Récit de la course : Off - SaintSulp'Express (SSEX) 2016, par la mouette avinée

L'auteur : la mouette avinée

La course : Off - SaintSulp'Express (SSEX)

Date : 9/1/2016

Lieu : Cognin (Savoie)

Affichage : 891 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

SSEX-TRA (Sports)

Vous l'attendiez tous le voilà enfin, voici le CR de la mouette. Désolé sa gestation est plutôt longue, encore plus lorsqu'elle est avinée
 
 
Une mouette au top de sa forme
 
"M'étonnerait pas qu'il soit shooté au pavot lui"

 
Avant de tenter de résumer plus en détail sur cette folle épopée, je tenais à revenir brièvement sur le pourquoi du comment j'étais là et pas sur les Coursières par ex...

Quand je me suis mis à courir il y a à peu près 2 ans, je sortais d'une période pourrie sur le plan perso. J'avais besoin de maintenir la tête hors de l'eau, de rebondir. Courir me permettait de penser à autre chose, et porter un dossard me forçait à me dépasser. J'ai couru de superbes épreuves, pris la décision de me faire refaire le genou, et du coup j'ai accroché des dossards en pagaille avant de passer sur le billard. 

Et là, soudain, changement d'approche. Béquilles, fonte musculaire et larvage obligent, impossible de recourir sérieusement avant 6 mois. Alors plutôt que de me ronger le frein (c'est pas pratique, ça fait mal et t'as l'air d'un con quand tu te pointes aux urgences) , je vais voir les copains courir le LUT (coefficient -2 pour le tirage au sort de la SSEX 17) et je donne de mon temps sur plusieurs épreuves... 

Un frein ça peut toujours servir dans une descente technique
 

"On ne le répètera jamais assez, ME-NA-GEZ votre frein!"



Ultra Boucle de la Sarra, Vélo Vert Festival, Ice Trail Tarentaise, Ultra Trail du Vercors... Je passe de l'autre côté de la rubalise et j'y prends sacrément goût. Signaleur ravitailleur ouvreur serre-file baliseur responsable de bénévoles... Tout y passe (sauf responsable de la buvette mais on m'a trouvé plus efficace ailleurs) et je me prends à penser que c'est limite plus bandant de préparer/encadrer/accompagner une course que de mettre un dossard. L'aspect humain très certainement, on échange (en donnant mais aussi en recevant pas mal) beaucoup plus du côté organisateur que du côté coureur quand on chasse le chrono ou le classement.
 
 Le seul poste à responsabilité qu'on m'a toujours refusé sur une épreuve
 

"Le seul poste à responsabilité qui m'a toujours été refusé sur les orgas "

 
Bon à la rentrée je décide de repasser quelques dossards quand même histoire de, je suis prêt physiquement pour des sorties longues, pas vraiment pour des courses mais je veux remettre un dossard 7 mois après l'opération, histoire de me dire "ok ton genou tient c'est du passé". Comme un gogol (ou un Bouk c'est vous qui voyez) je pars 15-20 minutes à 95% de FCM, je me retrouve bien devant pendant une grosse heure. Je suis tout excité, quand soudain...

Y'A COMME UN BLEME

J'explose. Mal de bide. Le truc vraiment hardos qui t'empêche de marcher. Effort trop violent + boisson pourrie = cata. Je termine à l'agonie. Content d'avoir terminé plus ou moins au niveau escompté avant la course. Mais zéro plaisir pris. Course suivante rebelotte : petite nocturne sympa mais gestion de l'effort encore naze, bien qu'un effort soit à noter : je cours en suivant une fréquence cardiaque plus basse. Je marche les derniers kilomètres, musculairement ça va pas, et j'ai une douleur horrible au pied, l'impression d'avoir le pied scindé en deux. Je fais un break, j'attends que la douleur passe. Je suis inscrit au Festitrail avec des potes de mon asso. Je suis pas hyper motivé mais je vais y aller en touriste histoire de profiter de ce magnifique plateau du Vercors.

Le résultat est le plus pourri de ma courte carrière en terme de %age du scratch, mais j'en ai pris plein les yeux. Un paysage de malade, comme d'hab' là haut. De bonnes sensations car j'ai géré ma course tranquille. Pas mal de bons mots échangés ça et là avec des coureurs qui me suivaient quelques hectomètres. Au final, le bilan est plus que positif : j'ai laissé filer le chrono pour profiter de ce qui m'entourait (flore locale mais aussi faune avec dossards) et j'en retiens que des bonnes choses...


ET SI EN FAIT, MON TRUC C'ETAIT PAS NECESSAIREMENT LA CHASSE A LA "PERF" MAIS PLUS CELLE AU BON SOUVENIR ???

J'ai subitement repensé au compte rendu qu'avait pondu Virginie Govignon de son ITT cet été, consultable ici
 
 
"Un blog qui vous veut du bien"
 
Si vous avez 10-15 minutes à perdre (mais l'avenir vous le rendra bien) allez y jeter un oeil, il est très enrichissant. Virginie est, à ma connaissance, une des rares membres de " l'élite " à se poser des questions à mon avis primordiales relatives aux raisons qui nous font courir, à ce qui nous pousse à aller chercher la perf, aux "autres" méthodes d'entrainement / de nutrition / de récupération, à l'aspect psychologique, à notre empreinte carbone, etc etc etc Et pour certains esprits malicieux qui me liront, vu qu'elle est prof de Sciences Nat', on pourrait même lui demander l'impact d'un ravitaillement à base de pain aux graines de pavots sur nos perfs HAHA
 
En prenant donc un peu de recul, je me suis donc rendu à l'évidence : je préfère dans la majorité des cas courir avec des potes en rando/course que de me mettre minable en solo sur une épreuve chronométrée. Profiter de l'environnement dans lequel on court, papoter avec des gens plus ou moins débiles, s'envoyer quelques rafraichissements avant / pendant / après la sortie, bref... LE trail quoi.

certains athlètes se permettent eux de BOIRE en course. Adam Hansen tu as ta place sur la SSEX l'an prochain
 
 
"Je propose que ce vaillant sportif se voit attribuer un coeff 4 au prochain tirage au sort de la SSEX"



Ainsi, si j'avais loupé la SSEX première du nom l'an dernier à cause du Sancy Hivernal dans le PUY DE DOME haha (en grand) c'est avec une joie infinie que j'accueillais le changement de date de l'édition 2016 : j'allais pouvoir en être! Quelle hâte d'enfin pouvoir rencontrer tous ces gens bizarres aux noms de bestioles


C'est quand même mieux quand on nous laisse le choix dans la date
 

"C'est appréciable parfois d'avoir le choix dans la date"

 
-------------------------------------------------------------------------------------
 
Sans transition, le vrai CR donc :
 
1ère mission : me trouver un covoitureur pour le super méga centre commercial de Cognin.

Le centre commercial de Cognin
 

"La Team Epine casse le PEL pour nous offrir un départ digne de l'arrivée de l'ECO TRAIL DE PARIS"

Le vrai point de départ de la SSEX


"Non je déconne"
 
Petite parenthèse historique : les grands parents du Bouk et de la Corne travaillant à l'époque au service animation de la commune, on les a solicités pour créer un évènement singulier pour l'inauguration du centre commercial en 1951

65 ans plus tard, la doyenne des courses off (et oui plus vieille que notre bonne vieille STL) continue à perpétuer sa légende grâce à ces chambériens aux noms d'étranges bestioles.

Le contingent lyonnois devant abdiquer, et alors que certains croisent les doigts afin d'être tirés au sort à l'Euro million que dis-je à LA course aux (r)eserved (c)opyright (tm)ark , le seul rescapé gone que je suis prie bien fort afin de trouver une bonne âme qui pourra m'emmener disputer la course que personne ne s'arrache-mais-qui-serait-quand-même-plein-de-pinpins-si-l'orga-communiquait-sur-la-présence-d'élites-et-si-elle-faisait-payer-10€-le-tirage-au-sort.

Bingo, Didier 07 le saint bernard accompagné de son acolyte Byzance décide de faire un crochet par chez moi et zou, je n'ai plus qu'à faire mon sac. Sur mon reçu d'inscription, à la ligne "matériel obligatoire" j'ai la mention "bière pour le ravitaillement". Hop ni une ni deux je déleste ma cave de quelques bijoux (Orval et ST Bernardus XII vieillies 4 ans en cave ainsi que ma production maison sobrement intitulée "Bière de la mouette" pour les connaisseurs). On papote en route, le trajet passe très vite et on passe devant le lac d'Aiguebelette avec en arrière plan le fameux massif de l'Epine, ses cols du Crucifix et de Saint Michel, son parkings des allheumands et son fameux magazine erotique vintage tout droit sorti du grenier du bouk auquel nous devrons prélever des pages afin d'attester de notre passage au dit parking. Un peu étrange comme pratique vu que Francesca Canepa ne figure pas dans la liste des dossards ELITE mais soit.
 
Le magazine checkpoint
 

"Le magazine témoin de passage vendu par le Bouk"
 
Petit détour chez la corne afin de remplir les cartons de ravito de contenu bonus. La corne est de nature taquine puisqu'elle m'accueille avec un objet publicitaire de ma station de ski préférée. Je répondrai sur le terrain dans Belledonne mon gars! ;) Puis la troupe se met en branle direction le bar / départ / arrivée / after du coin. On fait connaissance un peu avec les gaillards du coin, je ne connais personne à part Cyss et Samontetro qui débarquent pour le coup sans le FOX qui, (ce CHIEN d'in)fidèle à sa devise, ne nous a pas du tout fait d'intox!

La grille de départ se rempli, elle fait fureur, la foule en délire acclame Julien Chorier lors de son arrivée!

Sas de départ


"Le sas de départ vendu par le bouk"
 
Les flashs des photographes crépitent à rendre épileptique un paresseux neurasthénique 

La crème de la presse spécialisée est là

"La couverture presse vendue par le le bouk"
 
On me dit dans l’oreillette que je me trompe avec les documents secrets du dossier de presse qui s'apprête à être diffusé dans la presse spécialisée lorsque le rachat de la SSEX par ASO aura été rendu public et officiel

la vraie ligne de départ

"On a retrouvé les naufragés des navettes de la Saintexpress 2015. Le chauffeur vient de les déposer à Cognin, ils n'ont plus l'air très malins les pauvres" 
 
Briefing solennel de la corne, personne ne respecte le sas Elite puisque Julien est noyé dans la foule des anonymes. Le départ fictif est donné, la troupe se met en branle et serpente entre les petits blocs d'immeubles. Atmosphère bucolique, qui me rappelle parfois Chamonix. Des petits jeunes nous alpaguent au pied des halls d'immeubles "Hé pssst! Monsieur le coureur monsieur le coureur! Tu veux du matos? 20 balles le kilos" "Quelle provenance mon ami?" "C'est de l'Afghane. La plus pure graine de pavot qu'on puisse trouver sous le manteau. T'en prends une bonne poignée au petit dej' et tu fumes Kiki sur un KV en apnée les mais derrière le dos". La perspective semble alléchante pour essayer de gratter un contrat chez Hoka mais je pense alors à l'inconvénient du jour : le premier en haut du crucifix doit embarquer le sifflard que le Bouk est allé solennelemnt déposer sur la croix dans l'après-midi. Et comme je suis flexitarien (google est votre ami) et que je n'aime point trop la charcutaille, je préfère décliner l'offre du petit jeune. On va faire ça à la régulière, je compte sur le génep' maison du faizan au dernier ravito pour lacher les chevaux en descente et ainsi éviter la place de lanterne rouge.
 
Le flexitarisme
 
"Et vous?" 
 
Je prends place à l'arrière du peloton et papote un peu avec Cyss. J'en profite un peu d'entrée car je sais que même si le bougre se dit à court de condition, il va me lâcher très vite vu la branlée qu'il m'a mis au Festitrail d'Autrans. Derrière nous, fermant la marche, le groupe du 3ème âge dixit le Faizan.

Le départ réel approche, à peine le virage passé que devant ça part à une vitesse pas possible. Je décide d'y aller cool, on va y aller molo sur le cardio, je suis là pour borner un peu, profiter et discuter surtout, pas pour courir comme un dératé. Le 30 KM de l'Hivernal du Sancy arrive, inutile de me crever ou de me faire mal. Je navigue à l'arrière en tchatchant avec le Cyss, Bouka73 et ZE Did. Ces deux derniers me parlent de ma prochaine terre d'accueil, l'île du Bourbon où ils se sont rendus récemment à l'occasion de la Diag'.

J'apprends ainsi qu'il n'y a point de mouettes à la Réunion, mais plutot des "paille en queue" ou "paille en cul".

Paille en queue

"Un bel animal qui a trop tiré sur sa queue pendant l'adolescence" 

Je songe donc à changer une énième fois de pseudo d'ici 2 mois. J'hésite pour le moment entre la paille en queue ou le requin bite pour rester dans le local

Aucun lien mais le Bouk devrait apprécier

"Page 2 de la recherche de google images de "REQUIN BITE" " 

Je décide de m'arrêter de temps à autres pour prendre quelques photos. L'ignoble me remonte, puis quasi tout le monde en fait j'ai l'impression. La première partie jusqu'à Saint Sulpice alterne route et chemins bien bien gras. C'est sympa mais vivement le plat de résistance là haut dans la montagne!



"De Saint Sulpice, vue sur les Bauges et sur Belledonne" 

J'arrive au 1er ravito parmi les derniers. Tout est bien rôdé. Il y a profusion de trucs à manger et à boire. Du sain du gras du sucré du salé des boissons MAX des boissons avinées etc...

Ravito de roi
 
"L'arnaque, y'a pas de Pepsi Max. Remboursez nos invitations" 

Le Bouk semble vouloir me faire passer un message en insistant fortement sur la bouteille de génép maison. J'en viens à me demander s'il n'a pas parié sur ma dernière place...

Le Bouk étonné que la mouette soit étonnée de trouver sa bière au ravito

"Mais il est vraiment très con. Je lui ai dit de boire le génep, pas de le prendre en photo" 


Le Bouk semble irrité de ne pas me voir toucher à l'alcool de plantes, il jette donc son dévolu sur Byzance

Je te jure avec ça tu vas recoller au groupe de tête et fumer Julien Chorier

"Y'a pas de pavot dans le Génépi fais confiance à Tata, fais-toi 2-3 petites rasades tu vas voir c'est vivifiant" 

Je repars tranquillou aevc un petit groupe en point de mire. Il commence à faire sombre et je veux essayer de combler le retard qui me sépare des 3-4 de devant le plus rapidement possible. Je rattrape Fusalp juste avant le début de la voie romaine qui mont au Crucifix. Merci de m'avoir accompagné, on a bien bavassé pendant que je tentais désespérement de ne pas m'éclater sur les pierres hyper glissantes de la montée. On allume les frontales puis on bascule. On distingue le lac au loin, je reviendrais bien de jour la balade doit être encore plus sympa! La descente est piégeuse en raison des pierres lisses et des feuilles mais je m'en sors sans trop de mal. On rattrape tout doucement un 3ème larron vers la fin de la descente. Ce n'est autre que le grand Albacor38 avec qui j'avais déjà discuté sur un bout de l'Hivernale de Méaudre l'an dernier. Décidément, les grands esprits se rencontrent :)

On arrive groupé au... TRANSFORMATEUR des Allemands? Il est où le parking? Fusalp nous rappelle qu'il faut chacun prélever une page du bouquin. J'avais déjà oublié cette histoire. Je pourrais m'apeller le poisson rouge aviné aussi tiens...

Petite déception, il ne s'agit point d'un livre olé olé (Refus catégorique de l'ITRA) mais d'un livre sur l'alpinisme. J'embarque un bout d'histoire es Grandes Jorasses avec moi et on repart pleins gazs car il commence à tomber de la neige fondue... 


"Le bouquin témoin non promis par le Bouk" 

 En fait on repart pas si plein gazs que ça. Fusalp grimpe mieux que moi, Christian est un peu derrière. La neige fondue ressemble de plus en plus à une bonne grosse pluie. Je m'arrête pour ôter mon coupe vent et pour passer ma Odlo imperméable. On repart tranquillement avec le sieur Albacor et d'un commun accord, sans vraiment en discuter, on décide alors de terminer à notre rythme ensemble. On évoque nos blessures de guerre respectives, les belles courses du vercors, les batailles épiques du DTTN que je suis via l'intermédiaire du forum etc 2-3 légères hésitations à certaines petites bifurcations mais en regardant de plus près les traces au sol on termine toujours par retomber sur nos pattes. Arrive le col Saint Michel et là les positions s'inversent. C'est Albacor qui passe devant et m'entraine dans son sillage. Ca glisse un peu mais moins que je ne le craignais. C'est ludique, et le temps passe vite en discutant. C'est vraiment top, aux antipodes de mes courses précédentes où je serai les dents en descente. Légère hésitation quand un bien bel arbre se retrouve couché sur la trace. On jardine un peu et les sentiers réapparait à quelques mètres de là. La lisière du bois s'annonce et nous approchons du ravito. En voyant les frontales de notre assistance de luxe, on tente un petit "boooooooouuuuuukkkk" mais nous ne pouvons rivaliser avec Petit Franck. On arrive sous des trombes d'eau. Et on en repartira pas de sitôt! Galette brownie bières coca génépy caramels etc etc... On prend le temps de poser un peu pour la postérité et c'est non sans quelques grammes (dans tous les sens du terme) supplémentaires que nous reprenons la direction de Cognin ("Ah y'a un chrono qui tourne?").
 
Bouk en chef d'orchetre du camp de réfugiés du boukistan
 
"Tous les chemins de l'Epine mènent aux Roms" 
 
 
 
"Best ravito ever" 
 
 
 
"La fine équipe. Merci pour ce bon moment Albacor38. Un an après Méaudre presque. Les grands esprits toussa"
 
L'effet génépy frappe d'entrée : on perd la trace et je commence à me demander si mon cerveau ne me joue pas des tours. Je pense alors aux 2 verres de l'exclelent élixir du FZ. Coeur sur lui. Christian dégaine son tel et se rencadre auprès de l'organisation. Fausse alerte on est pas perdu, il s'agit juste d'un tronçon sans rubalise pendant 300 400m. 50 mètres plus loin les petits repères se suivent à la queue leu leu. 
 
La descente finale est plus buccolique que la montée d'approche. Pas mal de cours d'eau, de bouillasse. Je suis trempé et dégueu mais le genep' me fait trouver ça cool haha! Les lueurs de la ville se rapprochent, un petit tour de centre commercial et hop nous voilà arrivés sous les applaudissements de la foule en délire. J'ai rarement été aussi applaudi, et ce malgré notre antépénultième position en 3h23 (ca m'étonnerait pas d'avoir cumulé 23mn d'arrêt ravito haha).
 
Vite on se change et on se rend à 2 mètres de là dans le café pour l'After. Accueil triomphal pour le duo de choc La Corne serre file débaliseur et Byzance sénateur lanterne rouge. Personne de perdu, tout le monde est ravi, le sauc' est englouti, on peut attaquer les crozets diots!
 
Je connaissais le triangle des bermudes, me voilà attablé au sein du rectangle de la conneritude. A ma droite, l'Ignoble Bitovent et Bouk débitent saloperie sur saloperie. En face de moi, Cyss n'en perd pas une miette et se permet d'en rajouter une couche de temps à autres. A ma gauche mon accompagnateur de moyenne montagne du jour Albacor est tout ouï, comme moi. Il est question d'athlètes amateurs qui avalent des kilomètres à l'entrainement, de pain au pavot, du D+ de Campdedroles, du GF38, de PUY DE DOME, de transit intestinal en course etc etc
 
Le puy de dôme
 
"Le Puy de Dôme cher à l'Ignoble"  
 
 
Bref ça va de n'importe quoi en n'importe quoi, et c'est bien pour ça que je suis là. Je me sens à ma place. Ca me fait chier de me barrer à l'autre bout du monde mais bon, y'a des chances que je finisse par atterir dans le coin à mon retour de chez la compagnie créole.
 
Il se fait tard, certains reprennent des généps au comptoir, avec Brice 07 et Byzance on prend le chemin du retour. Je suis encore tout émoustillé de cette petite sauterie, j'arrive pas à trouver le sommeil. Je pourrais commencer à écrire mon CR mais non je suis un gros branleur.
 
Alors voilà. 10 jours plus tard il est là. 10 jours pour pondre une merde pareille? Entre temps j'ai bu des coups, je me suis entrainé un peu, j'ai couru chez les auvergnats, j'ai cherché du boulot à la RUN, j'ai paufiné 1000 fois mon CR (pire qu'une lettre de motiv) et je crois que j'ai pas fini de débusquer les coquilles et les fautes de frappe.
 
 
les auvergnats
 
"L'Auvergne hospitalière" 
 
Je vais surement en oublier alors du coup par précaution je ne citerai personne, je vous renvoie à la vidéo de Namtar où il remercie l'assistance complète. 
 
Merci d'être un peu mongols (Hier je me suis un peu accroché avec un coach de mon asso qui me reprochait de raconter trop de conneries et de trop boire de bières. L'esprit trail c'est aussi la déconne et le bon temps autour d'un verre ou d'un repas pas diététique du tout. Y'a pas que la sueur la VMA et les points ITRA dans la vie), merci de ne pas céder aux sirènes du trail bizness. Conservez l'esprit qui est le votre. Des pompes un tracé des potes et roule la vie. Je suis un peu deg' de ne vous avoir rencontrés que si tard alors que ça fait 2 ans que je cours en Rhone Alpes m'enfin, mieux vaut tard que jamais, et je reviendrai!
 
I'll be back
 
"I'll be back" 
 

RDV est pris pour Belledonne dans un mois tout pile! Je vais essayer de maintenir ma pseudo forme actuelle, ce qui n'a rien de gagné vu que j'entâme ce WE ma tournée d'adieu... Gras, bière et autres travers m'attendent au tournant...

Mouette Pong


"La mouette parfait sa condition physique pour Belledonne" 

Edit : un petit pied de nez au Bouk qui termine toujours ses récits par des pin-ups pas vraiment vraiment traileuses hein!

Virginie Govignon ITT 2015 Grande Motte


L'Esprit trail. Une course magnifique qu'on veut faire disparaitre pour de sombres raison. Une orga vraiment top. Une athlète au bel esprit. Manque plus que la bière. Mais elle est peut-être planquée dans le Camelbak!




15 commentaires

Commentaire de Corne de chamois posté le 20-01-2016 à 00:42:39

J aime bien ce genre de récit !!!
Je sais pas ce que tu fout à Lyon. Un lyonnais qui gerbe sur l utmb c est un peu comme bubulle en train de faire caca sur la carte ign du RER francilien. Tu dois être incompris place des terreaux les dimanches de mi-avril...

Commentaire de la mouette avinée posté le 20-01-2016 à 01:48:53

Les dimanches mi-avril aux terreaux il y a effectivement plus de chances que je sois en terrasse qu'en train de tester mes bâtons et mes speedcross sur le parvis :D

Commentaire de la mouette avinée posté le 20-01-2016 à 01:51:49

Tu as du lire le CR incomplet. Tu peux rafraichir la page maintenant j'ai réparé ma connerie!

Commentaire de la mouette avinée posté le 20-01-2016 à 00:45:23

ATTENDEZ ATTENDEZ JE SAIS PAS CE QUE J'AI BRANLEZ J'AI VALIDEZ AVANT QU'IL SOIT COMPLET

Commentaire de la mouette avinée posté le 20-01-2016 à 01:47:41

C'est bon le CR est complet. Bonne nuit -_-

Commentaire de Albacor38 posté le 20-01-2016 à 08:39:17

Mince je découvre le CR alors que j'attaque la journée de boulot.
Tant pis je vais faire comme ta copine du magazine de la santé de la quéquette et ronger mon frein. Je dégusterai ça ce soir bien posé dans mon canap'

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 20-01-2016 à 10:32:20

Putain ça en valait la peine d'attendre...
QUEL BEAU BEBE

Je retiens une chose mister poisson rouge aviné sandfox des sables sans intox : "bref... LE trail quoi."

S'il y a un tome 2 des récits publiés, celui-ci y sera !!! (censuré en partie hein !!)

Merci d'être venu
Merci d'avoir représenté la cité des gaules
A bientôt dans Belledonne, va y avoir encore des sacrés récits je sens...

Commentaire de Trixou posté le 20-01-2016 à 16:19:43

Merci j'ai bien ri ! Et en plus je ne vois que la moitié des photos, faut que j'y relise ce soir. Tant mieux !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 20-01-2016 à 16:36:15

Pareil !
Mais vu que ça marchait ce matin de mon smartphone il doit s'agir de liens vers FB !

Encore merci pour ce plaidoyer la mouette

Commentaire de la mouette avinée posté le 20-01-2016 à 16:39:34

C'est fort probable monsieur le caprin. De mémoire j'ai linké quelques photos de Namtar et peut être même 2-3 trucs de mon FB. Pendant la course j'uploadais quelques clichés pour faire un coverage LIVE de cet évènement hors du commun :D

Commentaire de campdedrôles posté le 20-01-2016 à 18:14:55

Merci pour ton excellent compte-rendu drunk seagull.

Entre les CR du caprin sus-cité, ceux d'Albacor, de Bitovent et de tant d'autres, il y aurait de quoi éditer un petit bouquin-florilège !

A bientôt en février chez les Huiles !
thomas

Commentaire de Byzance posté le 20-01-2016 à 21:19:42

La gestation a été longue ... mais quel beau bébé !!!
Je suis certain que tu vas bien t'éclater à la Réunion, pas seulement sur les sentiers. Au retour, tu devra nous faire gouter tes rhums arrangés.
Bonne continuation à toi.

Commentaire de Noruas posté le 21-01-2016 à 10:15:32

J'adore ton récit !!!

Commentaire de Arclusaz posté le 21-01-2016 à 21:14:51

chouette "récit".

et merci d'avoir assuré la présence "lyonnaise" (un savoyard qui dit ça à un nordiste, on aura tout vu !!!).
J'espère vraiment en être l'année prochaine mais c'est dur de se se couper en trois ou quatre...

Commentaire de cyss posté le 22-01-2016 à 08:58:25

Beau récit! Et bel état d'esprit! :-)

A chaque fois qu'on s'est croisé, ce fut un plaisir et il est évident que l'objectif n°1 doit être le plaisir plus que la perf, ce que tu as bien expliqué.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran