Récit de la course : Trail de la Falaise - 20 km 2016, par Phénix

L'auteur : Phénix

La course : Trail de la Falaise - 20 km

Date : 12/6/2016

Lieu : Sassenage (Isère)

Affichage : 580 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Joue la comme Colt Seavers


 

 

Vous croyiez déjà tout savoir sur le trail de la falaise 2ème édition ? et bien.... vous avez raison ! Tekrunner nous a déjà rédigé un superbe compte rendu détaillé et bourré d’anecdotes... et en plus dégainé à une vitesse proche de la sienne en descente c'est à dire irrattrapable.

Mon récit sera donc inutile // oups sera donc là pour compléter.

Comme vous l'a déjà dit Tekrunner, 8 valeureux et courageux runners de l'ASPA Meylan ont choisi d'affronter « The » Falaise de Sassenage. Ils vont tenter d'user de toute leur bravoure et de leur énergie pour rééditer l'exploit de l'an passé où, comme vous l'a précisé votre serviteur l'an passé, l'ASPA avait brillé...

Mais voilà, notre Claire locale étant forfait, c'est mal engagé (heureusement qu'il nous reste notre vaillante V3F ! Cathy pour ne pas la nommer)

 

7h20 : les courageux du 20 km se retrouvent au gymnase, prennent la pose pour la postérité (merci AKADOC pour les photos...)

 

 

 

Cherchez l'erreur ? Les pompes de Physikos ! Comme dit Eric « Ce n'est pas à Saint Jacques de Compostelle que l'on va! ». Mais les pieds de Physikos, ça se bichonne, c'est sacré, on ne rigole pas avec ça !On ne les enferme qu'au dernier moment...

 

Arrivé sur le parking à Sassenage, Akadoc prend la pose pour une spéciale dédicace à notre bouk « kipréféreladromeetsondttn » à nous ! Shame on him !

 

Un petit échauffement et nous voilà placés sur la ligne de départ.

 

Pan le départ est lancé..

 

 

 

Que du beau monde sur cette photo du départ....

Ben, moi aussi je suis sur cette photo mais c'est mission impossible de me voir vu que je suis dans l'ombre du grand AKADOC (allez on voit un chouïa de ma casquette...) ;

Au premier virage je dépasse AKADOC, l'invite à me suivre mais ce sera seul que je remonterai sur Tekrunner. On échange deux trois mots puis commence l'ascension. Je remonte de nombreuses personnes qui marchent déjà. La montée se passe bien : les sensations sont bonnes :

 

Je rattrape Robin et me cale sur son rythme. Très vite je me dis que je ne pourrai pas tenir derrière lui : je suis en sous régime et pourtant cela m’embête de le dépasser : je ne me sens pas le droit d'être devant lui : après tout c'est lui le spécialiste du trail pas moi : je me dis que rester derrière lui m'assurera un bon temps.

Petit Frank nous double : je le rassure en lui disant : « Tu vois que tu n'arriveras pas le dernier » en référence à la remarque qu'il avait faite sur FACE DE BOUK.Très vite le sous régime est tel que je décide de faire fi de mes réticences et de doubler Robin. J'essaye de l'engager à accélérer à coups de « Allez ! » mais rien n'y fait. Je sens bien que c'est difficile pour lui aujourd'hui.

Je continue mon ascension plutôt à l'aise

Au détour d'un virage, je me retourne et j’aperçois Tekrunner qui remonte sur moi. Je garde le rythme en me disant : j'espère au moins être le premier de l'ASPA au sommet.

Le sommet approche, le ravitaillement aussi et c'est tant mieux car je commençais à voir des étoiles et ressentir les premiers effets de l’hypoglycémie. Je prends un gel, m’arrête pour boire un verre, faire remplir ma mini gourdinette OVERmachin et repars. Tiens Tekrunner en a profité pour passer devant... C'est comme en formule 1 : un dépassement dans les stands !

Afficher l'image d'origine

Oh Tekrunner ! Quel fin tacticien !

 

C'est ça d’être équipé : on n'a pas besoin de s’arrêter pour boire... Je le rattrape lui demande avec humour s'il pensait s'en aller comme ça ?

On aborde le plateau à deux c'est sympa ! En plus c'est la plus belle partie du parcours : Les vues sur Grenoble et sur les trois pucelles sont un peu laiteuses mais tout de même bien belles.

J'observe que Tekrunner regarde souvent sa montre... je sens bien qu'il accélère je m'accroche un petit peu puis le laisse partir. Je sens très bien que je ne pourrais pas suivre. Je suis déjà ravi d'avoir fait ce bout de chemin avec lui.

Après le ravito de la ferme Rony, la descente commence sérieusement. Je la trouve souvent glissante, je ne suis pas trop rassuré plusieurs fois j'évite la gamelle.

Très vite je sens mon quadriceps droit donner des signes de faiblesse mais tout redeviendra normal après un petit ravito (je dois manquer de magnésium en ce moment...)

Pendant la descente, un gars qui déboulait à vive allure derrière moi m'interpelle et me dit « Et tu te trompes, c'est par là ! »Quoi ????? il me semble pourtant bien avoir suivi le balisage !Je remonte les quelques mètres pour constater qu'effectivement un des panneaux de signalisation était plutôt dirigé vers une piste barrée. Le gars s'excuse de m'avoir retardé et de me doubler ainsi ... Oh ce n'est pas grave, si je m'étais vraiment trompé cela aurait été plus embêtant et de tout façon il descendait plus vite que moi donc il n'y a pas de soucis à avoir. Justice est respectée.

Retour le bitume et comme l'an passé, je sens mes deux mollets au bord de la crampe. Visiblement ma préparation n'est pas adaptée au trail...

Je tiens bon et aborde le dernier kilomètre en ville. Tiens un photographe ! Je me souviens de la belle photo de l'an passé au même endroit. FLASHBACK...

Aussi quand le photographe me propose de faire un saut. Voila t il pas que je m’exécute ! Mais dis donc tu as quel age ? Je croyais que l'époque du t'es pas cap était révolue depuis longtemps !

Et la CRAC BOUM : les deux mollets qui étaient limites crampent ! Et c'est le gadin !

Heureusement pour moi que le photographe a déclenché son objectif à temps sinon, sinon... cela aurait été la honte suprême...

AVANT

 

Après

Je suis l'homme qui tombe à pic....je suis l'homme qui vient de loin...

la blonde de Sassenage :dédicace pour Bouk...

 

Allez un coup de générique pour le plaisir

 

Le pauvre photographe était tout désolé de m'avoir demandé de sauter... Je l'ai rassuré en lui disant que cela allait et que j'étais seul responsable car j'avais bien accepté de faire le kakou...

C'est donc couvert de bleus et la main droite en sang que je passe la ligne d'arrivée en 1h 59 min et des broutilles soit près de 3min de mieux que l'an passé.

 

Bilan des courses : j'ai cette année, encore bien apprécié cette course, son organisation était parfaite, les signaleurs étaient en nombre impressionnant et les ravito étaient bien fournis. L'aspa n'a pas démérité :

En plus du podium de Cathy nous terminons 5ème au classement par équipe : c'est d'autant plus honorable quand on voit qui est devant nous !

 

Allez on verra encore mieux l'année prochaine... Avec le bouk au moins pour une fois !

 

 

 

 

 

2 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 16-06-2016 à 09:51:00

Grâce à vous, l'ASPA défend parfaitement sa vocation d'"Association Sportive de Plein Air"!!!

On n'a vraiment pas de bol dans notre région : il y a trop de courses...

Quel récit en tout cas, vous êtes mes idoles : sourire, plaisir, échange, et... combativité !!!

A bientôt champion!!! (quel cliché)

Commentaire de AKADOC posté le 16-06-2016 à 15:19:41

"Un récit qui claque sa mère !!!".
Tu es tombé par terre, c'est la faute à Runner. Les mollets dans le seau, la faute à la photo.
Bien venu au club : nous sommes 3 à avoir embrassé le sol.
L’équipe 2 de l'ASPA Meylan est également bien placée, attention pour 2017 : elle aura la concurrence du team du DTTN.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran