fougasse  en mode randonneur à l'assaut des lances de Malissard ! (Drôle de façon de soigner une fracture de fatigue mon Jo' ).


Pour fêter ça ni une ni deux Bipbip fait péter le saucisson.


Et là une évidence : Le bonheur c'est de partager du sauciflard à 1900m d'altitude avec face à soi le Vallon de l'Aulp encore partiellement enneigé et quelques potes pour vivre ça...




Nous laissons Jo' à la contemplation et nous nous précipitons vers la bergerie de l'Aulp faire le plein d'eau. Là encore c'est beau à mourir. L'eau fraiche est un nectar.




Pour fêter ça ni une ni deux Bipbip fait péter le saucisson.


La ballade se poursuit dans la forêt du seuil, puis voilà le domaine de l'Alpette. Le bruit de mon paquet de Pringles (!!!) dans le sac  devient insupportable et nous rappelle que l'heure du casse-croûte approche.


Mes camarades qui ne supportent plus le "jgling- jgling" que fait le paquet à chaque foulée me maintiennent à bonne distance à coup de jets de pierres.




Nous choisissons tout de même de passer la difficulté du pas de l'Echelle avant de nous poser (de prendre racine diront certains) au chalet de l'Alpes.




Pour fêter ça ni une ni deux Bipbip fait péter le saucisson (enfin ce qu'il en reste du coup) et le ravito express se transforme en buffet campagnard.




Le génépi du Faizan et la Chartreuse sortent des sacs histoire de prouver que y'a quand même du haut niveau à table.




Pas facile alors de repartir quand le pli naturel est de faire la sieste. Après quelques centaines de mètres tout de même tout va mieux et c'est le Manak qui le premier reprend le mode course. Allez hue...




A l'Alpette arrêt obligé à la fontaine qui ne coule vraiment pas fort pour un mois de Mai. On rempli tout ce qui peut l'être car après, d'expérience, c'est le désert de Gobi. D'ailleurs au pas des Barres, merveilleusement aérien mais plein sud sur la falaise, la chaleur nous saisit. Peno a un petit coup de moins bien. Il reste de ci de là de la neige dans les trous. S'en couvrir le visage est un pur bonheur et le coup de fouet est immédiat.

 

 

 


A proximité de la Croix du Granier nos routes se séparent. CampdeDrôles va récupérer son vélo préalablement déposé au col  en vue de quelque escapade boulangère (je suppose) et nous poursuivons jusqu'à Montagnole sans notre bon Thomas.






La Balme à Collomb, qui permet de rejoindre le versant nord du Granier par une cavité dans la roche (une grotte quoi...), est une nouvelle claque magistrale par sa beauté. La Chartreuse réserve décidément bien des surprises...




Et pas que des bonnes (encore que...)... Le sentier tracé sur la carte IGN et que j'avais choisi pour rejoindre Tencovaz en évitant les cheminées que je jugeais (à tord ?) trop dangereuses à la descente semble au final n'être tracé que pour les Chamois (nombreux au demeurant).






En fait de sentier il s'agit tout au plus d'une sente que nous perdons parfois nous obligeant à faire les dahus dans un dévers à nous déboîter les hanches. Dans ces conditions dignes de la Barkley nous avançons royalement à ... 1,9 km/h entre glissades, tergiversations, espoirs et circonspection.



(Mes compagnons sont formidables : Pas de crise de nerf, pas de reproche et une bonne humeur préservée tout au long de ces kilomètres de galère, littéralement, à se demander par quel miracle nous allions pouvoir rejoindre Tencovaz : Tout au plus un "ta-trace-elle-est-pourrie-et-de-toute-façon-c'est-de-la-faute-à-la-Corne-je-comprends-mieux-pourquoi-il-s'est-fait-dessus" a pu être murmuré du bout des lèvres...)

 


Sous les cheminées de Tencovaz,  comme une hallucination dans le désert, Peno distingue des silhouettes qui descendent du Granier. Et le voilà parti à se prendre pour Mélanchon en les haranguant d'un : "Hé, les gens, oui vous les gens, dites moi s'il y a un chemin quand il y a une volonté de chemin"... ou un truc comme ça. Forcément les mecs se mettent à courir car comme chacun sait en Savoie ça vote plutôt à droite...


Dans ces conditions le retour sur le haut des pistes de la station du Granier ressemble à une bénédiction. Le moral des troupes a quand même été sérieusement affecté. Le kéké a les joues creusées et la casquette de travers. De loin il ressemble a un abricot sec avec une casquette kikourou et des bâtons Guidetti. Il faut dire qu'il n'a plus d'eau depuis des bornes mais n'en demande pas car chez ces gens là, Monsieur, on ne réclame pas, on déshydrate (et en silence).


Ca cavale sec (et à sec du coup) sur Tencovaz d'où l'on a un point de vue incroyable sur l'éboulement du Mont Granier survenu en Janvier 2016. 50.000 m3 de roche sur le coin de la figure ça à du leur faire drôle aux habitants du hameau...




On quémande de l'eau à des gens du cru qui eux tournent à la vipérine. Bien gentils d'ailleurs même s'ils ont dû nous prendre pour des extra-terrestres.


Reste alors une dernière grosse difficulté. Un bon 500D+ pour atteindre la pointe de la Gorgeat via les Granges de Joigny. Le kéké est carbo mais serre des dents avec la dignité des champions. Peno a repris du poil de la bête et Manak sent tellement l'écurie qu'il fini par partir seul devant. Comme toujours bipbip donne l'impression qu'il vient de faire son footing dominical de 5 bornes. Le passage de la pointe de la lentille marque le début d'une grosse descente. Y'a plus qu'a laisser glisser avec vigilance... Quand tout à coup un "Boooouuuukkkkk" libérateur retentit à l'approche des Meuniers marquant l'arrivée sur le ravito d'arrivée où Emeraldas, Oeil de Panda, la Chenille, le Bouk et un Corne de Chamois manifestement requinqué nous attendent au milieu de profusions de bières fraiches.




Au final pour paraphraser CampdeDrôle une "sortie en bonne compagnie et dans des conditions idéales" et j'ajouterais pour 4 d'entre nous : Une prépa idéale au Grand Duc qui est désormais tout proche...


18 commentaires

Commentaire de __icecool__ posté le 31-05-2017 à 07:30:28

Joli. Ca va envoyer du steak sur le grand duc

Commentaire de Noruas posté le 31-05-2017 à 08:12:30

Jolie balade!
Un peu trop escarpée et exposée à mon goût.
J'espère que vous avez bien souffert de la chaleur!

Commentaire de loiseau posté le 31-05-2017 à 08:24:15

Mais quelle aventure ! C'est quand la prochaine édition ???
A mes souvenirs les cheminées sous la Grotte aux Ours se passent bien, plus faciles que les vires que vous semblez avoir pris après le Pas de Rocheplane...
Saletés de pyrales !!!

Commentaire de Jean-Phi posté le 31-05-2017 à 08:47:42

Superbe !! Voter balade me faisait de l'oeil, c'est juste dommage qu'il n'y ait pas assez de week-ends par mois pour tout faire.
On se voit au Gd Duc !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 31-05-2017 à 10:52:13

En plus d'être beaux vous êtes forts.

Vivement la Barbelongue !!!

Commentaire de richard192 posté le 31-05-2017 à 11:13:49

Je suis jaloux!
Le kéké aurait du prendre sa boussole.
RdV fin juin.

Commentaire de Arclusaz posté le 31-05-2017 à 15:54:46

Quelle bambée et quel CR !!! j'ai bien rigolé, il y a des expressions vraiment bien vues.

Heureusement que Bip-Bip avait son célèbre short Georges Mickaël car je ne l'aurais pas reconnu : il a fondu ! faut qu'il bouffe du gras un peu....

Nous avons décidément la même conception du bonheur : du sauciflard en montagne avec des copains.

Le coin est toujours aussi beau avec une mention spéciale (pas objective !) pour la Balme à Collomb.

Quand je me remettrais au sport, c'est des trucs comme ça que j'aimerais faire....

Commentaire de Arclusaz posté le 31-05-2017 à 20:51:57

et pis quand même faut reconnaitre que la photo des deux frères sur fond de Belledonne est magnifique !!! c'est la maman qui a du être contente.....

Commentaire de bipbip73 posté le 01-06-2017 à 19:48:58

salut cousin,
la maman elle m'a foutu une branlée quand je lui est dit qu'on avait traversé la chartreuse.

Commentaire de le_kéké posté le 31-05-2017 à 16:38:07

Très sympa ce petit tour des hauts plateaux, on ne s'en lasse pas et on découvre toujours des nouveaux chemins. Bonne ambiance, avec une belle équipe on a passé un super journée. Et merci bcp aux organisateurs du ravito d'arrivée, c'était vraiment grandiose !!! Je serais surement là pour la prochaine, c'était trop chouette. (et ce coup ci je prends 3 litres d'eau avant d'attaquer le Granier, car on va quand même pas se faire avoir 3 fois, grrr)

Commentaire de JuCB posté le 31-05-2017 à 18:36:25

Jolie sortie les gars! !!

Commentaire de foxtrot posté le 31-05-2017 à 19:03:12

Franchement envie de participer a la seconde edition , ça m'a l'air grandiose !!

Commentaire de peno38 posté le 31-05-2017 à 20:37:59

Quel CR, bravo et merci Albacor pour l'orga c'était grandiose à refaire dans l'autre sens pour avoir la Corne avec nous plus de 2 km :)
Quel beau tour et une bien belle équipe, j'ai adoré.

Commentaire de Corne de chamois posté le 01-06-2017 à 10:34:00

JOLI COUP LES GARS
PROMIS ON SE LA REFAIT
PROMIS JE NE SERAI PAS MALADE
PROMIS ON EVITE CETTE TRAVERSEE SOUS LES BARRES
RESTE PLUS QU A CHOISIR LA DATE

Commentaire de bipbip73 posté le 01-06-2017 à 19:52:07

une date pour la barbelongue et puis voilà avec barbecue à la maison....st ismier/domessin.YAPLUKA

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 01-06-2017 à 17:23:05

Fantastique cette épopée en Chartreuse! Félicitations au groupe car en autonomie un tel parcours ne doit pas être évident. ça fait envie en tout cas.
Rdv au GD, tous affûtés comme des lames!

Commentaire de Albacor38 posté le 03-06-2017 à 10:23:43

Merci à tous pour vos commentaires sympas :)
A ceux qui étaient du voyage ou à l'arrivée: Heureux d'avoir vécu ça avec vous
On en a de la chance d'habiter là...

Commentaire de campdedrôles posté le 03-06-2017 à 20:50:05

Merci Alba. pour ce récit est ces photos en manière de madeleine dont je me suis délecté aujourd'hui à mon retour à la maison après ma semaine d'exil savoyard.
Toujours un grand plaisir que de courir ce monde perdu/perché des Hauts Plateaux de Chartreuse qu'hélas le Grand Duc ne parcourt désormais plus...
Un petit bonjour aux compagnons de cette journée mémorable et à nouveau merci à la Corne et à toi pour cette initiative...et pour l'invitation !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran