Récit de la course : La Verti'Vouise 2016, par Loup Des Steppes

L'auteur : Loup Des Steppes

La course : La Verti'Vouise

Date : 3/12/2016

Lieu : Voiron (Isère)

Affichage : 277 vues

Distance : 2.6km

Objectif : Se défoncer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Duel au sommet

Une première pour moi que cette Verti’Vouise 2016 mais habitant Voiron je ne me faisais pas trop de souci quant à une possible participation.

L’après-midi commence par mon inscription au « village » téléthon installé devant l’Eglise. L’ambiance est détendue et sympathique avec la chorale qui entonne des chants de Noël sur le parvis.

L’occasion de voir et saluer l’équipe organisatrice, très dévouée.

L’épreuve en elle-même est une montée sèche et douloureuse…. mais en nocturne ! et c’est ce qui fait toute la différence ! De jour cette course aurait une toute autre gueule et perdrait sans doute beaucoup de sa saveur.

Le départ dans l’ordre des numéros de dossards façon contre la montre toutes les 20sec est super sympa également. Ça fait son petit effet !

Le soir, peu avant le départ, je retrouve le Bouk fier comme Artaban avec son dossard numéro 1 et Noruas en mode « à la cool ».

Mon meilleur ennemi (aka le Furet) avait retiré son Kivaou très peu de temps avant le jour J. Une déception sur le coup.

Et c’est en partant m’échauffer que là devant moi, qui vois-je tout fringant ?

Le Furet

Superbe ! Notre dernier duel de 2016 va pouvoir avoir lieu !

L’ambiance se réchauffe un peu au fur et à mesure que le départ se rapproche et le BOUK peut faire son show. Je me dis que quand même, ça va chauffer pour ses fesses ! Il y a du coureur affuté juste derrière !

Je prends quelques minutes pour me mettre dans la course, il n’y aura pas de tour de chauffe. J’ai reconnu le parcours le dimanche précédent et c’est tout de même un gros avantage. Sinon, il est très difficile de bien gérer son effort, même dans une montée ou de toute façon il faut être à fond du début à la fin. Il y a plusieurs façon d’être à fond … Le dernier « mur » est une tuerie qu’il faut aborder avec encore un peu de jus à mon avis.

3,2,1, c’est parti. Je pousse le cardio assez haut très vite, le tout c’est de tenir.

Je grappille assez rapidement quelques coureurs devant moi et ça c’est bon pour le moral !

Dès que l’on sort des lumières de la ville,  constat alarmant : ma frontale Frendo de type « randonnée-entre-amis-pour-le-brame-du-cerf » n’éclaire quasiment rien ! Ce n’est pas vraiment une surprise mais là … si je veux courir sérieusement la nuit, il va falloir investir !

Du coup, le bruit des djembés au loin est super rassurant et ça me booste !

Je réalise la course plus ou moins espérée et me dépouille totalement sur le dernier tronçon. C’est ça qu’est bon !

Petit aparté : Vous avez remarqué ce contraste en trail ? On a généralement sur nous un matos de dingue si on regarde les matériaux utilisés ou la R&D qu’il a fallu pour mettre au point certaines chaussures, montres etc …tout ça pour finalement se retrouver complètement « à poil » face à l’effort. Quand les cuisses brûlent, que le palpitant s’emballe, que les poumons hurlent, que notre cerveau nous demande gentiment d’arrêter … plus rien d’autre n’existe. On s’en fout pas mal à ce moment là des chaussures qu’on a aux pieds … On se concentre sur une racine, un caillou, cet arbre au loin, on se dit qu’on relance juste après … Bref, je crois bien que c’est ça, l’évasion !

Une fois la ligne franchie oh, oh, surprise ! Le  Père Noel est là avec un panier rempli de chocolats !!

Je lui fais un gros câlin, il l’a bien mérité ! Avec le Bouk, on attend le Furet qui arrive peu de temps après le couteau entre les dents ! Verdict :

Je le devance d’une trentaine de seconde !

Il faut croire que toutes les conditions étaient réunies pour que la victoire soit mienne !

moonwolf

 

A cet instant, la forêt est belle avec ces lumières qui dansent.

La première partie de la descente se fait dans un silence de Père Chartreux (merci la frontale du Bouk !) puis on retrouve les concurrents qui eux sont en pleine course et c’est donc l’occasion de les encourager, ça c’est bien cool !

A l’arrivée, on a droit à un green-chaud qui passe étonnamment bien après un tel effort !

Voilà ! Magnifique soirée pour déglingués !

(ou quand ton chanteur s’appelle André Matos …)

 

 

3 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 06-12-2016 à 17:24:18

Merci pour ce récit d'un bien chouette samedi
Encore un grand moment de sport
Clair que mes fesses faisaient ouin-ouin, derrière moi y'avait du client
Clair pour le matos, regarde, j'avais des baskets pourries mais FLUOS lol !
A propos de Matos, tu nous ressors du Angra !!!

Rdv à la Voironnaise pour un nouveau duel FURET vs LOUP DES STEPPES (si vous prenez le départ à l'heure hein)

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 06-12-2016 à 18:23:55

superbe aparté qui vaut tout le récit!
c'est clair ce soir là tu méritais ta victoire, rien à dire. Même ton récit arrive avant le mien!

Commentaire de Noruas posté le 07-12-2016 à 10:37:02

Belle course !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran