Récit de la course : La Ronde des Charbonniers - 20 km 2016, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : La Ronde des Charbonniers - 20 km

Date : 15/5/2016

Lieu : Rencurel (Isère)

Affichage : 790 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La Ronde des Charbonniers 2016… Un terrain de jeu inégalable, dans un brouillard londonien by Jove !!

 

 

La Ronde des Charbonniers 2016…

Un terrain de jeu inégalable, dans

un brouillard londonien by Jove !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par où commencer ??

 

 

 

 

 

Les Coulmes, c’est affectif, c’est un cri du cœur, depuis le mémorable trail hivernal de 2014 (peut-être ma dernière belle perf’ d’ailleurs quand j’y songe) et l’after mémorable qui suivi.

 

 

 

 

 

Du coup

 

En 2015 je proposai la version sans neige au DTTN et bingo, ce fut une belle aventure.

 

En 2016 je rate l’édition hivernale du fait de pépins de santé, mais le récit de jmf mentionnant le peu de concurrents fait que je SERAI présent à l’édition 2016 en mai.

 

 

 

 

 

Par contre, pas fou le Bouk, je ne me représente pas sur le 30 kms mais sur le 20 kms dit « La Ronde des Charbonniers », hop, un extrait du site ouaibe de la course :

 

 

 

Pendant plusieurs siècles les charbonniers ont vécu dans le massif des Coulmes, de façon temporaire puis définitivement au début du 19ème siècle. Aujourd'hui  il ne subsiste plus que quelques vestiges, ruines, charbonnières abandonnées et refuges aménagés que vous découvrirez tout au long du parcours. Cette année le parcours change en partie,vous emprunterez toujours des chemins bien roulants et quelques petits singles plus techniques avec toujours en permanence cette sensation d'être perdu au fond de cette belle forêt. Après le passage à "Roche plate" Km 6, premier ravitaillement, vous basculerez sur le versant ouest du massif au coeur des Coulmes avec un passage par "la prairie de patente" Km 8. 

 

Un deuxième ravitaillement vous sera proposé Km 13 "au passage du Col du Mont noir", afin de bien finir votre épreuve.

 

 

 

 

 

Coup de tonnerre dans la planète saucisson puisque j’ai le droit à la présence d’unbretonàgrenoble, pas croisé en course depuis Ezy 2014 et les Drayes 2014 !! Splendide

 

 

 

 


On monte la route pittoresque qui mène au Col de Romeyère, quand la sortie du tunnel se fait dans UNE PUREE DE POIS !!! Nul !!

 

 

 

 

 

Arrivés sur place, toujours ce brouillard même au col, on retire nos dossards avec la bière tchèque à laquelle on a droit aujourd’hui, et après deux pauses toilettes caca de la peur, on ressort, il fait 5°C, voici le Noruas qui me sort, souriant en plus, « tu as vu, Albacor est là »

 

 

 

 

 

 

 

L’enfoiré !

 

Je pensais qu’il n’avait pas de bon de sortie !

 

En plus, aujourd’hui, entre ma grossesse de bide, mon non-entraînement, le KmV de la veille en Chartreuse, c’est du pain béni pour lui, ça ne sera pas 17 secondes comme en 2015 mais 17 minutes facilement glanées !

 

En même temps, comment résister aux Coulmes, et à son terrain de jeu pour nous…

 

 

 

 

 

Présence également de notre champion loup des steppes, des CAP Vercors, de Max Laurent…

 

 

 

 

 

Briefing, l’orga dit qu’on vient de loin pour certains donc je me fais remarquer avec mon « DE SAVOIE » ! Puis c’est le départ, punaise ils partent tous A FOND avec un Albacore qui… court à côté de Max Laurent !! De plus en plus fou-fou !!

 

 

 

 

 

Partie 1/3 : Km0 à Km6 dur dur dur !

 

Bon, le départ des Coulmes, on le connait hein ! Une belle montée pour rejoindre le plateau. Nous sommes une petite centaine, je colle au cul de Noruas mais pour combien de temps ? Je crois pas dépasser les 2 minutes, et mets le clignotant.

 

 

 

 

Et là, il y a bien plus de 100 coureurs et coureuses qui doivent me dépasser…….. Des wagons ! Et moi qui ai (déjà) mal aux jambes, hou que ça va être long 20 kms… Et je repense au Chasse-Neige qui était venu en 2015 malgré le Duo de l’Hermitage la veille !

 

 

 

 

 

Km2 on fait le virage à 270°, et nous voici dans un single montant, comme en 2015.

 

Mais alors que je pensais ne pas le prendre longtemps, je reconnais pleins de sections, bref, j’ai encore bien regardé la carte moi !!

 

 

 

 

 

Une nana fait la jonction (« tiens, le savoyard ! »), bien sympa du coup je reste derrière son bonnet, tandis que derrière deux gars, l’un encourageant l’autre, dénommé « SLY » !

 

 

 

 

 

En tout cas, l’hémorragie s’est achevée.

 

Notre groupe de 4 progresse, mais uniquement groupe de 4 !

 

Devant on voit rien, rien avec ce brouillard !

 

Et derrière, reste-t-il seulement des gens ? Lol

 

 

 

 

 

Et finalement, qui l’eût cru, dans la partie qui suit, qui alterne plus parties roulantes et quelques micro-descentes, je file, emmenant dans ma roue l’équipier n°1 qui a priori se tire la bourre avec son pote en fait !

 

 

 

 

 

D’ailleurs la descente permet (enfin) de remonter sur un couple d’un club drômois avec pleins de représentants aujourd’hui !

 

 

 

 

 

Instant magique : un creux, un trou même avec un énorme névé dedans, que l’on traverse, avant de remonter. Et c’est par là que finalement l’équipier n°1 prend le meilleur sur moi, c’est triste.

 

 

 

 

 

Juste après on rejoint un chemin 4x4 descendant, désolé mais pause pipi, et voici que SLY l’équipier n°2 me passe à son tour, non sans évoquer oralement ce « mais quel brouillard », clair que par moment c’est à 15 mètres qu’on doit voir !

 

 

 Le sourire niais du Bouk

 

 

Le faux-plat montant qui suit m’est fatal, plus d’équipier n°2 devant, et la jolie nana ne me remonte pas (moi qui me retourne tous les 25m…).

 

 

 

 

 

Et voici le ravito du km6, le PAS DE L’ÂNE, avec son magnifique (sans doute) point de vue mais on voit tchi aujourd’hui !! Je fais mon bipbip73cauet et prend le temps, surtout qu’aujourd’hui je n’ai pas/plus tellement d’objectif si ce n’est celui d’arrivé à bon port !

 

 

 

 

 

Tellement pris mon temps que la nana est finalement là, ainsi que le couple et un autre mec, je repars avec la nana.

 

 

 

Partie 2/3 : km6 à km13, seul… SEUL

 

 


Ami(s) lecteur(s), il y avait un topic ouvert récemment sur « vous est-il déjà arrivé de courir seul », et bien laissez-moi vous conter ce tronçon :

 

 

DEVANT : je sais qu’il y a les deux potos

DERRIERE : la nana est repartie avec moi, mais je mets à profit la descente pour m’échapper. Un mec me rejoint sans me rejoindre, et au final rien du tout, je me dis qu’il a dû s’arrêter ch***…

 

 

Moralité : je parcours ces 7 kilomètres, 7 kilomètres d’un terrain de jeu pour trailer privilégié de pouvoir courir, seul seul seul.

 


Mais psychiquement c’est compliqué !

Ce brouillard… On voit rien ! Il faut vraiment être attentif au balisage.

Et… la menace fantôme de derrière ! On entend des souffles qui en fait n’existent pas, on entend des branches craquer mais qui en fait n’existent pas, BREF on se retourne tous les 50m, où dès qu’on a du champ !!

 


 Exemple d'hallucinations...



Il y a quelques bonnes montées…

Il y a des superbes descentes avec racines, pierres, aiguilles de sapins…

Il y a des bénévoles perdus au milieu de nulle part qui se les meulent…

 

 

Puis s’annonce un faux-plat sur piste 4x4 interminable, façon Buis les Baronnies 2015 ! Encore l’occasion de se retourner encore et encore !

 

 

Et encore une fois, mal regardé la carte, je pensais rejoindre des coureurs du 30 mais pareil ça n’arrivera jamais !

 

 

Km10, j’ignore où on en est (j’ai éteint ma montre GPS, au bout de 45’’ toujours pas de signal GPS !), un bénévole m’annonce une belle montée, effectivement ça grimpe, j’arrive à me trouver un bâton de fortune pour grimper !

 

 

Et enfin en haut et après quelques tronçons encore joueurs, me voici au ravito du km13, enfin plutôt 12.5 aux dires des bénévoles ! Mais ça fait du bien de voir des gens, je commençais à me croire sur un record perso sur le GR20 lol !!!

 



 

Partie 3/3 : km13 à km20, un joli final, les jambes lourdes, mais un joli final !

C’est reparti… Mais ce coup-ci je ne suis pas seul bien longtemps, un coureur arrive en sens inverse, ils sont tout un groupe à avoir raté une intersection !!!

 

 

Il peste contre le balisage, m’enfin faut dire qu’avec un tel brouillard, même en étant vigilant, bon….

 

 

Le groupe de 5 repart de plus belle, je suis à la traîne, puis décroche petit à petit… Mais finalement l’un décroche, avec un joli buff UT4M hop la discussion s’enclenche, il était bénévole secouriste ! Je comprends qu’il s’agit de sa 3ème course, qu’il prépare le Trail de la Falaise, pourtant cette Ronde des Charbonniers me parait plus difficile !!

 

 

Et finalement à la faveur d’un mur je m’échappe… et rejoins le coureur moustachu qui est à l’arrêt car il hésite encore, et indique « qu’il n’est pas à un quart d’heure près », très bien alors, qu’il me laisse devant LOL

 

 

Au final on court côte à côte, avant de rejoindre un champ, et déboule derrière nous 3 coureurs, je mets bien 15 secondes avant de comprendre qu’il s’agit de (bons) coureurs du 30 kms !

 

 

Et finalement il est fou ce bouk, c’est ma chance je prends le train et dans le single descendant je m’accroche au 1er du groupe, c’est l’occasion de m’évaporer de mon moustachu !

 


 

Hommage à Nick MENZA qui nous a quittés en plein concert à 51 ans



HOU QUE JE regrette de ne pas avoir de bonnes jambes !! Ces singles descendants sont (encore) des bons moments de trail à savourer !

Cool de ne pas avoir le retour interminable de l’an passé !

 

 

Jusqu’à ce qu’on le rejoigne, ce retour interminable de l’an passé : des bosses bonnes pour les Quads ou les skis de fond, mais là, en étant dans le dur, compliqué… Le côté cool : on récupère des coureurs du 10 kms. Moins cool, ça remonte (des coureurs du 30 donc on s’en fout), puis j’aperçois mon moustachu, snif, je pensais que c’était ok.

 

 

Par contre devant j’en vois un en bâtons, j’en fais mon objectif.

 

 

Enfin nous revoilà au départ des pistes de ski de fond, plus que 1.5 kms de descente, QUE DE DESCENTE maintenant !

 

 

J’allonge, j’allonge, je réussis à joindre mon M_Batons, puis à tracer dans cette dernière descente (avec un funeste souvenir 2015 !!), et en termine sous les huées de mes potes en 2h43, à une lointaine 76ème  place sur 94, avant-dernier SEH !!!

 

 

Le temps s’est réchauffé : 6.5°C !

Par contre, le ravito d’arrivée est dantesque : pain, fromage, CHORIZO, et moults mets !!! Et ces bénévoles, d’une gentillesse, l’un a d’ailleurs récupéré une ancienne veste à the Girk’s ! Il y aura même une ovation pour les 4 plus vieux bénévoles !

 

 

QUI ne connait pas cette veste ??? Copyright le kéké



Les COULMES ? Un terrain de jeu formidable… Et puis c’est tout !




5 commentaires

Commentaire de Byzance posté le 22-05-2016 à 19:41:57

VITE ! Tata Véro s'impatiente ...

Commentaire de Namtar posté le 23-05-2016 à 09:23:37

Pas de bol avec le temps, c'est marrant car au trail du Salève on a eu du soleil.

Commentaire de Noruas posté le 23-05-2016 à 13:13:56

Bon récit !
Mais tu nous a fait attendre... comme à la fin de la course...

Commentaire de L'Dingo posté le 23-05-2016 à 13:30:14

Hé oui, Nick Manza parti bien tot, poutant il avait du cardio :-(
Il nous reste Charlie Watts (75 printemps) qui lui reste sous les 80bpm :-)

https://www.youtube.com/watch?v=Lg1uoTPbMTs [ à partir de 3'30 ; attention à la frénésie rythmique !! ;-) ]

Le Bouk, vu son chrono, a décidé de jouer la carte futur centenaire :-)))

Commentaire de Albacor38 posté le 23-05-2016 à 22:48:17

Hé hé ton moustachu c'était Bernard Allier ! Organisateur des Drayes du Vercors et vertaco pur jus. Labelisé pur produit de la Chapelle en Vercors :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran