Récit de la course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 30 km 2016, par doudouX

L'auteur : doudouX

La course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 30 km

Date : 19/3/2016

Lieu : Meudon (Hauts-de-Seine)

Affichage : 848 vues

Distance : 30km

Matos : Chaussure de route

Objectif : Battre un record

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un 30 et ça repart

Bon, à moi de vous faire partager ma petite balade de samedi matin.

Donc comme le titre d’indique je me suis positionné cette année sur le 30 sachant que depuis 2012, j’ai étrenné toutes les distances possibles du 18 au 80 (l’an dernier).

Cette année, je n’avais pas nécessairement l’envie de me lancer dans une grosse préparation donc le 30 me semblait très bien.

En 2013, j’avais fait 3h13 sur la même distance. Mon objectif est de faire mieux.

Réveil :

A 6h45, et c’est là que j’ai commencé à faire quelques erreurs… je me suis envoyé des pâtes et deux œufs au plat. Les oeufs, c'est idiot sachant que ces deux là m’ont accompagné jusqu’à Saint Cloud. Dur à digérer.

Ensuite, j’ai pris la voiture que j’ai garée à la Tour Eiffel et direction Montparnasse pour retrouver un ami. Et histoire de bien me déglinguer l’estomac, là bas, j’ai pris un pain au chocolat et un café à la gare !!! Complètement c… le pain au choc mais j'avais faim. Par contre le café est passé sans souci.

Arrivé à Meudon vers 9h. On retrouve notre troisième Laron du groupe. Je mets mon éternel bandana bleu sur la tête. Nous n’avons pas perdu de temps pour nous glisser dans le 1er sas. Il a juste fallu profiter de la forme olympique du speaker pendant 25 mn…

Départ :

Nous partons donc dans les 1ers, et rapidement nous avons pris une allure soutenue, il faut dire qu’en moyenne, les coureurs et coureuses du 1er sas étaient plutôt rapides. J’ai l’impression d'aller trop vite mais ça va. Mes deux acolytes commencent à me lâcher au niveau du 7eme km (ce qui est logique). Je finis par les rattraper peu après. Ils me lâcheront définitivement au 12eme km.

Malheureusement pour moi, j’ai toujours les œufs et le pain au chocolat qui me tiennent compagnie et qui se rappellent à mon bon souvenir. Alors certes je n’ai pas mal au bide mais je ne peux rien avaler et je n’ai aucune sensation de manque. Je me force néanmoins à boire.

Au final, j’arrive sur Saint Cloud en moins de deux heures en ayant gardé un rythme soutenu. Je suis en avance sur mes prévisions. Mais depuis 2 km je sens une gêne aux deux cuisses mais avec les manchons, ça tiens.

Ravito du 20 eme :

Je ne m’arrête pratiquement pas, juste le temps de laisser deux ou trois trucs que je ne mangerais pas. En plus j’avais oublié mon gobelet… Et franchement le moteur tourne encore.

Les 10 derniers km :

C’est au niveau de musée de la céramique que tout à commencé à aller de travers… déjà j’ai froid. Ensuite, je me rends compte que les œufs et le pain au chocolat m’ont abandonné au ravito.Clin d'œil Résultat je sens très nettement que je n’ai plus grand-chose dans le réservoir - du au fait que je n'ai pratiquement rien mangé - et je commence à me trainer. Heureusement que mes fidèles TUC et mes abricots sec sont là, cela me maintient juste à flots. Je ressens également de plus en plus mes douleurs aux cuisses. Je ne suis pas loin des crampes – qui ne viendront pas finalement. Ceci dit comme je n’avance presque plus, je n’ai pas trop à surveiller celles-ci.

Et c’est là que l’on découvre la dernière nouveauté : la montée à Meudon … "horreur malheur" Criant. Heureusement qu’il y a encore quelques panneaux d’encouragement pour les Kikoureurs.

Au final j’arrive à me trainer jusqu’à l’arrivé sans pratiquement marcher mais en me faisant doubler par des meutes entières de coureurs sans pouvoir réagir. Ma 1ere pensée à l’arrivé étant «terminé, je prends ma retraite de coureur En pleurs» 

Conclusion :

3h03 soit 12 mn de moins qu’en 2012 (avec 500 mètres de moins). Et je suis presque dans le 1er tiers des participants (une bonne satisfaction). Ma bonne allure des 20 premiers km a largement compensé le chemin de croix final. Donc, en plus de ma mauvaise gestion alimentaire, le sur régime du début explique aussi ma fatigue.

Au vu du résultat positif, finalement je ne prendrais ma retraite que plus tard.

Mais franchement, le circuit dans Paris à une heure de forte circulation et avec toujours plus de travaux, c’est de pire en pire…

Rendez vous dans 15 jours pour les 35 du Josas. Mais là je pars avec une collègue qui a le même rythme que moi, ça sera plus amusant.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran