Récit de la course : La Foulée nature du Crossey - Mini-Trail - 14.7 km 2016, par ilcourtlefuret

L'auteur : ilcourtlefuret

La course : La Foulée nature du Crossey - Mini-Trail - 14.7 km

Date : 9/10/2016

Lieu : St étienne De Crossey (Isère)

Affichage : 834 vues

Distance : 14.7km

Objectif : Se défoncer

13 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Duel au soleil

Pour ma 3è participation aux foulées de Crossey, j’ai choisi le petit parcours de 14 km. Tant pis pour le 29km dont le parcours me plaisait beaucoup  mais j’ai trop mangé de sorties longues, l’envie du moment est aux formats courts pour retrouver un peu de vitesse ; En plus, je suis inscrit à Marseille-Cassis à la fin du mois avec un ami qui l’a couru en 1h37 l’an dernier, il faut que je vise moins de 1h35 si je ne veux pas me faire griller !

Côté forme : pas terrible, je traine une méchante crève depuis une semaine et je me suis bloqué le dos la veille. Et pourtant je pars confiant en mode « même pas peur », je mise sur un gros mental pour faire la différence.

 

Tu me cherches? tu vas me trouver! 

Le dimanche matin je retrouve à 7h30 le Loup des steppes pour un covoiturage à Voiron. L’animal est un coureur qui a la particularité de finir une place devant ou derrière moi quand nous faisons la même course : Le trail du Buis 2014 et le trail des collines 2016, on est pour l’instant à égalité 1-1. J’ai égalisé de très peu à Tullins puisque ça s’était joué à la seconde près, autant dire qu’il a presque fallu la photo finish !

 

Notre arrivée à Tullins, au sprint!

 

Arrivée à St Etienne de Crossey on retrouve d’autres kikoureurs dont le Bouk, qui fait un peu la tête en nous voyant car il devine (à juste titre, tuons le suspense), qu’il va perdre deux places au classement. Il fait sacrément froid néanmoins et pendant que le Loup part s’échauffer je reste à l’intérieur près de la machine à café à manger quelques bouts de gâteau. Je ne sais pas trop comment m’habiller avec cette température, alors je fais le pari de mettre un coupe vent léger par-dessus mon t-shirt, si j’ai trop chaud il est facile à garder à la main roulé en boule. Bonne idée !

Ma stratégie de course est claire : partir à fond sur les 3km de plat du début, récupérer dans la grosse montée vers le Sceyx (ça parait bizarre mais j’ai confiance), afin de pouvoir dérouler autant que possible dans la descente, et surtout garder du jus pour relancer dans les parties rapides. Aussi je me place dans la tête du peloton sur la ligne de départ afin de rester au contact avec les premiers. Je vois le loup qui lui s’est mis sagement en retrait, il a l’air peu sûr de lui, je pense alors (à tort) que ce n’est peut être pas son jour.

Pan ! c’est parti et comme prévu j’essaie de dérouler avec le groupe de tête et d’éviter la cohue de l’arrière ; Il y a quand même près de 250 partants. Le premier km en 3’57’’, waouh je n’ai jamais couru aussi vite en course ! le 2è en 4’26’’ malgré une légère remontée et le 3è en 4’20’’, voilà 3km rondement menés même si autour de moi il y a de temps en temps une flèche qui me dépasse. Je suis à la lutte avec un coureur en rouge que je laisse derrière moi avant l’attaque de la montée.

C’est un gros morceau qui nous attend, 400m de dénivelé, cette portion est d’ailleurs dans le parcours du trail du circuit de la Sure, et en dernière partie de course ça fait mal. Mais là, sur ce format, ça doit être une formalité. Cependant alors qu’on entame le chemin j’entends quelqu’un m’interpeller de l’arrière ; Je me retourne, horreur, enfer et damnation… Le loup des steppes, que je croyais avoir semé avec mon départ rapide est là tout souriant, même pas essoufflé, tranquille.

 

Je sais alors que je suis le gibier et lui le chasseur. Je plaisante quand même en faisant remarquer qu’on va être tranquilles dans la montée vu qu’on est approximativement dans les 30 premiers et que le gros du troupeau est derrière nous. Pourtant rapidement on dépasse quelques coureurs qui ont déjà littéralement explosé. Il faut dire que le petit sentier est bien raide dans le sous bois. Puis on attaque un pré bien pentu où à nouveau on dépasse 2-3 coureurs. J’évite de regarder derrière, je reste dans ma tactique de course de profiter de la montée pour retrouver du souffle mais j’avance plutôt bien. Enfin la pente s’atténue et ça devient carrément roulant, un faux plat où il faut courir sous peine de perdre pas mal de temps. Néanmoins à quelques reprises je passe en mode marche, récupère et relance, tout en restant au train de ceux qui courent.

On arrive finalement très vite au sommet (bien plus vite qu’au Circuit de la Sure !) et on entame le magnifique sentier de descente, bien pentu. C’est là qu’un coureur en bleu me passe à grandes foulées, puis, à nouveau, effroi : le loup me dépasse enfin. Je lui ai fait le lièvre toute la montée et il me croque dès que je suis sur un terrain moins favorable.

 

Va-t-il lacher sa proie?

Sauf que… je ne suis pas mort. Et de maintenant c’est lui que j’ai en ligne de mire et que je vais chasser. Prends garde !

Hélas dans l’immédiat c’est le coureur en rouge avec qui je luttais sur plat qui me dépasse à son tour et va rejoindre le loup. 3 places de perdues, heureusement c’est la fin de la rétrogradation, maintenant je vais montrer les dents.

 

La descente devient plus facile et roulant avec une portion de bitume, je reste en contact visuel avec le loup et le coureur rouge. Au ravito, je vois le loup attraper quelque chose mais le chemin qui suit est une descente rapide, hors de question de le laisser partir alors je zappe les boissons, c’est toujours quelques mètres de gagnés. Sauf que le loup a une foulée souple et semble facile alors que derrière j’envoie tout ce que je peux sans résultat ; j’ai de drôles de pensées à  ce moment là et je me dis que si on était chez Tolkien, je ressemblerais sans doute à Gimli courant derrière Legolas. Vous voyez le genre ?  


Cela s'appelle une opposition de style

Sur un faux plat je vois le loup à la lutte avec le coureur rouge mais celui-ci passe inexorablement devant, on ne le reverra plus. Puis une courte montée vers un petit col où, même si j’ai envie de revenir, je me remets ponctuellement en mode marche afin de mieux revenir ensuite.

Après le col j’avais annoncé que c’était facile, mais raté le chemin qu’on prend monte bien plus que prévu. Enfin ça redescend et alors que je pense pouvoir attaquer, on retrouve les coureurs du 8km et ça bouchonne sévère. Je perds le loup de vue, impossible de revenir. Je crois rattraper un vétéran en noir mais dans les bouchons je le laisse partir au moment où je faisais la jonction.

A nouveau un peu de bitume dans le hameau de Tolvon puis une dernière descente que je connais bien puisqu’elle est dans mes parcours favoris d’entrainement, j’en profite pour ré-attaquer et doubler tout ce que je peux de coureurs du 8 km. Arrivé au moulin de Crossey, miracle, le vétéran en noir est tout proche, et 50 mètres devant , le loup ! Le moral revient au beau fixe et je me pourlèche les babines, ça sent très bon pour moi alors qu’il reste à peine 2km. L’avantage d’avoir fait des trails longs, c’est j’ai acquis une bien meilleure confiance et je sais que je peux aller chercher les ressources pour bien finir. Dans l’ultime montée le chemin est large et il est facile de doubler. Je raccourcis ma foulée et augmente la cadence, une technique bien utile pour accélérer dans ce genre de profil légèrement montant. Je passe enfin le vétéran, puis, ça y est le loup ! Il me regarde un peu effaré mais, beau joueur, me dit « quel come back ! ». De mon côté je bafouille un truc mais je suis en plein effort alors j’ai quand même du mal à trouver de la répartie…

Sur le plat je continue à tout donner, les coureurs du 8 qui arrivent à ce moment ne sont pas très rapides et j’ai l’impression d’être une locomotive. Une dernière portion de route, on tourne vers le gymnase et l’arche se tient devant moi. Mais je suis tellement pressé que je manque de prendre le couloir d’arrivée du parcours 8km, un bénévole me rattrappe in extremis pour me diriger du bon côté. J’arrive, un bénévole scanne la puce et surprise, le Loup de Steppes est juste là dans ma foulée, il n’a rien laché et finis dans la seconde qui suit. 3è course ensemble et 3è fois qu’on se suit, c’est pas possible il y a un truc !

Au final un peu de moins de 1h19, content de m’être battu et d’avoir fait une course 100% saucisson avec un finish d’enfer, merci à mon partenaire plus que concurrent de m’avoir poussé aussi loin, je ne pensais pas si bien faire aujourd’hui.

On partage la bière de l’amitié sous un soleil radieux avant de regarder Noruas puis le Bouk franchir la ligne. Le Bouk qui sortira un inoubliable  « mais pourtant je n’ai fait que doubler… » . Ce n’était pas le jour, mais je sais que tu reviendras nous fumer dans un finish comme tu savais le faire à une époque, hein ?

 

 

 Après avoir vaincu la meute

 

 

 

13 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 10-10-2016 à 22:03:25

Superbe récit
Superbes illustrations
Et super bagarre de saucisson
Avant on lisait le kéké vs le bouk, maintenant on est en 2016 on lit la chasse entre l'ultra-furet et l'aérien loup des steppes

Merci pour ce moment !!!
Toujours un bon rdv que cette foulée nature !

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 10-10-2016 à 23:12:57

Et on attend ton récit!

Commentaire de richard192 posté le 10-10-2016 à 23:08:43

Merci pour le récit, encore un qui mentionne le Bouk! Il y aura bientôt un Intérieur Sport sur lui.
Bravo pour le tirage de bourre à la mode saucisson, il y avait tous les ingrédients pour ça dimanche à Crossey

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 10-10-2016 à 23:14:37

C'est qu' il le mérite! Quant à toi bravo pour la perf, joli temps et classement. Tu as couru aussi vite sur 29km que moi sur la moitié!

Commentaire de Noruas posté le 11-10-2016 à 08:19:35

Belle course!
Le pauvre furet a gagné un peu de répit, mais le loup finira par le rattraper!

Commentaire de Loup Des Steppes posté le 11-10-2016 à 10:40:29

J'y compte bien ! Mais c'est qu'il court le furet !

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 11-10-2016 à 11:28:59

C'est sûr, mais le plus tard possible alors ;-)

Commentaire de Loup Des Steppes posté le 11-10-2016 à 10:39:06

Tout est dit ! Chapeau le Furet ! Je me suis bien éclaté sur cette course qui va devenir un incontournable de mon calendrier je pense ... C'est toujours sympa de se planifier des courses tout au long de l'année pour donner plus de saveur aux entrainements, mais quand en plus il y a "match" le jour J, alors là c'est le pied ! :-)

Commentaire de richard192 posté le 11-10-2016 à 10:59:39

Je vous attends ce week-end à La Buisse pour faire une revanche.

Commentaire de Loup Des Steppes posté le 11-10-2016 à 11:23:36

Ahhh malheureusement je ne serai pas là (après 3 participations de suite). Mon prochain rendez-vous c'est la fête des marrons à Gillonnay !

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 11-10-2016 à 11:31:11

C'est clair qu'il y a eu match, et un beau! je ne sais pas quand la revanche aura lieu (je pense pas participer à la Buisse non plus) mais la pression sera sur moi, pas de doute.

Commentaire de loulou-38 posté le 11-10-2016 à 14:14:16

Jolie CR pour une jolie course . Pour info c'est moi le coureur en rouge 😉

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 11-10-2016 à 14:28:02

Eh bien bravo, c'était toi le plus fort hier. Au moins là-dessus tu nous a mis d'accord :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran