Récit de la course : Madeira Island Ultra Trail - 115 km 2017, par Sylvtrail06

L'auteur : Sylvtrail06

La course : Madeira Island Ultra Trail - 115 km

Date : 22/4/2017

Lieu : Funchal (Portugal)

Affichage : 1797 vues

Distance : 115km

Objectif : Terminer

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

" A l'aventure compagnon "

MIUT

 

 Voici le récit en video pour les fénéant !!! 

https://www.youtube.com/watch?v=dbdtY8ViCaw&t=3s


Date : 22 Avril 2017

Lieu : L'île e de Madère, Portugal

Distance :115 km  7100 D+

 

Objectif : Finisher à 2 en moins de 24h

 
 

"A l'aventure compagnon "

 

L'introduction

Nous y voila ! 1er défis de l'année et pas des moindres, nous sommes qu'en Avril et mon pote Grégoire et moi nous nous envolons pour une semaine sur l'île de Madère .

Avec en ligne de mire son fameux ultra Trail !

 

Après une préparation un peu tirée par les cheveux pour ma part, entre contractures aux mollets à répétitions puis virus 3 semaines avant la course, je me sens comme qui dirait pas "ultra serein" sur ce challenge. 

 

Heureusement mon futur compagnon de route m'a l'air plutôt en forme même si le MIUT seras son premier ultra de ça vie.

 

La préparation

"Oui une semaine avant la course, il faut faire du jus, se reposer, manger des choses que tu connais dormir et manger à des heures régulières"

 

Ok c'est bien beau mais nous on est en vacances une semaine et Madeire je vais pas y aller tous les weekend , donc on compte bien en profiter !

 

Premier jour visite de la capitale Funchal, relativement tranquille cela permet de s'imprégner un peu de cette merveilleuse île  

 

Aller hop dés le deuxième jour petite mise en jambe, nous visitons la Lévada Del Inferno

( Les lévadas étant des petites canalisations jalonnants l'île pour l'irriguer )

 

Entre petit cours d'eaux , cascades géantes, passages en tunnels , végétations luxuriantes et vues spectaculaires, nous en prenons pleins les yeux .

 

Après ces 20km de footing nous ne sommes pas rassasiés de ces magnifiques panoramas qui s'offrent a nous et décidons d'enchainer avec une première rando 

 

Direction le bord de mer cette fois avec ces falaises plus vertigineuses les unes que les autres .

 

Nous nous étonnons de voir le degré des pentes tout simplement incroyable...

 

Cela promet pour la course de la fin de semaine .

 

Mes jambes commencent un peu à sentir la fatigue mais il es encore tôt pour en finir la et nous avons envie de prendre d'avantage d'altitude ...

 

 

Notre stratégie, bien que très discutable consiste à se dire : "quitte à être crevé autant que ce sois en début de semaine " nous sommes mardi nous auront encore 3 jours pour nous en remettre...

 

Du coup comme promis direction le Pico de Areerio ( 1800m ) point culminant de la course et surtout passage incontournable de l'ultra pour une petite rando de 13km cette fois.

 

L'idée étant de profiter au maximum de ce panorama car après 70km dans les pattes nous verrons les choses certainement autrement ...

Bilan de la journée 40km pas loin de 1500m de D+  ...

Les 3 jours d'après nous décidons bien entendue de lever le pied, pas le choix j'ai des courbatures de la veille. 

 

Nous nous contenterons de faire une rando de 8km par jour

sauf vendredi biensur ( jour de la course)  ou le repos seras casi complet. 

 

Un trail en chausson...

Aller on attaque enfin le récit de la course, il est 23h nous venons de nous faire déposer par la navette à Porto Moniz ou le départ seras donné dans une heure.

 

Notre voiture étant restée à Machico ( ville d'arrivée) donc pas le choix il va falloir joindre les deux bouts !

 

 

 

Grégoire pour son premier ultra à opter pour son bon vieux sac quechua et en réserve alimentaire : Un snikers ... avec ça il peut rien lui arriver.

 

Quant à moi j'embarque mon petit sac salomon de 3 L que je destine d'habitude au Trail de moins de 30Km... muni juste de 2 compotes et de deux flasks de 500 ml à moitiés percées...

 

Le tout sans battons pour nous deux car nous avons pas pu prendre de bagage en soute !

 

 

Perdu dans le peloton...

Porto Moniz km 0 

 

Il est 00h la horde s'élance dans la nuit, l'ambiance est au rendez vous ! Nous sommes pas loin de 800 coureurs cette année pour partir au trousse de Francois d'haene et autre Xavier Thévenard ...

 

Placé en 2eme partis de peloton pour attaquer cette première côte bitumée de 380m de D+.

 

Grégoire prend les reinnes en montée vue qu'il est meilleur grimpeur que moi, on s'aperçois vite que nous avons une différence de rythme avec les gens qui nous entourent.

 

Aussi il faut user de patience pour slalomer entre les traillers et leurs bâtons !

 

La côte doit être de l'ordre de 20% au bas mot ce qui est normal pour une route à madère...

 

Les conneries vont bon trains et nous en profitions pour poser à chaque photographe !

 

Nous basculons de l'autre coté de la colline toujours sur du dur, la densité de coureurs est tel que les premiers bouchons se forment.

 

Nous prenons notre mal en patience, la course seras longue et même si l'on perd quelques minutes nous économiserons nos quadris au moins sur cette descente.

 

L'arrivée au village de Ribeira de Janela se fais au sons des cloches, des "Forzas" et des applaudissements, il est pas loin de 1h du matin et l'ambiance est tout simplement folle !

 

 

Des kilomètres verticaux à l'horizon...

Sayez première grosse montée 1100m de D+ d'un bloc et surtout nous mettons enfin les pieds sur le premier sentier. 

 

Ahhh un tout beau, comme on les aimes, bien raides, bien sauvage et avec de jolis rondins de bois faisant offices de marches.

 

Bon biensur vous vous doutez que mon enthousiasme naissant n'auras qu'un temps, donc justement on en profite et on en prend pleins les mirettes.

 

L'ambiance est apaisante peu de bruit, hormis celui des bâtons heurtant les racines et le feuillages. L'odeur de la nature, le bruit des cours d'eau à coté de nous bref tout est parfait.

 

Fanal km: 13,9 1150D+ 2h20 342eme

 

Premiere descente un peu technique en direction de Chao de Ribeira. Nous nous étonnons de voir des trailleurs très peu habitués aux descentes techniques... dont l'un d'entrer eux qui seras mon idole du moment avec pas moins de 3 chutes en moins de 5min ...

 

Il faut dire que le Mercantour et même notre département en général est un excellent terrain de jeu. Nous enchainons les appuis entre racines rondins et terres sableuses c'est un véritable plaisir. Les sensations sont bonnes et le plaisir omniprésent !

 

Nous arrivons au 2eme ravitos ou comme pour le 1er nous mangeons rapidement salé pour compenser les pertes de sel liés à l'effort. Je presse un peu le pas pendant que Grégoire mange à tous les râteliers !

 

 

Aller 2éme kilomètre verticale !

 

Encore plus haut et plus raide que le premier, les premières défaillances chez certains coureurs se font voir.

 

Entre ceux qui sont obligé de se poser sur le bas coté et d'autre pris de vomissement c'est assez inquiétant pour la suite.

 

Nous ehhh tout roule c'est le moins que l'on puisse dire en atteste la photo.

 

Malgré que la nuit sois totale, nous arrivons à distinguer la beauté de la flore qui nous entourent. Eclairé par le halo de nos frontales le plaisir est à son paroxysme.

 

Après une longue et interminable montée en single la pente s'adoucis et laisse place à un petit chemin régulier laissant entrevoir voir la possibilité d'une éventuelle fin.

 

Les mollets ont tout de même bien chauffés durant ce début de course et le ravito de Estanquinhos se fais désirer.

 


Estanquinhos km: 28,8 2935D+ 5h11 227eme

 

Il fais pas chaud en cette fin de nuit, nous apercevons régulièrement une fine couche de gel sur l'herbe et nos manchettes estampillées "MIUT" nous sont indispensables !

 

Aller hop hop hop on ne se refroidis pas une soupette remplissage des flasks

( mi eau mi eau gazeuse pour l'une et mi eau mi coca pour l'autre )

 

 

 

La descente bien que très longue se passe bien, même trop bien et nous allons bon train. L'enchainement de rondins et diverses marches ne laissent pas indifférent mes quadris. 

 

Nous sommes relativement tôt dans la course et régulièrement nous voyons personnes ni devants ni derrières ce qui est très agréable. La sensation de faire une sortie longue entre potes est réelle.

 

Alors qu'au pied de la descente une nouvelle pente sèche se dévoile, nous commençons à voir petite à petit les premières lueurs d'une journée qui s'annonce bien longue.

 

Les couleurs changent, la végétation verdoyante et le contraste entre les couleurs se fait d'avantage remarquer ainsi que les odeurs de bois humide . Ce sont des petites choses, mais qui, à l'heure ou les premiers signes de fatigue se font sentir, font le plus grand bien...

 

Ah... les canalisations

Encumeada km: 44,3 4500D+ 7h33 188eme

 

Le jour est clairement levé désormais mais encaisser entre une chaine impressionnante de montagne les rayons du soleil restent encore au abonnés absents lorsque nous quittons le ravito. 

 

Nous troquons notre frontales pour une paire de lunette et attaquons ce qui seras mon premier choc psychologique ( le début d'une longue série) de cette course.

 

 

Elle est pas belle ma petite montée ??

 

Bon la photo je l'ai prise après la course, après avoir consulté une demi douzaine de psy.

 

Une montée sèche de 300 voir 350m sur 1km, longeant une petite canalisation entre mêlée de marches de 30, 40, 50, 60cm.

 

Pour la première foi en côte je passe devant Grégoire pour imprégner mon rythme et pas explosé en vol !

 

 

S'en suis heureusement et certainement en guise de thérapie une magnifique montée en balcon.

 

Le tout avec une vue imprenable sur le coeur de l'ile ou pénétre enfin, les premiers rayons de soleil

 

Cette montée seras également l'occasion d'apercevoir les premiers du 80km relativement impressionnant !!

 

La descente vers Curral Das Freiras est simplement magique et feras partis des plus beaux moments de ce Trail.

 

La vue imprenable, le single magnifique et même si les cuisses sont désormais bien chargées le plaisir lui reste intact.

 

Nous continuons d'ailleurs notre "remontada" et doublons encore quelques coureurs sur cette portion.

 

Ggrrr du goudron...

Curral das Freiras Km: 60 5875D+ 10h21 171eme

 

Dur dur , nous le savions en ayant fais une brève reconnaissance ( en voiture) la veille qu'une longue portion de route nous attendait pour rejoindre ce ravito.

 

Nous traversons même une succession de tunnels qui a le dont mon pote et moi de nous exaspérer. 

 

Bref nous y sommes enfin, l'étape de la mi chemin viens d'être franchis et nous décidons de prendre une bonne trentaine de minutes de repos.

 

Étirements, bols de pattes quarts d'orange bref tout est bon prétexte pour se refaire une santé.

 

Beaucoup de trailleurs on leurs sacs d'allégements qui les attendent , leurs permettant de se changer, mais nous, non, fidèle à notre éthique de faire ce Trail en " chaussons" .

 

La suite me fais peur, je sens que j'ai morphlé et même si la majeure partie du dénivelé est derrière nous, la terrible montée jusqu'au Pico de Ruivo s'annonce très difficile .

 

Le soleil tape fort en ce début de grimpette, heureusement, rapidement, l'épaisse forêt madérienne nous fourniras une ombre des plus agréable.

 

Le rythme est régulier, la pas sur, et même si notre vitesse n'est pas impressionnante nous récupérons encore et encore quelques coureurs.

 

Ohhh des batons ...

Le mal de cuisse deviens chronique, je ne pense plus qu'à ça ... mais je m'efforce de suivre les pas de mon acolyte, le moral n'est pas au mieux, même si je pense déjà à la vue splendide que l'on auras sur ces fameuses crêtes!

 

Puis, au détour d'un virage en sous bois, j'aperçois un joli bâton. d'une régularité et d'une taille parfaite. Je m'en saisi et l'adopte instantanément, quelques mètres plus loin j'en aperçois un deuxième.

 

Certes moins bien, trop grand, trop tordue mais peu m'importe , mes deux nouveaux compagnons m'aiderons à franchir cette difficulté .

 

Moralement je me sens mieux, j'économie mes cuisses et ayant l'habitude de me servir des battons en Trail cela me fais un bien fou physiquement et moralement.

 

Certaines scènes sont assez drôle quand je double des coureurs munis, eux, de vrais bâtons en carbone.

 

Pico Ruivo Km: 70,4 6635D+ 13h21 155eme

 

Nous y sommes enfin !!

 

La vue est simplement incroyable, entre les nuages qui remontent de la vallée, le bleu du ciel et la vue sur la mer...

 

Bref cela me ferais presque oublier mes problèmes de cuisses... presque !

 

Heureusement en plus d'avoir un panorama incroyable , cette partie la nous la connaissons pour l'avoir fais en rando 3jours avant.

 

On avais mis 1h30 pour rejoindre les deux pics en se disant qu'après 70km ça serais pas de la tarte.. on a pas été déçus ! L'enchainement d'escaliers pentus, marches passages plus roulants, petits tunnels ne sont pas évidents à gérer.  

 

 

 

Alors que nous progressons sur la crête des bruits de cloches et d'applaudissements se font entendre... la fin de cette progression vertigineuse arriverait elle à la fin?

 

J'avance tantôt en m'appuyant sur mon bâton tantôt en me tractant au moyen de la barricade.

Nous sommes un petit groupe de 4 coureurs peu d'échange, chacune dans sa bulle.

 

 

Puis les yeux pleins d'espoirs j'aperçois enfin la dernière ligne droite avant l'arrivée au sommet...

 

synonyme "casiment" de la fin du D+ sur la course.

 

Les acclamations se font de plus en plus forte et de nombreux spectateurs nous encourages à la manière d'un col du tour de France !*

 

Galvanisé par cette ferveur j'en jette mon bâton et termine l'ascension sans mon Fidel compagnon

 

Les jambes en cartons !

La descente se fait toujours dans le brouillard, le ravito a fait du bien mais je suis conscient que mes étirements ne changeront rien... le mal est ancré dans mes cuisses et les descentes se font très pénibles.

 

C'est à ce moment ou se pointe la descente la plus incroyable qui met été donner de voir en course. Un Single aussi beau et terrible qu'interminable à ce niveau de la course.

 

Heureusement nous arrivons tant bien que mal à le courir malgré le finish garnis de rondins de bois !

 

Une toute dernière montée de 500 de D+ qui, à l'image de la course incroyablement escarpée et nous arrivons à Poiso.

 


Poiso Km: 89 6975 D+ 17h33 150eme

 

J'arrive à ce ravito dans un triste état... la fin de la montée, se caractérisant par une interminable piste / route.

 

Mais voila malgrés la fatigue le moral est bon pour tous les deux, il reste 25km de descente et de plat et nous seront finishers !

 

Nous repartons donc le long d'une lévada dans un faux plat descendant, les paysages défilent mais mon cerveaux est en mode off .

 

L'altitude baisse et l'envie d'en finir monte ...

 

Courir sur du plat relève désormais de l'exploit mais il me plais de croire que l'objectif de passer sous les 22H30 est réalisable.

 

Une dernière descente extrêmement traumatisante nous amène à fleur de précipice, ou la mer bien qu'encore haute est désormais visible et le bruit des vagues percutant les rochers parfaitement audible.

 

Notre souhait de faire cette dernière partie accompagnée par les dernières lueurs du soleil se réalise et nous profitons d'autant mieux de se magnifique moment qu'y s'offre à nous ...

 

Ribeira Seca Km : 110,5 7090 D+ 21h10 151eme

 

Voila, la nuit tombe l'heure de remettre ça frontale à sonnée , la portion d'avant bien que très jolie nous à fais très mal, la monotonie c'étant installée relativement rapidement .

 

Plus que 5km désormais et ça seras au rythme du cours d'eau que nous nous rapprochons petit à petit de notre objectif final.

 

La périphérie de la ville se distingue mais il y a toujours un autre virage qui nous empêche de voir Machico, synonyme d'arrivée ...

 

Nous sommes suivis par un coureur portugais , qui visiblement n'est pas au mieux aussi, à en entendre ces râles crépitants à chaque pas .

 

Puis .. au détour d'un virage la ville de l'est de l'île est en vue ! 

 

Une fin Canon !!!

Une dernière descente glissante au possible, occasionnant les deux premières et uniques chutes de ma part nous permettent de quitter cette lévada et de rejoindre le bitume pour une arrivée au bord de mer simplement grandiose.

 

Les douleurs s'estompent rapidement laissant place à l'émotion puis à l'euphorie, nous nous engouffrons Grérgoire et moi entre une haie de spectateurs clamant notre arrivée !

 

Nos bras se lèvent simultanément et l'arrivée dont nous avions tant espérée est désormais réalité . Cela se feras en sprint et main dans la main augmentant d'autant plus les acclamations et autres applaudissements.


 

Machico Km: 115 7100D+ 21h45 150eme

 

Nous franchissons donc ensemble cette magnifique arche d'arrivée après 21h45 de course, de partage de joie mais aussi de souffrance.

 

Les émotions se mélanges et m'envahi au point limite de verser une petite larme, tellement fiers d'avoir réussi ce défis et d'autant plus fiers de l'avoir fais à deux !

 

La médaille finisher autour de notre cou nous allons pouvoir enfin nous reposer en ayant le sentiment d'avoir accomplis un petit exploit ...

 

Ce fut une course incroyable de part ça variété et ça difficulté elle porte bien son nom

de " petite diagonale des fous " ...

 

Alors des volontaires ????

 

 

18 commentaires

Commentaire de marathon-Yann posté le 26-04-2017 à 17:53:05

Quel bau récit ! Quelles belles photos !
Félicitations à vous !

Commentaire de SudOuestExpatàParis posté le 26-04-2017 à 18:09:24

Je me réserve ça pour ce soir !
Tes photos sont superbes ! Prises avec quel appareil ?

Commentaire de Sylvtrail06 posté le 26-04-2017 à 18:16:54

Merci pour les compliments ! les photos d avant course on ete prise avec un reflex canon D5100 ;)

Commentaire de TomTrailRunner posté le 26-04-2017 à 18:20:02

Quand on lit ça : ben oui volontaire :)

bravo à vous deux

Commentaire de paulotrail posté le 26-04-2017 à 18:31:43

Bravo, très bel exploit :-)

Commentaire de fred_1_1 posté le 27-04-2017 à 07:48:17

Et avec le sourire sur toutes les photos, c'est magnifique !

ça donne très envie !

Commentaire de elnumaa[X] posté le 27-04-2017 à 08:04:04

WA HA HOU !
magnifique . ça y est , jsuis contaminé !!
merci

Commentaire de blanbar posté le 27-04-2017 à 11:07:19

Belle course et super récit qui fait envie, bravo à vous 2!
Me reste plus qu'à convaincre Madame d'aller passer une semaine de vacances à Madère en avril 2018 :-p

Commentaire de robin posté le 27-04-2017 à 16:29:47

Super récit pour une superbe course ! bravo à vous deux ! Félicitations

Commentaire de Davitw posté le 28-04-2017 à 12:52:00

Superbe aventure, bravo à vous deux !
Ce trail donnait deja envie mais là... :)

Commentaire de centori posté le 28-04-2017 à 14:50:11

ce qui est génial c'est cette joie à l'arrivée, wouah !
sinon, vous avez vu christiano ? :)

Commentaire de lub001 posté le 28-04-2017 à 16:04:24

Bravo super course et très bon récit...ça me tentait bien, ton récit a fini de me convaincre !

Commentaire de Sylvtrail06 posté le 28-04-2017 à 19:43:09

Merci à tous ! tres content de voir aue ce récit vous plais et vous donnent encore plus envie de participer au MIUT.

Je mettrai le lien du CR en video bientot ^^

Commentaire de OderF_06 posté le 29-04-2017 à 07:45:50

Trop fort Pikachu!! Z etes enorme !!! Volontaire !!

Commentaire de bubulle posté le 17-04-2019 à 17:13:26

Et hop, un récit de plus que je lis, avant d'aller affronter la version "enfants" du MIUT, sur le 85km. Plus ça va et plus je me dis que si le genou résiste à "ça".....je devrais pouvoir revenir vers les ultras.

En tout cas, les montées bien rudes, j'aime ça....et les descentes un peu olé-olé, c'est pas pou rme déplaire. Donc, normalement, je devrais m'en sortir. Je te dirai ça dans 10 jours !

Commentaire de Sylvtrail06 posté le 17-04-2019 à 17:55:34

Bonne course et bon choix de format je pense que le 85km est un panaché de ce qui a de plus beau dans le MIUT.

Commentaire de crazy_french posté le 25-04-2019 à 10:52:35

Salut Sylvain,
Dans les starting-blocks ton récit me donne encore plus d’envie.
À une prochaine dans la sainte victoire.
Denis

Commentaire de Sylvtrail06 posté le 25-04-2019 à 11:07:32

Merci Denis ! Tu fais le MIUT cette année ? Et oui on c est raté à la st victoire cette année peut être l an prochain ;)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran