Récit de la course : Trail des Callunes 2016, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Trail des Callunes

Date : 6/2/2016

Lieu : Ban De Sapt (Vosges)

Affichage : 673 vues

Distance : 24km

Objectif : Se défoncer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

ECRIN DE TRAIL

 




ECRIN DE TRAIL




Passé la porte d’Alsace au Col de Saales, je prends la direction de la Grande Fosse. Tout un programme, on est dans les Vosges et ça sent le sapin .... Au Col du Las je bascule sur Launois, l’un des 7 hameaux qui constituent la commune de Ban de Sapt. C’est l’un de mes parcours d’entrainement favoris à vélo, j’adore ces petites routes bucoliques qui se tortillent sur ce verdoyant plateau au relief mollement tourmenté (dixit Wikipédia), planté entre le fief du Chevalier Brogniart et la vallée des Tr’ailleurs . Les Vosges sont décidément un sacré bon terreau à trailers de tous poils. 

S’il faut attendre que les premiers jours du printemps pour trouver les premières cyclos, avec le trail on n’arrête plus vraiment … C’est donc ici, quasiment dans son jardin, qu’une petite bande de passionnés a eu la folle idée de lancer le Trail des Callunes pour ­ "valoriser le gout de l’effort, le dépassement de soi, proposer une épreuve dont les gens se souviendront ". Après une première édition en 2015 qui avait rassemblée quelques 280 participants nous étions plus de 500 cette année sur les 3 parcours proposés (24 km, 17 km, 10 km), pour un départ le Samedi à la tombée du jour. Pari réussi donc pour l’équipe d’organisation … Et à voir tous ces sourires à l’arrivée, le succès semble garanti pour les années à venir. Avec ou sans poudreuse. 

Les quelques averses de neige la semaine précédente n’auront pas suffi à blanchir les flancs de l’Ormont. La troisième boucle qui anime le fil blanc de mon début de saison s’est finalement couru sans un pète de blanche. En dépit de quelques sections gadouilleuses, le rythme s’en est ressenti. Sur un terrain très roulant c’est sur un train d’enfer qu’il a fallu assurer pour venir à bout des 24 km parfaitement tracés dans la nuit vosgienne. Sur une durée de course à peu près équivalente, en tournant uniquement avec une boisson énergétique j’avais terminé au Gaschney puis au Rouge Gazon avec de la réserve sous la semelle. Mais Samedi j’ai dû sortir les gels pour m’arracher et j’ai terminé limite, bouffé par 2 jeunots dans les 500 derniers mètres, sans pouvoir accrocher. 

Alors que de nombreux coureurs avaient déjà optés pour les tenues courtes j’avais prudemment conservé une tenue hivernale. Si la première montée m’a fait craindre le coup de chaud, je n’ai pas regretté mon choix plus tard quand le vent a nettement refroidi l’ambiance sur les zones dégagées. Je suis ravi de mes nouvelles Trabucco GTX qui se sont montrées irréprochables au niveau du confort et de l’accroche, j’ai terminé les pieds au sec … Il y a quelques années j’étais réservé sur l’intérêt du gore tex sur des chaussures de trail. Aujourd’hui je suis un inconditionnel de cette membrane magique en conditions hivernales. 

Les Callunes c’était également l’occasion d’étrenner ma nouvelle Ferei HL40 reçu le matin même … Merci facteur !!! Pas de bol, mes deux Led Lenser historiques avaient rendu l’âme quasiment en même temps quelques jours plus tôt, après plusieurs années bons et loyaux services (9 ans pour la plus ancienne, 5 ans pour la plus récente). J’ai donc cassé la tirelire pour m’offrir cette lampe qui m’avait bluffé à chaque fois je m’étais fait dépassé par des coureurs équipés de cette arme absolue … C’est comme à vélo quand on passe au moyeu dynamo après avoir connu les loupiottes à piles. L’autonomie en moins bien sûr …. Elle est très simple d’utilisation, j’ai utilisé la puissance totale avec parcimonie, uniquement en descente. Mais même à mi régime elle est déjà exceptionnelle. Quel plaisir. 

Je me suis régalé une nouvelle fois sur ce joli parcours qui m’a souvent rappelé le cœur de la Sainté, dans les Monts du Lyonnais … J’ai adoré les passages dans les tranchées, le passage au monument de la Fontenelle, les braseros dans les villages …

 



C’est le plus fort qui s’est logiquement imposé sur le 24 km en 1h42’41’’ : Mickael Voirpy le vosgien de l’ES Thaon agrémente son palmarès fourni d’une victoire indiscutable. L’autre Mickael, Baradel l’alsacien du Colmar Marathon Club l’a accompagné un long moment avant d’être déposé dans la dernière grimpette. L’était un peu cuit qu’il m’a dit le Mickael, coiffé par un plus jeune encore pour la deuxième place, sans vraiment le savoir …. 

Il est vrai que le final dans la prairie est difficile, les appuis sont tout mous, fuyants, et on navigue alors au milieu des coureurs du 10 km et du 17 km sans réellement savoir avec qui on fait la course … Mais tout ça est bien secondaire. Les champions locaux honorent l’épreuve de présence, avec notamment un joli podium de V1 (Stéphane Toussaint, Thierry Aubert, Stéphane Brogniart) ou encore l’inoxydable Denis Dupoirieux, meilleur performeur mondial V3 sur 24 h (236 km ... entre autres !!!! )

Scratch 24 km


Je termine avec un chrono de 2h13’07’’, 39ème au scratch, à deux minutes du premier V2 … J’étais à fond, je ne l’ai jamais vu (malgré ma Ferei super top), donc aucun regret. 

Ce Trail des Callunes respire l’esprit de trail que j’aime. Sans tambours ni trompettes, mais avec passion, pour faire découvrir un terroir qui vaut le détour. C’est une magnifique réussite. Je prends déjà RV pour l'année prochaine !!!!

BRAVO et MERCI à Richard, Ingrid et toute l’équipe d’organisation de Ban de Sapt .....





Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran