Récit de la course : Trail Verbier St-Bernard - 111 km 2016, par Jean Francois 76

L'auteur : Jean Francois 76

La course : Trail Verbier St-Bernard - 111 km

Date : 10/7/2016

Lieu : Verbier (Suisse)

Affichage : 699 vues

Distance : 111km

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

X Alpine 2016 : Mon premier ultra alpin

Je me lance dans mon premier compte-rendu d’un trail, celui de la X-Alpine. Je le fais pour deux raisons :

  1. Pour un traileur moyen et habitant en Belgique, je suis super heureux & fier d’avoir terminé mon premier ultra-trail alpin,
  2. Si j’y suis arrivé, c’est aussi grâce aux comptes-rendus lus sur Kikourou en préparation de la course (en particulier celui de 2015 de Grego On The Run). Si mon compte-rendu peut aider d’autres futurs participants, cela serait super.

Plutôt que de décrire le parcours (ce qui a déjà été fait par d’autres. voir en particulier le descriptif clair et succinct de fred_1_1), je vais m’attacher aux éléments qui m’ont permis d’aller au bout ainsi que ceux que j’ai sous-estimés (et qui ont failli me mettre dedans).

Ce qui m’a permis d’aller au bout – les vraies bonnes idées :

  1. Arriver dans la région de Verbier le jeudi : cela m’a permis d’avoir une journée de vendredi extrêmement calme où j’ai pu me reposer et me détendre au maximum. Pour moi, je pense qu’arriver le vendredi aurait été trop tard.
  2. Avoir sa famille avec soi sur le parcours a été un énorme plus. Au-delà de l’aspect mental, le fait de pouvoir bénéficier d’une assistance ‘à la demande’ et de changer de chaussures/chaussettes à chaque ravitaillement dans les vallées a été un énorme plus (le parcours de la X Alpine passe par de nombreux torrents, d’où les pieds sont vite trempés).
  3. Travailler un maximum le dénivelé : J’habite en Belgique (= ‘Le plat pays’) et ai préparé la X Alpine en faisant des allers-retours sur une butte ayant 35m de dénivelé positif. Cela me faisait des séances pas très rigolotes (jusqu’à 25/30 allers-retours) mais je crois que cela a été clé dans la bonne préparation de la course.
  4. Lire tous les comptes-rendus des X Alpines précédentes sur Kikourou : ces comptes-rendus ont été une vraie source de conseils pour la préparation de ma course (en particulier, j’avais bien compris que le parcours deviendrait bien moins technique après La Fouly).
  5. Profiter du paysage (avec un vrai coup de cœur pour le Col & Lac Fenêtre + le soleil se couchant et éclairant le Grand Combin) m’a permis de garder un mental d’enfer durant toute la durée du parcours.
  6. Partir à 1h du matin : Lorsque je me suis inscrit, j’ai beaucoup hésité (‘Etre ou ne pas être : Avoir une meilleure première nuit ou être plus large avec les barrières horaires’ : telle était la question ). Au final, je n’aurais pas du hésiter : partir à 1h était le seul choix réaliste vu mon niveau.  
  7. Faire la sieste à La Fouly (30 min) a été salvateur. Je me suis réveillé en bonne forme avec l’envie d’aller au bout. Ces 30 minutes m’ont aussi permis de passer la nuit de samedi à dimanche sans devoir lutter contre l’envie de sommeil.  Egalement, après La Fouly, je me suis retrouvé dans un cercle vertueux Pacman (le fait de se sentir mieux me permettait d’aller plus vite, donc de dépasser d’autres traileurs et donc d’encore augmenter mon moral).
  8. Faire de cette X Alpine l’objectif de mon année trail : avoir préparé cette course pendant longtemps, y avoir pensé matin/midi/soir pendant les 3 derniers mois, avoir rêvé de terminer cette course ont été également des facteurs décisifs dans ma bonne gestion mentale tout au long de l’épreuve (Comme diraient les bronzés : ‘On ne peut pas tout miser sur son physique’ surtout moi).

Ce qui a failli me mettre dedans – mes erreurs : Evidemment tout n’a pas été parfait, il y a un certain nombre de choses que j’aurais pu mieux gérer :

  1. J’ai complètement raté ma descente du Catogne. Je suis tombé quatre fois (dont une où j’ai cru arriver en direct jusque Champex). Le fait de tomber dans le début de la descente m’a fait hésiter sur mes appuis, m’a fait perdre confiance et finalement entraîner dans de nouvelles chutes. J’aurais du me calmer, ralentir et accepter de me faire dépasser par d’autres concurrents.
  2. J’ai sous-estimé la durée du trajet entre Saleinaz / La Fouly et la chaleur sur cette partie du parcours. J’aurais dû bien mieux me réhydrater à Saleinaz.
  3. Je termine avec la plante des pieds hors service. Bien sûr le parcours est long. Mais je trouve que mes pieds sont dans un mauvais état. J’utilise la crème anti-frottement d’une grande marque de chaîne de sport (celle qui commence par un D et qui finit par cathlon), peut-être que je devrais en essayer une autre. Je compte également aller voir un podologue pour prendre conseil.
  4. Au niveau alimentation, je me trouve également très fragile. Je suis incapable de digérer tout ce qui est solide. Je m’en sors avec les compotes que j’avais apportées + les bouillons présents sur les ravitos. Là aussi, je vais devoir retravailler cela.

Au final, je garde un super souvenir de ce trail. Le parcours est dur et superbe, l’organisation est au top.

6 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 17-07-2016 à 22:04:01

Merci pour cette synthèse qui, à son tour, aidera certainement d'autres coureurs de cette course.

Je te rejoins sur le point clé : l'arrivée avant la course. En fait, plus ça va, plus je pense que sur un ultra de cette durée, il est très important de se mettre dans l'ambiance suffisamment à l'avance. Je pense qu'effectivement arriver la veille est une erreur...ou du moins ne pas mettre toutes les chances de son côté (après, il est certain que tout le monde ne peut pas se le permettre). C'est pour cela que j'en suis maintenant à envisager la X-Alpine avec même une semaine de mise dans l'ambiance (on pourrait même dire "acclimatation") préalable.

Bien connaître à l'avance ce qui t'attend est aussi à mon sens primordial, je ne surprendrai personne, moi qui ai la manie d'apprendre la carte par coeur avant chaque course.

Gérer son temps....ça c'est le plus difficile et tu l'as visiblement bien fait. Peut-être même que la descente "ratée" t'a été favorable, au final, va savoir.

Bravo car, comme premier ultra-trail montagnard, tu n'avais pas choisi le plus simple..:-)

Commentaire de fred_1_1 posté le 17-07-2016 à 23:04:44

bravo, je suis toujours impressionné quand les coureurs du "plat pays" font des perfs sur des trails avec autant de D+.

pour l'alimentation , c est normal d'avoir des problèmes à manger du solide quand il fait aussi chaud et que l'on doit d'abord remplir l'estomac de 0.5 litre/heure minimum pour éviter la déshydratation .

Commentaire de lolo_du_94 posté le 18-07-2016 à 07:38:27

hé ben dis donc pour un premier ultra c'est génial !
et déjà très expérimenté.
bravo monsieur !

Commentaire de boby69 posté le 18-07-2016 à 07:41:11

Il faut pas oublier que les belges ont toujours été de grand alpinistes..
Bravo pour ta course ! et content que ma région t'ai plu .

Commentaire de Grego On The Run posté le 01-08-2016 à 09:29:07

Jean François : Un très grand BRAVO pour être allé jusqu'au bout. Je suis touché que mon témoignage ait pu apporter de l'eau à ton moulin pour te décider à franchir le pas. Et ce qui m'impressionne dans ton compte rendu est le soin particulier que tu fournis pour ta préparation (ta due diligence et l'étude de l'épreuve est exemplaire !) tout comme ta motivation (tu y pensais matin/midi et soir) et cela n'est pas sans me faire penser à quelqu'un ;-))

Commentaire de nis posté le 11-01-2018 à 08:47:42

Chouette récit que je découvre avec un an et demi de retard.
En croisant les doigts pour ton inscription à l'UTMB (plus qu'1h13)!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran