Récit de la course : La Course nocturne Les Flambeaux - 18 km (Edition spéciale) 2016, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : La Course nocturne Les Flambeaux - 18 km (Edition spéciale)

Date : 12/3/2016

Lieu : Montfort L'Amaury (Yvelines)

Affichage : 1074 vues

Distance : 18km

Objectif : Balade

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pour 7 secondes de plus...

Retour aux Flambeaux, plus de 5 ans après ma première participation à cette course. Sa place dans le calendrier ne m'est en effet guère favorable, souvent une semaine après mon inamovible Le Puy-Firminy.

Du coup, le report de la course à cause des attentats m'a été favorable, et j'ai saisi l'occasion. « Coup de chance » (pour moi) : celestcyr ne peut pas courir, et a proposé son dossard.

Je ne peux lui promettre d'essayer de terminer 1ère féminine, comme elle l'an dernier. Je sors quand même du Vulcain et, la semaine prochaine, c'est l'Ecotrail. Donc je promets d'essayer de faire...1ère V2F.

Je suis plein de bonnes résolutions. Ce sera ma seule session de course à pied de la semaine, je viens uniquement parce que c'est plus drôle de faire une course qu'une sortie tout seul, donc je suis EN MODE TOURISTE.

J'ai annoncé un objectif de 2h15, c'est dire...:-). En gros, ma vitesse du Vulcain, quoi. Tout le monde a rigolé, sur le forum.

Je vais leur montrer, moi, qui c'est Raoul, et que je peux respecter un roadbook. Donc, paf, je me positionne en queue de peloton au départ. Surtout ne pas emboîter le pas de PhilippeG-522, Bikoon et TontonTrailer, aussi appelés « Les Tontons Flingueurs ».

Tout derrière, le Christian. Je n'entends rien du briefing, mais c'est pas grave, je connais le parcours par coeur puisque je l'ai fait une fois y'a 5 ans....:-)

Et c'est parti.....pour une montée en deux temps au chateau de Montfort, dans les jolies rues du village. Bon, bin....je marche, j'ai dit que je ne me fatiguais pas. Le seul truc, c'est que je double...:-). Evidemment, je ne résiste pas à m'amuser à doubler un marchant des gens qui trottinent, c'est toujours poilant....

Plein phares dans la descente du chateau, l'air de rien un peu piégeuse. Les 400 lumens de la Stoots envoient du pâté. Le bubulle, lui....il envoie les aérofreins. ON A DIT QU'ON RESISTAIT à l'envie de doubler tout ce qui bouge.

Donc, je ne double que un peu. Et comme on remonte, après le village, en direction de la forêt, bin je marche. Trop que je respecte le programme, tout fier, le type. Bon, je marche un peu en mode guerrier, mais ça j'ai le droit, nan ? Et donc, je ne double que un peu, là, toc.

Bon, plus de lumières, on est sortis de la ville, chemin le long de l'étang de la Plaine. Petit souvenir....d'une balise du Raid 28 2014, d'ailleurs, qui était posée dans un joli trou humide à côté du petit mur de barrage de l'étang. La boue est apparue et, avec elle, les slaloms pour éviter les flaques bien profondes.

Enfin, les slaloms....pour les autres. Je tire droit dedans : splaaaaaatch ! A chaque splatch c'est 1 ou 2 places de gagnées.

Evidemment, gros malin, à faire le kakou, le rythme s'accélère. Me voilà à 10-10,5km/h, non mais pffff, comment vais-je tenir un objectif avec ça ?

Piste cyclable sur 200m, puis re-boue sur la Route du Haut-Cornu. Un joli champ de boue, comme d'habitude, surtout au passage des Mares Moussues. Et platch, et re-platch, et ça continue à remonter, non mais re-pffff. En regardant ma trace a posteriori, je me vois à 12 à l'heure ici. J'ai tenu 4km, quoi.

Les coureurs se sont espacés, voilà ma chance. Cela fait des occasions en moins d'avoir envie de toujours dépasser le gars ou la fille devant, là. Je me raisonne, je me convaincs que ce n'est pas grave si on me dépasse, que j'avais dit que je m'en foutais, que je dois être tout sage et qu'au mieux je m'autorise à faire le foufou sur les 3-4 derniers kilomètres.

Pas à partir du 5ème, quoi.

Ah oui, mais descente...... J'y peux rien m'sieur, ça avance tout seul et les deux filles, là, elle ne descendent pas bien vite. Zou.

Fin de la descente, on va entamer une longue remontée sur le Chemin de Bazoches. On va la faire tranquilleeeeeeeee, aha méheu, qu'est-ce que c'est que cette petite mobylette de nana qui me redépasse, là, en faisant des petits pas de petite mobylette ? Et sa copine, maintenant, qui repasse sur ce faux plat.

Méheu.

Bon, allez je suis. On va dire que c'est une V2, elle, et j'ai promis à Hélène. Donc, j'y peux rien, m'sieur, si je m'accroche, mais j'ai promis. Donc, emboitage de pas à la mobylette....suivage de la mobylette....dépassage de la mobylette en marchant en Uruk-Haï. Et puis le grand type, là aussi. Mais j'y peux rien, c'est juste que j'ai promis, hein. Donc, c'est la faute à Hélène, d'abord, si je fais le foufou.

En plus, mobylette, elle repasse quand le chemin de Bazoches redevient faiblement montant. M'enfin zut, à la fin, quoi, toi : j'ai promis, laisse moi passer.

Bim, au tournant à presque 180°, Mobylette part sur l'extérieur, moi je tire droit dans la flaque....et la longue section super cradissime qui suit me donne enfin l'occasion de mettre de la distance. Donc on va dire que, maintenant je suis 1ère V2F, on se caaaaaaalme (la pauvrette, si ça se trouve, ma mobylette, elle est pas du tout V2).

D'ailleurs, il n'y a plus grand monde devant, c'est bien étalé, ce peloton. Quelques types, là-bas, à 100 ou 200 mètres, c'est tout.

La Villa Romaine (jamais vu où sont ces ruines, d'ailleurs, faudra que je fouille, un jour), ça va descendre sec. Ah bin, les types, ils sont 20 mètres devant, maintenant, tiens. Pffff.

OK, c'est une descente. C'est pas grave d'accélérer dans une descente, hein ? C'est du roulane, tout ça, non ? Zou. A pu types.

Allez, ça remonte. Là, ça va être long, la côte jusqu'à la Rigole des Yvelines, elle monte très doucement. Cours-je ? Marché-je ? A l'Origole, je marchais (et Sab me collait une petite mine), là, bon, j'alterne.

Je me fais même dépassouiller un peu, tiens. Zen, restons zen, c'est paaaaaas graaaaave....je repasserai dans la descente.

Namého : "je repasserai dans la descente". Complètement n'importe quoi de penser ça. Le type raisonnable, il est resté en ville à Montfort l'Amaury, on dirait.

Allez, nous voilà en haut de cette longue montée jusqu'à la Rigole, on laisse là le parcours de l'Origole qui tournait à droite et on part récupérer la petite route qui descend à La Millière

Nous voilà partis pour 2,5km de bitume, globalement descendant. Une fois redépassé mon dépasseur (bin oui, nan ?), je me cale sur le coureur au loin devant. Mais le bitume, c'est traître, on entend des echos, on a toujours l'impression que quelqu'un revient. Et vous aurez compris que je n'aime pas qu'on me revienne dessus. Donc je maintiens un rythme sérieux (13 km/h, on va appeler ça sérieux, non ?).

La Milière, une petite traversée le long d'un champ et on rejoint les coureurs et marcheurs du 10km. Moi qui m'étais dit que je n'en verrais pas beaucoup, y'en a partout...:-). Du coup, là, hein, j'ai le droit de dépasser...:-)

On  verra plus tard pour le type du 18km qui vient de me dépasser. Déjà, j'ai réussi à ne pas accélérer en l'entendant revenir, c'est le Début de la Sagesse.

Ah non, en fait. Il suffit qu'un autre revienne, une espèce de grand en gris, là. Arrivés au lotissement des Amontoirs, avant la longue remontée vers le plateau, il me dép..... ah non, il me dépasse pas. Je donne un grand coup d'accélérateur de malade pile au début de la côte, il a du se demander quelle mouche me piquait.

En fait, on arrive pas loin du 14ème km et je m'étais dit que j'accélérerais vers 3-4km de l'arrivée. 18-13,5=4,5 donc c'est presque 4, ça, donc c'est bon, je fais que de respecter le Plan. Non ?

Et c'est parti pour une montée un peu de ouf, sur ce chemin assez roulant que je connais par coeur. Je-ne-veux-plus-que-quelqu'un-me-dépasse. Honnêtement, à 11,5km/h je me demande un peu comment ils feraient, mais bon.

Oubliée l'envie de s'économiser, le cardio doit être bien aux taquets, là (mais je m'en fiche je n'utilise pas de cardio), ça lui fait du bien de monter dans les tours.

Je ramasse évidemment plein de coureurs et marcheurs. Dossards verts ou rouges, je m'en fiche.

Relance en haut à l'arrivée sur la route. Encore une longue section de bitume. Je retrouve des vitesses que je n'ai pas connues depuis très longtemps : 13 ou 14 à l'heure, on n'économise plus rien.

Descente à tombeau ouvert sur le village, les Rapanui ne sont pas trop faites pour ce type d'exercice sur le bitume, je vais leur exploser la semelle Vibram à ce rythme. Mais ce n'est pas le tout, il faut remonter sur le chateau. Là, c'est vrai, j'avouerai que je cale un poil ! Je continue certes à dépasser du monde mais je suis talonné par 2 ou 3 autres coureurs du 18 et les jambes commencent à protester à monter ces marches 2 par 2.

Donc, hors d'haleine total, en haut. Et puis, zut, un lacet défait, pffff. J'ai peur de me prendre une gamelle, ce qui serait idiot, donc micro pit-stop pour le refaire......et ça repart en dévalant les rues comme un timbré, avec la petite surprise d'une dernière petite côte autour de l'église (ça c'est bien sournois, quand même...). Le lacet en a d'ailleurs sauté à nouveau, mais ce coup-là, tant pis. Je fonce.

Bonne surprise, par contre, l'arrivée n'est pas comme il y a 5 ans à côté du stade, mais à l'endroit du départ, on gagne 500 mètres (qu'on a faits par ailleurs, il y a bien 18km tout pile). Et il n'y a plus qu'à dérouler après ce final un peu de folie.

Et, surprise sympathique, je retrouve celestcyr qui attend sur la ligne l'arrivée de « son » dossard. Du coup, nous allons rentrer au gymnase en papotant allègrement de nos succès (et malheurs) récents.....je suis même tellement absorbé que 1) j'ai oublié de regarder mon chrono à l'arrivée et 2) j'ai oublié de l'arrêter. Donc, Phi-phi a raison, ça ne sert vraiment à rien, une montre..:-)

C'était donc une course « en touriste »....pendant 5 ou 6 kilomètres, puis une longue accélération. Certainement le plus gros pacman que j'ai jamais fait puisque j'ai du partir 290ème (allez, pas tout à fait dernier)  et que je termine 95ème....:-)....et, plus marrant encore, en juste 7 secondes de plus qu'il y a 5 ans.

Pour 7 secondes de plus....sauf qu'il y a 5 ans, je n'étais certainement pas arrivé en touriste !

La fin de course est habituelle, on retrouve les amis, croisés maintenant tellement souvent sur nos courses. Nous ne verrons pas le temps passer avec bikoon, Overnight, PhilippeG, celestcyr et TontonTrailer...sans oublier de surréalistes morceaux de grande musique quasi funèbre joués par l'inénarrable Harmonie de Montfort l'Amaury et ses saxos fous....:-)

Une bien belle soirée que tout cela, j'ai bien fait de venir.

Ah, et je suis bien 1ère V2F. Ouf.

6 commentaires

Commentaire de DavidSMFC posté le 13-03-2016 à 18:11:15

Peu de choses m'étonnent dans ce récit finalement, je me demande pourquoi... En tout cas, bonne fin de prépa pour l'Eco Trail et surtout, bonne course !

Commentaire de Overnight posté le 13-03-2016 à 18:30:14

Déjà un recit! Ouah:)!
Le Duhail du récit ce bubulle:)
Merci pour toutes ces précisions sur le parcours!... Bonne course pour le week-end prochain et à bientôt dans l'Eure (quelle santé !).

Commentaire de celestcyr posté le 13-03-2016 à 22:39:57

hi hi hi ...j'avais pas imaginé te mettre autant de pression avec ta boutade de finir 1ere V2 F! j'ai bien ri en lisant ton récit...et appréciée votre présence à vous tous pendant la remise du challenge...bravo pour ta perf! ;)et bon écotrail!

Commentaire de PhilippeG-586 posté le 14-03-2016 à 09:09:39

Tu connais vraiment tout par cœur, chapeau !
A force de fréquenter le temps d'une course vos "coins" j'avoue reconnaitre quelques passages mais quand même.
Une belle remontée impressionnante, tu as vraiment progressé en 5 ans et que de chemins parcourus, je suis sur que ce n'est pas fini...
Toujours un plaisir de te retrouver bubulle.

Une bonne récupération avant l'éco trail.

Commentaire de Bert' posté le 14-03-2016 à 18:09:43

Bonne rigolade en lisant et bravo pour cette belle victoire encore ! ;-)
Voilà un bon échauffement avant l'Eco-Trail...

Commentaire de sabzaina posté le 22-03-2016 à 00:39:03

Excellent. Le naturel revient au galop. Et pour toi, le galop est de plus en plus rapide. Bravo Chris, à chaque course tu nous étonnes un peu plus.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran