Récit de la course : Le Semi de Strasbourg 2016, par Zaille

L'auteur : Zaille

La course : Le Semi de Strasbourg

Date : 15/5/2016

Lieu : Strasbourg (Bas-Rhin)

Affichage : 761 vues

Distance : 21.1km

Matos : Altra Lone Peak 2.5
Oxsitis Hydragon

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un semi presque comme un marathon

Mon 2ème semi de l’année avec cette fois-ci pas d’objectif de record. J’ai intégré cette course dans mon entraînement marathon comme une sortie longue spécifique pour m’aider à mémoriser ma foulée cible de 5:00min/km en condition de course. C’était également l’occasion de valider le choix de la tenue et de la nutrition.

3200 coureurs au départ de ce 37e semi-marathon de Strasbourg. Beaucoup de monde, à tel point qu’au moment du coup de feu je n’étais même pas dans mon sas mais sur le côté derrière les barrières. Il me faudra presque 1 minutes pour rentrer dans le flot humain et passer la ligne de départ. Je ne comprends pas que l’organisation ne soit toujours pas rôdée pour éviter ce genre de couac.

Ayant un objectif de temps modeste (1h45), je suis relativement détendu et les 5:20 du 1er kilo à essayer de se trouver une place sur la chaussée ne m’inquiète pas. Même le drapeau du meneur d’allure des 1h45 est déjà loin mais bon …

Cette année le sens est inversé par rapport à l’an dernier, on se dirige donc d’abord vers le parc de Pourtalès pour les quelques rares km de verdure d’un parcours forcément très urbain. A part l’un ou l’autre pont, aucun dénivelé à signaler, c’est vraiment très plat.

Les km passent bien, je surveille ma montre et navigue à + ou – 5 secondes autour de l’objectif de 5:00/km. J’ai même plutôt tendance à faire du 4:45 et je me force à ralentir. C’est rageant de se faire dépasser en sachant qu’on pourrait facilement prendre le large mais je reste  borné sur mon objectif et me dis que le jour du Marathon les km trop rapides pourraient se payer cher dans la seconde moitié de course. Je le garde bien en tête ce marathon, à tel point que je m’amuse à me torturer mentalement en faisant le décompte des km sur 42.195 : « Plus que 32km » au km10 … 

Vers le 16ème on arrive sur la place de la cathédrale, il y a du monde et même du soleil. Passer devant ce monument millénaire durant une course est un beau moment et je ne résiste pas à faire un selfie d’anthologie J On poursuit par la place Kléber et  la place Broglie, on est en plein centre-ville. Je me freine à nouveau, les encouragements du public m’ont fait oublier ma vitesse de croisière.

Bientôt le 19ème km où je me suis autorisé à lâcher les chevaux histoire de voir ce qu’il me reste encore sous les semelles après plus d’ 1h30 d’effort. Quelle libération ! J’allonge ma foulée et cours aux alentours de 4:15 pour finalement terminer à 4:24 et 4:31 ces 2 derniers kilos. J’ai entre-temps dépassé le meneur d’allure et passe la ligne d’arrivée en 1h43.

Tout a fonctionné comme prévu. Mes Lone Peak 2.5 de chez Altra, bien qu’étant des chaussures de trail, ont bien digéré le bitume et le Zerodrop ne perturbe plus mes mollets sur ce genre de distance. Elles ont un amorti idéal et je ne voulais pas racheter une nouvelle paire pour route. Je valide donc ce choix.

La boisson bio de chez Alain Roche à base de céréales et amandes n’a eu aucun effet secondaire, idem pour les barres que j’utilise déjà sur plusieurs épreuves longues. J’ai pris l’habitude depuis l’an dernier à toujours trimballer ma boisson et ma nourriture, j’ai un estomac fragile et n’arrive pas à boire dans un gobelet en courant donc je cours avec un sac d’hydratation (Oxsitis Hydragon).

Après l’arrivée, le ravito est toujours gargantuesque aux courses de Strasbourg avec cette année même des gobelets plastiques aux couleurs de l’épreuve que l’on pouvait garder en souvenir. Par contre le maillot offert est toujours aussi moche mais çà c’est subjectif.

Plus que physiquement, c’est mentalement que ce semi-marathon m’aura renforcé. J’élimine quelques inconnues avec un test in-situ en grandeur nature (enfin presque). Je serai donc d’autant plus serein d’ici un mois pour mon 1er marathon.

2 commentaires

Commentaire de Eric Kb posté le 17-05-2016 à 18:59:29

Le récit d'un Alsacien ça fait toujours plaisir! M.... pour le marathon!

Commentaire de Zaille posté le 26-05-2016 à 10:08:21

Merci pour tes encouragements. J'ai la tête dans le guidon avec ma prépa Marathon, j'ai hâte d'y être ....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran