Récit de la course : Les Foulées de la Solidarité 2015, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Les Foulées de la Solidarité

Date : 28/11/2015

Lieu : Le Cres (Hérault)

Affichage : 329 vues

Distance : 6.5km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

De l'originalité et de la solidarité au Cres.

Ce samedi 28 novembre, ce n’était pas un retour de bâton mais plutôt le retour aux bâtons, de marche nordique, après quatre dimanches de novembre de course à pied, ce qui, on le verra, aura, je pense, servi à quelque chose.

Autour du lac du Cres, étaient proposées un certain nombre d’épreuves, dont une marche nordique chronométrée, en plus du « canicross », pour un maître et un chien, 

De multiples rencontres aussi, chez les chiens!

des courses pour enfants, une marche nordique-balade et une course à pied sur un circuit de 6,7km

Encore une fois, ce jour-là était un jour fait d’originalités. Un monde fou donc quantités de voitures, sur un grand parking de style terrain vague, mais au diable, à plus de 300m de la base de départ des épreuves. L’engagement, pour obtenir un dossard, se payait « en nature », sous forme de victuailles qui vont alimenter la banque alimentaire du CCAS du Cres.

L'épicerie, pour les nécessiteux, se remplit.

Le temps de cet après-midi là était encore presque printanier, malgré une certaine fraîcheur ressentie à l’ombre. Enfin, ce parcours, « rubalisé », avec des flèches bleues et orange dans tous les sens, s’est révélé labyrinthique au possible et surtout bosselé comme de la tôle ondulée, sur les chemins des sous-bois jouxtant le lac du Cres.

De g. à d., Frédéric, mon ami coureur, Alain Baudouin et Pierrot34


Photo uniquement dédiée à Bernard Carasco, le vendeur de mes bâtons "Exel Curve" que je me félicite chaque jour de lui avoir achetés.

Après les rencontres en forme de retrouvailles, avec ses alter-egos de la marche nordique, Christiane de l’USSA Sète, suivie de ses camarades de club, en force, Sylvie (ma formatrice à la MN), Pascale, Corinne,Yves, Elian puis de Jean-Marie Garcia, le pilier du Bol d’Air Gignacois, sont arrivés mes « maîtres » de la MN, Alain Baudouin, Denis Pfister et Alain Pyot alors que m’accompagnait, en fidèle voisin, ami et chauffeur, Frédéric, qui lui courait le 6km.

Sans dossard mais pas sans rythme!

C’est curieusement-encore une originalité !- que mon épouse a ouvert le bal de la marche nordique, volontaire qu'elle était pour participer à la marche nordique-balade, une heure avant la chronométrée, sans dossard. Mais ce qui devait arriver arriva : très vite lâchée par ceux qui se baladaient, en principe ( !) mais qui en vérité, sans faire de compétition, se sont tiré une petite bourre entre membres du même club, ma pauvre « baladeuse » s’est retrouvée perdue au beau milieu de la forêt et de toutes ces flèches bizarres qui s’entrecroisaient sur un embrouillamini de pistes et elle a rebroussé chemin vers l’arrivée au bout de trente minutes. Du coup, elle a pu prendre des photos de la marche chrono, quand même satisfaite de sa petite partie de bâtons qui prolongeait celles de ses séances santé dans la semaine à Frontignan.


Les choses sérieuses ont alors commencé vers 15h15, avec le départ des344 coureurs puis quelques secondes après, des 31 marcheurs nordiques chrono, un nombre enfin correct, pour la région.

Derrière les coureurs, les marcheurs chrono.

Du coup, si l’on compte les 43 équipages du canicross, les nordiques non chrono et les enfants, on frisait probablement les 500 participants ce samedi à ces « Foulées de la Solidarité » du Cres.

Donc, le soleil a éclairé le plus souvent cette marche nordique, sauf quand nous passions dans les parties ombragées. Des montées qui obligeaient à garder le rythme avec plus de force dans les bras, des descentes, bien sûr, qui compensaient, des virages en épingle à cheveux, des coureurs qui nous doublaient ou nous passaient sous le nez en contrebas des pistes…c'est un 6km, en principe une courte distance que je considère comme un « sprint » par rapport aux 11km de dimanche prochain à St Christol ou aux 15km de Vergèze, qui ne m’a jamais paru aussi long.

En voilà un, parmi les coureurs, qui a offert un spectacle époustouflant, en poussant ses deux enfants sur ces chemins quand même problématiques.

Et quand nous sommes revenus vers l’arche d’arrivée, j’ai cru que c’était fini car pas de signaleur ni de flèche…je temporise, me prends les pieds et les bâtons dans la rubalise au sol et perds au moins une minute, avant de m’apercevoir avec mes deux suivantes qui me passent, que ce n’est pas fini et qu’il faut encore faire le tour du lac pour boucler les 6,5km !

Et encore une montée pour Pierrot34!

Mais que c’est long, ai-je pesté, en continuant de pousser sur les bâtons, pour rattraper les deux femmes qui m’avaient passé…. !!! J’aurai je pense l’explication à cette sensation à l’arrivée : j’étais à 0,51g de glycémie, donc en hypoglycémie. Heureusement, contrairement à l’habitude, sur un pressentiment, j’avais coupé ma pompe à insuline juste avant le départ. Sinon, le SAMU et ma femme, paniquée, m’auraient ramassé dans un fossé…. ! Résultat, 15è sur 31 en 52 mn et 7,7 de moyenne; les quatre courses à pied qui ont précédé cette épreuve, m'ont peut-être redonné assez de souffle et de jambes, pour ne pas être trop ridicule; c’est  donc une mince satisfaction mais une satisfaction quand même, presque égale à celle de Frédéric, arrivé avant moi, bien sûr, en 40mn, alors qu’il visait moins de 45,  en laissant une centaine  de coureurs derrière lui. Un verre de soupe à l’oignon, originale elle aussi et pas superflue, et un verre de jus d’orange, avant de prendre la fameuse glycémie et c’était le retour sur Frontignan, grâce à mon gentil chauffeur au super GPS, qui nous a sortis de la banlieue de Montpellier, sans encombre alors que ma femme au volant aurait risqué de se perdre….encore une fois !

Finalement, un bel après-midi, qui met en confiance pour le 11km de St Christol dimanche, qui n’est pas non plus une balade de santé et qui se fera….avec du sucre emporté car, sait-on jamais, avec ces diabétiques de malheur !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran