Récit de la course : Le Challenge Cathare 2015, par grumlie

L'auteur : grumlie

La course : Le Challenge Cathare

Date : 16/5/2015

Lieu : Cucugnan (Aude)

Affichage : 988 vues

Distance : 95km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Plutôt 2 fois qu'une!

Dès les premières infos sorties sur le challenge:tilt, çà c'est un truc pour bibi.

Ben quoi une première journée avec 44k 2100+ qu'il faut enchainer avec la course des seigneurs qui est en soit un sacré gros morceau 51k/3200+, c'est plus qu'alléchant.

 

 

 
 

Bon faut l'avouer, après le gros coup de bambou reçu sur la cafetière avec mon abandon à la Réunion, j'ai vraiment du mal à me remotiver et à me projeter sur "un" objectif! Alors cette année c'est un peu programme freestyle et plaisir!

Faut quand même préparer un minimum le chantier annoncé pour pouvoir prendre du plaisir les jour J.
En guise de dernière sortie longue c'est une "virée vacances" du coté de Rosas pour le trail cap de creus.

Allez y les gars, faites les malins!
Pfutt, vraiment nulle la vue par là...

1 fin de course délicate plus tard: le gars il a bien ramassé.... Satisfaction d'être aller au bout et étude attentive des barrières horaires de la course des seigneurs...


J'arrive sur Cucugnan le jeudi soir pour donner un petit coup de main, je suis bien, zen, pas du tout à la préparation "millimétrée" des deux courses à venir.

1 repas diététique particulièrement étudié le vendredi soir (salade de chèvre chaud/pintade/crème catalane) en compagnie d'Estelle et Yvan et de la dream team castraise Steph et Domi,

Samedi direction Padern dans la "phototrail automobile" pour un départ assez familial. 70 coureur on devrait arriver à pas trop se marcher dessus.

Tranquilou à 10' du départ avec Yvan et Pascal le futur vainqueur

9h, Béa nous donne le top pour cette première étape annoncée assez roulante. 44k et 2100d+ quand même hein...

 


Forcément le gars il est rapidement à sa place au fond du bus et cela lui va bien. Faut surtout pas s'emballer! Long is the road!


Je gère l'allure sur les pistes en direction de Paziols.

Attention au décollage  

Je dois avouer que je n'ai pas de souvenir très précis de cette partie du parcours mais je ne me suis jamais ennuyé car il y a très souvent des vues bien sympa et le mélange piste/sentiers me convient.

 

 


La descente en direction du château d'Aguilar est un régal pour les yeux.

 

 


C'est sympa de croiser du monde sur l'aller/retour et de trouver des photographes à l'affut!

La longue partie de piste montante suivante me verra m'emballer un peu trop et je sens dans la descente vers le château de Ségure qu'il faut réduire un peu la voilure et ne pas se rater sur les fondamentaux au ravitaillement.


Derrière c'est le morceau de bravoure de la journée, l'ascension classée hors catégorie du mont Tauch.

Donc on se calme, boire, manger, refaire les niveaux, quelques assouplissements du dos et c'est reparti.
Le début de la montée est progressive et propre et puis au détour d'un virage on rentre dans le "sentier fait maison". 400d+ en moins de quatre bornes. y a plus la place pour les fioritures là. Je monte sur une rythme économique et régulier. Le son de cloche se rapproche c'est l'arrivée sur le plateau sommital.

Ah oui cela me revient je n'ai pas encore parlé d'un de nos amis du jour: le VENT!!!!! Des rafales au dessus de 100k/h c'est un poil déstabilisant quel que soit le sens...

Le bout de piste et route pour atteindre le ravito est assez intense! Monsieur l'agent c'est pas parce que j'ai picolé que je titube!

Le ravito tuning version Christian et Christophe


Encore un arrêt au ravito ou je prends le temps tout en discutant avec Christian et Christophe et je me lance sur un bon rythme dans la super descente qui suit tout en gardant en tête qu'il reste encore une autre montée et surtout demain...

Dans les 300 derniers d+ je me lâche un peu plus et me lance dans la descente finale. Premier lacet sur piste, vent de face. On fait quasiment demi tour et j'ai toujours le vent de face. C'est quoi ce merdier. Et la on ploooonge droit devant direction l'arrivée. Des racines dans tous les sens, du caillou,le vent qui vous projette trois quatre mètres plus bas sans prévenir, c'est hard cette fin d'étape.

 


Ligne d'arrivée franchie en 7h05.  59ème sur 69 classés.
Je pense que je n'ai pas trop tiré sur la machine même si j'avais envisagé 7h30 au mieux. On verra demain!

 

Que dire...

Maintenant place à la récup, l'hydratation et à la fameuse pasta party de Cucugnan. Merci Michel pour le retour express sur Cucugnan.
1 bonne nuit et me voilà frais comme un gardon pour attaquer la course des seigneurs.

illuminés?!  

La tactique est simple: écouter son corps et gérer l'allure au mieux jusqu'à Quéribus.


Juste un petit test dans la première descente pour vérifier l’état des cuissots. Pas le moindre bobo à signaler!

J'apprécie beaucoup tous les sentiers en direction de Rouffiac. Je prends énormément de plaisir juste à être là et profiter. On avance gentiment avec l'ami Lionel sur toute cette partie.


La montée vers le château de Peyrepertuse est un régal.

 

Lionel en plein tournage vidéo


C'est raide, c'est joli. J'adore!


1 petit tour du propriétaire et une magnifique descente vers Duilhac m'attend.
 Faut quand même faire attention ou l'on met les pieds. Maintenant direction le col de Lappès par un joli sentier qui remplace plus qu'avantageusement la piste que nous prenions quelques années auparavant.


Ravitaillement du col. Tout va bien. gestion impec' pour l'instant. On s'énerve pas pour autant dans la montée vers les crêtes. Sage, souple, patient...

 


Le passage sur les crêtes est absolument génial avec de superbes vues. Et heureusement le vent est beaucoup moins fort qu'hier.

 


On est une petite dizaine à se regrouper à ce moment. Le terrain se complique un peu avec un peu plus de cailloux et rochers à l'approche de la fameuse descente de la piste de ski. Encore un grand moment que cette partie. Au début c'est du très raide dans les arbres et arbustes puis on a le droit à du bon pierrier qui roule sous les pieds et pour se finir de la pente raide herbeuse. Après tout cela je n'ai toujours pas les cuisses en feu.

 

Quéribus dans le viseur  


Les 3 kilomètres de pistes passent comme un lettre à la poste. Le fait d'être en groupe à ce moment a forcément était bénéfique.

A l'approche du début du sentier cathare, je me remémore le challenge fait avecYvan le lendemain de l'édition 2013. Et là stupeur, je le vois juste au dessus du panneau marquant le début du sentier qui a l'air particulièrement marqué alors qu'il avait fait une belle première journée.


La suite va être très compliqué pour lui en allant quand même au bout du bout!

A part Yvan, d'autres concurrents ne sont pas en grande forme dans cette partie. Il commence à y avoir du dégât.
Et moi, je continue à me régaler. Pas le moindre signe de fatigue ou de soucis à déplorer.

Bien faire le plein au ravitaillement car après c'est le désert jusqu'à Padern, et le  soleil chauffe pas mal maintenant. 2 verres de coca, le plein des bouteilles, manger et prendre des en-cas pour la route.
La visite du château est assez ventée.


D'habitude je ne me trouve pas à très l'aise sur la partie de crêtes bien technique, là cela se passe super bien.
Tout s'enchaine à merveille.

 


Je suis en cannes, alors autant se lâcher maintenant et profiter au maximum de ce bon moment.

La nouvelle section en direction de Padern est vraiment super: des beaux sentiers, de quoi relancer par moment, des bugnes qui te calment et te font souffler de temps à autres, et le fait de rattraper régulièrement des coureurs est assez grisant.


Par contre il faut gérer l'eau pour ne pas tomber à sec car là il fait bien chaud.

Avec l'ami Antoine

A l'approche de Padern on repasse dans la forêt et cela fait du bien d'avoir un peu d'ombre.
Dernier arrêt buffet pour bibi.  Un petit coca bien frais à l'ombre, du saucisson, des tuc, le top quoi.
Petit coup d’œil au chrono, c'est jouable pour passer sous les 9 heures (alors que je m'étais fait un plan à l'arrache en 10h15 après Creus...)
C'est reparti sur un bon rythme pour finir en beauté ce challenge. les 2 ou 3 bugnes avant le dernier mur se passent super bien.
Et là nouvelle surprise: je retrouve Linda et Jérôme qui sont un peu en galère sur cette fin de challenge.


Le dernier mur ne sera que pur plaisir pour moi et je "fonce" maintenant vers l'arrivée.

 

Je jubile ou bien?

La "Grumileblague" du jour à l'arrivée? Au sprint, on enlève le sac et le tee-shirt, et "Béa, j'en voudrai tout neuf tout beau tout propre!!!!!!!"

 


Course des seigneurs: 8h37'29 32ème sur les 63 valeureux challengers. et 85ème/149 sur la course.
J'ai l'impression d'avoir fait un course pleine et maitrisée et d'avoir fait une véritable performance (à mon niveau hein, pas à celui de l'ami Pascal impressionnant vainqueur de ce challenge).

Challenge Cathare: à la louche 95k/ 5600d+. 15h43 de pur régal pour moi et une 44ème place au cumul.

Je suis particulièrement heureux et fier de faire partie de la première promotion du challenge cathare.

Merci à tous les photographes à qui j'ai piqué les photos, et surtout un grand merci à Béa pour nous avoir offert un magnifique challenge.

4 commentaires

Commentaire de olneos posté le 15-01-2016 à 07:18:58

Merci pour ce compte rendu et bravo pour la performance (je me suis inscrit à celui de cette année).

Commentaire de grumlie posté le 15-01-2016 à 17:01:27

Très bon choix! Il est fort probable que je soit dans le coin

Commentaire de Yvan11 posté le 15-01-2016 à 15:07:10

Voilà qui me fait regretter de ne pas avoir eu la force de raconter mon Challenge, et mon chemin de croix pour avoir ce fameux tee shirt ! ;-)

Commentaire de Berty09 posté le 16-01-2016 à 07:41:15

Une très belle course bien gérée. Good job. Un format qui te convient bien, bravo!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran