Récit de la course : Ultra-Trail du Puy Mary Aurillac - 105 km 2016, par Critobule94

L'auteur : Critobule94

La course : Ultra-Trail du Puy Mary Aurillac - 105 km

Date : 18/6/2016

Lieu : Aurillac (Cantal)

Affichage : 872 vues

Distance : 107.5km

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

L'art de la glisse

Cet UTPMA 2016 n'inspirera aucun film promotionnel, c'est sûr : ciel bouché, pluie quasi permanente, vent givrant et parfois violent sur les crètes, et surtout de la boue, de la boue, de la boue (pas mal de bouse aussi). Comme l'ont dit des kikoureurs dans un fil de discussion, dans ces conditions "dantesques" le plaisir de courir était absent. Quelques heures avant le départ à 0h01, un debriefing de l'organisation nous prévenait que ça n'allait pas être une partie de plaisir car le terrain était mauvais et qu'il valait mieux être équipé chaudement, et aussi que le parcours avait dû être retoqué à plusieurs endroits pour des raisons de sécurité (d'où quelques détours qui font que, d'après mon GPS et en retranchant les pas faits au ravito, on a dû faire 107,5 km). Les bénévoles que l'on interrogeait étaient encore moins rassurants : ils n'avaient jamais vu leurs montagnes aussi détrempées et leurs sentiers aussi pourris. Nous n'avons pas été déçus ! Je ne vais pas raconter mon calvaire dans le détail, je dirai simplement que, comme beaucoup, j'attendais les ascensions avec impatience pour mettre un terme à l'hyper-vigilance qu'exigeaient les descentes et même le plat, dans certains prés à vaches où l'on s'enfonçait parfois jusqu'au genou (de ce point de vue, la dernière étape du parcours nous a offert un petit bouquet de feu d'artifice !). J'ai eu la chance d'être sur une crête, vers le Puy Mary, pendant la 1/2 h où nous avons vu du soleil et j'ai pu admirer la beauté surprenante du paysage : à coup sûr, il faudra que je revienne dans le coin... un jour où la météo sera plus accueillante (voyez aussi le petit film pris d'hélico sur l'édition 2012 : https://youtu.be/tNOwii-qGjA?list=PLASk-EWse2SrYSpD2kjcqrKDXr2IIdUN5). Mais ce fut trop bref et vraiment déprimant, le reste du temps, de ne rien capter du paysage pendant si longtemps. Et de patauger sans cesse. Qui n'a pas pensé à abandonner à un moment ou à l'autre ? (je crois bien d'ailleurs que 40 % l'ont fait, sur blessure ou par déprime). Mes bons moments : les ravitos bien fournis et les bénévoles très pros et sympas (mais mieux valait ne pas trop s'attarder, car on se refroidissait vite et l'envie de courir n'étant pas violente, on risquait de rester scotché sur un banc) et, sur la dernière étape, la rencontre de trois gars sympas, Julien, Jean-Christophe et Thierry. Nous avons décidé de nous auto-motiver et de finir ensemble, ce que nous avons fait sur la même ligne à 22h47, de nouveau à la frontale, sûrs d'avoir réalisé un petit exploit personnel et heureux d'avoir rentrouvé une attitude qui tend à disparaître sur les trails, avec l'afflux de néo-trailers hyper-individualistes : la solidarité.

 

 

2 commentaires

Commentaire de keaky posté le 21-06-2016 à 16:35:02

C'est bref mais très très bien résumé ;)
Gris et boue notamment sur la fin, un calvaire après 100 bornes!!
Vous avez du nous doubler dans la dernière section, j'étais avec mon collègue qui n'avançait plus très vite.
Par contre, je ne sais pas pourquoi mais j'ai quand même pris du plaisir tout le long... peut-être les bonnes sensations du jour et le partage avec les amis :)
Félicitations!! Cet UTPMA est magique mais plus qu'exigeant, ne pas se fier aux douceurs de son relief (de loin) et à le verdure d’apparat ;)
Au plaisir et bon repos!!!

Commentaire de Critobule94 posté le 26-06-2016 à 12:23:17

Tu as raison de corriger, Franck, j'exagérais en disant que le plaisir de courir était absent. J'ai passé de bons moments sur certains sentiers, j'étais content aussi de bien avaler les grosses bosses

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran