Récit de la course : Les 20 Bornes d'Andresy - 21,1 km 2016, par Overnight

L'auteur : Overnight

La course : Les 20 Bornes d'Andresy - 21,1 km

Date : 27/11/2016

Lieu : Andresy (Yvelines)

Affichage : 643 vues

Distance : 21.1km

Matos : T-shirt chaud manche longue

Objectif : Battre un record

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Semi Marathon Andresy - 5ème levée

Dimanche 27/11 5h45


Le réveil sonne. Il est temps de se lever, discrètement, pour ne pas réveiller la maisonnée. Départ dans 3h, le rituel pour prendre le petit déjeuner sans craindre de problème digestif.


Premiers pas, et le check-up se met en route:
- Tendance tendinite de l'aponévrose plantaire OK, un soupçon de gènes mais rien à voir avec la situation 3 mois en arrière.

- Estomac, bof, un peu trop mangé la veille sûrement mais 3h avant le départ pas d'affolement: Pas de gâteau sport, une assiette de céréales et une pâte d'amende suffiront pour cette fois 

- Douleurs dans le mollet, encore bien présentes hier, en régression... L'échauffement devrait faire passer ça mais le départ descendant ne me rassure pas

- Hydratation ON... C'est pas naturel pour moi de boire au réveil, mais il faut se forcer un peu.

Dehors, il fait encore bien nuit, mais le temps semble au top: frais, pas de pluie ni brouillard... Je le sais c'est ce genre de météo qui me réussit le mieux.

La mise en route est lente, même si la nuit a été bonne ce n'est pas vraiment le cas de la semaine passée... 1h de plus n'aurait pas été du luxe.
Par contre, impossible de ne pas penser à l'objectif du jour.

L'objectif de passer sous les 1h30 est-il réaliste... ?


Le pour et contre se bousculent dans la tête...

Pour: 
- Un chrono de mars 2016 sur la course des flambeaux qui me laissent penser que oui...

- Un temps de 40'16 au 10kms vieux d'un an et un sub 41' à l'entraînement 

- Un plan suivi quasi à la lettre

- Des chronos sur les fractions longues sur piste tous dans l'allure voir un peu plus rapide

- Je compte un peu sur les chaussures + légères que ce que j'ai d'ordinaire :)

- La météo


Contre:

- Incapable à J-7 de tenir le rythme sur une série à allure cible 12'/10'/8' (je me rassure en me disant que la séance de Home Trainer ajoutée la veille est en cause)... Résultat le série de 8' saute de peur aussi de me cramer si proche du but

- Le plan que j'ai choisi vient aussi du fait que j'en ai évité d'autres qui me paraissaient trop durs sur les allures (du genre 1h10 à 14km/h le dimanche ou encore 2 sorties d'1h / semaine à + de 13km/h sans compter les séances à allure spécifique (euh... mouais!)

- Les jambes ont pas l'air au mieux... Les mollets comme les cuisses accusent souvent le coup

- Le profil du semi avec sa côte de Verdun à s'enquiller 2 fois

- Le manque de compétition sur route (dernière fois 10kms en novembre 2015 et avant ça c'était il y a 2 ans sur ce même semi d'Andresy)


Egal:

- Je fais le même poids qu'il y a 2 ans (reperdu 2kgs pris en août)... 

- Le cardio ne semble ni bon ni mauvais

- J'ai fait tout le plan sans cardio mais j'ai craqué avant la course en reprenant de quoi vérifier un peu le rythme (la peur de se laisser griser).

De toute façon, les jeux de la préparation sont fait, il ne reste qu'à tenter en essayant de gérer la course au mieux.
La stratégie est assez claire. 
1er km vers 4' au km voir un peu moins vu que ça descend, les 2 suivants vers 4'15 puis 4'10 sur les kilomètres plats pour prendre un peu de marge sur le temps laissé sur la bosse.

Je me garde 2 points en tête : 42'30 au km10, 59' au km14 et après on sert les dents. J'envisage aussi l'impact de la stratégie du porteur du ballon 1h30... S'il me passe, je tente la simplicité : s'accrocher sauf si l'allure est délirante Sourire

Ce matin-là, en prenant le petit dej, je me met un peu la pression... C'est un peu le grand écart, passé du mode finisher du Courchevel Xtrail 54kms au mode seul contre le chrono sur semi marathon... 2 courses très différentes mais au fond un  gros point commun: Chercher à repousser ses limites aussi dérisoires soient elles. 
Mais, au final à quoi bon... 1h30, 1h20 ou 1h40 quel intérêt, fondamentalement aucun... À quoi ça va servir? Jauger sa performance avec les autres? Un peu... Se prouver quelque chose? Qu'on peut mener ce projet à bien... Sûrement

C'est l'esprit vagabondant sur les motivations de courir que je pars direction Andresy.


5ème fois que je viens courir ici (et 3ème récit :P), avec une statistique à minima à faire perdurer: améliorer comme à chaque fois le chrono...

Pour y arriver, un plan sur 9 semaines avec surtout du travail en endurance bien sûr mais aussi à allure 10kms/seuil et semi et une bonne dose de volume.


 

Le trajet est rodé, pas de doute sur la route et j'arrive quasiment dans les premiers sur le parking.
Retrait du dossard rapide, retour à la voiture pour se changer tranquillement et après avoir pris mon temps, oublier le cardio qui me coûte un aller/retour gymnase/voiture et c'est parti pour l'échauffement.


3kms + tard à alterner échauffement et à essayer de recaler le cardio qui dysfonctionne, je pars me placer sur la ligne de départ. 
Ici pas besoin de se caler 1h avant sur le départ, je me place en 4ème ligne sachant que ça doit être le bon placement. Le meneur 1h30 se place bien 3/4 lignes derrière... 
On laisse partir une personne en joellette avec ses accompagnants qu'on ne manquera pas d'applaudir en repassant et c'est parti!


Je repère 2 féminines devant que je suis sur la première ligne droite... 
Un coup d'oeil sur l'allure qui est bonne. Au virage, j'emboîte le pas de la 1ere féminine (la seconde a l'air de laisser filer). Je sens que c'est un peu rapide dans la descente mais je lui laisse  quelques mètres d'avance et ainsi ça passe encore... 
Je vais revenir sur le plat et rester sagement (si on peut dire) derrière jusqu'à la 1ère petite bosse au km2. 
Je vérifie encore l'allure qui donne du 4'06 sur le plat après un km en 3'55... Un peu rapide, ne pas s'enflammer mais je tente d'accrocher c'est plus fort que moi... Le cardio a l'air bon, euh trop bon en fait ce n'est pas normal : il capte mal encore. J'essaie bien de le repositionner sur les premiers kms mais j'abandonne rapidement comprenant que la ceinture est un peu trop distendue (finalement y a pas que la prépa qui se fera sans cardio).


Cette première féminine, elle me dit quelque chose, je suis sûr que je l'ai déjà vu sur d'autres courses mais ça ne me revient pas (En fait c'est Sylvie Quittot... C'est pas plus mal que je ne la remette pas ça m'aurait encore + inquiété de la doubler !). Bref, 1er semblant de bosse, et je double (faut bien que mon point fort en trail serve un peu Langue tirée) sans me poser de questions et prend la foulée d'un gars du CAMV une fois en haut... Je stabilise l'allure sur le plat... Pas facile d'accrocher mon nouveau lièvre avec qui je vais faire un peu l'élastique entre le km2 et 4... On finit par faire un petit groupe derrière lui, alors qu'un enfant me compte 60 (ou est-ce mon voisin pas facile à dire).
L'ultime rempart (ok la micro bosse Sourire) avant le dernière ligne droite de l'ancienne arrivée permet de souder un peu le groupe alors qu'on reprend 2 personnes.
L'orchestre joue comme la dernière fois au même endroit: un petit geste et un merci tant que la lucidité est suffisante: Au prochain tour ça sera plus dur.

Un léger vent défavorable se fait sentir ici, j'essaie de rester abriter mais ma taille n'est pas idéale pour ça. On passe sur la rue bordée d'arbres, je fais un écart pour me retourner et essayer de voir le ballon des 1h30. Je n'arrive pas à le distinguer mais il y a foule quelques mètres derrière ce qui contraste avec le trou devant nous (quelques coureurs éparses). En me retournant dans le sens de la course, je ne sais pas trop comment, je me retrouve en tête du groupe. Je vérifie même la montre me demandant si je n'ai pas accéléré tout occupé à surveiller les arrières mais on dirait que non.
Une fois devant, c'est une autre histoire, je n'aime pas spécialement mener un groupe et j' accélère doucement et revient petit à petit sur mon prédécesseur que je reprends au moment où on quitte la Seine.

Moment un peu étrange, où tout indique de ne surtout pas accélérer alors que je sens déjà un peu les cuisses travaillées, que la course est encore longue et que le tempo est bon, mais où le mental prend les commandes.


Derrière, je sens qu'il y en a au moins un qui a suivi. Il me passe alors qu'on monte le faux plat avant la côte de Verdun. Je jauge rapidement voyant qu'il a l'air assez facile (pas de signe de difficulté au niveau visuel ou du souffle). Je le laisse partir dans la côte de Verdun qu'il avale bien plus vite à une allure qui me mettrait directement dans le rouge. Cette bosse, comme d'habitude je l'amorti un peu ce qui me coûte quelques mètres sur certains coureurs, encore que c'est pas bien flagrant.
Je passe un coureur qui marche? Parti sur des bases de 4'05 ça me surprend un peu... Et à la bascule, à la relance, je rattrape ou reprend tout ceux qui sont à une portée d'une 30aine de mètres y compris mon coureur facile nommé "Jérôme" (trahi par la maman supportrice Clin d'œil) qui semble pas bien vieux (Junior... ça me rajeunit pas ça!)


Une fois la vitesse de croisière retrouvée difficile d'accrocher Jérôme et son nouveau partenaire que l'on vient de reprendre. Voilà que ça se met à causer devant, me semble-t-il de placement et de position du corps. J'ai l'impression que le coureur repris fait un petit coaching à près de 15km/h... Derrière, personne ne revient et en fait ne reviendra plus... 
Je crois voir passer le 10ème kms en 41'13. Au passage, je constate que la montre bip de + en + tôt par rapport au km... Pour elle, je passe en moins de 41 mais peu importe je sais que l'objectif était de 42'30 et qu'il "suffit" de gérer l'avance. Oui, mais, j'ai décidé de tenir mon duo encore un peu et ça ne ralenti pas. 


Un peu avant le 11ème km, à la faveur de la descente + marquée, ils mettent un sérieux coup d'accélérateur que je ne tente pas d'imiter.
Pour autant, en remontant pour boucler le 1er tour, le coach a un peu cédé et laisse filer Jérôme. Je passe le coach en même temps qu'un coureur repris et me rapproche doucement de Jérôme que je vais finalement rattraper en bord de Seine.
Jonction faite, mais rythme toujours très compliqué à tenir. On me compte cette fois 50 un peu avant de repasser l'orchestre et cette fois je me fais discret. On récupère un coureur du Grand Raid de la Réunion si je décrypte bien le tee-shirt et je me place côte à côte avec Jérôme puis prend la tête avant de laisser la Seine pour de bon.


Le 14 et 15ème kms me confortent dans l'idée que les 1h30 sont vraiment bien partir si je ne fais pas n'importe quoi... Et à ce moment là, plutôt que de lever le pied je continue la poursuite sur les prédécesseurs. Je sens que Jérôme se fait moins pressant, je me demande d'ailleurs s'il ne va pas finir en fait par décrocher même si je n'y crois pas vraiment.
Finalement, en recollant un coureur juste avant de prendre le faux plat, je décide de rester sagement dans la foulée de ce nouveau compagnon, surtout qu'il a l'air de bien monter. Je sens que Jérôme du coup est revenu ou du moins presse d'avantage mais ne cherche pas à s'envoler.


En passant sous le pont je m'excuse de souffler comme un boeuf à notre nouveau pilote. Celui-ci relance dans la petite descente avant d'attaquer la 2éme levée de la côte de Verdun.. Je laisse faire ce qui n'empêche pas de reprendre 2 concurrents de +.
Petit groupe de 5 du coup: 
Notre poisson pilote prend un peu le large, Jérôme repasse mais cette fois sans creuser suivi d'un des 2 repris. De mon côté, il est urgent de ne pas changer la méthode (les cuisses chauffent sérieusement déjà) : je passe quand même à mi-pente un des 2 repris qui coince un peu et reste malgré tout au contact du second et Jérôme.... Bascule et... C'est reparti... !

Pas de tergiversation, il faut relancer et je pars donc reprendre la tête du groupe.
Assez vite, il n'y a plus que Jérôme qui suit...puis s'envole en fait pendant quelques mètres me prouvant encore une fois que sa vitesse de base doit bien être supérieure. Je reviens quand même au train et repasse devant pour imprimer le tempo... Je sais qu'il ne sert à rien de rester sagement derrière, à risquer de se laisser aller à un faux rythme, je préfère finir le + régulièrement possible, assurer le chrono, assurer les 1h30 même si ça ne risque plus grand chose et peut-être sur un malentendu décrocher mon compagnon (je sais qu'au sprint je n'aurai aucune chance).


18ème km, la gare, allez ça tient...hop éviter un piéton qui allait traverser un peu au hasard, hop éviter une personne en roller...


19ème km, ça descend et voilà la petite bosse avant de rentrer dans le stade.
Je suis obligé de relâcher d'avantage que Jérôme, que je félicite quand il passe, sentant que je ne pourrai suivre. Un petit signe de la main au bénévole qui veut dire à la fois "non merci pour le sucre mais merci pour tout et tes encouragements"...


Le 20ème km, Jérôme n'a pas encore trop creusé, mais il a la dynamique alors que je coince.... Je surveille derrière, le coureur poisson pilote de la côte de Verdun est à au moins 10-15", devant c'est pareil... Dur de se motiver, les cuisses râlent, un doigt de pied souffre. On arrive sur la piste, j'ai perdu un peu de temps sur tout le monde. Jérôme part chercher une place de plus devant, dernier virage, coup d'oeil à la sortie au chrono... 1h26m55... J'ai du mal à y croire, je sais que le sub 1h27 n'est plus jouable donc j'opte pour l'option relâche sur les derniers mètres. Inutile de finir allongé derrière la ligne Sourire.

Le speaker annonce l'arrivée imminente des premières féminines (victoire de ma lièvre du départ Sourire)

Je vais féliciter Jérôme qui m'aura quand même accompagné une grande partie de la course. Je lui dis qu'il doit avoir encore un peu de marge vu les changements de rythme qu'il faisait (et le gros finish sur le dernier km... perdu 20sec en gros depuis le 20ème). Félicitations aussi avec notre poisson pilote de la dernière bosse qui semble un peu déçu de sa prestation ou du moins du chrono (petit coup d'oeil à ses stats et je comprends vu qu'il a déjà couru en 1h22).


Je prends le temps de profiter un peu du ravito d'arrivée histoire de repartir avec quelque chose dans l'estomac. Et retour quasi en boitant à la voiture, un ongle de pied qui douille c'est jamais agréableSurpris


Une bien belle journée, un temps parfait, une orga rodée et efficace dans une bonne ambiance (merci à eux!!) et le bonheur simple d'arriver à atteindre l'objectif fixé et même de se surprendre encore. Une place anecdotique, mais pour la 1ère fois dans les 100 sur cette course ce qui ne va pas pour me déplaire il est vrai :D.

Une étape de passée, il va falloir se motiver désormais pour revenir sur semi avec un objectif chronométrique... Il risque bien de se passer près d'un an avant d'y revenir, mais en attendant ça donne quelques idées pour le 10kms et le marathon Rigolant.


PS: Et merci encore à tous les acteurs de cette course... on a pu voir aussi le renforcement de sécurité à l'entrée du gymnase. Avec l'annulation de certaines courses c'est vraiment avec beaucoup de plaisir de pouvoir profiter de cette épreuve! A noter quelques nouveautés notables aussi... une box photo et les puces dans le dossard notamment. Parcours inchangé, mais ça... c'est tant mieux Rigolant!

4 commentaires

Commentaire de Pieromarseille posté le 02-12-2016 à 09:07:14

Merci Overnight pour ce récit parfaitement écrit et très bien mené qui m'a tenu en haleine du début à la fin. J'étais Jérome (enfin, tant qu'il était avec toi, après...).

Et 1h27 !!! Sans jamais être (encore) passé sous les 40' au 10 ! Tu as fait la course parfaite, avec RP explosé de plusieurs minutes au bout : ce sont des moments qu'on doit vraiment savourer, finalement assez rare dans la vie de coureur, et qui récompensent les bonnes prépas.
Récupères bien, et je te souhaite de convertir cette forme exceptionnelle sur 10 et sur marathon : avec un peu plus de volume que sur ta prépa semi (=>60-80km/semaine), possible que tu puisses viser le sub 3h, tu es dans les bonnes eaux (pour ma part, 1h28'57 sur semi - que j'espère pouvoir un peu améliorer cette année - et 3h00'23s sur marathon).

Commentaire de Overnight posté le 03-12-2016 à 09:28:13

Merci! Pas de doute que tu puisses descendre sous les 1h27:)... je ne suis pas capable de passer la dernière séance de 3x3000 que tu donnais :D.
Pour le marathon, l'effort est assez différent: je pense que les efforts d'1h20-45 sont pour le moment ceux que je connais et gère le mieux même si finalement je fais assez peu de compétition... mais qui sait... je pensais déjà pas un jour faire un chrono comme ça sur semi

Commentaire de Olivier d Elancourt posté le 02-12-2016 à 14:34:01

Toutes mes félicitations Overnight ! De retour de blessure (pubalgie récalcitrante) je n'ai malheureusement pas pu participer cette année au semi d'Andrésy. Ta progression sur la distance est vraiment impressionnante ! Il ne te reste plus qu'à trouver un 10 km pour valider un chrono inférieur à 40 min avant de retourner à tes amours "trailesques" :-)

Commentaire de Overnight posté le 03-12-2016 à 09:37:09

J'espère que c'est bien derrière toi et que tu vas pouvoir vite regambader!!
Merci pour le sub40, je vais tenter ça le 18/12 à Houilles du coup... Je suis pas trop fan des formats + courts mais tant qu'à faire si la forme veut bien tenir encore 3 semaines c'est une bonne occasion de tenter le coup.
Pour la progression oui... 1h47m43 au 20kms de Paris en 2009... à l'époque je rêvais de faire un jour du 12km/h sur 20 kms ==> j'ai dû faire 3 fois les 20kms et un semi d'Andresy avant de réussir la 1ère fois sur feu le semi de Rouen en 2012. Maintenant 14,5km/h... Comme quoi...
Au plaisir de se recroiser sur une course en 2017 alors :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran