Récit de la course : Trail de Vulcain Ultra - 72 km 2016, par SMarc

L'auteur : SMarc

La course : Trail de Vulcain Ultra - 72 km

Date : 6/3/2016

Lieu : Volvic (Puy-de-Dôme)

Affichage : 1173 vues

Distance : 73.5km

Matos : Hoka Rapa Nui 2S
Sac Raidlight Olmo 12l

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

L'expérience, ça joue !

Petit retour personnel de mon Ultra Trail du Vulcain 2016 !

Deuxième gros trail depuis mes débuts en course à pied en septembre 2014. L'an dernier c'était la 6000D (65km / 3200 D+) que j'avais plus subit que couru pendant quasiment 30km. J'avais fini dans un état de décomposition avancée... 

Cette année, départ avec la team du club, Jérome le coach, Laurent, Fred et Franck, accompagnés par nos fidèles supporters Murielle, Fabien (mon mari) et... Timothée, mons fils de 5 mois !

Mon but était simple, ne pas revivre ce que j'ai vécu l'an dernier. Pas de pression, seulement finir et franchir la ligne avec mon fils dans les bras. Un rêve de longue date !

Départ à 6h à la frontale de Volvic, on part tous dans les derniers tranquillement. La journée s'annonce longue. Laurent et moi nous détachons du reste de notre groupe dès la première montée. Une longue montée de 14 km et 1000 de D+ en monotrace dans les bois enneigé. Car la neige il y en aura. Durant 60km sans interruption, c'est blanc partout, et c'est magnifique. 
Au 7ème km, je pars seul. Laurent restera durant tout le parcours entre 10 et 20' derrière moi. 
Du 14 au 20ème km, c'est plus plat. Mon entraînement dans mon plat pays paye. Avec des puls basses, je double pas mal de monde. 

 


Premier ravito au 20eme, je retrouve les accompagnateurs et mon bébé. Un gros câlin, des bisous et ça repart !
10km toujours globalement plats. Quelques bosses mais rien de méchant. J'arrive au pied du Puy de Dôme au 30ème km physiquement et moralement super bien. Je ne m'arrête pas au ravito et enchaîne la montée. Il fait froid. Il neige beaucoup. Énormément même. Visibilité nulle, la tempête. La montée est raide et fait mal. -14° au sommet, ça fait mal aussi.
Bref, je ne m'attarde pas au sommet, et entame la descente. Disons le franchement, la course débute ici. La descente est physique, les cuisses encaissent. Ça fait mal. J'arrive en bas entamé. Le ravito et la présence de mon mari me fait du bien. 
Je repars en me disant que je suis à la moitié en kilométrage. Et que le plus difficile du parcours arrive avec de belles montées en perspective et des cols à passer. Le parcours est tout simplement magnifique. Passage dans des sous bois enneigés, sous le soleil cette fois. Superbe. Les jambes tirent mais je continue à bien avancer. Et surtout le moral est bon. Je vois que j'ai progresser en montée et les bâtons m'aident énormément (merci Matthieu pour ton cadeau !)
Avant le 47ème km, qui est l'avant dernier ravito, une longue ligne droite dans un sentier large de sous bois. J'alterne course et marche pour essayer de préserver les jambes mais la marche me fait plus mal que la course... Allez comprendre. 
Un ravito que j'apprécie car je peux câliner mon fils qui commence à trouver le temps long. Je lui ai fait vivre une journée difficile mais il est content de me voir et de venir dans mes bras. 
Je repars en direction de la gare de Volvic et du dernier ravito. Ca grimpe sévère. Mais qu'est ce que c'est beau !!! Toujours cette neige, superbe. Je suis de plus en plus atteint physiquement. Je monte bien par contre comparé aux autres concurrents, ça me rassure. Les conditions sont difficiles, ça glisse énormément. Je chausse les Yatrack, putain c'est top ce truc. Sauf que je commence à avoir des crampes rien qu'à les mettre. La fin s'annonce difficile !
D'ailleurs fini la neige, place à... la boue ! Et oui, les 15 derniers km seront bien boueux dans l'ensemble. Pas de souci, le Trail du Coeur m'a bien entraîné. Ça ne m'arrête pas, je continue à relancer sur le plat tranquillement, en mode robotisé. Et bim, la chute. Je m'étale de tout mon long, les crampes arrivent et je m'étire direct à même le sol. Plus de peur que de mal, je repars en m'étant fait doubler par quelques concurrents. Pas grave, je vise pas la place, et je repasserai la plupart. 
J'arrive à la gare de Volvic, le physique est touché mais le moral suit encore. On est loin de la 6000D, je ne subis rien, je profite encore. 
Pourtant les 10 derniers km, qui se transformeront en fait en 12, commencent à être longs. Longs et difficiles. Quelques côtes que je continue à bien monter, et des relances. Relances que j'ai de plus en mal à faire. Je cours mais vraiment pas vite. Mais je cours ! Je commence le décompte à chaque km, chose qui prouve ma fatigue. Il reste 4km, je suis mort. Je mange une compote qui me requinque un peu mais ce qui me motive a tout juste 5 mois, doit sûrement être très fatigué, et m'attend à l'arrivée. 
Je suis à 800m du gymnase, j'entends les encouragements. Je regarde ma montre, si je me bouge le cul, je peux finir sous les 11h. Ça serait top. Alors je relance et je cours. Je regarde derrière, 4 coureurs arrivent. Je peux sprinter et arriver devant, mais ce que je veux c'est passer la ligne avec mon fils, seul, et profiter. Alors je les laisse passer. Je rentre dans le gymnase, récupère Tim, et franchis la ligne. Je suis tellement heureux et très ému de ce final. Timothée est épuisé mais ne pleure pas. Il regarde partout. Je lève son bras en signe de victoire et souris. 10h58 pour faire 73,5km dans la neige et la boue. 

Ce Trail des Vulcains était génial. Tant par le parcours proposé que par ma course. Je suis fier de moi, de mes progrès. Je voit aussi ce qu'il me reste aussi à travailler, car physiquement, j'ai pas encore tenu la distance. Il est évident que la neige change la donne. Les appuis sont fuyants, c'est physiquement beaucoup plus dur. 
Va falloir me mettre à la PPG. Surtout vu mon état physique ce matin. Je marche comme un petit vieux quand les muscles sont froids. Ça va mieux par la suite...

Prochaine étape, le Trail des Écrins en juin. Plus court (57km) mais plus de D+ (3600). Vivement... 

NB : je termine top 200 sur 480 partants. Presque 100 abandons...

4 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 07-03-2016 à 19:20:49

Bravo, Marc !

Tu as un sacré potentiel, car 11h sur cette course pour ton deuxième trail, c'est costaud. J'ai du rater ton arrivée (je devais être à la douche) et je vais regretter, maintenant, de ne pas avoir pu papoter un peu car m'est avis que nous avons là un sacré kikoureur...et qui sait écrire des récits avec juste l'émotion qu'il faut dedans.

Bravo encore....et au plaisir de te croiser un jour en prenant le temps de causer, cette fois !

...et merci d'avoir respecté mon roadbook...;-)

Commentaire de yop posté le 07-03-2016 à 21:47:22

Merci d'avoir pris le temps d'avoir fait le récit de ta course !
La mienne y ressemble beaucoup mais ... sans le bébé ;-))
Bravo !

Vraiment un trail féérique avec des bénévoles au top !

Commentaire de tricky posté le 08-03-2016 à 18:56:55

Bravo pour ta perf et une belle histoire avec le fiston à l'arrivée, il peut être fier de son Papa !
J'ai moi aussi fini avec mon grand tout fier comme son Papa ;)
Par contre, on a peut être couru ensemble, car ça faisait pas mal le yoyo entre les concurrents !

On pouvait pas me rater, un grand traileur avec des bambous en guise de bâtons ! :mrgreen:

Commentaire de SMarc posté le 08-03-2016 à 19:05:35

Je n'ai pas vu de traileurs avec des bambous, par contre un traiteur avec une branche, un peu petite d'ailleurs pour lui...
Je sais pas s'il est fier de moi, mais en tout cas, moi je le suis :P

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran