Récit de la course : Trail Blanc des Vosges 2016, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Trail Blanc des Vosges

Date : 31/1/2016

Lieu : St Maurice Sur Moselle (Vosges)

Affichage : 820 vues

Distance : 17km

Objectif : Se défoncer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail Blanc des Vosges 2016

Trail Blanc des Vosges 2016

 

Quel soulagement Dimanche matin en levant les volets de la chambre que nous avions réservée pour la WE au village vacances Azureva (ex vacances PTT, snif ) dans les premiers lacets du col du Page, sur les hauteurs de Bussang : c’est bien de discrets flocons de neige qui flottaient dans le ciel sombre, saupoudrant le sol humide d’une fragile couverture blanche …

Pendant l’apocalypse de la veille au soir, j’avais eu une pensée émue pour les malheureux trailers qui étaient au départ de la nocturne du Samedi. Honnêtement, je pensais que l’épreuve serait annulée et je n’en menais pas large non plus pour la classique du Dimanche matin. Mais comme l’an passé, dans des conditions différentes mais peut être plus délicates encore, la courageuse équipe d'organisation de Courir sur des Légendes à parfaitement tenu la barre.

Le fait d’être hébergés a quelques kilomètres du départ nous a permis de rejoindre la station sans problème, de bonne heure, retrouvant la neige dans les derniers kilomètres de la petite route qui grimpe au Rouge Gazon après un sévère arrosage dans la vallée. Par bonheur Eole avait eu la bonne idée de faire la grasse matinée …. 

Dans les jours précédent nous n'avions pas reçu le traditionnel mail de l'organisation donnant les dernières infos météo, rappelant les consignes de sécurité, incitant au covoiturage …. D’habitude nous sommes toujours accueillis par des signaleurs qui nous dirigent afin d'optimiser au mieux les aires de stationnement des véhicules. Mais bizarrement je n’ai vu personne cette année et c’était un peu n’importe quoi sur le parking et surtout sur les bas cotés de la route … Malgré l’horaire de départ décalé à 11h, beaucoup ont eu du mal à rejoindre le site de départ et nous sommes encore partis largement en retard. Je comprends bien que les organisateurs aient des scrupules a refuser du monde, mais avec 1300 coureurs et leurs familles je crois que la station dépasse ses limites. Et encore, j’imagine que les conditions météo exécrables ont dissuadées certain inscrits de faire le déplacement, et que les skieurs n’étaient pas nombreux. 

Dommage parce que pour le reste les installations mobiles disposées à proximité de l’auberge étaient bien mieux agencées cette année. Il était facile de retirer son dossard, puis de s’abriter et de se ravitailler après la course. 

Les commentaires des copains qui avaient fait la nocturne étaient unanimes … Les conditions dantesque et le profil acéré sans un mètre de plat en ont laminés plus d'un. A commencer par Eric Leblacher le vainqueur initial, heureux de sa performance et qui semblait pourtant confiant. Certain ont même dormi sur place, dans la voiture, sous un tas de neige … Si si !!! 

A l’heure du départ la pluie avait refait son apparition, la température était légèrement positive. Pas de breafing non plus cette année. Pas grave, de toute façon on n’entend jamais rien. 

J’avais mis les classiques 3 couches en haut (dont une couche imperméable), un collant, des Trabuco Gore Tex avec des guêtres, un buff et une casquette étanche, des gants bien sûr … Mais j'avais laissé les Yaktrax dans la voiture, pas convaincu de l’intérêt puisque je pensais bien trouver la gadoue dans les parties basses. Je suis resté sec sur les deux premières petites boucles, les plus techniques, toujours dans la neige. C'est sur la dernière grande boucle, la plus roulante, que nous avons trouvés de grandes zones bourbiers … Là comme d’habitude je suis allé tout droit et bien sur ça a fait sploch. Mais rien de bien méchant, il ne faisait pas trés froid. Mais je suis toujours dubitatif de voir la tenue de certain, dont quelques hurluberlus en short  … Finalement le plus gênant pour moi c'est toujours la pluie sur les lunettes.

Après le raccourci de l'an passé, nous avons retrouver cette fois l'intégralité du parcours classique, agrémenté d'une petite bouclette supplémentaire pour étirer la horde. Bien sur on est parfois ralenti et les premiers raidards se font cul a cul, mais ça ne bouche jamais vraiment si on n’hésite pas à se lâcher dans la profonde pour doubler en descente …. J'aime bien ce parcours, je le trouve bien conçu.

Avec le petit saupoudrage nocturne le terrain était finalement globalement courable. Jai parfois eu l'impression d'être un peu planté, de ne pas avancer bien vite, mais je pense avoir bien géré l'affaire compte tenu des moyens du jour … En tous cas j'ai pris plaisir tout au long du parcours et j'ai fini plutôt frais en un peu moins de 2h. 

C'est le champion Luxembourgeois Thierry Hubsch qui l'emporte d'un cheveux en 1h42'26'' devançant le Strasbourgeois Renaud Philippe de 2''. Belle bagarre chez les filles aussi puisque les 4 premières se tiennent en 10''. Adeline Perrein franchi la ligne la première en 2h00'01''

Le WE s'est terminé comme d'habitude par un petit détour à notre boulangerie favorite à La Bresse pour y récupérer quelques pâtés lorrains, bien mérités …. Toujours aussi bons !!!! 


VIDEO 2016



Classement 17 km

Je retrouverai probablement le Rouge Gazon en Août pour le Trail des Charbonniers et bien sûr en Septembre puisque la seconde base vie de l'Infernal200 y sera installée ..... Ce sera l'objectif de l'année et je l'espère une autre grande et belle aventure !!!!! 

6 commentaires

Commentaire de crocodile posté le 03-02-2016 à 22:12:39

Merci pour ton réçit de course. J'adore le massif vosgien, c'est vraiment top pour le trail. Bravo pour ta course.
Amicalement
Crocodile.

Commentaire de poucet posté le 06-02-2016 à 05:19:31

Bravo Crocodile ... Bon marathon de Paris à toi. Sans neige j'espère !!!!

Commentaire de Christo posté le 05-02-2016 à 09:46:13

J'ai également participé à cette course pour la première fois.
Courir sur la neige, dans des pas de coureurs ou dans de l'eau froide est un exercice particulier. Le parcours s'est bien déroulé (j'ai fini dans un tps compris entre 2h10 2h20).
Concernant l'organisation, je suis assez agréablement surpris de la bonne gestion des arrivées de véhicules (garé dans la montée de la station sous pilotage de la gendarmerie). En revanche je suis beaucoup plus critique sur le ravito de fin de course : pas de boisson chaude à proximité de la ligne d'arrivée. Si je te lis bien, le ravito était près de l'hôtel, il fallait le savoir. Du coup à peine la ligne franchie je suis parti en courant pour plus de 1.5km vers mon véhicule sous un grésille glaçant.
Au final content de mon dimanche :)

Commentaire de poucet posté le 06-02-2016 à 05:18:06

Bravo à toi ... Les dernières années le ravito était sur la ligne. Mais après l'expérience de l'an passé ou tout s'envolait et ou ça gelait sur place, l'orga a eu la bonne idée de renforcer ces structures légères prés de l'hotel. Par contre c'est vrai qu'il n'y a pas eu de communication ... Il y a toujours de la soupe, café, thé + solide salé et sucré.

Commentaire de obidelf posté le 06-02-2016 à 00:29:10

Merci Poucet pour ce beau CR!

Après une édition 2015 épique dans une profonde poudreuse, celle de 2016 restera aussi dans les mémoires.

Nous étions une vingtaine de coureurs venus de Paris nous confronter à une hivernale sur neige, 15 jours après le sable des plages et dunes de Berck et du Touquet (Trail des 2 Baies - Marathon). Logés sur place au Rouge Gazon, nous avons échappés aux problèmes d'accès à la station et avons pu profiter de l'ambiance chaleureuse des lieux.

La nocturne de samedi s'est tenue sur de la neige dégradée mais le parcours (6km à ma montre, au lieu de 5) était heureusement concentré sur le domaine skiable, alors que les chemins forestiers alentours n'étaient que boue et neige fondue.

Malgré la météo exécrable (vent violent, pluie glaciale, vieille neige) nous nous sommes lancés dans une course à perdre haleine, sachant l'épreuve assez courte. Personnellement je boucle le parcours en 49', après une assez vertigineuse descente finale de la piste rouge (j'adore allonger la foulée sur ces portions là).

Courir une petite nocturne le samedi présente un avantage pour la course du dimanche : elle permet de retrouver des sensations et un rythme de course dans la neige, et la fatigue générée assure une bonne nuit de repos. L'inconvénient, c'est qu'elle entame un peu quand même le capital performance pour la grande course. Heureusement qu'elle ne commence qu'à 11h (bon point pour l'organisation).

Au réveil, miracle : la tempête s'est éloignée et la neige est tombée en abondance, suffisamment pour retapisser généreusement de blanc l'ensemble du parcours. Conditions idéales pour s'élancer. La course fut vraiment pour moi un grand moment de plaisir, au moins jusqu'au 15e km. J'ai géré au mieux les montées, su relancer quand il le fallait sur les faux-plats, et tout donné dans les descentes. Par contre, il m'était très difficile de doubler, notamment hors des traces, car c'était très coûteux en énergie. Il me fallait à chaque fois choisir le bon moment et le terrain propice. Ce type de course demande vraiment une gestion permanente de l'effort.

Mais sur les 3 derniers kilomètres, le retour du vent et de la pluie, combiné à un redoux et à la fonte accélérée de la neige, a rendu le final beaucoup plus pénible. Heureusement que la course se termine par un grand faux plat descendant en ligne droite pour goûter aux joies d'un dernier sprint, ce qui après l'arrivée laisse toujours une excellente et durable sensation. Je suis très heureux de mon temps (un peu moins de 2h08) et du tir groupé avec 2 de mes amis, qui finissent à quelques places devant moi.

Nous reviendrons en 2017 (hôtel déjà réservé!) et je n'en doute pas la météo nous réservera encore des surprises : pourquoi pas un temps polaire sous un grand ciel bleu?

PS : je ne sais pas pour vous, mais tous nos GPS donnent une distance de 18km, au lieu de 17.

Commentaire de poucet posté le 06-02-2016 à 05:13:58

Bravo Obidelf. Ton commentaire est un vrai récit en lui même !!!! Concernant la distance exacte, aucune idée et c'est le dernier de mes soucis : je cours sans électronique et je ne suis pas à quelques kilomètres près.
Oui sympa l'auberge j'y était l'été dernier pour le Trail des Charbonniers ... Trop bien le petit déj paysan !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran