Récit de la course : Trail des Verriers - 24.5 km 2016, par Zaille

L'auteur : Zaille

La course : Trail des Verriers - 24.5 km

Date : 7/5/2016

Lieu : Goetzenbruck (Moselle)

Affichage : 316 vues

Distance : 22km

Matos : Altra Lone Peak 2.5
Sac Oxisitis Hydragon

Objectif : Balade

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail by night

Malgré un trajet d’une heure depuis chez moi, je voulais faire ce trail qui a la particularité d’être semi-nocturne avec un départ à 19h.

Donc départ 17h en direction du Bitcherland et des routes de plus en plus étroites au fur et à mesure que l’on s’approche de Goetzenbruck, un village mosellan niché dans les Vosges du Nord.

Sur place, on est directement accueilli par des bénévoles sur un  terrain de foot transformé en parking où il y a toute la place nécessaire. C’est dans la salle des fêtes adjacentes que l’on retire les dossards. Un petit problème de certificat médical non reçu a pu être réglé par l’envoi en live du pdf depuis mon téléphone, c’est beau la technique !

Je fais la course avec mon épouse, je sais donc que je ne vais pas trop me mettre dans le rouge et c’est tant mieux, le 10km de Haguenau date d’il y a 2 jours donc … Pas de stress de départ, on se place au milieu des 500 participants, la météo est très agréable et à 19h le départ est donné pour un tour de stade puis direction la forêt.

Après un premier raidillon en zig-zag une longue descente nous emmène vers Meisenthal où dans le village une ambiance de folie est entretenue par un commentateur surexcité, on se regarde tous en se marrant, personne ne s’attendait à ça ici et avec autant de monde.

Les montées et les descentes se succèdent en restant plutôt « roulantes », rares sont les endroits où il faille marcher (selon moi). Les 10 premiers km sont avalés en un peu plus d’une heure. Ma coéquipière a bien progressé dans les descentes et dépasse à tout va quand d’autres sont sur les talons à freiner. J’ai moi-même du mal à la remonter quand je lui laisse un peu de mou parfois.

Au km12, ceux qui font la course en relais s’arrête pour laisser la place à leur binôme. Nous on continue, le temps de chopper un petit quelque chose au ravito. Il nous reste 10km, on commence à faire le décompte dans notre tête et je commence à scruter les nenettes qui sont la concurrence directe à mon épouse.

Après la première longue montée de 3km on redescend vers Meisenthal où tous les gens sont dehors ou sur leur terrasse à nous encourager car là même si l’on est sur du bitume ça grimpe sec et peu de monde est capable de courir. Il reste 4km, un groupe de rock nous jouent du Led Zep et on sait qu’arrivés en haut de cette côte les difficultés ne seront plus que mineures.

Une femme nous dépasse, je jette un regard à mon épouse, elle me fait mine de lui ouvrir la route, je joue à présent vraiment mon rôle de pacer. Il est environ 21h, les frontales commencent à s’allumer, on réussit à dépasser un groupe de 3 filles mais une autre a pris le large, trop rapide.

Les 3 derniers km sont en légère montée, il faut en avoir encore un peu sous la semelle, certains marchent mais pas nous, il reste une concurrente à notre portée pour améliorer d’un rang le classement. On ne joue pas le podium mais cette petite compétition à notre petit niveau est stimulante et amusante pour tous les 2.

L’arrivée est un tour de stade dans une ambiance de folie avec jongleurs de torches enflammées et un commentateur au taquet. L’euphorie nous gagne, on ne peut s’empêcher de sprinter et puis on a que quelques secondes d’avance sur celle qu’on a réussi à dépasser juste avant.

2h23 au final et une belle place de 8ème/33 dans la catégorie V1F pour mon épouse. En bonus, un petit sac à dos Décathlon siglé au nom de la course et un paquet de pâtes locales pour chaque finisher.

Une très belle expérience que cette arrivée de nuit avec un parcours plutôt facile (511m de D+ sur ma montre), un public de folie et des animations tout le long de la course. Pour une première, c’est vraiment réussi.

Le temps de se s’étirer et de se changer et on retourne à la salle où joue un petit orchestre de rock. Bière, merguez, pizza ou tarte flambée au menu, pour récupérer, l’idéal ;-)

 

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran