Récit de la course : Trail du Vuache 2015, par Namtar

L'auteur : Namtar

La course : Trail du Vuache

Date : 18/10/2015

Lieu : Vulbens (Haute-Savoie)

Affichage : 489 vues

Distance : 21.4km

Objectif : Pas d'objectif

17 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le trail du Vuache 2015 ? ça c'est fait...

 

Le Trail du vuache avait lieu le 18 octobre. Petite course de village avec 200 inscrits pour 21,4 km et un Dénivelé positif de 770m.

Je m'y suis inscrit au dernier moment. Le Dimanche matin je prend donc ma voiture en direction du Massif du Vuache dans l'ain. En fait la course est plutôt roulante, le Vuache est traversé simplement une fois du fait des autorisations administratives. Le parcours est un bon tiers route, le reste en chemin forestier. Deux montées pas trop dures et pour finir une montée en single assez raide, les descentes ne sont pas très techniques.

Comme je ne me souviens plus trop de la course, je vais donc la raconter à la façon de...


Kilomètre 1 à 4, à la façon de Namtar

Comme d'habitude je pars en fin de peloton. Le premier kilomètre se fait à une vitesse de 11km/h. du deuxième au 4ème compris, cela monte. Je vais à mon rythme, je suis asssez bien et me permet même de dépasser un peu dans la montée. On est là dans la campagne Genevoise, sur notre droite se dresse le fameux Vuache.


Kilomètre 4 à 6, à la façon de jpoggio

C'est une descente peu technique qui se dessine, mais il ne faut pas négliger les petites joies. Alors prenons plaisir ! La stratégie de l'escargot qui est mienne en début de course me permet d'aborder cette descente dans des conditions somme toutes décentes. Et c'est la grande lessive d'automne : je double, je dédouble et je redouble. Mieux qu'une sortie au seuil entre potes : les choses belles ! J'en serais d'ailleurs tout chose si il ne faisait pas un peu frisquet.


A mi-descente je remet la gomme et c’est avec une certaine arrogance que je persévère dans mon (peu) glorieux effort. Puis me voilà de nouveau sur du plat, encore frais comme un gardon car le Trail, c'est bon pour la santé. Me reviens alors en mémoire la phrase d'un grand penseur : "Pour interpréter Napoléon, il faut mettre la main dans son veston, regarder au loin et penser à ses impôts". Dommage, je n'ai pas de veston, juste un tee shirt technique, je regarde mes pieds et non l'horizon... Il ne me reste que les impôts... Quam dura vita mea...


Kilomètre 7 à 10 à la façon du Bouk

Après cette descente voilà 4 kilomètre de plat à venir. Je ne lance pas de cri mais allonge la foulée pour revenir sur une fille en rose. Un peu plus loin devant il y a un sénior en bleu puis un vétéran en rouge. Je rattrappe rapidement la fille en rose et à la faveur d'un virage légèrement coupé je la dépasse non sans lui avoir lancé au passage tel le michel riondet en mode taquin "hou... le plat ce n'est pas ma spécialité". La belle est alors achevée et perd contact inexorablement. Dans le trail court, tout se joue dans la tête fillette.

Le sénior bleu dodeline, il est en souffrance. Je place donc une accélération qui lui est fatale. Au passage je lui lance un "ha on a de la chance avec le temps, c'est vraiment agréable". Il éructe un "ouais" et je le laisse sur place. Petit à petit je grignotte mon retard sur le vétéran en rouge. Je sais que la deuxième montée arrive et que ce n'est pas mon point fort. J'allonge la foulée le ravito n'est plus très loin. Je prends juste un verre d'eau et c'est reparti.

Ginette a attendu en vain le Bouk à l'arrivée...

 

Kilomètre 11 à 13 à la façon de Bitovent

Message des modérateurs :
Après une très longue délibération du comité des modérateurs, il a été décidé de censurer le dit paragraphe en raison de plus de 14874 manquements à la chartre Kikourou, notamment en ce qui concerne les insinuations sur le fait que "Mamanpat devrait en fait s'appeler Papapat et aurait des origines brésilienne", ce qui, en plus d'être des allégations infondées n'a aucun rapport avec le trail du Vuache et rend donc ce propos hors sujet. Nous passerons aussi sous silence ses propos sur le fait que Corne de Chamois "en aurait une petite" car cela ne nous regarde pas.

Dans les faits il s'avère que la montée était relativement simple.


Kilomètre 14 à 16 à la façon de bubulle

Avant dernière descente. Sur cette portion la pente est de -5.0432534643464%. Chemin forestier avec une déclinaison en dévers droit de 0.00000342°. Le taux d'humidité au sol est de 67.32420270924%. La composition du sol est inconnu, mais nous pouvons déduire une certaine élasticité ainsi que la présence d'aspérité mobile plus communément appelée pierre. Compte tenu du poids au réveil dudit coureur (63.456973207856 kg) et de sa transpiration depuis le début de la course à laquelle il ne faut pas oublier d'ajouter la perspiration. Compte tenu de la surface de résistance des chaussures dudit coureur et de son allonge. Compte tenu aussi de son état de fatigue, nous pouvons envisager une vitesse moyenne de 10.725436903 km/h sur cette portion. Allez, zou, en route !
Edit : après avoir récupérer les données des 7 montres que je portais le jours de la course et fait une analyse très fine de résultats avec l'aide de mon cousin spécialiste statistique au CNRS, il s'avère que je me suis totalement trompé sur mon calcul : sur cette portion j'ai fais du 10.71985746 km/h. Je n'arrive toujours pas à ce jour à comprendre cette contre performance.

Dans les faits il s'avère que la descente était peu technique et assez agréable.


Kilomètre 17 à 18 à la façon du Lutin D'Ecouves

J'aborde un peu entammé la dernière monté sèche. C'est un single bien raide. Mais cette fois-ci, je me remémorre les mots du vrai Lutin d'Ecouves : "A ce moment de la course les jambes piquent, mais il ne faut pas le montrer aux autres". J'ai deux petit jeunots devant moi qui essayent de me lâcher, mais je m'accroche. Je sais que la dernière descente sera pour moi. Donc je ne doit pas perdre trop de temps. il n'y a même pas de beaux paysages à contempler : pas une fille dans les parages. Les derniers mètres se font à l'aide des mains puis c'est le début de la dernière descente.


Kilomètre 19 à 21 à la façon de la Corne

Dans cette dernière descente je gratte 4-5 places et termine en roue libre le sentiment du devoir accompli. C'Est uNE VRAi COURSE AU SAUCiSSoN, PAS UNE DE CES COURSE A PIMPIMS DU COTE DE CHAMONIX OU DE L'ECOTRAIL ! IL Y A DES RAVITOS BIEN REMPLIS, ON A LE CHOIX ENTRE DEUX CADEAUX DE DEPART, CE N'EST PAS LA SURPOPULATIONS ! C'EST PAS UNE COURSE DE BOBOS !
PuTAIn de CLavIeR de MerDE...

 

En tout cas c'est une course super sympa, ceux qui sont allergiques à la route il faut éviter quand même. Les bénévoles sont super sympas.

La suite ? C'était la Nocturne des Teppes, mais ceci est une autre histoire...

  

 

17 commentaires

Commentaire de JuCB posté le 14-12-2015 à 14:12:22

Tu fais honneur aux bénévoles qui ont donné de leur temps et à une orga aux petits oignons mais desservis par un tracé loin d'être le plus joli du coin...

Teaser pour le récit de la Nocturne : Namtar s'est-il perdu cette année avec ses 2 frontales et ses 4 batteries ??

Commentaire de Namtar posté le 14-12-2015 à 15:48:41

Oui, j'en ai des choses à raconter sur mes frontales !!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-12-2015 à 15:44:32

Plus que 2 récits de retard !!!
Jolie photo !!!

Commentaire de Namtar posté le 14-12-2015 à 15:47:20

3 : la Nocturne des Teppes, le Montagnole et la Saintélyon. Pour la photo je devais rester dans l'esprit Bouk ;)

Commentaire de Noruas posté le 14-12-2015 à 16:17:33

Très bon récit cher Rodolphe !
J'aime bien les paragraphes qui imitent les récits du Bouk et de L'Ignoble. (MDR !!!)
J'adore celui sur les potentiels récits de La Corne (parce que bon il n'en fait pas souvent).
("PuTAIn de CLavIeR de MerDE..." tellement vrai !!!)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-12-2015 à 16:38:23

LA CORNE TE LE DIRA LUI-MEME
IL NE FAIT QUE DES RECITS POUR LES COURSES QUI MERITENT UN RECIT AUTRE QUE CEUX GNAN-GNAN DU BOUK

Commentaire de Corne de chamois posté le 14-12-2015 à 23:02:17

Original
Ça change

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 15-12-2015 à 15:39:47

Il a tout compris le Namtar et quand il saura vraiment se faire mal, il sera imbattable.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-12-2015 à 21:12:32

ON N'EN EST PAS LA

Commentaire de Namtar posté le 15-12-2015 à 21:56:59

J'y compte bien ;)

Commentaire de Arclusaz posté le 15-12-2015 à 21:02:12

il est génial ce récit : bravo quel talent !!!!!!!!
c'est vraiment bien observé et bien retranscrit

Bon, j'attends maintenant le prochain avec angoisse, je ne sais pas si je vais oser le lire....

Commentaire de Namtar posté le 15-12-2015 à 21:58:01

Il n'y apas d'angoisse à avoir. C'était une belle soirée dans le massif de la chambotte !

Commentaire de Arclusaz posté le 15-12-2015 à 22:05:11

j'y étais dimanche et j'ai bien pensé à toi

https://www.strava.com/activities/449307405

Commentaire de Benman posté le 15-12-2015 à 22:07:34

excellent. merci pour le fou-rire très kikouresque.

Commentaire de campdedrôles posté le 20-12-2015 à 22:39:22

Terrible (surtout le paragraphe "Bubulle") !

Commentaire de Trixou posté le 21-12-2015 à 16:50:49

Excellent !!!

Commentaire de les machine-gônes posté le 29-12-2015 à 17:03:54

A la manière de Pasqua : "Il faut plagier les plagiaires !"... et surtout te remercier pour ce chouette récit qui lui, laissera assurément des souvenirs.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran