Récit de la course : Trail Authentique du Salagou - 24 km 2017, par Coureur du 34

L'auteur : Coureur du 34

La course : Trail Authentique du Salagou - 24 km

Date : 22/4/2017

Lieu : Clermont L'Herault (Hérault)

Affichage : 215 vues

Distance : 24km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Histoire d'eau au Salagou

4 ans après, je resigne pour les 24 kms du Trail du Salagou. Avec le Lac en toile de fond, cela va de soi que l’histoire de ce trail sera une histoire d’eau.

Il fait encore assez chaud cette année avec un léger air pour nous rafraîchir. Je ne prends pas plus qu’une gourde de 200 ml sur moi, comptant sur les 2 ravitaillos annoncés pour m’hydrater.

Il y a un nombre élevé de participants, entre la rando, le 14 kms et le 24 kms. D’ailleurs, le départ est légèrement retardé à 15h40  pour y faire face.

Petite gaffe des organisateurs : sur la piste que nous empruntons, une barrière n’a pas été relevée quelques centaines de mètres à peine après le départ, faut passer dessous ou par le côté étroit, pas glop pas glop.

Je pars plutôt vite afin d’éviter les bouchons du petit mur en sous-bois après le barrage du Lac, km 3 environ. Mission réussie, j‘y arrive sans subir de ralentissement mais je suis un peu dans le rouge, couleur locale de ce trail.

La longue et large piste qui suit me permet de retrouver un rythme régulier avant de plonger vers le Lac par un sentier agréable puis de longer les rives pour rejoindre le camping des Vailhès et son 1er ravitaillement au km 9 environ.  C’est probablement la section la plus sympa du trail : alternances de petites bosses dans les dunes de ruffe carmin, d’ambiance désertique, de plages cachées et sentes sauvages.

Je m’abreuve abondamment au 1er ravitaillo et repars pour la section la plus septentrionale et exigeante, le tour de la colline du Cébérou, avec de bonnes bosses qui nous amènent au village abandonné de Celles. J’ai siphonné ma gourde, je roule désormais à sec.

Vers le km 13, la 1ère féminine me rattrape, un grand classique. Je coince un peu mais je m’accroche. A l’approche du village d’Octon, la 2nde féminine nous rattrape aussi et dépose la 1ère qui ne l’est plus désormais : vu que la néo-seconde lui emboite le pas, je passe mon tour, l’allure est maintenant trop rapide pour moi.

Nous traversons plusieurs gués mais gai, je ne le suis plus car je commence à avoir sérieusement soif : quand est-ce qu’arrivera le 2nd ravitaillo ?

Traversée de la route au niveau de la Roque (vestige volcanique): toujours pas d’eau ! Nous montons doucement contre la Sure, plein Est. Nous revoyons le Lac et l’arrivée tu trail tout au fond. J’ai vraiment très soif et d’autres trailers comme moi interrogent les bénévoles sur l’existence du 2nd ravitaillement.

A nouveau, nous revoilà en bordure du lac où nous récupérons de nombreux (nombreuses surtout) retardataires du 14 kms. Je suis dans le dur et je vois rouge, comme les terres que nous foulons.

Enfin au km 21, le 2nd ravitaillo se présente tel une oasis dans le Sahara ! J’y refais les niveaux, buvant trop peut-être mais tant pis.

Je peux terminer les 3 derniers kms un tout petit peu mieux, remontant un flot continu de coureurs du 14 kms pour conclure ce Trail du Salagou en 2h11 et quelques poignées de secondes.

 

Le décor du trail est toujours aussi exceptionnel, quel privilège de courir dans ce cadre magnifique du Salagou sur un tracé globalement très roulant et sans difficulté notoire.

Seuls hics à mes yeux : le coup de la barrière baissée et le 2nd ravitaillo tardif.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran