Récit de la course : Ultra Trail Défi des Balcons d'Azur - 25 km + 79 km 2016, par Sylvtrail06

L'auteur : Sylvtrail06

La course : Ultra Trail Défi des Balcons d'Azur - 25 km + 79 km

Date : 23/4/2016

Lieu : Mandelieu La Napoule (Alpes-Maritimes)

Affichage : 1053 vues

Distance : 105km

Objectif : Terminer

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

défis des Balcons d'azur 105km Allo maman Bobo

Défis UTBA

 

Date : 23 et 24 Avril 2016

Lieu : Mandelieu 06

Distance : 105km 4500 D+

 

Objectif : Finisher

 

Allo maman bobo ...

 

Et voila je reprend la plûme pour essayer de vous narrer mon aventure sur cette fameuse course du défis des balcons d'azur ( le mot "défis" est un doux euphémisme) 

 

Au programme :

 

Samedi 23 Avril 25km et 1000m de D+ ( en guise d'échauffement ) --> petit TBA

Dimanche 24 Avril 80km pour 3500 de D+ ( en guise de punition )  --> UTBA

                                                                                                           


Acte 1 : La désilusion ...

 

Samedi 14h00 : J'ai dans la ferme intention de ne pas m'économiser aujourd'hui pour avoir la chance de monter sur le podium en finissant dans les 3 premiers pompiers ( c'est beau de rêver) ...

 

Le départ est lancé sur la plage de Mandelieu, sous l'arche pas moins de 600 fauves prêt à piétiner le sable déjà chaud .

 

Je me place donc idéalement pour un départ rapide. 3...2...1 et .... C'EST PARTIS !

 

Et ça part comme prévus très rapidement , j'ai l'impression d'avoir de bonne sensation, je connais un peu le parcours ayant eu la chance de faire quelques recos sur le secteur

( Bouhh le tricheur ! ).

 

 

Très rapidement le rythme ne me conviens pas je sens la fatigue arrivé un peu, voir trop rapidement , d'abord le souffle court puis les jambes qui répondaient si bien à l'entrainement se mette à bouder ...

 

Je me fais donc doubler inexorablement avec toujours en guise d'excuse " oui mais bon moi demain j'ai 80km à faire et c'est pas le cas de tous le monde ".

 

Après la deuxièmes grosses difficultés ( les Monges ) ,ou je suis au bord de l'explosion je vois mon pote Fred appareil photo en main,  je fais mine d'aller bien sur la photo mais il en n'est rien ...

 

 

Et la ... coup de théâtre ! je regarde ma montre 16emes kilomètres et crampe-man comme on devrais désormais me surnommer à sa première alerte ..

 

Saisis aux deux mollets je me vois contraint de ralentir et même de m'arrêter pour m'étirer.

 

Ehhh 16km ... déjà des crampes ?! je suis sérieux la ?

( me dis-je ).

 

je continue tant bien que mal et alors que nous attaquons une descente extrêmement roulante, je cours désormais avec deux jambes de bois ...

 

Je ressemble étrangement à Forest Gump petit essayant de courir pour la première fois !

 

Je fini cette course avec un bilan dirais-je ehhh... catastrophique !

 

Très peu de plaisir , beaucoup de douleurs , même pas pu profiter des paysages et pour couronner l'ensemble je rate mon podium de 15min .

 

Je fini donc en 2h35 ce 25km et me place ainsi provisoirement à la 15eme places sur 100 du défis en n'ayant l'horrible impression d'y avoir laissé des plumes .

 

Acte 2 : On éfface l'ardoise, 0-0 balle au centre !

Ok ... bon force et de constater qu'hier je me suis raté sur ma stratégie de course (départ rapide,  la fougue , je me suis surestimé bref autant d'erreur que je continuerais à faire certainement lol .

 

Bref on oublie tout !

 

J'ai essayer de me refaire une santé hier à base d'électrostimulation et d'au gazeuse mais bon pas de miracle ...

 

... Il est 4h30 du matin en ce dimanche 24 Avril la course n'a pas commencée que mes jambes sont déjà lourdes et hyper tendus...

 

Un seul mot d'ordre cette fois la prudence ! Objectif finir ce défis et prendre du plaisir !

 

Armé de ma frontale et de mes chère bâtons nous sommes cette fois 300 au départ .

 

Bizarrement j'ai moins de pressions qu'hier, le départ seras pour moi souple et sec sur les pates avant et je me place du coup en milieu de peloton .

 

Puis le fait de voir des têtes connues au départ me rassure inconsciemment.

 

Les deux premiers heures se font à la lumière de la frontale.

 

C'est très agréable le rythme est plus tranquille, la température est idéale et je redécouvre le même parcours qu'hier sous un autre angle .

 

Je prend enfin la mesure de la chance que j'ai d'être parmi tous ces fous qui partent pour la majorité pour plus de

12-13h voir 14h d'effort ...

 

 

 

 

Après 2h30 de course le soleil fais timidement sont apparition essayant tant bien que mal de percer la brume qui se forme sur les différents cols de l'Esterel.

 

Une véritable carte postal qui d'offre à nous et la longue montée des œufs de boucs est le prétexte idéal pour contempler ce magnifique tableaux . 

 

Le temps passe beaucoup plus vite qu'hier, 20km passé et cette fois toujours pas de crampes, la raideur de mes mollets à presque disparu et vous le croirais ou nous mais pendant ces 80km je n'aurais pas une crampes .... enfin au mollets je parlent ....

 

Arrivé au 1er ravito je vois mon pote Cyrille qui s occupe du balisage , on attaque par la meme occasion la montée du pic de l'ours ( un de mes terrains de jeu preféré) .

 

Il se propose de m accompagner jusqu en haut et c est avec plaisir que j accepte , la montée se passe vite et sans emcombre . La température est clémente et je n ai encore aucune defaillance majeure.

 


Acte 3 : Rattrapé par mes vieux démons

 

Allez hop vla la descente , j en profite pour dérouler un peu et me faire plaisir

( n'oubliez pas c' est le mot d ordre du jour ) .

 

La descente m a réveille quelque peu mes jambes endoloris de la veille... il faut dire que mon expérience en terme de trail par étape et équivalent à ma culture en astronomie , c est à dire nul ....

 

Il me tarde de remonter pour m accorder le droit de marcher ... mais "quenini",  le profil est roulant et une longue portion de route nous amène pas à pas au littoral de Agay ou nous attend le 2eme ravitos. 

 

Pour ne rien vous cacher j avoue que le fait de savoir que nous sommes au point le plus éloigné de la course mine un brin mon moral !

 

D autant que sur le parcours je parle avec quelques trailers mais mon rythme ne me permet pas de les suivre, je vois donc mes compagnons de fortunes s'éloigner les uns après les autres...

 

Mais tous ça c étais avant le drame....

 

Nous sommes désormais entre le 30eme et 35eme km, ma foulée est rasante... un peu trop dirais je , une souche pas plus haute que ma cheville me sort soudain de mes profondes pensées...

 

En effet mon pied l'heurte de plein fouée et je me retrouve projeté à plat en faisant un ventre qui glisse sur ce sol sec et terreux ...

 

Tel un éléphant de mer je reste dans cette position pendant un petit moment, inspectant les dégâts ...

 

Apres un bref bilan de secouriste sommaire ( déformation professionnelle ), je suis pris d'une violente crampes aux quadriceps...

j étire alors ma cuisse quand cette fois c est l ischio qui cri à l aide !!!!

 

Je reste bloqué quelques minutes sans trop savoir quoi faire puis je reprend la route à la manière d'un petit papi faisant une course de déambulateur dans son hospice...

 

Le moral est pas aux mieux, j ai mal ... déjà ... je me fais doubler... encore ... et ce n est pas la moitié de la course.

 

1 puis 3 , puis 10 coureurs ne font qu'une bouchée de ma foulée .. encore 2 trailers vêtus de rouge me doublent.. s en ai trop ! Mon esprit de compétiteur prend le dessus je décide malgré ma fatigue du moment de leur emboiter le pas .

 

Cette anecdote si anodine soit-elle sera l effet marquant de ce défis......

 


Acte 4 : La résurrection !

 

Les km défilent et moi, " l'homme aux bâtons " ( comme me surnomme un de mes nouveaux compagnons de route ) complète désormais ce trio presque inséparable...

 

J apprend qu'avant de me rencontrer, ces deux hommes ne se connaissais pas avant et c étais également formé au fil de la course .

 

- Moi c est Sylvain et vous ??

- Moi Thiery

- et moi c est Cédric . 

 

Les présentations sont faites , le rythme est parfait et le groupe homogène. Je m accroche à mes nouveaux compagnons comme une huitre à son rocher...

 

Ils ne me font pas oublier mes crampes ni mes douleurs musculaires mais me permette de les surmonter et c est déjà bien assez suffisant.

 

Nous voila au 40eme km , j ai la joie de regarder ma montre et de voir que nous sommes à 5h de course.

L'objectif de finir entre 12h30 et 13h de course me parais abordable mais nous y sommes pas encore...

 

Pour le moment nous attaquons la montée en direction du cap roux , chacun dans ça bulle peu de bavardage mais le seul fait d'être à 3 nous aide à surmonter les obstacles.

 

J ai le regret de ne pas avoir la capacité de prendre des relais et je laisse un coup Cédric un coup Thierry diriger les rennes de cette diligence. 

 

Un trailer qui à l'air de bien connaître le parcours, nous double aisément , nous en profitons pour le soutirer quelques informations sur la suite des hostilités.

En l espace de quelques minutes il a réussi à descendre le moral de 3 trailers en même temps un réel record !

 

Nous rigolons jaune de cette rencontre et continuons ainsi notre route avec en tète toutes ces magnifiques difficultés si généreusement racontées...

 

La montée du cap roux est longue , le soleil est de moins en moins timide mais nous avançons bon train.

 

Nous talonnons pendant un long moment notre collègues " remonteur de morale ". Si il cours, nous courons , si il marche , nous marcherons et à la longue nous le dépasserons me dis-je .

 

Mon souhait fini par se réaliser, d ailleurs depuis un petit moment nous doublons plus que nous nous faisons doubler... et cela je l avoue me fais grandement plaisir.

 

Nous basculons enfin, les descentes et les replats deviennent pour moi plus dure à gérer que les montées. Mes crampes ne m ont pas abandonnées malheureusement .

 

Quant à mes amies je l ai trouvent plutôt en forme comparé à moi !

 

Nous nous attendons mutuellement, pour manger , se ravitailler

et même pour " arroser les plantes " . Cependant en haut d une bosse conséquente et après avoir pris 2-3min de pause il m est impossible de repartir... et ceux même en marchant ...

 

Contraint forcé d annoncer la nouvelles à  mes 2 lièvres d'un jour... que je laisse détaler dans la pampa avec un brin de nostalgie...et surtout la peur d'avoir perdu ma carotte...

 

Apres ce court instant poétique je repart en marchant essayant tant bien que mal d éliminer l acide lactique dans mes muscles.

 

Apres quelques longues minutes je me remet doucement au trot. Cédric et Thierry sont hors de vue et j ai peur que les 20km en communs sois déjà de l histoire anciennes.

 

J attaque désormais la longue montée du col de notre dame , mon rythme est soutenue et mes bâtons sont mes 2 nouveaux amis...

 

La tète dans le guidons depuis une dizaine de minutes je levé enfin la tête... et la à l'horizon j'aperçois mes deux compères ... il m'en fallait pas plus pour me remotiver ! Je décide donc, au risque de me fatiguer de donner un bon coup de collier.

 

J'arrive à leurs hauteurs tout heureux de reformer notre trio qui visiblement de ne s'attendaient pas à me voir d'ici tôt.

 Nous finissons cette longue montée , ponctuée par une jolie photode groupe .

 

Col Notre DameCol Notre Dame
 

 

Nous arrivons ensemble à l'avant dernier ravito , placé idéalement avant les fameuses grues ( 2 bosses raides et techniques, surtout après 60km dans les pates ) .

Nous prenons bien notre temps , faisons le plein consciencieusement, la gentillesse des bénévoles nous poussent pas à repartir rapidement.

 

Après avoir tellement redouté ce moment , j'y suis enfin ! le nez pointant le sol, mes bâtons tapant la pierre et mon esprit ailleurs je prend ( pour la première fois ) la direction des opérations , talonné par Cédric puis Thierry .

 

Nous montons à vive allure rattrapant par la même quelques trailers, cependant Thierry fatigue et peine à suivre le rythme ...

 

Tout étonné d'avoir déjà et sans encombre franchis la petite et la grande grue que je me pose même la question si c'est réellement fini ...

 

La descente est un calvaire par contre, mes cuisses sont en feu et l'aide de mes bâtons est capital !

 

La portion roulante arrive et c'est malheureusement ici que notre 3eme lurons nous décroche, impossible pour lui de trottiner sur le plat, nous continuons donc à 2 pour finir cette aventure...

 

Aller nous filons direction Théoule tout en trottinant avec Cédric , heureux de m'apercevoir que je cours plus vite maintenant qu'il y a 30km.

 

Dernier ravitos nous prenons 5-10min pas plus car l'envie d'en découdre est omniprésente !

 

Une seule difficulté se dresse devant nous la montée des Monge... celle la même qui m'avais fais déjà mal la veille ...

 

A l'image des grues, nous l'avalons comme tu pain bénis... profitant par la même de poser un peu ...

 

En haut des MongesEn haut des Monges
 

 

L'odeur de la fin se fait sentir , la fin de parcours et la même qu'hier, je partage donc ces information à mon binôme, une dernière petite bosse , puis une descente technique et la vue du littoral se présente enfin !

 

Nous quittons peu à peu la nature sauvage de l'Esterel au profit de la civilisation venue en masse se faire bronzer sur la plage.

 

Ouch le choc , nous débarquons donc comme un indien dans la ville sur le sable vêtues de nos tenues de guerriers.

 

Malgré  les regards un peu hagards se posant sur notre passage, quelques baigneurs du dimanche nous encouragent.

 

Les derniers 500m sont que du plaisir je savoure ce moment , profite de cette luminosité et ce soleil qui se jette sur la mer à quelques mètres de nous...

 

Puis au détour d'un virage , le château de Mandelieu... enfin ... les applaudissement se multiplies ainsi que les encouragements et l'arche d'arrivée est en vue !

 

Nous y sommes ! dernière ligne droite, 50m.... 30m.... puis 10m,

Nous levons les bras et finissons main dans la main avec Cédric en 11h51 .

 

 

L'arrivée du 80km avec CédricL'arrivée du 80km avec Cédric
 

Après s'être ravitaillé, nous sommes attentifs aux arrivants et attendant avec impatience l'arrivée de Thierry qui mettra finalement que 10min de plus à nous rejoindre sur la ligne d'arrivée .

 

Pour finir je me classe donc 24eme sur 100 inscrits et 75 finishers de ce défis des Balcons d'Azur. 105km 4500m D+ en 14h26 très satisfais !

 

Merci à se qui mon reconnues et encouragé durant ce weekend, à mes deux compagnons d'une course et enfin aux potos du Club.

 

Maintenant direction le Verdon en Juin ultime étape de prépa avant l'UTCAM de Septembre...

 

10 commentaires

Commentaire de olneos posté le 29-04-2016 à 12:53:33

Bravo pour la performance (j'ai fait moi le 25K et le 47K en vue d'une course dans 3 semaines) et ce beau récit !!

Commentaire de Mamanpat posté le 29-04-2016 à 15:29:33

Et ben chapeau, pas facile le challenge mais c'est tellement beau l'Esterel !

Commentaire de Sylvtrail06 posté le 29-04-2016 à 17:22:21

Merci à vous deux , c est vrai que c est magnifique ! C est quoi ta course dans 3 semaines ?

Commentaire de olneos posté le 29-04-2016 à 19:59:34

Le challenge cathare à Cucugnan (je me languis). Va falloir gérer les courbatures. Au fait je me suis aussi vautré sur le 47 :-))

Commentaire de lauhxc posté le 29-04-2016 à 20:19:38

Bravo pour ta belle course, j'ai eu moi aussi des crampes aux ischios à partir de la 3eme heure de course... Cela rend le défi encore plus beau!!

Commentaire de lauhxc posté le 29-04-2016 à 20:20:13

Bravo pour ta belle course, j'ai eu moi aussi des crampes aux ischios à partir de la 3eme heure de course... Cela rend le défi encore plus beau!!

Commentaire de banditblue29 posté le 29-04-2016 à 21:39:06

Bravo pour ce défi. Bonne continuation avant de se retrouver sur l'UTCAM.

Commentaire de Sylvtrail06 posté le 29-04-2016 à 22:57:40

Merci ;) , banditblue tu le refais cette année ?? Tu est aller deja tres loin l an passé j envie ton experience du parcours car moi il me fais tres peur lol. Tu compte faire des recos labas ou ?

Commentaire de banditblue29 posté le 30-04-2016 à 16:31:24

J'escompte être au départ, mais d'ici là la route est encore longue ;-).
Je vais essayer de caser une reco du tronçon Boréon-La Colmiane (le tronçon qu'il me manque) le dernier weekend de juin (à voir avec la famille pour coupler ça avec le parc Alpha) ou la dernière semaine de juillet.
Mais pour tout dire, je ne suis pas motivée pour faire 400 bornes A/R juste pour faire 25 km de rando.... lolll

Commentaire de Sylvtrail06 posté le 30-04-2016 à 18:01:41

Oui la route est encore longue pour moi aussi. Je pense pas faire de vrai recos je prefer ne pas me faire peur avant ;). Bonne prépa !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran