Récit de la course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 30 km 2016, par xav14123

L'auteur : xav14123

La course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 30 km

Date : 19/3/2016

Lieu : Meudon (Hauts-de-Seine)

Affichage : 779 vues

Distance : 30km

Matos : Chaussures : mizuno ascend 8
Montre : garmin forunner 620 HRM

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon 2e eco-trail 30km... et ses gels !

Ceci est mon tout 1er récit de course, donc merci d'être indulgent :-)

Préparation

Je participe à mon 2e ecotrail 30km après celui de l'an passé mais je me suis mis à la CAP/trail que depuis l'automne 2014. Je m'entraine 1 à 3 fois la semaine en alternant course dans mon quartier et salle de sport mais je pousse rarement les séances au delà d'1h faute de temps. J'aime participer également régulièrement à des 10km ou quelques semi. Je sais donc parfaitement où se situe à ce jour ma limite (15e km) car au delà j'ai l'habitude que les crampes arrivent. Je m'attends donc à souffrir sur la 2e partie de l'ecotrail.

Objectif

Pas inquiet pour les barrière horaires max, mon objectif est de faire mieux et d'être autour des 4h15 contre 4h41 l'an dernier.

Avant course

J'arrive avec ma femme et ma fille en région parisienne vendredi soir où on loge chez des amis. Je crainds un peu le pire pour la nuit qui arrive puisque m'a fille n'a que 6 mois, mais finalement la nuit est assez calme, ouf, c'est déjà ça !

Lever 7h, j'ai un peu mal au ventre alors que j'ai fais gaffe à mon alimenatation toute la semaine (stress?). Je prends un peu mon temps et vérifie une dernière fois mon sac préparé la veille...et là surprise, je me rends compte que j'ai oublié à la maison mes gels énergétiques et pates de fruits ! Je déprime à l'idée de penser que je vais faire la majeure partie de course avec seulement 2L de boissons énergétiques et quelques barres céréales....JE SUIS FURAX !

J'arrive sur le lieu de départ un peu à la bourre seulement 30mn avant de départ. L'échauffement se résume donc essentiellement à des étirements (pas top...). Je tape également la discute avec quelques coureurs histoire de prendre la température et parce que j'aime cette ambiance conviviale. Tous me disent qu'ils sont multimarathoniens ou on déjà fait des courses de 50 ou 100km.....Bref, le décor est planté et je me fais tout petit.

Départ > 9e km

Nous sommes environ 2600, il fait assez froid 5/6°, pas de soleil. Le départ se fait en 7 vagues de 400 coureurs environ. Je choisis de prendre la 5e afin de ne pas géner les meilleurs. Le départ est donné, nous remontons l'avenue du chateau et entrons dans le parc de l'observatoire de meudon, avant de bifurquer dans les bois. Le terrain semble quasi sec donc tant mieux. Chacun cherche son allure, ni trop lente, ni trop rapide. Puis les 1ere côtes arrivent, et ça bouchonne un peu, donc la marche s'impose pour la plupart d'entre nous. Les grimpettes se passent bien, pas d'essouflement, j'en profite pour boire et la relance est ok une fois arrivé aux sommets. Bref, je suis zen.

9e km > 20e km (ravito)

Nous arrivons dans la traversée de Chaville. Nous sommes plusieurs à remarquer la façade d'une boulangerie et toutes les patisseries.....ça bave dur! Mais pas le temps de s'arrêter, la route est encore longue. Un automobiliste s'énerve contre un signaleur, je vous passe les insultes, et on rigole bien contre les parisiens! Cette scène se renouvellera quelques km plus loin avec une mamie cette fois !

Puis ça se complique, je sens une pointe dans un mollet....quoi? une crampe? déjà??? Elle est assez supportable mais je préfère ralentir un peu et laisser partir le petit groupe bien sympathique que j'avais accroché un peu avant. Je bois je bois je bois je bois et je repense à mes gels oubliés....et oui une telle erreur ça ne pardonne pas. Au km 16 et l'entrée dans le parc de Saint Cloud, les jambes se durcissent ensuite et je suis obligé de me mettre en mode alternance course/marche pour limiter l'apparition des crampes. Mon estomac n'est pas terrible et me fait comprendre qu'il en as ras le bol de la boisson énergétique. L'épreuve prend donc à présent une dimension mentale puisque j'essaie de tenir difficilement jusqu'au ravito du 21e km où j'espère trouver....des gels !!!!! J'arrive finalement à ce ravito en 2h37, mais pas de bol, pas de gels ! Je suis surpris pas le nombre de coureurs présent à l'espace soins, ou bien qui font des étirements ou qui ont même sorti leur couverture de survie! Pour ma part, je décide de ne pas m'y attarder et ne prends que le strict minimum (2 barres isostar, sucre et un peu de boisson).

 

21e km > arrivée Tour Eiffel

Au départ de la zone de ravito, la Tour Eiffel est en vue, à la fois si proche mais encore si loin! Je sais donc par expérience que cette dernière portion est également une torture mentale et qu'il reste encore environ 1h30 de course au menu. La descente du parc de Saint Cloud se passe bien, je cherche à me détendre. Puis viennent les quais de Seine toujours aussi peu esthétiques avec tous ces travaux. C'est parti pour 9km de bitume et les crampes reviennent alors en force ! Je me remets donc en mode alternance course/marche. Puis vient la dernière côte du parcours (nouveauté 2016), assez roulante et qui éloigne un peu du flux de circulation, donc c'est toujours bien!

25e km : grosse crampe à la descente d'un trottoir peu avant d'entrer sur l'Ile Saint Germain. Je me tords de douleur quelques minutes, et le signaleur est obligé de couper la circulation. Mais impossible de me relever et d'atteindre le terre-plein central, ça klaxonne dur !!! Et là Dieu apparaît : un coureur qui me suivait m'aide à prendre appui sur lui et m'offre un gel énergétique sans que je lui demande rien! Je le remercie et arrive à repartir, c'est aussi ça l'esprit trail que j'apprécie!

J'arrive finalement à la Tour Eiffel en 4h18, soit 23 minutes de mieux que l'an passé. Je suis donc satisfait même si j'ai un arrière goût d'inachevé avec toutes ces crampes qui m'ont clairement ralenti sur la 2e partie de course et ces histoires de gels, sans quoi, je pense pouvoir viser un 3h45. Toutefois, j'ai à présent bien envie de m'aligner sur le 50 km avec juste pour idée d'être finisher avant les barrières horaires (en augmentant la charge d'entrainement bien sûr).

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran