Récit de la course : Trail des Sapins - La Louve Trouille - 21 km 2016, par ptijean

L'auteur : ptijean

La course : Trail des Sapins - La Louve Trouille - 21 km

Date : 29/10/2016

Lieu : Lalouvesc (Ardèche)

Affichage : 235 vues

Distance : 21km

Matos : Première sortie course avec les Altra Olympus

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

1 seconde

Petite course de préparation pour moi à 15 jours de mon objectif (trail des sources de la Loire 71 km), mais quand même une envie d'aller vite pour me faire plaisir (vite pour moi bien sûr).

Nous sommes rentrés d'Alsace le matin même en voiture, ce qui n'est pas l'idéal, mais faut faire avec.

Le temps est particulièrement clément pour la saison et à cette altitude. Une magnifique mer de nuages sur la vallée et une vue dégagée jusqu'au Mont blanc.

Un petit échauffement pour dégourdir les jambes et le départ est donné depuis le camping de Lalouvesc.

Le départ est rapide et en côte avant d'entamer une descente très piégeuse, avec un chemin recouvert de cailloux qui roulent et empêchent de se lâcher, tant il faut assurer sa pose de pied.

En fait, toute la première partie de la descente (5km quand même) s'effectuera sur cette piste forestière labourée par les tracteurs, motos, quads et autre engins à moteur, qui en ont fait un terrain idéal pour y laisser des chevilles ou des orteils. 

Je décide d'assurer le coup et de ralentir la cadence pour ne pas me blesser. Je dois être dans les 20 premiers à ce moment-là et une ribambelle de coureurs plus téméraires que moi me doublent comme des avions. Tant pis, l'objectif est dans quinze jours, donc bon vent (mais ça fait ch... quand même)

Première bosse d'environ 200m de D+ où j'arrive à relancer et à courir tout du long (merci les séances de seuil).

Plus personne ne me double depuis un moment et sans m'en rendre compte j'ai baissé de rythme.

C'est dans la deuxième partie de la descente qui nous mène vers le ravitaillement que je m'en rends compte. Un premier coureur me rattrape et me double et j'entends un second arriver. En regardant ce coureur devant moi je m'aperçois qu'il ne descend pas bien et qu'il respire très fort et je me demande pourquoi il m'a doublé....... La réponse n'est pas loin d'arriver jusqu'à mon cerveau.... Tu te traines feignasse, et en plus t'es facile. 

Je relance donc la machine et retrouve un rythme rapide mais encore confortable jusqu'au bas de la bosse, au ravitaillement KM 11.5 en 57minutes.

Un verre de coca et un bout de banane et je repars avec un petit groupe sur une route goudronnée qui grimpe tout droit vers le ciel, 25 à 30%, tout le monde marche ou presque. La premiere féminine trottine tout du long, soit quand même un bon km, mais elle ne me distance pas. 

Une descente aussi verticale que la montée, mais dans un sentier qui ressemble au lit d'une rivière, donc de nouveau prudence, et je me retouve de nouveau tout seul au pied de l'ascension finale 8km et 600 D+ . 

Dans mon esprit, le premier objectif est de recoller au petit groupe pour ne pas m'endormir, donc j'accelère et je cours dès que possible (en fait presque tout le temps) et très vite je rattrape l'arrière du petit groupe. L'arrière, car je me rends compte que la première féminine a laché tous ces fringants traileurs.

Je vais bien et je ne vois pas pourquoi je resterais là, donc je passe devant et imprime mon rythme en alternant course et marche selon le % de pente . Je rattrape la première féminine qui court toujours et tout le temps, mais la pente se durcissant de plus en plus, je préfère marcher et dans ces passages très raides je la dépasse et en profite pour doubler le concurent que nous avions rejoint. 

Sans m'en rendre compte, je les distance doucement mais sûrement et continue de rattraper et de doubler des concurents en marchant et en relançant dès que possible.

Je vais toujours bien, malgré la montée de fou que je viens de faire et, dans les dernières pentes menant au village, je double encore deux concurents, mais je me fais rattraper par la première féminine qui me laisse sur place. Je sens un des derniers coureurs que je viens de passer revenir sur moi, et je ne l'entend pas de cette oreille et nous voila partis en sprint dans la côte finale à 14 km/h jusqu'à la ligne d'arrivée qu'il passe 1 seconde devant moi......

La fameuse seconde qui me fait échoué au pied du podium M2.... si si, au pied du podium !

Vous avez bien lu, Ptijean au pied d'un podiumCool

Mais pas plus de regret que ça, car le plus important était de me faire plaisir et enfin d'exploiter mes nouvelles vitesses de course...

Trop bien d'être dans le premier quart (ou presque) 27ème sur 100 et 4ème M2 sur 12. Mais surtout 21 km avec 986m de D+ en 2h 09 soit 9.75km/h et moins de 30 minutes derrière le vainqueur !

Bien, maintenant, ne pas se blesser avant l'objectif de cette fin de saison ...

 

 

4 commentaires

Commentaire de La Tortue posté le 01-11-2016 à 07:52:36

bravo ! ta performance n'a rien du surprenant car je t'avais trouvé particulièrement en forme en septembre dernier.
bonne chance pour ton prochain trail !

Commentaire de ptijean posté le 01-11-2016 à 09:49:45

Merci un peu rageant de se faire griller le podium sur la ligne

Commentaire de Philkikou posté le 01-11-2016 à 09:36:38

La 1° partie du parcours c'est le tracé de l'ancienne course de montagne Satillieu - Lalouvesc avec le passage à Veyrines ( belle église du XIV° je crois) et le retour devait être bien "dré dans le pentu" .. Fini en nocturne ? Côté météo faut espérer la même dans 2 semaines du côté du Gerbier

Commentaire de ptijean posté le 01-11-2016 à 09:53:06

On est effectivement passé par Veyrines. Pour dans deux semaines, j'espère qu'il ne pleuvra pas car sinon cela va être très froid sur le plateau.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran