Récit de la course : Trail d'Auffargis 2016, par Baboon

L'auteur : Baboon

La course : Trail d'Auffargis

Date : 6/3/2016

Lieu : Auffargis (Yvelines)

Affichage : 492 vues

Distance : 33km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Auffargis, une première

En bon voisin, j'arpente régulièrement les bois des Vaux de Cernay. Il était donc inévitable que je fasse ce trail au moins une fois. C'était chose programmé pour 2016. Grace à St_Ar j'ai même eu l'occasion de découvrir et parcourir les 2 boucles en OFF. Tout ce présentait donc pour le mieux … jusqu'au TVR (Trail de Villes Royales).

 

Quelques heures après cette course, j'ai eu un peu de liquide dans le genoux gauche. Rien de bien méchant et problème vite réglé, mais par mesure de précaution j'ai préféré renoncer à ma participation au trail d'Auffargis.

 

Alors pourquoi faire un CR sur une course que je n'ai pas faite ? Faute de la courir, j'ai contacté Thierry et me suis proposé comme bénévole (une première) afin d'en être autrement, de voir les copains courir et de contribuer à la réussite de cette course.

 

Pas dispo le samedi pour le balisage, je rejoins l'équipe le dimanche à 7h15, rendez-vous au parking pour la mise en place. Dans un premier temps sur le parking de la sablière, je suis vite détaché au second parking (distant de 700m de la base de vie). C'est parti pour 1h de rangement de voiture et d'optimisation de l'espace. L'occasion d'échanger quelques mots avec les coureurs qui arrivent.

 

8h45, retour à la base de vie. Quelques minutes avant le départ, juste le temps de croiser et saluer quelques kikous et de donner quelques conseils sur le parcours au passage. 9h, Thierry termine son briefing et donne le départ que j'accompagne d'un coup de corne de brume (j'ai bien fait de la prendre avec moi celle-ci).

 

La tête de course ne va pas trainer, il me faut rejoindre le point de passage 11,5 sans trop perdre de temps. l'occasion de faire quelques foulées avec des copains bénévoles sur le même secteur. Nicolas Duhail passera devant moi à peine 10 minutes après que je sois en position. Le défilé commence, les encouragements aussi. Pas question de s'économiser sur les cordes vocales. De temps en temps un petit coup de corne de brume. Je ramasserai au final 3 coureurs un peu trop agressif sur ce virage à gauche en descente. Le gros de peloton est passé, il ne reste qu'une quinzaine de coureurs quand je décroche de ma positon en direction du prochain point à surveiller : le kilomètre 28,5.

 

Sans surprise, Nicolas Duhail passe en tête, avec une avance confortable sur ces poursuivants. St_Ar me signale un coureur à contresens, puis je vois arriver plusieurs coureurs pas par le bon côté. Il semble qu'il y ait un problème sur la partie haute du parcours dans ce coin. Vite un coup de file et St_Ar corrige le tir en rajoutant de la rubalise . Voilà le genre de chose que l'on cherche à éviter au maximum, mais malheureusement il peut y avoir des couacs. Les coureurs arrivent au compte goutte, il faut dire que l'on est sur la fin du parcours et les jambes commencent à être dures. Les organismes ont souffert avec ces montées, ces descentes et cette boue. Les encouragements sont toujours là, pour tous les concurrents (enfin j'essaye). La corne de brume retentie régulièrement. Je tente de motiver du mieux possible les plus atteint moralement en sachant qu'il reste 4 montées dont la dernière qui est assez méchante.

 

Le peloton mettra bien plus temps à défiler devant moi. Je fini par quitter ma position pour faire quelques aller-retour sur la partie basse le long de l'abbaye. J'accompagne quelques coureurs à plusieurs reprises sur quelques mètres, histoire de partager un peu de leur douleur et de leur plaisir d'être présent. Je finis par quitter le parcours en laissant les 4 derniers concurrents entre les mains de St_Ar. Passage par le base de vie, pour avaler un sandwich et retour maison.

 

Bilan ultra positif. Certes je n'ai pas participé au balisage et installation du samedi ; ni au débalisage et démontage du dimanche. Mais j'ai pu être présent sur ce parcours, voir les copains courir, encourager tant que possible et ainsi modestement contribuer à ce que cette course soit une réussite. C'est une expérience que je renouvellerai à n'en pas douter. 

 

Sans bénévole, pas de course. Alors si ce n'est pas déjà fait, passez du côté coulisse, c'est diffèrent et ça vaut le coût.

2 commentaires

Commentaire de st ar posté le 09-03-2016 à 09:26:45

cool ton CR en tant que bénévole :-) Ca change...Bon, j'aurais préféré que tu la cours cette course mais ce n'est que partie remise...En tout cas tu as assuré !! je t'entend encore encourager les coureurs !-))

Commentaire de trailaulongcours posté le 10-03-2016 à 12:06:51

Merci pour tes encouragements et la cloche Baboon! C'était top!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran