Récit de la course : Marathon du Lac du Der 2016, par Christo

L'auteur : Christo

La course : Marathon du Lac du Der

Date : 12/6/2016

Lieu : Montier En Der (Haute-Marne)

Affichage : 326 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Marathon du lac du Der – 2016 : 4ème édition.

J'avais marqué cette course l'année dernière pour en faire mon premier marathon. Pour une première approche sur cette distance je cherchais une course on va dire au format familial. Les aléas ont fait que l'année dernière je n'ai pu y participer.

Partie remise cette année avec le nouveau parcours.

Samedi 11/06/16 : Retrait du dossard

Premier contact avec l'organisation le samedi matin pour le retrait du dossard. Effectivement j'aime les course au petit format. Un des organisateurs prend le temps d'expliquer le parcours et les difficultés que l'on va rencontrer avec le dénivelé (au final plus de 415 m en D+ seront enregistrés par mon GPS ce qui semble exagéré). Toutes les questions sur l'intendance pour le dimanche trouvent leurs réponses. La convivialité est de mise.

Dimanche 12/06/16 : La course

J'arrive à Saint-Dizier vers 7h40, le départ est programmé pour 8h30.

Je me change et dépose un sac à la consigne. Une des particularités du parcours est que le départ est donné au cœur de la ville mais l'arrivée est au port nautique de Giffaumont, côté sud du lac du Der. Le retour peut se faire en navette pour ceux qui n'ont pas d'accompagnateur.

Après un léger échauffement direction la ligne de départ. Un des organisateurs présente David Antoine coureur qui a été 3 fois champion de France du Marathon (il finira 2ème) et 1 kenyan (enfin je crois) Ladan Kaniu Wanjiku qui a un record de 1h03'xx' sur semi. Il finira premier en 2h26'18''.

Le départ est donné à 8h32. Nous sommes moins de 300 coureurs à s'élancer. Les premiers kilomètres se déroulent dans la ville où quelques passants et spectateurs nous encouragent. Rapidement nous sortons de Saint-Dizier pour longer le canal. Nous sommes une dizaine répartit sur 100 mètres. Etre seul me permet de gérer mon allure sans avoir à me caler sur celle d'un autre coureur. Le passage au 10km se fera en moins de 52'. Après plusieurs biefs le parcours bifurque sur une route à travers bois. Le goudron est glissant. Je m'approche du semi. Le passage au 20 km sera réalisé en moins d'1h43' pour un semi en moins d'1h49'.

Ce passage au semi se fera après une côte ; cela commence à tirer dans les cuisseaux, le public et les promeneurs sont de nouveau présents. Mais la partie qui arrive me fait reprendre le rythme.

J'arrive sur la digue, je sens mon allure a baissé. Le vent ¾ face n'aide pas. Il n'y a plus les arbres pour me protéger. Je ne veux pas forcer et me mettre dans le rouge. Après le ravito au 30 km j'attaque une pente ascendante pendant environ 10' je tiens le rythme mais mon allure à pris 1' au km. Cet effort sur 1km30 se paiera après. Petite descente puis faux plats ascendant / descendant jusqu'au ravito des 35 km. Je peine de plus en plus.

Arrivé au ravito je ressens un gros coup de mou plus de jus. Je repars mais l'allure sera plus proche des 7' au km j'ai beau me stimuler, je n'y arrive plus. Je tiens quand même bon. Je continue à courir mais un mal aux abdos m'oblige à courir en me serrant le côté gauche.

Je serre les dents.

La vision du dernier ravito du 40 km me redonne du courage. Les bénévoles nous encouragent et je repars sur un meilleur rythme. Je n'ai pas le style d'un Mo Farah, la vitesse donnée par mon compteur cycliste oscille entre 8km et 10 km.

A 500m de l'arrivée les spectateurs sont plus nombreux. J'essaie de faire bonne figure et oubliant la douleur je vole (non je rigole) vers la ligne d'arrivée.

Finalement marathon couru en moins de 3h55'.

 

Nous aurons beaucoup de chance car la pluie programmée par la météo n'est pas venue …. c'est une bonne chose pour l'organisation et pour nous les coureurs.

Une amélioration peut être envisageable  serait, mais je ne connais pas les environs, de réduire la partie parcourue en ville pour essayer de faire le tour du lac en entier mais cela paraît difficile à concilier avec l'arrivée au port.

Christo

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran