Récit de la course : Trail Napoleon 2016, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Trail Napoleon

Date : 8/5/2016

Lieu : Ajaccio (Corse-du-Sud)

Affichage : 601 vues

Distance : 43km

Objectif : Se défoncer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Comme une carte postale ...

Comme une carte postale ...




Apres un début de saison bien copieux, cette semaine de vacances en Corse arrivait à point pour se refaire la cerise, physiquement et mentalement. Le Trail Napoléon à Ajaccio avec son parcours Impérial de 43 km et 1600 D+, qualifié de “roulant” dans les magazines, tombait pile poil dans notre timing pour découvrir le trail sur l’Île de Beauté en toute décontraction. 






Impérial Trail



Un millier de participant sur l'ensemble des épreuves de cette 16ème édition, dont 230 inscrits sur l'Impérial Trail. Avec notamment des pointures telles que Sebastien Spehler, Thomas Lorblancher ou encore Mathieu Brignon pour damner le pion aux meilleurs spécialistes corses. Le nom du vainqueur n'était cependant pas bien difficile a deviner ... Samedi matin j'avais croisé notre champion alsacien de bon matin sur le port, pendant sa dernière sortie d'avant course. Décontracté le Sébastien, qui me disait que son véritable objectif était fixé quelques semaines plus tard sur la Maxi Race, qualificative pour les mondiaux ... Il s'est néanmoins baladé sur cet Impérial Trail, en terminant avec un quart d'heure d'avance sur Thomas Lorblanchet et en améliorant le record de l'épreuve de 20'.

En tête dés le premier virage ...



Si mon objectif à moi était plus modestement de profiter du décor et de l'ambiance, j'avais quand même relevé sur le site que le podium V2 se jouait en moins de 5h. Au cas ou ... La météo n'était pas au grand beau, mais la température était idéale pour courir et j'ai enfin pu débuter une course en court !!! Avec simplement une ceinture et un bidon, les ravitos étant nombreux. Et les fameuses Hoka Rapu Nui 2 gagnées sur le Belfortrail aux pieds. J'ai eu bien du mal a me faire à ces pompes. Mais ça y est, elles sont enfin rodées et ne me blessent plus les orteils. J'apprécie enfin leur confort et leur accroche, elles assurent impeccables. Les semelles semblent toutefois bien tendres et l'usure des crampons déjà bien prononcée après seulement quelques courses. 

Parenthese en passant : les test et comparatifs de chaussures que l'on trouve dans tous les mags ne parlent jamais de durabilité. Dommage, c'est un critère important. Aux prix ou sont maintenant vendues les chaussures, l'usure prématurée après quelques (petites) courses de certain modèles est un peu désolant. A contrario j'avais également emmené une vielle paire d'Adidas Supernova qui m'on fait plusieurs saisons et que j'utilise maintenant pour faire de la petite rando : les semelles Continental sont quasi comme au premier jour !!!! Mais bon, pourquoi vanter les mérites de semelles inusables alors qu'on peu sortir un “spécial pompes” tous les ans. 

Mais revenons à nos brebis (corses) ... 43 bornes en bordure de mer, ça aurait pu paraître anodin. Je m'imaginais bien dérouler tranquillement, en mode semi touriste ... 



Un petit kilomètre de bitume pour étaler la meute et nous voila déjà sur un sentier qui monte en lacets. Je prend la file tranquillement en profitant des vues sur la mer ... Une draille plus large et bien raide permet de remonter le paquet en passant par les bords. Ellle nous dépose sur le sentier de crête. Un single magique ... Facile à courir ... Quel plaisir. Mais je suis un peu enfermé et j'ai des fourmis dans les jambes. Je profites d'un bout tout droit pour engager un dépassement limite par le fourré ... Je passe trois quatre coureurs en m’écorchant les cuissots au passage. Et pouf, ça termine inévitablement en vrac dans les ronces. Evidemment je me fais gentiment chambrer ... Normal. Les gars s'écartent et me laissent passer avec le petit sarcasme kivabien ... Normal bis. Alors là, plus le choix ... Obligé d'embrayer à fond au risque de passer pour un kéké. 

Nous sommes dans la partie "facile" de la course, le sentier est toujours aussi génial à courir. C'est roulant certes, mais il faut néanmoins rester toujours vigilant car les pièges sont nombreux au sol. Les descentes sont techniques et j'aime ça ... Mais je suis surpris de m'y faire régulièrement doubler. Les trailers corses descendent comme des cabris, se jouant du relief tout en souplesse, dans une esthétique parfaite. Je pensais toucher ma bille dans ce secteur, mais là je prend une belle leçon ... 

Seul devant ...



Mathieu Brignon ....



Vanessa Borgomano la première fille ...

 
 
Le chemin de la corniche est somptueux. Le terrain est moins difficile, mon esprit s'évade vers l'horizon ... et vlan, je me vautre lamentablement !!! J'ai les paumes bien écorchées, mais bon, rien de grave, les jambes tournent toujours. 



En arrivant vers la Pointe de la Parata on croise les coureurs qui sont déjà sur le retour. Il reste alors une vingtaine de kilomètres et il faut dérouler sur un petit passage en bitume. Un œil sur ma montre me laisse alors espérer un chrono autour de 4h30. Quelques profils grisonnant dans l'autre sens me paraissent encore bien fringant, me laissant toutefois bien peu d'espoir pour la classement caté ... 

Lui, je ne l'ai pas croisé ...



Retour gratiné, même pour Thomas Lorblanchet ...



Mais ce retour est particulièrement gratiné. Les choses sérieuses reprennent vers le 30 ème avec une énorme montée de 3 km ou je double pas mal de monde, dont la première fille. C'est toujours bon signe. A la bascule en haut je pense que le plus dur est fait et qu'il n'y a plus qu'a se glisser vers l'arrivée ... Des débuts de crampes viennent me gâcher un peu le plaisir de la descente et je vois revenir la jolie championne au plus fort de la pente. Voilà une bonne raison de s'accrocher ...

Je n'avais pas bien intégré mentalement le dernier “petit” talus sur le profil, à 3 kilomètres de l'arrivée. Ou la la , quelle surprise ce truc, grimpé à l'arrache en jugulant au mieux les crampes à fleur de couenne !!! La descente finale à l'envers du départ matinal qui auarit du être un plaisir m'a semblé durer une éternité !!! C'est enfin la délivrance en passant sous l'arche aprés 4h54'33” , classé 32ème au scratch et accrochant in extremis la dernière marche du podium V2. 

La F1 Spheler est déjà la depuis 1h30 !!!! Vanessa Borgomano termine sur mes talons et remporte le classement féminin. 

SCRATCH


Il ne reste plus qu'a retrouver mes supporters et la joyeuse animation de la Place du Casone. La douche est rustique et froide mais l'extraordinaire convivialité de Corsica Run X'treme aura vite fait de réchauffer les corps et les cœurs ... Les produits locaux sont largement mis à l'honneur dans l'excellent plateaux repas offert après course, y compris aux accompagnants. La délicieuse Pietra locale est offerte également ... Le tee shirt Salomon est joli. Rien a redire, tout est parfait .

Le fan club du jour, Damien, Hélène, Danièle .... 



La Pietra .... 



A Ajaccio on attend que le dernier ai passé la ligne, sous les applaudissements, pour débuter les podiums ... Certes c'est un peu long pour les premiers. Mais tout le monde a droit aux même égards, c'est parfaitement dans l'esprit que je me fait du trail. Et comme les organisateurs ont pensés à tout et que les sponsors sont généreux, on profite de ce moment pour reprendre quelques Pietra ... 

Et comme l'Alsace est à l'honneur ce Dimanche, c'est aussi l'occasion d'aller saluer la joyeuse bande de la MJC de Voeglintshoffen qui à fait le déplacement en nombre ... J'ai loupé la photo mais on se reverra pour la course du Rabseppi le 16 Juillet prochain.

Les podiums sont à l'image de l'épreuve, chaleureux et émouvant ... on y honore quelques figures locales. François le dernier arrivant ....



Ou Simone, stoppé par les barrières horaires, mais qui a tenu a terminer courageusement, sans dossard ....



Le scratch féminin ...



Etienne Roth de la MJC Voeglinshoffen, excellent 8ème au scratch et 3ème V1 nous gratifie d'un numéro sur le podium .... Super ...

 
Les vacances corses ne pouvaient pas mieux commencer .... Le petit vin corse se montrera parfait avec les nombreuses gourmandises locales. Une semaine en diététique OFF ou nous avons bien profité !!!! 



Le scratch ....



Les "discours" des champions seront à la hauteur de leurs performances sportives .... Excellents. Chacun saluera comme il se doit la qualité de l'organisation, la gentillesse des bénévoles et l'incroyable hospitalité corse. 





Ce Trail Napoléon animé par le belle équipe de Corsica Run X'treme est un modèle du genre .... Un GRAND BRAVO et un IMMENSE MERCI à toute l'équipe d'organisation !!!!!

 
Quel pied !!!!



Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran