Récit de la course : L'Echappée Belle - 85 km 2015, par chantrail

L'auteur : chantrail

La course : L'Echappée Belle - 85 km

Date : 29/8/2015

Lieu : Vizille (Isère)

Affichage : 1165 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

échappée belle 85

 Novembre 2014, une sortie trail en Chartreuse, parcourue avec un ami, nous permet d'admirer un panorama fantastique depuis les balcons sous l'Aup du Seuil....Tiens, on est pile en face du massif de Belledonne...Tu sais qu'ils organisent une course, un truc de dingue, super technique : une traversée du massif....Mouais, je connais déjà pas mal la partie sud, un peu moins la partie Nord....Ah, ben tiens, ça tombe bien : moi aussi, me dit mon ami....Et ça tombe bien, parce qu'ils organisent aussi un format "court", sur la partie nord, justement.....Et voilà comment un soleil radieux de novembre sur le calcaire chartrousin vous précipite l'organisation de toute une saison, avec toutes les implications socio-professionnelles-familiales-physiologico-tendineuses qui vont avec.

Bon, de novembre à août, ça laisse le temps pour monter quelques marches d'escaliers, de grimper quelques cailloux, de trottiner quelques allées-venues à coup de 30secondes à98,75% de FCM-Vo2max*PMA-avec RC à 63,18%, le tout sur un terrain d'une déclivité au moins égale la racine carrée de la moyenne des plus fortes pentes rencontrées lors de l'épreuve objectif.....Loin d'être un ingénieur, je me contenterai de mes 4 sorties hebdo, en guise de préparation, avec un autre ultra objectif majeur en avril (l'ultra beaujolais village-trail, hautement recommendable par ailleurs)

L'entraînement hivernal est un peu frais parfois, quoi que je remarquerai cette année n'avoir subi aucun désagrément d'ordre rhino-pulmonaire, pas la moindre goutte au nez (est-ce dû à l'entraînement ??)....Le printemps arrive, je cours mon 1er "100 bornes" dans le beaujolais sans encombre, et même au-delà de mes espérances !!

L'été arrive. Je délaisse un peu les séances d'intensité, bien que je conserve mon rituel 3*8*30-30, histoire de maintenir mon coeur en vie et de me dynamiser la foulée !!...Sinon, c'est longues sorties rando-trail de7h en montagne, souvent plus de 2000m D+, en plus des quelques sorties plus "courables" autour de chez moi.....en gros, j'ai fait environ 10 000m D+ et 200kms au mois de juilet.

Fin août, on y arrive. Pas d'angoisse, plutôt de l'excitation à l'idée de passer un long moment en montagne, sans prise de tête autre qu'un lacet à refaire ou un pied à "noker" !!...Avec mon ami, on s'installe tranquillou au départ, sans aucun objectif de temps.

Feu !!.....ça part vite, mais pour notre part, on monte pépère au premier col....S'en suit une longue descente puis la remontée au lac Léat, toute cette partie se déroulant encore à l'ombre. Lac Léat-Périoule : c'est dans cette section que l'on franchit le redouté col du Morétan, un col intimiste niché au fond de ce que le massif de Belledonne offre de plus sauvage, entre minéralité omniprésente et quelques résidus glaciaires sur les versant d'en face. Du col jusqu'à Périoule, c'est pas le genre de terrain où l'on se dit :"Tiens, heureusement que j'ai fait du fractionné cet été !!". C'est plutôt l'endroit où tu béniras ces séances de proprioception pendant lesquelles tu essayais de reproduire la position de la grue cendrée sur un seul pied posé sur un ballon dégonflé, lui-même en équilibre sur une colonne de cannettes de bières vides !!....Il ya même une superbe descente de moraines équipée d'une corde. Alors là, retrospectivement, je me demande encore pourquoi je suis descendu (comme tout le monde en fait) face à la pente, alors que je suis persuadé que c'était beaucoup plus relax si on l'avait descendu en marche arrière !!

Une soupe de nouilles puis un magnifique passage dans une vaste prairie d'altitude au pied du cirque Merlet-Morétan, nous nous dirigeons vers Super-Collet. Je croise au passage Zecrazytux, reconnaissable entre mille pour moi qui suit de près ses aventures sur son blog....J'espère que cela ne sera pas la dernière !! La suite, c'est le terrible test pour le système thermo-régulateur du coureur : disons que la section d'environ 600m D+ sur un chemin large mais très raide, dans un environnement à priori forestier mais en fait bien exposé au soleil des heures les plus chaudes, aurait surement permis de remplir quelques salières, sur l'ensemble des coureurs. C'est d'ailleurs dans ce passage que l'on commence à rencontrer quelques défaillances humaines (ça s'allonge, ça vomit, ça roupille....).

Super Collet. On s'octroie une bonne pause. Les parents de mon ami nous rejoignent, avec un bon stock de cake salé bien connu "fructose-farine de chataîgne-jambon-carrottes-et plein d'espoir pour la suite"....Jamais victime des affres gastro-digestives de l'ultra distance, je me baffre. Cette pause de 45mn nous fait le plus grand bien. On repart en bonne forme "relative" à l'attaque du col de Claran. Le chemin monte raide jusqu'au col, et nous offre la petite sournoiserie de voir Val Pelouse (prochain ravito), tout proche si l'on tendait une tyrolienne, mais très loin si l'on fait le tour du vaste ensemble des Férices, seul solution possible de toute façon.

Une redescente nous fait pénétrer à nouveau une zone humide de dense végétation (une sorte de jungle iséroise, en quelque sorte). Une brève mais raide remontée nous permet d'atteindre le charmant refuge des Férices, paumé au fond d'un long vallon, au pied d'un coin splendide de haute montagne (le pic Férice)....pour peu qu'on n'est pas une quarantaine de bornes dans les pattes, ça ferait envie d'aller grimper par là-haut....mais là c'est plutôt la dégustation de cake qui est à l'ordre du jour !!

La portion qui fait suite (crête des Férices), mérite à elle-seule l'inscription à cette course. C'est une succession de montées-descentes à flanc de montagne, entre alpages et rochers, le tout parcouru sous la lumière rasante du couchant. C'est dans ces moments-là que se construisent les souvenirs et les images positives !!

Enfin, pour mon ami, c'est pas la grande forme : les jambes sont là mais le souffle fait défaut et le coeur palpite comme s'il avait tout fait en courant ( à ce propos, j'ai oublié de préciser que l'ensemble de la course à notre niveau est une lutte acharnée pour maintenir le cap des 4kms/heure).

Val Pelouse, mon ami abandonne, inquiet de ses ressentis inexplicables. Pour ma part, je ne m'arrête pas longtemps, et, me sentant en confiance pour la suite, je repars le couteau entre les dents, poussant frénétiquement sur les bâtons, allongeant la foulée. Magnifique aussi cette guirlande de frontales sur les versant d'en face !! Je cours dans les descentes parfois piégeuses (merci encore une fois la grue cendrée)....je double pas mal de monde....Encore une bonne montée (col de la Perche je crois), mais pas si longue....La suite mérite à elle seule l'inscription à cette course (je l'ai pas déjà dit, ça ??) : un parcours d'une ligne de crête dénudée, sous la pleine lune. Enchanteur. Encore des souvenirs, et c'est même pas imposable (encore que pour 1 euro du km,...., bref !!). Je me surprends même à éteindre ma frontale pour profiter pleinement du moment privilégié en ces hauts lieux.

La suite prend des allures moins techniques de trail "campagnard"....Une très longue descente nous amène loin, très loin, au ravito du Pontet. Auquel succède une dernière montée de 700m D+ (les bénévoles nous ont prévenu). Celle-ci se déroule en forêt, dans un environnement plus commun. On bascule de l'autre côté, je continue de courir en descente et même sur le plat, avec le mental de celui qui sait que c'est désormais dans la poche !! J'en profite pour remercier, s'il me lit, le coureur qui m'a allumé afin que je puisse changer sereinement les piles de ma frontale (moralité, une frontale de rechange, c'est pas superflu). Au passage, tout de même un poil fatigué, je pète le cran d'ouverture pour mettre les piles.

Voilà, je distingue enfin les lumières d'Aiguebelle....je fais durer la course en loupant une balise, ce qui m'offre un bonus de 500m sur le bitume !!

J'arrive, toujours en courant, voire même tout en fraîcheur, avec l'impression exquise de me dire que j'en avais encore sous le pied (mais gestion ultra prudente dans les 30 1ers kms). Sportivement je suis 45 et j'ai réussi mon pari de tenir le 4km/h. Pour ce qui est de la course, les 60 1ers kms sont de la haute voltige d'altitude, où l'entraînement en côte, en descente, et sur terrain insatble, sera déterminant. Normalement, si vous arrivez au 60ème dans un état de forme vous permettant d'apprécier un coucher de soleil, une nuit de pleine lune ou même le calendrier de Clara Morgane, votre course devrait être jouée, sauf accident !!

Je ne remercierai jamais assez tous les bénévoles, présents jour et nuit, parfois dans des recoins improbables du fin fond de la montagne, qui nous permetent de vivre ces moments fabuleux.

4 commentaires

Commentaire de didscott69 posté le 22-11-2015 à 12:40:16

bravo chantrail pour cette course! ton temps est plus qu'honorable et le faire en était "assez frais sur la fin" montre que tu as des ressources pour faire plus grand:
le 145 en 2016?
pour ma part, je vais tenter le 85 comme objectif 2016

a+

Commentaire de chantrail posté le 22-11-2015 à 17:44:34

Salut Didscott, tu vas t'éclater (dans tous les sens du terme) sur cette course....tiens, les séances que tu faisais à la Croix de Rochefort devraient être très profitables !!....Pour ma part, je tente l'Ut4M en objectif majeur de 2016. Bon, mais j'espère qu'on aura bientôt l'occasion de reparler de tout ça (au fait, je me suis mis aux fourneaux pour concocter mes propres barres !!)

Commentaire de didscott69 posté le 24-11-2015 à 12:55:48

je crois que tu as une recette de cake salé qui m’intéresse...

Commentaire de Vik posté le 25-11-2015 à 21:44:03

Ah ! le voilà, le récit de la "Chanterelle" :) !

Je n'ai pas pu apprécier autant que toi les férices. De mon côté, c'était plutôt racontage de conneries pour rester éveillé.

Mais si tu as tant apprécié cet endroit, alors il faut que tu vienne sur l'intégrale en 2017 ! De la pra aux sept laux, c'est merveilleux :)

D'ailleurs puisque tu parle de clara morgane, c'est effectivement que tu n'as pas donné assez de ta personne, tu es donc prêt pour passer "chez les grands" ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran