Récit de la course : De la Vigne aux Caves - 35 km 2016, par cabalex

L'auteur : cabalex

La course : De la Vigne aux Caves - 35 km

Date : 26/6/2016

Lieu : Anse (Rhône)

Affichage : 656 vues

Distance : 35km

Objectif : Se dépenser

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

UNE COURSE ABOUTIE, MALGRE LES GAMELLES

Trail de la Vigne aux Caves (36,1km, 1111m D+/ 1104m D-)

à Anse (Beaujolais) 

 

UNE COURSE ABOUTIE, MALGRE LES GAMELLES

Premier top 10 de l’année en ce 26 juin, à Anse, près de Villefranche sur Saône, à la 12ème édition du trail de la Vigne aux Caves sur 36km avec plus de 1100m D+ (9ème place ex-aequo en 3h12 et 4ème V1). Magnifique parcours tout-terrain, de bonnes sensations malgré deux chutes mémorables et la partage de bons moments avec un excellent et sympathique coureur de Pierre-Bénite, Martial Billet.

Pour faire une bonne course, il faut arriver dans de bonnes conditions. L’équilibre familial et professionnel et l’entrainement (trois fois par semaine) y contribuent naturellement. L’anniversaire de Lucile, avec ses camarades de classe, très bien orchestré par Laurence, nous a remplis de joie le samedi, alors j’arrive détendu au petit matin. Co- voiturage avec Martial Billet, nous habitons la même ville et partageons la même conception de la course à pied : polyvalence, une bonne connaissance de soi, de ses capacités et limites.   Départ dominical à 7h30, devant la mairie d’Anse, je retrouve Fabien Batheyron, ami fidèle et compagnon occasionnel d’entrainement. L’ambiance est feutrée, nous sommes plus de 110 coureurs au départ de la distance la plus longue proposée (départs des 7 et 15 km plus tard dans la matinée).

FLUCTUAT NEC MERGITUR

Deux groupes à l’avant de la course se forment dès le départ, le groupe de tête avec Martial Billet entre autres, je me retrouve dans le second avec trois autres coureurs. Nous attaquons rapidement l’ascension de sentiers au milieu de vignes, je connais un peu le parcours pour être venu déjà il y a deux ans. Je temporise à l’arrière de ce petit groupe, le chemin est long et j’ai besoin de trouver le bon rythme pour ensuite me sentir bien. D’autant que les plus longues montées sont concentrées sur cette première heure. Relais avec mes deux compagnons d’échappée, je me sens facile et c’est souvent dans ces moments où l’on est moins attentif : deux chutes au 13ème et 17ème km dans des chemins forestiers sans difficulté me secouent, merci au coureur qui m’a relevé (on finira main dans la main à l’arrivée !), « fluctuat nec mergitur », je plie mais ne rompt pas. Je redouble de concentration et prend ensuite la poudre d’escampette, me régale de courir sur un parcours vallonné et varié (monotraces entre les buis, chemins de vigne ou forestiers, routes de campagne) avec un beau panorama tantôt sur les Mont du Beaujolais, tantôt les rives de la Saône, notamment en traversant le magnifique parc du Château de Lachassagne. A cet endroit, je pense terminer sous les trois heures de course et les 33,6km annoncés sur le site internet de la course. C’est sans compter que les organisateurs n’avaient pas pu intégrer ce passage privé dans leur tracé. Résultat : plus de 2km au compteur et un final un peu dans le dur. Un final en descente, comme souvent dans les trails, où l’on dépasse les coureurs du 15 km. A 500m de l’arrivée, Florian, le coureur qui m’a gracieusement relevé à ma deuxième gamelle, me rattrape et nous décidons de terminer ensemble. Un moment de partage et de convivialité. Comme à l’arrivée où je retrouve Martial Billet, qui termine 3ème de la course. Place à la récupération désormais car se profile le 15 juillet un autre joli morceau, le Grand trail de Stevenson (56km) en Haute-Loire, sur un parcours que l’on annonce casse-pattes, en l’honneur du célèbre romancier. J’espère seulement ne pas courir comme un âne !

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran