Récit de la course : Le Défi des Seigneurs 2016, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Le Défi des Seigneurs

Date : 9/4/2016

Lieu : Niederbronn Les Bains (Bas-Rhin)

Affichage : 1223 vues

Distance : 134km

Objectif : Se défoncer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

L'Intégrale de Niederbronn

Il était une fois .....



Les organisations des Vosgirunners se sont taillées une belle petite réputation depuis toutes ces années. Au même titre que le Petit Ballon à Rouffach ou La Vallée des Lacs à Gerardmer, le Grand Défi est l'un des trails pionnier dans la région. Je m'y suis fait les dents à l'époque glorieuse de feu le Challenge des Trails de l'Est, lorsque nous étions quelques farfelus à batailler pour la caisse de champagne distribuée en fin de saison sur le Sparnatrail ... Toutes ces organisations sont devenues de grandes classiques, connaissant un extraordinaire succès. A Niederbronn également l’offre s’est diversifiée, occupant aujourd’hui tout un WE début Avril. Comme il se doit, tous les dossards de toutes les courses avaient trouvés preneurs dans les semaines précédentes.

Cette année je me suis laissé tenter par l'Intégrale, le menu des gourmands, qui consiste a enchaîner le Défi des Seigneurs et le Grand Défi, soit 132 km et 4900 D+ en deux jours. C’est un challenge qui attire toujours beaucoup de chasseurs de points UTMB ... Mais c'est surtout le principe du fractionné qui m'a semblé intéressant dans la logique de progression vers mes objectifs de début Juin (Grand Raid 6666) et début Septembre (Infernal 200. Connaissant relativement bien les parcours pour avoir couru les deux épreuves séparément, je savais que ce serais un excellent entrainement à la fois physique et mental. Pour l'occasion nous sommes installé sur place dès le vendredi soir, nous avions dégoté un petit logement nickel à 300 m du départ. Le vrai bon plan logistique. 



Le challenge débute donc le Samedi avec les 74 km et 2500 m de dénivelé du Défi des Seigneurs, 350 inscrits et probablement un peu moins au départ, sous un ciel bien nuageux et par une température frisquette. J'avais donc renoncé au short pour partir en corsaire, avec manchettes, gants, buff, ceinture double bidon et Nike Pégasus Trail aux pieds, des chaussures pour courir. Et j'inaugurais de nouvelles Oakley équipées de verres transitions sur le pif .... 



On débute bien sûr par le traditionnel tour de stade, avant d'aborder la longue mise en jambe qui nous conduit à Lembach, km 26, ou je passe en 2h15 pile poil dans le timing prévu. La course débute véritablement après ce premier ravitaillement. On aborde la section la plus intéressante le long de la frontière, sur la ligne de crêtes gréseuses qui nous fait virevolter au milieu des châteaux et des rochers énigmatiques ... On évolue essentiellement sur des singles ludiques jusqu'à Obersteinbach au km 44 ... 

Passage a Jaergerthal ....



Les chicots caractéristiques des Vosges du Nord ...



Luc DSP dans le secteur le plus marrant ....



Enigme ... le vrai ? le faux ? ....



La suite est moins drôle, on se trouve souvent de longues allées rectilignes .... Personne devant, personne derrière, l'effort mental est important pour rester concentrer et dérouler une foulée fluide. C'est une libération de trouver de petit sentier en lacet qui nous fait dégringoler sur Dambach. Nous sommes alors au km 56 ... 



Il ne reste plus qu'a bien gérer le retour, avec le traditionnel passage au sommet de l'emblématique Grand Wintersberg. L'ascension se fait en plusieurs paliers, et ce sont les paliers qui me semblent les plus difficiles .... Les jambes répondent toujours bien, mais ces portions plus ou moins planes me paraissent bien longues. J'ai hâte d'être dans la dernière grimpée ... 

A plusieurs reprises dans la journée nous avons traversé des zones de coupes de bois. Il faut y être attentif, lever les jambes, la tête, escalader parfois. Ça fait partie des imprévus de la course nature. Dans cette montée vers le Wintersberg nous passons une nouvelle fois dans un chantier. Un bûcheron taille molosse, genre caricature du méchant de la BD, me fusille d’un regard hargneux. Un peu plus loin je croise son jeune compère qui redescend le chemin, un étrange sourire jusqu’aux oreilles.

Quelques minutes plus tard je débouche sur un grand carrefour : deux chemins sont clairement barrés à la sciure, un troisième part à gauche avec un tas de sciure au milieu, un dernier tout pourri semble plonger vers le néant. La flèche directionnelle jaune indique l'un des chemins barré à la sciure .... Merde alors !!!! Se trouver planter là comme un con a une dizaine de bornes de l'arrivée alors que les cannes sont bien, ça fait braire. Mon premier poursuivant arrive, on palabre, il sent bien le chemin le plus à gauche ... On s'engage, mais rapidement le tas de sciure en plein milieu me met un méchant doute, comme si une ligne avait été “nettoyée” .... On fait demi-tour et, coup de bol, un concurrent allemand équipé d'un GPS se pointe .... Ca jardine un peu, mais rapidement le gars nous indique le chemin tout pourri. J'embraye comme un malade dans la descente a je trouve enfin une balise .... Les autres rappliquent derrière, ouf, c'est reparti. 

Enfin voilà le sentier en lacets qui nous grimpe à la Tour, il y a un peu de monde, les quelques encouragements font du bien. Un dernier remplissage de bidon et il n'y a plus qu'à se laisser glisser sur Niederbronn ... La descente se fait également en paliers, et ce sont toujours les relances sur ces bouts de plat qui font mal. Je regarde ma montre régulièrement, l'objectif 8 heure me parait jouable et renforce ma concentration .... Ça se joue a vraiment pas grand-chose : le chrono indique 7h59'28 lorsque je franchi l’arche .... Ouf .... 19 ème au scratch et 1er V2. Evidemment satisfait de la journée.

Scratch Défi des Seigneurs



Le top 5 et les premiers de chaque catégories .... 



Mais il faut déjà penser à la récupération. J’apprécie le massage sur place et le confort de notre pied à terre à deux minutes de là … Rien de tel qu’un bon vautrage dans le canapé avec la bouteille de St Yorre (rends-moi fort) devant le reportage du Tour du Pays Basque !!!!

La c'est Luc qui profite du massage ...



J’ai mangé comme un ogre et je me suis fourré sous la couette à l'heure des poules …. Mais j’ai passé une nuit chaotique, avec un sommeil en pointillé. Je me suis levé avec une douleur dans le bas du dos (probablement dû à un point dur lié au portage du téléphone dans la poche arrière de la ceinture) et des courbatures dans la nuque (… ??? ) … Mais les jambes presque nickel.

L’heure du départ étant fixé à 8h, j’avais tout le temps pour m’enfiler un copieux petit déjeuner, café au lait, pain, beurre (salé), confiture (maison) … Tout le contraire des grands principes diététique mais tellement bon pour les papilles et le mental. 

Et puis quel plaisir de trouver le soleil et quelques degrés supplémentaires Dimanche matin … Cette fois je peux enfin enfiler un short (la première fois de la saison) et troquer le buff pour une casquette. Et pour les pompes j’inaugure une nouvelle paire d’Adidas Riot 6 ....


En trottinant sur la piste autour du stade j’ai l’agréable surprise de croiser le charmant minois de Jasmin Nunige … C’est toujours gratifiant pour une organisation d’avoir une championne de ce calibre au départ.


La bonne parole des Vosgirunners ....


Et puis dans le sas de départ il y avait également quelques “faux Brogniart” … Marrant comme le look de notre vosgien fait des émules. J’en souris intérieurement. C’est ici même, à l’occasion d’un de mes premiers Grand Défi des Vosges, que j’avais croisé le lascar pour la première fois. Tout jeune, cheveux courts, déjà l’accent qui fleurait bon le terroir vosgien, il me devançait de quelques rangs au classement … Difficile d’imaginer que ce gars-là deviendrait le cador qu’il est aujourd’hui. 

300 inscrit au départ du Grand Défi du jour, 58 km et au programme …. Compte tenu de la fatigue de la veille je tablais sur un temps de 7h et une place dans les 50.

C'est reparti ....


Comme la veille la première section permet un (re)mise en route progressive ou je m’applique à rester sur un rythme “facile” et à ne surtout pas accrocher les V2 (ni les autres d’ailleurs) qui me doublent régulièrement … 

Jasmin voltige déjà ....

 
L'est pas belle la vie des trailers ....



Nous passons une nouvelle fois à Jaegerthal, empruntons quelques passages des Seigneurs pour arriver au ravitaillement du km 24 situé au pied du Château du Windstein. Avec deux kilomètres en moins je passe en 2h15, dans le même timing que la veille, exactement comme prévu … On nous propose là de la tarte flambée … Tentant, mais pour le coup je préfère engloutir quelques tronçons de bananes. 

Il faut ensuite gérer les 19 kilomètres pour rejoindre Dambach. C’est assurément l’étape la plus roulante du WE et il faut quelques ressources mentales pour ne pas sombrer dans les interminables boulevards quasi tout plat … L’approche de Dambach est identique à la veille, avec cette fois un petit vent dans la tronche en plus. Mais finalement j’ai trouvé le temps moins long, parce que j’avais toujours quelqu’un en ligne de mire … Ce faux plat n’est vraiment pas marrant mais convient toujours à ma petite foulée diesel.

En arrivant au ravito de Dambach, trop facile cette course ....



Le retour est plus direct et plus abrupte que la veille, en abordant le Grand Wintersberg par d’autres voies, ce qui n’est pas pour me déplaire. Pareil pour la descente sur l’autre versant … C’est plus agréable, d’autant qu’il y a du monde sur le chemin avec les derniers concurrents de la Mac VI … Je me fais bouffer par un jeune qui termine comme un boulet dans le dernier lacet. Sympa, tout sourire il vient me serrer une louche en me remerciant de l'avoir motivé dans la montée ... Ca fait toujours plaisir. Je termine finalement 24 ème et 3 ème V2 avec un chrono de 6h05 et a ma grande surprise avec une moyenne un poil mieux que la veille. A noter la superbe 4ème place au scratch de Jasmin Nunige. 

Scratch Grand Défi des Vosges


Le podium du Grand Défi ....



Le bilan du WE me satisfait entièrement avec une 5ème place scratch sur l'Intégrale avec une moyenne de 9,4 km/h , à 1h25 de Thibaud Clipet le vainqueur qui a couru exactement 1 km/h plus vite ...

Scratch Intégrale

Top 5 de l'Intégrale ....



On en profite pour faire un peu de pub aux copains du THK



Aucun bobo sérieux a signaler. Je me suis adapté sans soucis à mes nouvelles Oakley. Certes elles sont moins couvrantes que de véritables lunettes de vélo, mais le fait d'avoir la correction myopie et presbytie avec les verres transitions offre un confort visuel que je n'ai jamais connu à ce jour ... Satisfait également de mes choix de chaussures, avec un petit plus pour les semelles Continental des Adidas Riot 6 qui m'ont procuré une accroche de feu, supérieure à celles des Nike Pegasus .... Le seul “défaut” des Adidas seraient peut être cette couleur jaune vaguement flashy très salissante. Mais pour le reste elles sont parfaites et pourraient bien être de la fête sur la 6666 au mois de Juin prochain. 

Même si les deux parcours sont un peu trop semblables à mon goût, j'ai apprécie le principe du challenge sur deux jours, idéalement placé en début de saison. Mais il serait peut être intéressant de pimenter un peu le challenge ... Pourquoi pas en tournant dans l'autre sens le Dimanche, avec le Grand Wintersberg pour la mise en bouche ? En dénichant quelques sentiers plus techniques au détriment des grandes allées forestières ? En partant de nuit ? .... 

Au niveau de la récupération, mes sensations sont étonnantes, inhabituelles ... Je n'ai pas eu mal aux jambes dans les jours suivant la course mais par contre je ressens une profonde fatigue intérieure, avec envie de dormir alors que je n'ai pas été du tout en déficit de sommeil ... Repos obligatoire donc pour le Poucet en espérant remettre le bonhomme en état pour la prochaine étape dans les Ardennes Belges le 23 Avril. Affaire à suivre .... 




6 commentaires

Commentaire de Lapins Runners posté le 15-04-2016 à 17:08:16

Bravo à toi ! J'ai adoré cette course et ce format très original sur 2 jours. Hyper intéressant de tester comment le corps est capable de relancer la machine après un premier "ultra" dans les pattes le samedi.
Belle découverte en tout cas. Bonne récup si ce n'est déjà fait.

Commentaire de 2ni_57 posté le 15-04-2016 à 20:36:03

Waouw ! Super... Bravo à toi, poucet ! T'as fais fort, là, dis !!!
Bonne récup' et à bientôt, pour la Bouillonnante (pour le CR. Je ne crois pas qu'on arrivera à se voir sur place, vu les horaires de nos deux courses ! Une prochaine fois, alors, très certainement...)
Et bon trail, déjà, en tout cas !
2ni

Commentaire de poucet posté le 16-04-2016 à 06:08:35

Merci 2ni ...
Tu vas sur la Bouillonante ? quel parcours ? pas vu ton kivaou ?
On sera sur place le Vendredi soir ...
Je table sur 8h de course, donc arrivée probable vers 13h ... si jamais ...
Et pis on va profiter du déplacement pour une petite balade récup le Dimanche.
Bonne préparation à toi.
@++++
Poucet

Commentaire de 2ni_57 posté le 16-04-2016 à 13:50:45

Je fais le petit format (le 13 km), en découverte, avec départ libre entre 10 et 11h...
13h ? Ca peut le faire, peut être, finalement... OK, on verra bien.
Surtout bonne préparation à toi (enfin, c'est bon, là, je pense... Du repos, quoi !). En plus, il devrait pleuvoir... Ca va bien "gadouiller" !
A bientôt...
2ni

Commentaire de 2ni_57 posté le 16-04-2016 à 18:17:41

Euh... je me suis trompé de Bouillon, en fait ! Pour le nôtre, pas de pluie... donc, pas de boue, non plus ! Super, quoi...

Commentaire de poucet posté le 16-04-2016 à 19:39:30

Euh aussi ... en regardant la profil de plus prêt, je crois que je vais plutôt tabler sur 9h, c'est d'ailleurs ce que j'avais noté sur mon kivaou.
Super si on a un Bouillon sec !!!!
@++++

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran