Récit de la course : Choco Trail d'Hardricourt - 24 km 2016, par oliv_78

L'auteur : oliv_78

La course : Choco Trail d'Hardricourt - 24 km

Date : 11/12/2016

Lieu : Hardricourt (Yvelines)

Affichage : 458 vues

Distance : 24km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Chocotrail 24 km pour une médaille …. en chocolat !!!!

Je n’avais pas prévu de faire un CR de ce trail au départ mais le parcours et l’ambiance m’ont poussés à faire ce petit effort. Surtout pour souligner le travail de l’équipe d’organisation et pour faire connaître ce trail.

 

Après une année assez pauvre en terme de course à pied (2 semi marathon, le marathon de paris et aucun trail), j’ai voulu terminer l’année par un trail à 2 pas de chez moi. L’année a pas été au top avec peu de motivation pour aller courir. Toutefois, étant un peu fou, j’ai décidé de m’inscrire sur le 24 km après avoir hésité avec le 13 km. J’aime bien me lancer des défis. Vu mon entrainement actuel, je sais que je vais faire la course en fond de peloton (et ça va se vérifier).

 

Petit focus sur la ville d’Hardricout, la ville est sur les bords de la Seine et à flanc de coteau. Le départ est sur les berges de Seine. L’arrivée et le retrait des dossards sont en haut du village. L’organisation a renforcé la sécurité pour cause de Vigipirate donc il n’est pas possible de circuler dans la ville en voiture le dimanche matin. L’organisation a pas mal communiqué la dessus (et sur les possibilités de parking) donc j’ai décidé de retirer mon dossard le samedi. Cela me permet d’éviter de faire un aller/retour à pied (et en montée) entre le parking au niveau de la Seine et le gymnase.

 

Le dimanche, j’arrive donc au parking de la gare 50 minutes avant le départ. J’ai le temps de me changer pour la course sans stress.

 

Une petite demi-heure d’attente sur les berges de Seine. Le 24 km démarre à 9h30, le 13 km démarre 15 minutes plus tard. Le briefing a lieu quelques minutes avant le départ mais je n’entend pas grand chose avec le bruit ambiant. Tant pis, on verra bien.

 

PAN !!!! Le départ est lancé, je passe l’arche et 100m plus loin…. 1er bouchon. 600 personnes à faire passer sur les berges de Seine, c’est pas forcément évident de ne pas avoir de ralentissement.

 

Le départ est une boucle sur les berges et retour au départ après le 1er KM pour repartir dans l’autre sens toujours sur les berges.

Le temps est superbe avec une beau soleil qui nous accompagne le long de la Seine jusqu’au 3ieme KM. Nous quittons le fleuve pour partir sur les hauteurs avec une belle 1ere pente. Je suis nul en montée et ça se confirme.

 

Un peu plus loin, on se retrouve à un 1er ravito (déjà !!!) avec uniquement du liquide. Un verre de coca et on repart. Nous quittons la ville pour nous retrouver dans un long chemin montant au milieu des champs. Je suis lent sur cette section et je me fais doubler par un troupeau de coureurs. Il y a un mélange des 2 courses donc je m’inquiète pas.

A la fin du chemin, nous sommes au km 6 et c’est la fin de la première partie montante de la course. J’arrive à reprendre la vitesse dans la descente douce et nous arrivons à un centre équestre sous le soleil et des chevaux de chaque côté qui nous regarde tous passer. Nouveau ravito juste avant le km 7 avec du solide (banane, orange principalement).

C’est reparti entre forêt et champs avec des petites montées et des petites descentes assez sympa. Je me retrouve assez seul d’un coup car le parcours du 13 km a bifurqué à droite alors que le 24 km va continuer tout droit.

Au km 9, on entame une longue descente de plus d’un km vers Oinville. A la fin de descente, au coeur du village, un nouveau ravito  (km 10) avec …. du saucisson !!! Nous allons revenir à ce ravito au km 17.

Après une centaine de mètres le long d’un ruisseau, c’est reparti pour une nouvelle montée qui me casse complètement. C’est peut-être l’effet saucisson/ravito mais j’ai vraiment du mal sur cette montée.

En haut, on retrouve une route avec un gang de mini cooper avec des numéros sur les ailes. Sûrement un rallye de vieilles voitures. Je bifurque à droite dans une descente et, dans mon élan, je me cogne le pied gauche sur une pierre et j’ai failli m’étaler de tout mon long. Heureusement, plus de peur que de mal mais mon gros doigt de pied me lance. Du coup, j’ai du mal à courir sur cette descente au km 13.

La douleur passe et j’arrive à courir sur la fin de cette descente. Retour dans Oinville et c’est reparti pour une autre boucle au Nord du village. Cette partie là est assez variée avec des enchaînements de petites montées et descentes sur des petits singles.

Juste avant le km 16, une bonne montée et on se retrouve en haut du village dans les champs. Je commence à être mal et je commence à avoir faim. Bifurcation à droite pour redescendre dans le village pour revenir au ravito (celui qui est commun avec celui du 10). Un groupe est en train de repartir quand j’arrive et les bénévoles me proposent du vin chaud. Je décline car je suis pas super bien. Je prend mon temps et les 2 derniers de la course arrivent. Nous repartons presque au moment pour enchaîner sur une bonne montée. J’ai vraiment du mal sur cette pente. En haut, la section est au milieu des champs. Je suis avant dernier. Au km 19, ça monte et ça descend avant de longer le Golf de Seraincourt. Je commence à avoir froid, il y a du vent et du brouillard. Dommage car nous avons eu un super temps jusqu’à là.

A partir du km 20, j’en ai marre et je souhaite finir. Sur un terrain en faux plat descendant, j’enchaine course et marche et je double la féminine devant moi.

Au km 22, on arrive dans Hardricourt et je reconnais un rond point. A droite, il y a l’arrivée à 300 m mais les bénévoles me demandent d’aller à gauche. A fond (enfin c’est relatif) dans la descente pendant un bon km. En bas, il reste 1 km à faire et dernière surprise du tracé, 195 marches à gravir avant l’arrivée. J’avais entendu parlé des marches. Au final, les marches  passent plutôt bien et j’arrive enfin au stade. Etant dans les derniers, une bénévole me donne non pas une mais deux médaille en chocolat !!!!

 

Note: Le sponsor principal du trail est un chocolatier d’Hardricourt et c’est donc le thème principal du trail. Il y a même un très bon chocolat chaud à l’arrivée.

En conclusion, même si j’ai un peu souffert (mais sans gros entrainement, c’st normal) sur ce trail, j’ai vraiment apprécié le parcours, les bénévoles et l’ambiance sur cette course. Merci à l’organisation. N’hésitez pas à venir faire un tour l’année prochaine car c’est une belle course pour terminer l’année avant les fêtes de Noël.

 

En plus, si vous êtes un “Chocolate Lover”, le Choco Trail est fait pour vous.


Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran