Récit de la course : La Montée du Roc Blanc 2016, par Coureur du 34

L'auteur : Coureur du 34

La course : La Montée du Roc Blanc

Date : 1/5/2016

Lieu : Cazilhac (Hérault)

Affichage : 230 vues

Distance : 12.6km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Allons cueillir du muguet au Roc Blanc

Vendredi 29 avril, un pote coureur « Hé tu connais la montée du Roc Blanc, une course de côte au départ de Cazilhac ? C’est ce dimanche 1er mai ! »

Moi « Le Roc Blanc, c’est comme le Mont Blanc mais en moins haut et en plus court, c’est ça ? »

Lui « C’est exactement ça ! Sans la neige, les glaciers, les bouquetins et les marmottes mais avec du calcaire et des chênes en plus sur 12.5 kms. Inutile de préciser qu’il y a (beaucoup) moins de monde qu’à l’UTMB… »

Moi « Coooooool ! Je dois placer une séance de côtes cette semaine. Plutôt que d’aller faire des répétitions de montées-descentes dans la bosse de La Pène en solo, la montée du Roc Blanc à plusieurs représente une alternative bien plus attirante. Et puis cela sera une nouvelle course qui complètera mon album Panini des trails locaux ! Mais t’es bien certain qu’il ne faut pas de points de qualif’ ? »

Lui « Oui, je t’assure, leur record de participants doit être de 70, vent dans le dos. Tu verras, c’est familial, vraiment sympa et en plus t’auras droit à un t-shirt, elle est pas belle, la vie ? »

 

Samedi 30 avril, c’est décidé, j’appelle un autre pote et on y sera tous ensemble.

 

Dimanche 1er mai, Cazilhac, place du village : sous de fortes rafales de vent, il ne fait vraiment pas chaud. Les antennes du Roc Blanc nous regardent de 800 mètres plus haut. Nous nous inscrivons, et sommes peu nombreux en effet. Je suis en config estivale alors je vais me les cailler, moi qui n’ai pas pris de manches longues ni de coupe-vent.

9 heures, le départ est donné par un coup de fusil artisanal.

Quelques détours dans les rues du village, ça grimpouille un chouille, chemins puis sous-bois et les hostilités commencent : 2 kms de bonne montée en épingles sur une piste large mais très caillouteuse, pas facile de trouver son rythme.

Puis nous sortons du bois, quelques mètres de goudron, un ravitaillement et nous rejoignons la piste principale qui monte directement au Roc Blanc. La montée est progressive, jamais violente, nous courrons tout le temps autour de 10 km/h. Au km 4, il y a 600 mètres de faux plat qui permettent d’accélérer temporairement. C’est vers là que je me joins à un duo désormais trio. Je prendrai quelques relais mais le meneur d’allure est clairement de niveau au-dessus. La grimpette s’invite à nouveau avec 4 belles épingles. Les antennes se rapprochent tout doucement, la piste ne semble jamais finir, des bourrasques de vent nous gênent par endroits.  Nous dépassons un coureur qui marche et récupérons un autre qui s’associe à nos efforts : le trio devient ainsi quatuor mais ça ne dure pas longtemps car le nouveau venu et le meneur s’entendent bien et se tirent la bourre. Je peine à rester dans le sillage alors que le quatrième larron a décroché.

Nous touchons les étoiles, le sommet du Roc Blanc est à portée de foulées, encore 2 minuscules épingles et les 2 furieux qui s’allument jusqu’à la ligne d’arrivée : je décroche à mon tour et franchis la ligne en 1h10 et quelques secondes.


La montée du Roc Blanc est un bon entraînement pour le trail, un terrain assez facile, rarement technique, régulier avec des bénévoles sympas.


Et puis il y a le bonus ! A l’arrivée, il faut penser à redescendre. Le temps de boire quelques gorgées, grignoter du pain d’épice et nous décidons de laisser tomber l’option navette de retour pour redescendre au départ en mode décrassage et faire finalement une belle sortie de 25 kms. Un coureur se joint à nous et un autre nous rejoindra quelques kms plus bas. La descente de retour permet de profiter de vues dégagées vers les Cévennes, le Pic St Loup, la mer : extraordinaire. Nous discutons tous les 4 pendant cette heure de descente plaisir jusqu’à la place du village où arrive la navette quelques minutes après nous. Nous profitons là aussi d’un bon ravitaillo dans une ambiance super sympa.

Bref, un chouette dimanche matin sportif !

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran